background preloader

Outil participatif territorial

Outil participatif territorial

http://carticipe.net/

Related:  Participation citoyenne dans les projets d'aménagementElaborer et piloter l'action publique...initiatives en généralDémocratie Participative (pratique)Démocratie Participative

La programmation urbaine, entre projet politique et projet urbain Armature programmatique de la polarité sud : Grenoble, Échirolles, Eybens (cc) Attitudes urbaines Les années 1980 marquent, en France, le passage d’une politique d’aménagement centralisée à un urbanisme de projet. Au plan réglementaire, la loi de décentralisation de 1983 confère aux collectivités territoriales une autonomie en matière de planification stratégique. Dans le domaine opérationnel, ce sont surtout les lois sur la maîtrise d’ouvrage publique et la passation des marchés de maîtrise d’œuvre qui constituent le fer de lance des démarches de projet urbain [1]. Cette prise de responsabilité des maîtrises d’ouvrage dans la mise en œuvre des opérations d’urbanisme a entraîné une multiplication des métiers du conseil et de l’expertise urbaine, de la promotion immobilière, des ingénieries spécialisées (Zetlaoui-Léger 2009). Trente ans après, il en résulte une complexification du système des acteurs, mais aussi des attentes de la société civile, en matière d’urbanisme et d’aménagement.

Comment favoriser l'engagement citoyen ? Hubert GUILLAUD. Le Monde. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Hubert Guillaud - InternetActu Favoriser l'engagement citoyen via les nouvelles technologies… Qui y croit encore ? C'est l'engagement citoyen lui-même qui s'est transformé avec les évolutions de nos sociétés. L'expérience de Moderniser sans Exclure Exclusions, précarités, dysfonctionnements dans l"entreprise et dans la société : ces questions suscitent des débats auxquels tout le monde participe. Tout le monde ... sauf les principaux intéressés. Et pourtant ne seraient-ils pas les mieux placés pour en parler ?

Schiltigheim : démocratie participative Schiltigheim : démocratie participative Mercredi 15 avril 2015 | 09h15 La ville de Schiltigheim est la première en Alsace a lancer une application de démocratie participative sur smartphones. D'autres villes de l'Hexagone utilisent déjà cette application - onze au total dont Nîmes - développée par la société Spallian. Ouvrir le débat pour coproduire la ville Le rapport de recherche publié par l’ICADD : “Projet négocié dans un contexte de développement durable : méthodes et outils collaboratifs” met en avant les conditions de coproduction de la ville entre puissance publique, usagers et partenaires privés. A partir d’échecs et de succès expliqués avec précision, l’équipe ICADD organise un travail de cross dressing consistant à chercher sur d’autres secteurs d’activité la façon dont on implique les usagers notamment dans la conception d’innovations. Sombre analyse d’une culture politique qui souvent n’a d’autre intérêt à investir la participation qu’un enjeu de communication. Cet éclairage, pourtant, est un apport méthodologique et bibliographique important pour notre étude des conditions de coproduction de l’innovation. Cette étude décrit pourquoi la ville contemporaine est nécessairement, et de fait, un objet de coproduction.

La démocratie participative en butte à la grande échelle Quartier Fátima, Cordoue ©H. Nez Dossier : Espaces publics urbains et concertation Si l’urbanisme est le principal thème mis en débat dans les dispositifs participatifs qui se multiplient depuis une quinzaine d’années en Europe (Bacqué et al. 2006 ; Sintomer, Herzberg et Röcke 2008), il y est rarement question des grandes transformations urbaines. A quelles conditions la ville peut-elle devenir un espace réellement démocratique ? Collectif CAMEDIA. Médiapart. Il est implicitement et communément admis que lorsque des citoyens élisent librement et à bulletin secret leurs représentants, nous sommes en démocratie. Or, quelques auteurs qui font autorité nous indiquent le contraire. « S’il y avait un peuple de dieux il se gouvernerait démocratiquement. Un gouvernement si parfait ne convient pas à des hommes » nous dit Rousseau dans son Contrat social (livre III, chapitre 4).

Aujourd'hui - Moderniser Sans Exclure Rhône-Alpes Dès son origine MSE a compris que « la première exclusion était celle de la parole ». Pour favoriser la construction de cette parole, son écoute et mieux la faire entendre, elle s’est appuyée sur la vidéo qui permet également d’utiliser la force des images. MSERA valorise la parole collective qui se construit par des échanges, s'apaise et s’enrichit au cours de réunions. Sa démarche met en évidence la créativité des petits groupes et leur capacité d’expression, d’engagement, d’apprentissage pour trouver des solutions aux problèmes qu’ils rencontrent. En construisant progressivement un support filmé, nous visons, avant tout, à permettre une parole libre, collective et responsable degroupes de personnes volontaires, à favoriser l’émergence et la formulation d’idées ou de ressentis. Après une définition claire des objectifs et un accord sur les conditions de notre intervention, notre démarche originale d’auto-médiatisation se déroule en général de la façon suivante :

Moi Citoyen - Pour reprendre le pouvoir dans ses lieux de vie Qu’y a-t-il de commun entre les relations hiérarchiques, l’aménagement d’un quartier, la reprise par ses salariés d’une entreprise en faillite sous forme coopérative, le choix des plantations des espaces verts, la décision de construire un incinérateur ou une zone d’activités, l’interdiction de produire ses propres semences, le conseil de quartier, la monnaie… et le rôle du capitaine ? Rien ? Si. Ce sont des exemples de situations où l’action citoyenne semble impossible et pourtant des moyens d’agir existent. MOI CITOYEN/CITOYENNE, je peux choisir de reprendre le pouvoir dans mes lieux de vie, pour moi et pour les autres. Des lieux de vie « démocratiques » font la place à une citoyenneté active, à la liberté d’innover, d’expérimenter, d’agir dans des organisations transparentes où les décisions sont partagées et collectives.

La participation politique et ses défis : territoires, action collective et registers Les débats relatifs à la démocratie sur un registre participatif prennent corps au sein de sociétés dans lesquelles le rapport entre la société civile et le politique se recomposent rapidement. Plus exactement, c’est un type d’organisation du politique historiquement daté qui est en cause. En effet, il a longtemps été inconcevable de penser le politique en dehors de l’État, de ses institutions et de son territoire contrôlé par le biais d’un ensemble de frontières et d’instruments normatifs. Ce modèle politique est actuellement remis en question. Depuis plusieurs années, on assiste ainsi à une inflation considérable, à la fois dans le champ du politique et dans la sphère académique, des réflexions sur la démocratie participative.

La participation dans l’habitat, une question qui ne date pas d’hier Pavillons construits pendant l’entre-deux-guerres par L’Habitation moderne, société coopérative d’HBM, à Neuilly-sur-Marne (93) © Claire Carriou Dossier : Effervescences de l’habitat alternatif En France, depuis la fin des années 1980, avec les dernières réalisations d’un ensemble d’expériences d’habitat participatif, l’engouement suscité par les expériences participatives dans le champ de l’habitat semblait être retombé. Qu’étaient devenues les idées nées autour de 1968 ? Les opérations naguère si commentées du Petit Séminaire de Marseille et de l’Alma-Gare à Roubaix, en passe de connaître une nouvelle réhabilitation, tendaient à être progressivement rangées dans le registre des curiosités de l’histoire de l’urbanisme français, tandis que le mouvement pour l’habitat groupé autogéré entamait une phase de déclin.

Enquête 2015 : "La mise en place des conseils citoyens". Inter-Résaux des professionnels du Développement Social Urbain (IRDSU). L’IRDSU réalise chaque année depuis 2009 une enquête nationale auprès des professionnels de la Politique de la ville et du Développement Social Urbain, quelles que soient leurs fonctions ou leurs responsabilités dans les équipes-projet locales. En cette année de mise en place de la réforme, l’enquête 2015 s’intéresse à une des « mesures-phares » de la loi « Ville et cohésion urbaine » : les conseils citoyens. Rendus obligatoires, il doivent donner corps à l’ambition de replacer les habitants au cœur de la Politique de la ville. Un « cadre de référence » en définit les principes, de la composition au fonctionnement, et rappelle l’objectif de faire participer les conseils citoyens aux instances locales de pilotage de la Politique de la ville.

Budget participatif, concertation : quel impact réel sur la ville Budget participatif © Radio France Une ville gouvernée de manière participative serait-elle très différente d’une ville dirigée de manière représentative ? Comment faire davantage participer les citadins et les citoyens à ces nouveaux modes d’expression et comment les organiser ? Les réunions de concertations sont-elles efficaces et utiles, en particulier quand elle concernent des projets d’urbanisme ? Territoires Hautement Citoyens, une méthode pour mettre fin à la crise démocratique Président de l’association Démocratie Ouverte, Armel Le Coz est allé dormir chez les maires et les candidats aux élections municipales, ses bagages lestés de questions sur leur vision de la démocratie. De ce tour de France de plus de 8 000 kilomètres, réalisé d’octobre 2013 à mars 2014, le jeune homme conclut : « la démocratie est en crise ». Son ambition : « élaborer une méthode pour changer les modes de gouvernance dans les territoires. Une méthode qui donnerait, bien en amont de la décision, une nouvelle place aux citoyens ». Créée en 2012, son association, transpartisane, rassemble une centaine d’acteurs francophones de l’OpenGov.

Related: