background preloader

Où est passé la puissance de la “pensée visuelle”

Où est passé la puissance de la “pensée visuelle”
Dans le dernier numéro de Wired, l’éditorialiste Clive Thompson évoque la puissance de la pensée visuelle, c’est-à-dire celle qui s’exprime par le dessin plutôt que par les mots. Pour cela, il convoque le dernier livre de Dan Roam (blog), auteur du Retour de la serviette (The Back of the Napkin, évoquant la serviette en papier sur laquelle on griffonne souvent un petit schéma éclairant pendant un repas d’affaires), dans lequel ce dernier montre que notre culture repose trop fortement sur les mots. Nos systèmes scolaires et politiques sont conçus pour promouvoir des gens éloquents dont le mode de pensée est essentiellement verbal. Mais les problèmes dynamiques ou compliqués ne peuvent souvent pas se résumer à de simples récits. Image : à l’occasion d’une session sur le Mind Mapping, Fix avait commis ce petit dessin sur les cartes qui disent des choses et font parler. Clive Thompson estime que cela pourrait changer, car l’internet a montré l’utilité de l’image et des visualisations. Related:  Visualisations - A Classer

Se balader sur le graphe du territoire : Linkfluence cartographie la rive droite de Bordeaux Par Hubert Guillaud le 20/10/10 | 3 commentaires | 2,179 lectures | Impression Linkfluence vient de publier une cartographie des sites de la rive droite de Bordeaux (que nous évoquions hier dans notre billet sur L’hyperlocal révélé). Après une exploration de quelque 13 000 pages, sites et blogs du territoire, la société d’analyse a retenu 524 sites pour une indexation plus fine, géographique et thématique. Cette analyse permet d’observer autrement le territoire numérique local, en montrant les connexions (ou l’absence de connexions) entre les sites locaux selon leur thématique et leur positionnement géographique, comme l’explique l’analyse de l’agence.Presentation resultats linkfluence étude GPVLa cartographie interactive est accessible en ligne, ainsi que la base de sites qui a servi à l’accomplir. Guilhem Fouetillou : On a trouvé la problématique que nous posait la Fing intéressante, parce qu’elle s’intéresse à comparer le territoire physique et numérique.

La pensée visuelle : informer, influencer et inspirer via des dessins | Shake Your Mind Toujours dans le registre de la pensée visuelle et avant un prochain article sur la fameuse méthode GTD, voici une présentation qui m’a marqué : 1 – Parce que j’ai eu l’occasion de la parcourir au moment ou j’effectuais la chronique de The Back of the Napkin (Convaincre en deux coups de crayon) 2 – Parce que bien que présentant une approche différente de celle de Dan Roam, cette présentation a le mérite d’aborder le sujet avec beaucoup de simplicité. Au menu ici, 1 nouvel outil proposé et 6 étapes alternatives pour arriver à représenter visuellement ses idées : 1 nouvel outil proposé : les 4M Un peu à l’instar des outils que Dan Roam présente dans son livre (6 façons de Voir et de Montrer, outil SQVID,..), David Armano propose ici en complément les 4M : 6 étapes pour arriver à représenter ses idées Dan Roam évoque dans son livre principalement 4 étapes (Regarder, Voir, Imaginer, Monter), David Armano en propose ici 6 pour arriver à représenter ses idées : Une alternative simple et inspirante

DM TRENDS Humanités et sciences cognitives (1/4) : Une nouvelle critique littéraire Par Rémi Sussan le 22/04/10 | 5 commentaires | 4,653 lectures | Impression A l’heure où les humanités deviennent de plus en plus numériques, comment les neurosciences peuvent-elles permettre de mieux comprendre l’évolution de notre culture ? La création littéraire et artistique peut-elle être éclairée par les sciences cognitives ? La littérature complexe développe nos capacités d’abstractions La première chercheuse que nous présente le New York Times se nomme Liza Zunshine, professeur d’anglais à l’université du Kentucky. Ce terme désigne le processus par lequel nous attribuons correctement des états mentaux à nos partenaires. La littérature permettrait donc à chacun de nous de monter dans de hauts niveaux d’abstraction, de pousser notre esprit dans ses limites. Pourquoi l’être humain possède-t-il une théorie de l’esprit aussi sophistiquée ? Le numérique, la psychologie et les sciences cognitives peuvent-ils nous aider à comprendre l’évolution de la littérature ? L’amour, justement.

L'utilisation la pensée visuelle pour la résolution de problèmes image du site Group Partners La sortie du livre The Back of the Napkin, solving problems and selling ideas with pictures est annoncée pour mars 2008. Dan Roam est consultant, facilitateur graphique travaillant sur la côte Ouest des États-Unis. Il aide les organisations dans la prise de décision, la résolution de problèmes, la stratégie en utilisant la pensée visuelle. Il est représentatif de l'émergence d'un secteur appelé "graphic / visual facilitation". Dans son livre Les cartes d'organisation d'idées Nancy Margulies évoquait les Mindscapes, des paysages mentaux qui capturent la pensée et la vision d'un groupe ou d'une organisation. Plusieurs entreprises se sont spécialisées dans ce secteur comme Visual Insight, XPLANE ou Grove, toutes basées aux États-Unis. Image : Visual Insight En France, je vous recommande de visiter le blog bilingue Anglais / Français USWIM (You See What I Mean) qui aborde le langage visuel sous l'angle du Management des connaissances.

L’étude des comportements peut-elle permettre de les changer ? (1/4) : “Le progrès a besoin d’être mieux géré” Pour Dan Ariely, celui qui a popularisé la théorie de l’économie comportementale, auteur du best-seller international C’est vraiment moi qui décide (blog), la crise économique de 2008 est la preuve que nos décisions, même en matière d’argent, ne sont pas toutes rationnelles, comme il le clame depuis longtemps. Mais si l’approche rationnelle des marchés ne peut pas nous protéger de nous-mêmes, quel modèle devons-nous utiliser, lui demande Karen Christensen pour in Business ? Errare humanum est : le progrès à besoin d’être mieux géré « Le modèle rationnel est malléable. Nous ne sommes pas rationnels. « Le fait est que nous sommes susceptibles de faire tout un tas d’erreurs de décision, et, à mesure que nous inventons de nouvelles technologies, de nouveaux instruments financiers ou d’autres moyens de nous plonger dans les ennuis, nous générons plus de risques. Identifier nos travers pour les limiter Notre second travers repose sur notre incapacité à gérer nos conflits d’intérêts.

ProspecTic 9/12 : Quatrième clé, mode de pensée et conflit d’intérêt A l’occasion de la parution de “ProspecTic, nouvelles technologies, nouvelles pensées ?” par Jean-Michel Cornu, directeur scientifique de la Fing – un ouvrage pédagogique et de synthèse sur les défis des prochaines révolutions scientifiques (Amazon, Fnac, Place des libraires) -, il nous a semblé intéressant de revenir sur les enjeux que vont nous poser demain nanotechnologies, biotechnologies, information et cognition. Maintenant que nous avons posé l’avenir des prochaines révolutions technologiques, observons les clefs pour comprendre et les défis qu’elles nous adressent. Peut-on sortir du rapport de force ? Les sciences de la complexité, qui sont transversales aux différentes nouvelles technologies, permettent de faire émerger des solutions nouvelles, parfois étonnantes, à partir des interactions entre les différents constituants d’un système. Imaginons maintenant une autre règle ajoutée au jeu du tir à la corde : une pierre est attachée au milieu de la corde entre les deux équipes.

Comment les métaphores programment notre esprit Par Rémi Sussan le 22/03/11 | 10 commentaires | 8,128 lectures | Impression Encore un coup dur porté à l’idée de l’homme “animal rationnel” et une brique de plus à l’édifice de l’économie comportementale. Notre vision du monde – et par conséquent nos décisions – seraient en grande partie modelées par notre système de métaphores, lesquelles n’appartiennent décidément pas qu’aux poètes. C’est ce qui ressort de l’expérience menée par Paul Thibodeau et Lera Boroditsky, à l’université de Stanford, relatée par un article de Discover magazine. Nos réactions dépendent de comment on en parle Ces deux chercheurs ont proposé à leurs sujets deux rapports sur le crime dans la ville d’Addison, chacun des cobayes n’en lisant bien sûr qu’un seul. La seconde version reprenait exactement les mêmes éléments que la première, statistiques comprises. En bref, lorsque la criminalité est considérée comme une “maladie”, on est plus disposé à chercher à “soigner” plutôt qu’à “combattre” et “punir”.

Hémisphère gauche - Hémisphère droit Chacun de nous utilise une partie de son cerveau plus que l’autre. Rien de grave, sinon qu’en ignorant notre « préférence », nous nous privons d’informations cruciales sur nous-même. Test et conseils pour tout savoir sur notre hémisphère dominant. Anne-Laure Gannac Sommaire L’heure de gloire du cerveau gauche A découvrir L’hémisphère gauche Il gère le temps, le langage, le calcul, la pensée analytique, les savoir-faire, les procédures. Que les choses soient claires : nous n’avons pas deux cerveaux, mais un seul, constitué de deux hémisphères, qui communiquent entre eux en permanence et nous sont tous deux indispensables. Pourtant, de même que nous utilisons une main plus facilement que l’autre, nous nous servons plus spontanément de l’un ou l’autre de ces hémisphères. L’hémisphère gauche vivait son heure de gloire. La difficile percée du cerveau droit L’hémisphère droit Il gère l’espace, l’intelligence globale, l’intuition, le sens artistique. Test : Etes-vous cerveau gauche ou cerveau droit ?

Related: