background preloader

L'indemnité légale de licenciement

L'indemnité légale de licenciement
Dernière mise à jour le 15 janvier 2014 Synthèse L’indemnité légale de licenciement constitue le droit minimal du salarié : en contrat à durée indéterminée et licencié pour un motif autre qu’une faute grave ou lourde ; comptant au moins 1 an d’ancienneté ininterrompue dans l’entreprise à la date de la notification du licenciement (l’ancienneté requise pour avoir droit à l’indemnité légale de licenciement a été ramenée de deux ans à un an par la loi du 25 juin 2008).. Versée à la fin du préavis, que ce dernier soit exécuté ou non, l’indemnité légale de licenciement est calculée : à partir d’un salaire de référence ; en fonction de l’ancienneté du salarié dans l’entreprise, acquise au terme du préavis même si le salarié est dispensé de l’effectuer. L’indemnité légale ne se cumule pas avec toute indemnité de même nature : indemnité de départ ou de mise à la retraite, indemnité conventionnelle de licenciement… A savoir Sommaire Fiche détaillée Comment calculer le salaire de référence ? ■ Exemple Related:  Les formalités de départCompes.. & benefits

Préavis de licenciement L'employeur peut dispenser le salarié de préavis. Dans ce cas, la dispense s'impose au salarié, qui ne peut pas s'y opposer. Le salarié doit percevoir une indemnité compensatrice de préavis, pour la période de préavis non effectuée. Le salarié peut demander à ne pas exécuter son préavis, mais son employeur n'est pas obligé d'accepter. S'il accepte, le contrat prend fin à la date convenue par le salarié et l'employeur. Lorsque le salarié est dispensé d'effectuer son préavis, il peut se faire embaucher par une autre entreprise, même si le contrat en cours n'a pas encore atteint son terme (sauf clause de non-concurrence). À savoir : la dispense du préavis par l'employeur ne modifie pas la date à laquelle le contrat prend fin.

Share & Care : Une nouvelle page de l’histoire sociale du groupe - Partager notre croissance Tout au long de son histoire, L’Oréal s’est donné pour objectif d’offrir sécurité et protection à chacun de ses collaborateurs, pour leur permettre de travailler en toute sérénité. Le programme lancé en octobre 2013 s’inscrit ainsi dans une longue tradition de progrès social et d’attention portée à l’individu, au-delà des structures. Destiné à promouvoir, dans toutes les filiales du groupe, un socle commun d'avantages sociaux au meilleur niveau du marché tout en s’inspirant des initiatives et des spécificités locales, L’Oréal Share & Care traduit aussi, sur le plan social, la stratégie business du groupe : l’universalisation, c’est-à-dire la globalisation dans le respect des différences. Après une enquête approfondie auprès des 65 filiales du groupe, menée afin d’identifier les bonnes pratiques mais aussi les besoins de chaque pays, les grandes lignes du programme ont été établies. Un socle commun de mesures sera mis en place d’ici fin 2015. Un socle de protection minimum

@mthldv regarde là et surtout là cc @Aratta @frankiedoguet Dernière mise à jour le 15 janvier 2014 Synthèse Dans les conditions fixées par les articles L. 1237-11 à L. 1237-16 du Code du travail, issus de la loi n° 2008-596 du 25 juin 2008 « portant modernisation du marché du travail » (JO du 26 juin), l’employeur et le salarié peuvent convenir d’un commun accord des conditions de la rupture du contrat de travail à durée indéterminée (CDI) qui les lie. Cette rupture conventionnelle du contrat de travail obéit à une procédure spécifique : entretien(s) entre les deux parties, homologation de la convention… Elle est entourée d’un certain nombre de garanties pour le salarié et lui ouvre droit, dans les conditions de droit commun (activité préalable suffisante, recherche active d’emploi…), au bénéfice de l’allocation d’assurance chômage. A savoir Le portail internet TéléRC permet d’effectuer en ligne une demande d’homologation de rupture conventionnelle d’un(e) salarié(e). Sommaire Fiche détaillée En quoi consiste la rupture conventionnelle ?

Loi Macron: fronde contre le barème plafond des indemnités aux prud'hommes C'est à deux pas de l'Assemblée nationale que plusieurs syndicats de salariés (CFDT, CGT, CFE-CGC), le syndicat des avocats de France (SAF) et le syndicat de la magistrature (SM) ont tenu jeudi matin une conférence de presse pour dénoncer l'instauration par le projet de loi Macron d'un barème plafonnant les dommages et intérêts qu'un juge peut accorder à un salarié victime d'un licenciement sans cause réelle et sérieuse. >> Voir ici: TABLEAU. Indemnités aux prud'hommes: les montants des futurs plafonds Ces syndicats, dont la pétition hostile au barème a rassemblé 20 000 signatures, sont bien décidés à empêcher l'application de cette mesure. Le SAF et le SM ont ainsi adressé hier un argument détaillé au Conseil constitutionnel, qui devrait être saisi par Le parti Les Républicains au sujet du projet de loi Macron. Les raisons d'une éventuelle inconstitutionnalité du barème "Le droit du travail n'est pas au service de la politique pour l'emploi" "Une fragilisation du CDI" selon la CFDT

Le contenu de la convention de rupture et la rétractation | La rupture conventionnelle L'article L 1237-13 du Code du travail dispose que la convention de rupture définit les conditions de celle-ci, notamment le montant de l'indemnité spécifique de rupture conventionnelle qui ne peut pas être inférieur à celui de l'indemnité prévue à l'article L. 1234-9. Elle fixe la date de rupture du contrat de travail, qui ne peut intervenir avant le lendemain du jour de l'homologation. Sous cette réserve, les parties sont libres de fixer, à leur convenance, la date de la fin du contrat de travail. A compter de la date de sa signature par les deux parties, chacune d'entre elles dispose d'un délai de quinze jours calendaires pour exercer son droit de rétractation. La rupture conventionnelle doit être consentie par le salarié en connaissance de cause et ne peut être imposée par l'employeur afin de détourner les garanties accompagnant le licenciement. Cette demande doit être formulée au moyen du formulaire réglementaire dont le modèle a été fixé par l'arrêté du 18 juillet 2008.

Usage d’entreprise : comment le supprimer Qu’est-ce qu’un usage d’entreprise ? L’usage d’entreprise correspond à une pratique ou un avantage régulier que vous accordez librement à vos salariés sans qu’un texte de loi, une convention collective du secteur du BTP ou un accord collectif ne vous l’impose. Pour être qualifié d’usage, l’avantage accordé doit réunir 3 critères : la généralité : l’avantage bénéficie à l’ensemble du personnel salarié ou à une catégorie bien déterminée (les ouvriers de chantier, par exemple) ;la fixité : l’usage s’applique selon des modalités fixes, stables. Par exemple, si vous versez une prime annuelle, son mode de calcul doit être constant et fixé à l’avance, avec des critères objectifs ;la constance : l’avantage est versé régulièrement et l’a déjà été plusieurs fois de suite, se distinguant ainsi d’une mesure ponctuelle. Ainsi, une simple pratique devient un usage dès lors qu’elle cumule ces 3 conditions. Comment supprimer un usage d’entreprise ? Il faut respecter deux étapes distinctes : Non.

Le prix à payer du fait main made in France Au travers de mes stages et mes expos, je rencontre beaucoup de créateurs en herbe qui rêvent de faire de leur passion un métier. En même temps je me trouve aussi souvent confrontée au public, peu conscient de la réalité d'un indépendant, et dois lui expliquer le prix de mes œuvres qui, au premier abord, peuvent sembler chers. A tout ce beau monde, j’aimerais dédier cet article : le prix à payer pour une création fait-main en France en 2013. J'espère que mes réflexions aideront ceux qui se lancent dans la folle aventure de « l’indépendance » à mieux affronter la réalité et les autres à évaluer différemment ce qui se « cache » derrière le prix d’une création. Comme beaucoup de jeunes créateurs, je me suis lancée il y a plus de 8 ans, un peu fleur bleue. prix de création = heure de travail x 15 euros + matière première Très vite, j’ai quand même pris conscience des charges sociales – entre 14% (auto-entrepreneur commercial) à 40% (entreprise individuel). Les frais de vente PS.

8.11. Fin de contrat Le préavis : l'exécution normale du contrat de travail Le préavis est dû que ce soit par vous même qui démissionnez (NB: pas dans le cas d'une prise d'acte) , que par l'employeur qui vous congédie (SAUF faute grave ou lourde ou impossibilité d'exécuter le préavis en raison d'une inaptitude prononcée par le médecin du travail ) . Sa durée est en général prévue dans le contrat de travail ou la convention collective ou les usages , elle augmente avec la qualification du salarié. Le salarié qui n'exécute pas son préavis commet une faute contractuelle et l'employeur peut lui demander des dommages et intérêts dont il devra justifier le montant . On peut toujours négocier une réduction ou une suppression de préavis. 1/ Si le salarié la demande il pourra immédiatement partir mais n'aura pas de contrepartie financière puisque la contrepartie financière résulte du travail effectif réalisé pendant la période de préavis ce n'est que la simple continuation du contrat. Les documents de fin de contrat

Qu'est-ce qu'un licenciement pour motif économique ? Votre abonnement a bien été pris en compte. Vous serez alerté(e) par courriel dès que la page « Qu'est-ce qu'un licenciement pour motif économique ? » sera mise à jour significativement. Vous pouvez à tout moment supprimer votre abonnement dans votre espace personnel. Pour vous abonner aux mises à jour des pages service-public.fr, vous devez activer votre espace personnel. Vous serez alerté(e) par courriel dès que la page « Qu'est-ce qu'un licenciement pour motif économique ? Un licenciement pour motif économique est un licenciement effectué par un employeur pour des raisons qui ne sont pas liées au salarié lui-même. Les raisons économiques que l'employeur peut invoquer sont les suivantes : des difficultés économiques, des mutations technologiques,la nécessité de sauvegarder la compétitivité de l'entreprise,ou la cessation d'activité de l'entreprise (sauf si elle est due à une faute de l'employeur). À noter :

Related: