background preloader

“La liberté d’utiliser ou de repousser la technologie est inexistante aujourd’hui”, Alain Damasio, écrivain de SF - Idées

“La liberté d’utiliser ou de repousser la technologie est inexistante aujourd’hui”, Alain Damasio, écrivain de SF - Idées
L'homme va-t-il un jour fusionner avec la machine ? Pas besoin d'attendre le futur pour réaliser que les nouvelles technologies provoquent de profondes mutations sur nos corps. Entretien au long cours (et en chair et en os) avec Alain Damasio. Le premier patient doté d'un cœur entièrement artificiel n’aura donc pas vécu assez longtemps pour raconter cette expérience. Ecrivain de science-fiction (il a notamment publié deux romans, La Zone du dehors et La Horde du contrevent), Alain Damasio est intarissable dès qu'on le lance sur ces questions. “Les transhumanistes voudraient obtenir de la technologie des capacités que nous n’avons pas actuellement.” Que peut-on attendre de cette révolution du corps, notamment promue par le mouvement transhumaniste ? Les exosquelettes et les muscles artificiels sont censés soigner les handicaps moteurs, les recherches sur la mémoire guérir la maladie d’Alzheimer. De quoi le transhumanisme est-il le nom ? Ce cocon est-il visible ? Related:  TranshumanismeTechnologies

Jacques Testart : « Demain, il n’y aura plus de limite au tri génétique » Basta ! : Dans votre ouvrage, vous dénoncez le recours immodéré à la fécondation in vitro (FIV). Pourquoi une telle inflation de l’utilisation de cette technique ? Jacques Testart [1] : Une grande partie de ces FIV est justifiée : de plus en plus de gens ont du mal à faire des bébés tout seuls. La qualité du sperme ne cesse de baisser ces dernières années, en partie en raison de causes environnementales. On médicalise de plus en plus la procréation, mais les actions sur les questions environnementales susceptibles de provoquer ces problèmes se fait attendre. On commence quand même à reconnaître les liens entre l’environnement et la santé. Vous vous opposez depuis trente ans au diagnostic pré-implantatoire (DPI), qui permet d’identifier certaines caractéristiques de l’embryon avant sa transplantation dans l’utérus. L’eugénisme est une « pulsion » historique pour améliorer la qualité des enfants de l’espèce humaine. Oui, mais le nombre d’ovules est toujours limité chez la femme.

Robotique : Google va-t-il réaliser les rêves d'Isaac Asimov ? Atlas est un robot humanoïde que la société Boston Dynamics a développé pour le compte de l'armée américaine. Déjà agile et capable de se déplacer sur des terrains chaotiques, Atlas devrait voir ses capacités encore augmenter au cours des années. Google sera-t-il dans quelque temps l'équivalent de l'US Robots, le fabricant des robots positroniques des romans d'Isaac Asimov ? © Boston Dynamics Robotique : Google va-t-il réaliser les rêves d'Isaac Asimov ? Google rachète depuis quelque temps des sociétés spécialisées dans la robotique. Créer un robot humanoïde capable de se déplacer dans des conditions extrêmes pour remplacer l'Homme, voilà ce que souhaite réaliser la Darpa, l'agence américaine chargée des projets en recherche avancée pour la Défense. Mais pourquoi Google a-t-il décidé de se lancer dans la robotique ? Google et le transhumanisme Résoudre les problèmes de l’humanité Le transhumanisme et l'idée du téléchargement de la conscience sont dans l'air du temps. Sur le même sujet

Technologiser le vivant Mark Vries est doctorant au département de physiologie et à l’Institut de recherche cardiovasculaire de l’université de Maastricht. Il travaille sous la responsabilité de Mark Post, l’homme qui, cet été, a annoncé avoir cultivé le premier hamburger en laboratoire… Un hamburger de 140 grammes à 250 000 dollars… qui a nécessité 3 mois de fabrication, comme le rapportait LeMonde, et qui a terminé dégusté sur un plateau de télé (vidéo)… Sur la scène de Lift, tout en nous montrant une vidéo, Mark Vries revient sur combien notre évolution doit à notre régime carné. C’est la consommation de viande qui nous a permis de devenir humains. Mais sa culture a d’importants impacts sur notre planète : sur notre consommation d’eau, de CO², de terres cultivables… Et l’Organisation mondiale de la santé prévoit une multiplication par deux de la production de viande d’ici 2040. Image : Mark Vries sur la scène de Lift 2014, photographié par Lift. Fabriquer le vivant Faire travailler le vivant Hubert Guillaud

New Concept Plane Can Take Off And Land Like A Helicopter Is it a bird? Is it a plane?… Or a helicopter? Or both?! Technically at this stage it is neither – it's a concept. But here is how it is proposed to work: Using three ducted fans, the TriFan 600 lifts off vertically, in a similar manner to a helicopter. The craft will take off and land vertically, allowing it to land in places normally inaccessible to planes. The concept craft should be able to reach cruising speed within 90 seconds, travel up to 1,930 kilometers (1,200 miles) without refueling, and carry five people, plus a pilot. Seemingly aimed at the business sector, XTI Aircraft’s website describes its innovative concept: “Merging advanced, proven technologies, this six-seat, vertical takeoff and landing airplane is designed to fly as fast, as high above predominant weather, and as far as other business jets, to more places and with shorter travel times. Luxuriously designed, the craft will be able to carry six people including the pilot. [H/T: DesignBoom, Popular Science]

Transhumanisme : aujourd’hui, l’Homme réparé Credit : sous licence CC, par Kosmur. Deuxième étape de notre voyage dans l’univers du transhumanisme. Après vous avoir présenté ce mouvement qui entrevoit un futur où l’être humain pourra améliorer ses performances, voici venu le moment de vous prouver que le transhumanisme n’est pas qu’une philosophie, mais est aussi (déjà) une réalité. Car les transhumanistes s’appuient davantage sur les avancées techniques, que sur la science-fiction. Au premier plan, les progrès de la science liés à la médecine. Pour faire simple, aujourd’hui déjà, grâce aux NBIC, l’Homme peut être “réparé”, comme n’importe quelle machine. L’homme bionique Vous avez sûrement gardé en tête les images du film Robocop, ou encore de la série L’homme qui valait 3 milliards, ces histoires d’humains “abîmés” qui sont réparés grâce à un dispositif mécanique. Les exemples ne manquent pas. Point de mystère : c’est de la science. Très prochainement, l’italien Pierpaolo Petruzziello, lui, va bénéficier d’une main... robotique.

Transhumanisme : pour quoi faire ? Texte paru dans le numéro 418 de la revue Silence Le projet transhumaniste est vieux comme le monde humain : depuis toujours les hommes ont rêvé de géants, de sorciers, de héros invincibles ou immortels. Ce qui est nouveau c’est que l’accélération récente des capacités techniques apporte de l’eau au moulin transhumaniste dans la plupart des domaines, rendant crédibles des délires jusqu’ici à peine pensables. Et ce mouvement profite de deux phénomènes inédits : d’une part la mort de Dieu qui crée un vide à occuper par d’autres puissances issues de l’homme, d’autre part les catastrophes environnementales qui obligent à réagir au nom de la survie. Augmenter les capacités humaines Il est impossible d’analyser ou seulement d’énumérer tous les projets lancés par les théoriciens du transhumanisme. Toute personne qui dispose d’un smartphone est déjà un homme augmenté. Promesses et précautions De quels drames seront payés les bouleversements transhumains ? Effets politiques Jacques Testart Biologiste

Google et les transhumanistes Ray Kurzweil, le "pape" du transhumanisme, a été embauché par Google comme ingénieur en chef pour faire du moteur de recherche la première intelligence artificielle de l'histoire. LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Par Laurent Alexandre (Chirurgien urologue, Président de DNAVision) Le transhumanisme est encore quasi inconnu en France. Le terme "transhumanisme" remonte aux années 1950, mais sa popularisation date des années 1990. Dans ce contexte, les transhumanistes soutiennent une vision radicale des droits de l'humain. L'homme du futur serait ainsi comme un site Web, à tout jamais une "version béta", c'est-à-dire un organisme-prototype voué à se perfectionner en continu. Aujourd'hui, Google est devenu l'un des principaux architectes de la révolution NBIC et soutient activement le transhumanisme, notamment en parrainant la Singularity University qui forme les spécialistes des NBIC.

» Blog Archive » 59 - La grande illusion On sait qu’une structure dissipative s’effondre lorsque l’information qu’elle mémorise n’est plus adaptée à son environnement. Cela implique qu’une société humaine s’effondre lorsque sa perception du monde, donc la politique de ses dirigeants, est devenue obsolète. C’est ainsi (voir billet précédent) que nos élites cherchent à corriger les effets du libéralisme par plus de libéralisme ou les effets de la croissance par plus de croissance. L’Homme semble avoir la tête tournée par ses prouesses scientifiques et techniques. Puisque nous avons été capable d’aller sur la lune, alors tout nous est possible. Il n’y a pas de limites au progrès. Un parangon de ce mode de pensée est l’américain Ray Kurzweil. Kurzweil pense que les progrès techniques permettront de prolonger indéfiniment la durée de la vie humaine (2). Qu’ils soient de droite ou de gauche, la plupart de nos hommes politiques pensent comme Kurzweil. Tous ces exemples montrent que ce n’est pas l’Homme qui commande.

L’évolution du monde en accéléré, à travers 86 millions de photos d’internautes La tour Eiffel, les chutes du Niagara, les gratte-ciel de Manhattan… Ces paysages célèbres ont été photographiés des millions de fois à travers le temps, à un rythme qui s’est considérablement accéléré ces dernières années. Quel serait le résultat, si ces clichés s’assemblaient ? C’est la question à laquelle ont décidé de répondre des chercheurs de Google et de l’université de Washington. Ensemble, ils ont créé un programme capable de repérer des photos de paysages sur Internet, de les classer par ordre chronologique et de les assembler en vidéo. Résultat : on peut les observer changer sur plusieurs années, en quelques secondes seulement, grâce à cet effet d’accélération appelé « timelapse ». Mouvements géologiques Chacun d’entre eux est composé d’un millier d’images environ, retravaillées par l’algorithme, qui les a recadrées, a corrigé les couleurs, les a classées par ordre chronologique, avant de les assembler. Voir la vidéo : Cinq ans d’observation du Soleil en timelapse

A quoi vont servir les premiers macaques humanisés? Mieux comprendre les humains ou les améliorer? Un pas important dans la création de singes humanisés vient d’être franchi en Chine. Comme on peut le lire dans la revue spécialisée Cell, l’affaire, œuvre de chercheurs chinois dirigés par Yuyu Niu (Laboratory of Primate Biomedical Research, Kunming), est un tour de force technique: ces chercheurs sont parvenus à utiliser pour la première fois chez des primates une technique d’insertion de gènes étrangers qui n’avait jusqu’à présent pu être utilisée que chez des rongeurs de laboratoires (rats et souris) ainsi que chez le poisson-zèbre. Cette manipulation génétique fondée sur les structures dites «Crispr» ouvre de nouvelles perspectives dans l’utilisation de singes génétiquement humanisés comme modèle d’étude de maladies humaines. publicité Ces chercheurs ont pratiqué une greffe de gène au tout premier stade embryonnaire. Ils ont d’abord créé in vitro des embryons de macaque. Jean-Yves Nau

Principe de réalité ? Parmi les critiques qui sont régulièrement adressées à la pensée transhumaniste, l’une des plus récurrentes est celle qui consiste à prévoir que l’accès aux technologies sur le développement desquelles elle s’appuie sera principalement réservé à une petite minorité de nantis. Ce véritable apartheid par la technologie conduirait à une rupture dans l’universalité de l’humain et produirait une humanité à deux ou plusieurs vitesses, source de toutes les inégalités et de nouvelles exploitations. Les tenants d’un « transhumanisme démocratique », ou « techno-progressisme », qui prétendent qu’un accès au plus grand nombre des technologies NBIC est possible, sont quant à eux taxés au mieux d’angélisme [1], de naïveté [2], voire, au pire, de collusion objective avec les intérêts des oligarchies dominantes [3]. Eh bien, je considère que ce dernier risque est réel. Tout est changé, ainsi rien ne change ! En 2006, Jacques Attali publia un essai de prospective : Une brève histoire de l’avenir. Notes :

TRANSHUMANISME – EN ROUTE VERS L'HOMME 2.0 Il existe un fort courant libertarien chez les transhumanistes – l'économiste Friedrich Hayek est encensé sur plus d’un de leurs sites et Ayn Rand est sur la liste des lectures recommandées de l’Extropian Institute. Selon Christophe Dewdney, professeur à l'Université York de Toronto, « il y a des cyber-libertariens qui font paraître les vieux libertariens pour des travailleurs sociaux. Ces gens veulent démanteler le gouvernement », disait-il en parlant de l'aile californienne des transhumanistes (Andy Lamey, « Away with all flesh », National Post, 31 juillet 1999, p. B-12). L’idée de pouvoir, à votre mort, téléverser (ou uploader) les données contenues dans votre cerveau sur le réseau Internet vous plaît? Toujours est-il que le mouvement existe depuis le début des années 1980. En 1988, Max More et Tom Morrow publient la première édition du magazine Extropy. Les transhumanistes ne croient pas que « la nature humaine est et devrait rester essentiellement inaltérable ».

Related: