background preloader

The Identity Project - What defines you – Sarah Deragon

The Identity Project - What defines you – Sarah Deragon
Related:  Genre & identitéGenre, liberté, antisexisme

BLOG → Genre ! – Je m'interroges, tu t'interroges, interrogez-vous Ton droit, ton choix (mais pas trop quand même) | Le blog d'une gentille Et sincèrement, quand on voit que l’accès à l’IVG est menacé dans des pays comme l’Espagne on se dit qu’il vaut mieux ne pas jouer avec le feu et s’informer dès maintenant au maximum. Et non, non et re-non ce n’est pas qu’un problème féminin, ce n’est pas « un sujet de fille ». Sur ce, les sources ! 1) Les articles de Rue 89 1 et 2 2) La contraception en France : nouveau contexte, nouvelles pratiques ? Les chiffres de l’INED 3) L’indice de Pearl Définition – Chiffres sur Wikipédia – Chiffres sur Ameli-sante.fr 2 bis – parce qu’on a pas corrigé ) Chez Matin Winckler : durée d’action du DIU au cuivre 4 ) Mais également : Choisir sa contraception 5 ) /! Ah oui, et le Vilain vous pouvez le retrouver ici Des bisous !

Le cerveau a-t-il un sexe ? – Catherine Vidal Souleymane Coulibaly, alias Soro Solo, est un journaliste culturel originaire de Côte-d’Ivoire. Découvreur de talents, il a accompagné l’ouverture de l’Europe aux musiques africaines. Il a collaboré aux magazines de RFI pour lesquels il fait des reportages, ainsi qu’à plusieurs émissions sur France Inter, dont L’Afrique Enchantée qui, après trois saisons estivales, est désormais programmée à l’année. Soro Solo était, jusqu’aux événements tragiques de 2002, le plus fameux des journalistes culturels de Côte-d’Ivoire. Avec plus de 20 heures d’antenne hebdomadaire et une voix reconnaissable entre mille, il reçoit deux fois le prix du meilleur journaliste du pays (Prix Ebony – 1993, 1994). Son émission Le Grognon, lancée en 1989, lui vaut une grande popularité car il y évoque les dérapages des services publics ivoiriens à partir de témoignages sur les petits arrangements avec l’administration. Des membres de sa famille sont assassinés. Depuis, Soro Solo a collaboré à de nombreux magazines sur RFI.

Mon corps m'appartient Hello all, Comme vous l’avez sûrement remarqué, la galerie Mon corps m’appartient a vécu un standby monstrueux de plusieurs moi. Les raisons en sont multiples, la principale étant que je n’ai pas du tout eu le temps d’ouvrir Tumblr pendant des mois (alors que j’y étais auparavant assez accro), et que j’ai dû me concentrer sur d’autres projets personnels urgents et très importants. Ayant repris des études à la rentrée et ayant vraiment envie que ça se passe pour le mieux, j’ai décidé de demander à ma meilleure amie, du Tumblr misandre-radicale de m’aider pour tout ce qui est modération des nouvelles photos. La galerie reprend donc du service et c’est 100% grâce à ma super copine, donc un gigantesque merci à elle, en qui j’ai toute confiance et qui a déjà commencé à s’occuper du chantier que j’ai laissé, avec efficacité et bienveillance.

«Il n’existe pas 2 sexes (mâle et femelle) mais 48» – Agnès Giard Berlin, 19 août 2009, Championnats du monde, finale du 800 mètres «dames» : la Sud-Africaine Caster Semenya, 18 ans, accomplit un véritable exploit en courant la finale du 800 mètres féminin en 1 minute 55 secondes 45 centièmes. Sa victoire est de courte durée. À peine la course finie, le staff des équipes rivales et les journalistes sportifs accusent la championne d’être un homme. L’accès aux toilettes pour dames lui est interdit (alors qu’elle urine avec une vulve). Le grand public lui-même s’émeut : «La règle qu’on nous a apprise à l’école : XY : un pénis et deux testicules, XX : un vagin et deux ovaires, c’est à peine si on nous avait parlé des exceptions», s’interroge un internaute. «Les controverses soulevées par le test de féminité (3) ont ainsi contraint le milieu médico-sportif à prendre en compte les niveaux pluridimensionnels de l’identité sexuée et à s’interroger sur la définition de la «vraie femme» : définition impossible», affirme la chercheuse Anais Bohuon.

Si j'aurais su... Pour lire l'article en question, c'est ICI. Les stéréotypes de genre sont dangereux pour la santé – Madmoizelle.com Le 16 janvier 2014, rediffusé dans le cadre d’un partenariat avec le Centre Hubertine Auclert (notre Manifeste) Les stéréotypes de genre, #OnEnParle ! madmoiZelle est la fière partenaire de la campagne #OnEnParle, pour déconstruire les stéréotypes de genre. Aux côtés du Centre Hubertine Auclert, qui lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes en Île de France, nous nous engageons pour un avenir sans injonctions à la masculinité ni à la féminité. Si tu veux en savoir plus, rends-toi sur le minisite du Centre Hubertine Auclert ou participe au quizz sur l’Instagram de Rose Carpet. Et en attendant, découvre cet article qui témoigne des débats autour des stéréotypes de genre en 2014, et surtout de pourquoi ils sont mauvais pour la santé… Littéralement. En 2018, les stéréotypes de genre sont (encore) dangereux pour la santé Lutter contre les stéréotypes filles — garçons est un enjeu d’égalité et de mixité, selon le rapport du Commissariat général à la stratégie et à la prospective.

Le sexe expliqué à nos grands-mères  |  blogue Originel Entre le Dico des filles et les conseils de Canoë pour séduire un homme, les filles et les femmes sont bombardées de lieux communs et de conseils sans base empirique sur la sexualité. Ce genre de bons conseils ne datent pas d’hier. Pour vous le prouver, je suis allée faire un petit tour aux archives de la Grande Bibliothèque où j’ai pu déterrer plusieurs charmants enseignements prodigués aux femmes entre 1875 et 1961 à propos de la sexualité. Leçon 1 – Les menstruations, c’est un sérieux handicap, qu’il ne faut pas prendre à la légère. Quand vous êtes menstruée, évitez tout effort physique et mental. À retenir aussi : il ne faut pas se mouiller les pieds quand on a ses règles. Le guide la femme, vers 1900 Et si vous avez des pertes blanches, c’est peut-être parce que vous vous surmenez intellectuellement. Leçon 2 – Méfiez-vous du paprika. Vous devriez éviter les aliments « susceptibles d’agir de façon spéciale sur votre cerveau et vos organes génitaux ». Lui… et toi jeune fille, 1961 - L.

J'enseigne le genre. Et je continuerai à le faire. – Denis Colombi Ce sera un billet énervé. Très énervé. Fatigué aussi. Fatigué d'entendre des ignares et des incompétents baver de haine sur quelque chose qu'ils ne connaissent pas. Enervé de voir qu'on les laisse faire et que, pire encore, on leur donne raison. Enervé d'apprendre que je fais le mal. J'enseigne le genre parce que c'est ce que mon programme de Sciences économiques et sociales me demande de faire, n'en déplaise à Vincent Peillon qui double son ignorance crasse des sciences sociales - déjà étonnante pour un philosophe de profession... - d'une méconnaissance absolue de ce qui se passe dans l'administration dont il est le ministre. On étudiera les processus par lesquels l'enfant construit sa personnalité par l'intériorisation/ incorporation de manières de penser et d'agir socialement situées. De quelque façon qu'on le prenne, "la construction sociale des rôles associés au sexe", c'est le genre. J'enseigne le genre parce que c'est un fait. Aux complices des attaques néo-réationnaires

La plus belle chose au monde | Le blog d'une gentille Fiou. Je vous poste quelques liens à ce propos : ChildfreeChildfree ou le choix de ne pas avoir d’enfants Toutes les femmes ne veulent pas forcément des enfants Femmes sans enfants, femmes suspectes. Et sinon… Vous aurez Peut-être remarqué que j’étais parmi les 30 sélectionnés de la Révélation Blog ! Si vous avez le temps ça me ferait vraiment extrêmement plaisir que vous votiez – juste aujourd’hui ou chaque jour jusqu’en janvier ! La biologie de Mars
 et Venus est-elle sérieuse ? – Thomas Lepeltier Le cerveau des femmes est en moyenne plus petit que celui des hommes. Au XIXe siècle, ce constat servait à justifier une prétendue infériorité intellectuelle de la gent féminine. De nos jours, plus personne n’attribue de valeur à cet argument, et il ne saurait être question d’infériorité quelle qu’elle soit. Reste que l’on admet très souvent que chaque sexe possède des aptitudes différentes et que celles-ci devraient pouvoir s’expliquer par des facteurs anatomiques ou physiologiques. Pour Cordelia Fine et Rebecca Jordan-Young, tout cela n’est que sexisme larvé. Si vous avez tendance à croire les scientifiques quand ils affirment avoir trouvé où et comment la différence des sexes est gravée dans le cerveau, il faut lire ces deux ouvrages.

'I Heart Girl' Photos Show The Feminine Bodies Mainstream Media Doesn't A new series by New York photographer Jessica Yatrofsky is a gorgeous exploration of women's femininity. The "I Heart Girl," monograph, a follow-up to Yatrofsky's successful 2011 book "I Heart Boy," will be released this summer. The book of portraits shows the huge breadth of people that identify as feminine, urging the viewer to rethink female beauty. (Some images below may be considered NSFW.) "I've always been drawn to depicting the body," Yatrofsky told The Huffington Post. Yatrofsky told i-D that while some of her subjects are unclothed, all of them project a vulnerability that is important to understanding how they present their gender and sexual identities. "It's an impossible task to de-sexualize women," she told i-D. See more striking images from the series below. Jessica Yatrofsky Jessica Yatrofsky Jessica Yatrofsky Jessica Yatrofsky Jessica Yatrofsky Jessica Yatrofsky Jessica Yatrofsky Jessica Yatrofsky Jessica Yatrofsky

Fille ou garçon ? Non, intersexué – Frédéric Joignot Mis en ligne le : 27-04-2011 1 – Où l'on apprend l'incroyable histoire de l'hermaphrodite Herculine Barbin " Le lendemain trouva Sara anéantie ! Ses yeux, rougis par les larmes, portaient l'empreinte d'une insomnie cruellement tourmentée (…) Je n'avais pas la force de lever les yeux sur Madame P., qui ne voyait en moi que l'amie de sa fille, tandis que j'étais son amant. Nous sommes l'été 1858, Herculine Barbin, surnommée Alexina, 20 ans, institutrice, a passé la nuit avec sa collègue Sara dans un pensionnat de La Rochelle. Longtemps, elle s'est considérée comme une adolescente laide et mal fichue. Eperdue, elle court se confesser à l'évêque de Saintes. Herculine-Abel Barbin aurait été oublié sans son journal publié en 1874 dans une revue médico-légale, dont l'écrivain allemand Oscar Panizza tirera en 1893 le roman Un scandale au couvent. Le philosophe voit dans la décision de l'état civil d'en faire un homme la volonté nouvelle de diviser le monde en deux "vrais sexes". Frédéric Joignot

Related: