background preloader

Où est passé la puissance de la “pensée visuelle”

Où est passé la puissance de la “pensée visuelle”
Par Hubert Guillaud le 23/11/10 | 5 commentaires | 4,951 lectures | Impression Dans le dernier numéro de Wired, l’éditorialiste Clive Thompson évoque la puissance de la pensée visuelle, c’est-à-dire celle qui s’exprime par le dessin plutôt que par les mots. Pour cela, il convoque le dernier livre de Dan Roam (blog), auteur du Retour de la serviette (The Back of the Napkin, évoquant la serviette en papier sur laquelle on griffonne souvent un petit schéma éclairant pendant un repas d’affaires), dans lequel ce dernier montre que notre culture repose trop fortement sur les mots. Nos systèmes scolaires et politiques sont conçus pour promouvoir des gens éloquents dont le mode de pensée est essentiellement verbal. Notre système de pensée nous encourage à décrire nos problèmes sous forme de récits ou des listes linéaires de fait. Mais les problèmes dynamiques ou compliqués ne peuvent souvent pas se résumer à de simples récits. Sauf que les outils, à nouveau, ne feront pas tout. Hubert Guillaud

http://www.internetactu.net/2010/11/23/ou-est-passe-la-puissance-de-la-pensee-visuelle/

Related:  Intelligence CollectiveArticles sur TICE Gen

Phylo: un jeu qui stimule la recherche génétique Des chercheurs de l'Université McGill de Montréal mettent au point un jeu qui utilise les mouvements des joueurs pour analyser les séquences génétiques. Grâce à un nouveau jeu mis au point par une équipe de bioinformaticiens de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures)....) McGill, jouer en ligne peut signifier davantage que passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.). Les joueurs peuvent maintenant contribuer de façon amusante à la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques.

Le temps qu'on s'accorde, le temps qu'on accorde aux autres... et aux apprentissages Recommander cette page à un(e) ami(e) Stefana Braodbent est à la fois anthropologue et cogniticienne et travaille au département d'anthropologie d'UCL à Londres. Ses recherches se fondent sur l'observation des habitudes et des différentes stratégies de communication adoptées selon les médias utilisés. Son équipe a par exemple dégagé plusieurs manières de distribuer les échanges selon les médias : L'organisation du temps, une donnée sociale qui varie selon les pays considérés

Se balader sur le graphe du territoire : Linkfluence cartographie la rive droite de Bordeaux Par Hubert Guillaud le 20/10/10 | 3 commentaires | 2,179 lectures | Impression Linkfluence vient de publier une cartographie des sites de la rive droite de Bordeaux (que nous évoquions hier dans notre billet sur L’hyperlocal révélé). Après une exploration de quelque 13 000 pages, sites et blogs du territoire, la société d’analyse a retenu 524 sites pour une indexation plus fine, géographique et thématique. Cette analyse permet d’observer autrement le territoire numérique local, en montrant les connexions (ou l’absence de connexions) entre les sites locaux selon leur thématique et leur positionnement géographique, comme l’explique l’analyse de l’agence.Presentation resultats linkfluence étude GPVLa cartographie interactive est accessible en ligne, ainsi que la base de sites qui a servi à l’accomplir. Guilhem Fouetillou : On a trouvé la problématique que nous posait la Fing intéressante, parce qu’elle s’intéresse à comparer le territoire physique et numérique.

Hémisphère gauche - Hémisphère droit Chacun de nous utilise une partie de son cerveau plus que l’autre. Rien de grave, sinon qu’en ignorant notre « préférence », nous nous privons d’informations cruciales sur nous-même. Test et conseils pour tout savoir sur notre hémisphère dominant. Anne-Laure Gannac A découvrir L’hémisphère gauche L’intelligence collective à petite échelle Qu’entend-on généralement par « intelligence collective » ? Pour le monde du web, la messe est dite : c’est le produit émergent de l’interaction entre plusieurs milliers, voire millions d’individus, certains ne partageant avec les autres qu’une quantité minimale de leur réflexion (c’est la théorie du surplus cognitif chère à Clay Shirky, comme il l’a développe dans on livre éponyme ou chez TED). Et bien entendu, c’est le web lui-même qui est le média de choix de cette intelligence collective. Cette définition repose sur certains postulats, pas toujours explicites : Plus on est de fous, plus on rit. Autrement dit, l’intelligence collective n’apparait qu’avec un très grand nombre d’interactions entre des multitudes d’agents.

Centre de ressources sur l'infobésité Le collectif IORG (Information Overload Research Group), organisation à but non lucratif fondée en 2008, effectue sur un site dédié une veille sur les articles et la recherche liés à la surcharge informationnelle. Le président du groupe Nathan Zeldes précise que la création du centre de ressources a été guidée par trois principes : Tout le monde peut soumettre des ressources pertinentesLe répertoire de ressources est modéré par des professionnels afin que les ressources publiées soient de qualité et pertinentesLe site contient des ressources de toutes sortes: documents de recherche, livres, articles de presse, blogs, vidéos et sites web L'objectif final est de créer le plus vaste ensemble au monde de ressources consacrées à l'infobésité. Plusieurs modes de recherche sont accessibles depuis la page d'accueil du site : moteur de recherche interne, recherche par catégorie ou par tag. L'énorme majorité des ressources est en anglais.

Humanités et sciences cognitives (1/4) : Une nouvelle critique littéraire Par Rémi Sussan le 22/04/10 | 5 commentaires | 4,653 lectures | Impression A l’heure où les humanités deviennent de plus en plus numériques, comment les neurosciences peuvent-elles permettre de mieux comprendre l’évolution de notre culture ? La création littéraire et artistique peut-elle être éclairée par les sciences cognitives ? La pensée visuelle : informer, influencer et inspirer via des dessins Toujours dans le registre de la pensée visuelle et avant un prochain article sur la fameuse méthode GTD, voici une présentation qui m’a marqué : 1 – Parce que j’ai eu l’occasion de la parcourir au moment ou j’effectuais la chronique de The Back of the Napkin (Convaincre en deux coups de crayon) 2 – Parce que bien que présentant une approche différente de celle de Dan Roam, cette présentation a le mérite d’aborder le sujet avec beaucoup de simplicité. Au menu ici, 1 nouvel outil proposé et 6 étapes alternatives pour arriver à représenter visuellement ses idées : 1 nouvel outil proposé : les 4M Un peu à l’instar des outils que Dan Roam présente dans son livre (6 façons de Voir et de Montrer, outil SQVID,..), David Armano propose ici en complément les 4M :

Du rôle prédictif des données à la gouvernementalité algorithmique Sur Place de la Toile, le 12 décembre dernier, Xavier de la Porte recevait Guillaume Main, consultant et statisticien, qui s’occupe du site Statosphère ; Erick Alphonse, maître de conférences au Laboratoire d’Informatique de Paris-Nord (LIPN) et responsable d’Idaaas, une société qui construit des modèles prédictifs, notamment via PredictiveDB, un logiciel prédictif et Antoinette Rouvroy, chercheuse au Fonds national de la Recherche scientifique, qui travaille sur les formes de pouvoir induites par l’usage des données. Réécouter l’émission en ligne, ou parcourez le transcript augmenté de liens. Il y a de multiples formes de données, rappelle en préambule Xavier de la Porte : données sociales, messages, commentaires, celles qu’on publie chez les autres ou que les autres publient sur soi.

Related: