background preloader

Communication santé 2.0

Communication santé 2.0

http://cathybazinet.com/

Related:  Le professionnel de santé, le patient et les réseaux sociaux

Médias sociaux, patients et partenariat de soins Les médias sociaux permettent notamment la diffusion des savoirs experts, populaires ou expérientiels, peuvent favoriser le soutien social et jouer un rôle important dans la mobilisation collective des patients et de leurs proches. Ainsi, bien que le personnel médical soit encore une source d’information privilégiée, les ressources en ligne, les forums de discussion, les médias sociaux, les blogues et autres sites traitant de la santé sont de plus en plus utilisés par la population (Fox et Jones, 2009). L’apparition d’une maladie constitue souvent la raison principale conduisant le patient à utiliser Internet et le Web social à la recherche d’information santé. Soulignons toutefois que «les études montrent combien les motivations et les raisons de consultation des sites proposant de l’information santé et maladie sont aussi variées que les parcours de santé ou de maladie des internautes » (Kivits, 2012, p. 46). Ce texte a d'abord été publié sur le site Communication santé 2.0

Santé - L'actualité des sciences Aux USA, les empoisonnements par e-liquide augmentent. Mais restent six fois moindres qu'avec les cigarettes classiques. En France, une étude est lancée... Fabriquer des tissus et des organes humains, couche après couche, selon une technique dérivée de l'impression 3D, c'est la promesse de la bio-impression. L'ex-ministre des sports et nouvelle secrétaire d'état au commerce est hospitalisée depuis vendredi. Prendre des suppléments de zinc permettrait de réduire la durée des symptômes du rhume de moitié. Annuaire des projets e-santé en France Functional menu Recherche Accueil Les services Annuaire des projets e-santé en France Annuaire des projets e-santé en France Nos partenaires: Bienvenue !

France : le web renforce la relation entre patient et médecin Si l'intérêt des Français pour la recherche d'informations relatives à la santé reste à nuancer, ceux qui le font permettent de faire émerger un nouveau type de patient : le patient connecté, ou e-patient. Cela semble changer le regard porté envers et par le médecin. Avec l'arrivée des nouveaux outils que sont Internet puis les appareils mobiles, les usages des patients se modifient progressivement. En effet, un sondage de TNS Sofres réalisé pour LauMa Communication et Patients & Web révèle que 57% des internautes ont déjà recherché des informations concernant la santé.

Canoë Santé Santé infantile Journal de MontréalRichard Béliveau - Docteur en biochimie29 novembre 2010 Une des tendances actuelles les plus alarmantes en santé des populations est sans doute la montée en flèche du taux d'obésité chez les enfants et les adolescents. Une nouvelle étude indique qu'il faut absolument porter une plus grande attention à ce problème, car les enfants en surpoids sont à haut risque de souffrir d'obésité morbide à l'âge adulte et ainsi d'être affectés par les nombreuses maladies associées à ce surplus de poids. Il suffit de jeter un coup d'œil aux cours de récréation dans les écoles de notre quartier pour constater à quel point les enfants d'aujourd'hui sont beaucoup plus gros qu'auparavant. Effectivement, en 25 ans à peine, le taux d'embonpoint de nos enfants a plus que doublé, alors que le taux d'obésité a, quant à lui, triplé.

Applis : les médecins de plus en plus connectés L'Observatoire des usages numériques en santé révèle que les smartphones sont de plus en plus utilisés par les médecins, en particulier pour l’information et la prescription. Quelle utilisation les médecins font-ils des smartphones ? C'est la question à laquelle répond le 3ème baromètre Vidal-CNOM (1) qui a sondé 2 154 praticiens. Première conclusion de cette enquête, les smartphones sont de plus en plus utilisés par les praticiens. Les médecins friands des sites d'actualités santéLes principaux résultats de cette nouvelle édition montrent notamment que les médecins utilisent de plus en plus leur smartphone pour aller sur internet (94 %), y compris en consultation (19 %). Ils l’utilisent aussi de plus en plus pour établir leur prescription : 64 % en 2014, contre 34 % seulement en 2012.

Etude sur les liens entre précarité énergétique et santé dans l’Hérault Le 22 octobre 2013, le Conseil d’Administration de la Sauvegarde du Nord entérinait la création d’un Pôle Promotion de la Santé au sein de l’association. Cette décision vient confirmer l’implication croissante de La Sauvegarde du Nord dans le champ de la promotion, de la prévention et de l’éducation pour la santé. Ainsi, avec le soutien du Conseil Régional Nord – Pas de Calais, La Sauvegarde a décidé de poursuivre un certain nombre d’actions régionales en matière de promotion de la santé jusqu’ici portées par le GRPS (Groupement Régional de Promotion de la Santé) : le Centre de Régional de Ressources Documentaires (information et outils pédagogiques en éducation et promotion de la santé).

« Le numérique en santé soulève des questions sociétales et éthiques graves » Propos recueillis par Dominique Lehalle, LUNDI 18 MAI 2015 Soyez le premier à réagir Benoit Thieulin, président du Conseil national du numérique, est invité à dialoguer avec le Pr Jean-Luc Harousseau, président de la Haute Autorité de santé, lors de la Grande Conférence HIT organisée par la Fédération hospitalière de France, le 20 mai. Il a accordé un entretien à DSIH dont vous pouvez découvrir la première partie dans le magazine du mois de mai et que nous complétons ici. Avez-vous l’impression que la France ait un retard à rattraper en matière de santé numérique ? En matière d’open data en santé, nous avançons à grand pas et je salue à ce titre le travail de la mission Etalab.

Les médecins doivent-ils « googleliser » leurs patients ? » MédecinGeek Le Docteur Haider Javed Warraich, praticien du centre médical Beth Israel de Boston a publié une tribune sur le site du New York Times le lundi 6 janvier, pour expliquer les conséquences à risques de rechercher des informations sur un patient sur Google. (Tribune résumée sur le site Slate.fr). Le Docteur Warraich ne s’oppose pas complètement à la «googlelisation» des patients.

Related: