background preloader

Le monde selon Monsanto

Le monde selon Monsanto
Related:  Articles en français sur les OGM

L'arme anti-OGM 100% naturelle Monsanto est arrivé quasiment au sommet de son œuvre. Escalader peut s’avérer difficile mais le plus compliqué reste encore d’occuper la première place le plus longtemps possible. Son heure de « gloire » semble légèrement péricliter : Monsanto et ses OGM peuvent trembler. Il existe désormais, une arme intraitable contre les OGM et devinez quoi: elle est 100% naturelle ! Ceux qui en doutaient, ont maintenant la confirmation : la nature a un pouvoir divin et finit toujours par reprendre ses droits. Si l’amarante était très appréciée des Incas, qui grillaient ses graines ou en faisaient de la farine (au goût de noisette), ils consommaient également ses feuilles aux propriétés nutritives surprenantes (teneur en protéines supérieure au soja et au lait de vache, fer, vitamines A et C et riche en sels minéraux). Ce serait en Géorgie que ce phénomène se serait produit il y a déjà près de 10 ans. Le problème (ou l’avantage !)

Reportage Bhoutan : au pays du Bonheur National Brut De Marie-Monique Robin – ARTE GEIE / M2R Productions – France 2014 Niché au cœur de l’Himalaya, le petit royaume du Bhoutan a décidé d’en finir avec « la dictature du Produit Intérieur Brut (PIB) » et de la croissance économique à tout prix, en proposant un nouvel indicateur de richesse : le Bonheur National Brut (BNB). Lancé par le 4ème Roi, le « nouveau paradigme » s’appuie sur quatre piliers : la protection de l’environnement, la conservation et la promotion de la culture bhoutanaise, la bonne gouvernance et le développement économique responsable et durable. Œil pour Œil : les réfugiés de Calais De Lionel Charrier - Agence MYOP Une caméra regarde un appareil photo : l'idée est plutôt simple mais pourquoi faudrait-il se compliquer la tâche pour filmer au travail nos confrères photographes ? A Calais, de nombreux Syriens mènent une vie d'errance en attendant l'opportunité de passer en Angleterre.

Selon le PDG de Nestlé : L’accès à l’eau Peter Brabeck-Letmathe fut le PDG de la multinationale Nestlé du 5 juin 1997 au 1ᵉʳ avril 2008. Le 20 septembre 2007, le conseil d’administration de la multinationale a annoncé la désignation du Belge Paul . Le marché du cacao en Afrique est dominé par une poignée de multinationales, les entreprises de transformation (Barry Callebaut, le géant états-unien Cargill, ADM) et les grandes marques de chocolat les plus connues (Kraft Foods, Nestlé, Mars, Hershey’s et Ferrero). Les premières transforment la fève en produit de base pour confectionner le chocolat. La Côte d’Ivoire et le Ghana qui représentent 62 % de la production mondiale de cacao sont confrontés à l’esclavage des enfants. La guerre civile en Côte d’Ivoire, financée par le cacao, n’a fait qu’accentuer le phénomène. Donc selon le PDG de Nestlé, l’accès à l’eau ne devrait pas être un droit, le bio va nous tuer…. Incroyable de telles déclarations! « Un bon exemple est le mouvement bio. Il y a deux opinions différentes à ce sujet.

Les Guerriers de l'Arc-en-Ciel présenté par Sylvestria D'une côte à l'autre de l'Amérique du Nord, on retrouve cette légende dans la plupart des nations indiennes : la prophétie de l'arc-en-ciel. Voici la version des Indiens Crees. "Les indiens auront à subir l'invasion des hommes blancs, beaucoup d'hommes rouges y laisseront la vie. Les âmes de ces premiers hommes reviendront dans des corps de couleurs différentes : rouge, blanc, jaune, brun et noir. Ensemble et unis, comme les couleurs de l'arc-en-ciel, ces hommes enseigneront à tous les peuples du monde comment aimer et vénérer la Mère Terre, dont la matière même est celle qui nous compose aussi, nous autres humains. Sous le symbole de l 'arc-en-ciel , toutes les races et toutes les religions du monde s'uniront pour répandre la grande sagesse de la vie en harmonie les uns avec les autres et avec toutes les créatures. Ceux qui porteront cet enseignement seront appelés les guerriers de l'arc-en-ciel. Extraits du site : Dans l'Arc-en-Ciel Je la ressens aujourd'hui tellement juste et vraie !

Semences : « La Commission européenne balaye 10.000 ans «En réduisant les droits des paysans à ressemer leurs propres semences, en durcissant les conditions de reconnaissance des variétés par des petits entrepreneurs indépendants, en limitant la circulation et l’échange de graines entre associations et entre planteurs, la Commission européenne balaye 10000 ans d’histoire agricole», a affirmé l’eurodéputé José Bové, cité dans un communiqué. La Commission a présenté lundi des propositions qui permettront selon elle de «simplifier» le régime d’enregistrement des semences. Elle balaie les critiques en assurant que les petites entreprises et certaines semences de niche sont exemptées des obligations coûteuses de tests et d’enregistrement. Mais les petits acteurs du secteur, notamment l’association Kokopelli, s’insurgent contre des propositions qu’ils jugent taillées sur mesure pour les poids lourds de l’industrie semencière (Monsanto, Pionner, Sygenta et Dupont).

FLM - Accueil Carte des parcelles OGM Cliquez sur un dpartement pour retrouver les informations par canton : Numro du dpartement : 1 Retour la carte (haut de page) Numro du dpartement : 7 Numro du dpartement : 9 Numro du dpartement : 11 Numro du dpartement : 12 Numro du dpartement : 16 Numro du dpartement : 17 Numro du dpartement : 24 Numro du dpartement : 26 Numro du dpartement : 28 Numro du dpartement : 31 Numro du dpartement : 32 Numro du dpartement : 33 Numro du dpartement : 34 Numro du dpartement : 35 Numro du dpartement : 37 Numro du dpartement : 38 Numro du dpartement : 40 Numro du dpartement : 41 Numro du dpartement : 45 Numro du dpartement : 46 Numro du dpartement : 47 Numro du dpartement : 49 Numro du dpartement : 53 Numro du dpartement : 54 Numro du dpartement : 56 Numro du dpartement : 57 Numro du dpartement : 63 Numro du dpartement : 64 Numro du dpartement : 65 Numro du dpartement : 69 Numro du dpartement : 78 Numro du dpartement : 79 Numro du dpartement : 81 Numro du dpartement : 82 Numro du dpartement : 84

L'ESFA publie tout sur le maïs transgénique Corine Lepage et Gilles Eric Séralini Lors de l'affaire Séralini, l'un des arguments avancé par ce dernier était que les données des industriels utilisées par les agences restaient secrètes. Or, s'agissant de santé publique, il est évident qu'un tel secret n'est pas acceptable. L'Agence européenne (EFSA) avait plaidé que ces données étaient tout de même accessibles aux spécialistes, sur demande. Mais le point était contesté. Le 14 janvier, l'EFSA a décidé une nouvelle politique de transparence totale de ces données expérimentales. Tous les internautes peuvent donc aujourd'hui accéder à ce dossier en cliquant sur la case "j'accepte les conditions" de cette page web. En outre, ce dossier porte sur les risques sanitaires et environnementaux du maïs transgénique, il ne faut donc pas y chercher d'éléments relatifs aux volets économiques et sociaux. Sur le blog, des notes relatives à "l'affaire Séralini" ► L'audition de l'Assemblée nationale.

Les animaux d'élevage français gavés de soja OGM importé Attention, danger ! "Nous sommes sur un baril de poudre !" s'inquiètent la plupart des experts agricoles français. Comme le souligne Christian Huyghe, directeur scientifique adjoint à l'Institut national de la recherche agronomique, "aujourd'hui, les agriculteurs prennent conscience que le système les expose beaucoup à la volatilité des prix, et que leur autonomie est toute relative". Une alimentation conçue pour doper les rendements A l'origine, il y a la quête sans fin de rendements plus élevés : des poulets prêts à consommer en cinquante jours au lieu de cent cinquante dans les années 50, des vaches qui produisent 8 000 litres de lait par an au lieu de 2 000, des poules qui pondent 250 oeufs par an contre 130 dans les années 20... L'Hexagone comptant 19 millions de bovins, l'"addition" pèse lourd. Au-delà de coûts prohibitifs pour les agriculteurs français s'ils veulent maintenir la performance de leurs élevages, se pose la question de l'opinion publique.

Les voies de la déforestation au Brésil : avec l’aide de la SFI, le soja et le bétail détruisent l’Amazonie Parallèlement à l’expansion de la culture du soja, l’élevage s’est énormément développé au Brésil, surtout dans les États de Mato Grosso, Pará et Rondônia. Le nombre de têtes de bétail est passé de 26 millions en 1990 à 164 millions en 2004. Ces derniers temps, la Société financière internationale (SFI) a été directement impliquée dans l’expansion du soja et de l’élevage au Brésil. L’élevage a toujours été considéré comme la cause principale de la déforestation en Amazonie ; la culture du soja occupe maintenant la deuxième place, et les deux combinées ont provoqué à ce jour le défrichage de 80 millions d’hectares de terres au Brésil, soit environ un dixième de la superficie du pays. Le Centre pour la Recherche forestière internationale (CIFOR) a publié en 2003 un rapport où il est souligné que la cause principale de la déforestation au Brésil était l’expansion rapide des pâturages. « Les plantations de soja provoquent directement un certain défrichage.

Related: