background preloader

Discutons Classe inversées avec Annick Carter

Discutons Classe inversées avec Annick Carter
Related:  Qu'est ce qu'on inverse ?

La classe inversée / Ce que c'est et Ce que ce n'est pas La classe inversée Ce que c’est et Ce que ce n’est pas On trouve sur Internet de plus en plus de sites et de blogs sur la classe inversée ou Flipped classroom en anglais. On définit traditionnellement la classe inversée ainsi : des vidéos qui remplacent l’enseignement direct, accessibles aux élèves à la maison, davantage de temps individuel en classe pour chaque élève, permettant de travailler et d’interagir avec leur professeur sur des activités clés d’apprentissage. faire à la maison ce qui était d’habitude fait en classe (« découverte de notion, lecture ») et faire en classe ce qui était fait à la maison (« raisonner sur des problèmes, créer et innover »). Il y a autant de façons de construire sa classe inversée qu’il y a de professeurs et qu’il y a des classes (voir témoignages). La classe inversée n’est pas Un synonyme de vidéos en ligne. La classe inversée est Un moyen d’accroitre les interactions et le temps de discussion personnalisée entre les élèves et les enseignants.

La pédagogie inversée La pédagogie inversée : les flipped classrooms : de nouveaux espaces-temps pour enseigner et apprendre à l'ère numérique Conférence de Marcel Lebrun, professeur à la Faculté de Psychologie et des Sciences de l'éducation de l'UCL de Louvain ; Le mercredi 3 Octobre 2012 lors du Forum@tice Document support de la conférenceLe blog de Marcel Lebrun A propos de la pédagogie inversée Qu'est-ce que c'est ? Marcel Lebrun : livres, articles, conférences Des technologies pour enseigner et apprendre (édition De Boeck)Théories et méthodes pédagogiques pour enseigner et apprendre : quelle place pour les TIC dans l'éducation ?

Quels renversements pour l'avenir du numérique dans l'enseignement ? En cette fin d'année scolaire, on peut se demander si l'école de la rentrée sera bien la même que celle que l'on vient de vivre. Outre que l'impression d'un refus du changement et de l'évolution est perceptible au travers des oppositions aux propositions faites du côté du ministère (le collège en particulier), on a le sentiment qu'à propos du numérique, pourtant moins sensible, il en est de même. Cependant, à entendre les demandes des uns et des autres on peut penser qu'un renversement s'amorce progressivement dans la tête des acteurs de l'éducation, bref que les représentations sont en train d'évoluer. La notion de renversement (inversion ?) semble faire progressivement son chemin dans l'esprit de nombreux enseignants. Est-ce le signe d'une lassitude d'un modèle pédagogique devenu peu valorisant pour l'enseignant? Quelques exemples tirés de nos observations de l'année vont l'illustrer. Les classes inversées dans leurs formes variées obtiennent un vrai succès de curiosité.

techniques usuelles information et communication - la classe inversée un peu d'histoire La classe inversée - Flipped classroom - ou l'enseignement inversé - Flipped teaching - a été inventée par l'américain Salman Khan en 2006 - il était alors analyste financier - lorsqu'il a commencé à mettre des vidéos en ligne pour que ses cousins puissent réviser leurs cours de mathématiques. Il a ensuite créé en 2009 son propre site éducatif, la Khan Academy, qui dispose aujourd'hui d'une banque de données de plus de 4500 vidéos visibles gratuitement. le concept La stratégie pédagogique dite de « classe inversée » est une façon de réorganiser le temps des apprentissages : - les parties théoriques du cours sont dispensées hors de la classe de façon numérique : capsules vidéos, lectures personnelles, visites virtuelles, baladodiffusion, jeux sérieux,etc... Il y a là un changement de posture : on passe d'un modèle centré sur le professeur à un modèle centré sur l'élève. les aspects positifs de cette approche du côté des élèves Chaque élève travaille à son rythme. Note :

La classe inversée au service de l'innovation pédagogique Il était grand temps que les « Cahiers de l’Innovation » s’intéressent à Jean-Charles Cailliez, vice-président innovation de l’Université Catholique de Lille. L’innovation pédagogique est le sujet de prédilection de ce touche-à-tout de génie, bourreau de travail. Aujourd’hui, et ce blog en est l’illustration, il est beaucoup question d’innovation dans la société et plus particulièrement dans le domaine économique. L’éducation n’échappe pas à la règle. De nombreux enseignants innovent dans leurs pratiques pédagogiques. Cette interview est l’occasion de faire le point sur certaines initiatives qui provoquent la créativité et l’innovation, en particulier le concept de « classe inversée« , que Jean-Charles a poussé plus loin, la « classe renversée » (les vidéos à la fin de ce post vous permettront d’en savoir davantage sur la façon dont Jean-Charles inverse ou renverse sa classe). Tout d’abord, qu’est-ce-que la classe inversée ? Avez-vous un exemple ? Pour en savoir plus …

La pyramide des besoins de Maslow d’un point de vue pédagogique | madamemarieeve Le psychologue Abraham Maslow a établi une hiérarchie des besoins en faisant des recherches sur la motivation. Il a ainsi réalisé, dans les années 1940, la pyramide des besoins. Le fonctionnement doit être perçu tel un escalier. L’individu doit satisfaire les besoins qui sont à la base afin de pouvoir réaliser ceux qui sont au niveau supérieur. Le plus haut niveau étant le besoin de s’épanouir. Voici l’explication de chacun des niveaux. Besoins physiologiques: Ils sont liés à la survie. Besoin de sécurité : Ce besoin se réfère au fait que tout individu doit se protéger des dangers. Besoin d’appartenance et affectif : Ce besoin a une dimension sociale. Besoin d’estime : Il est le prolongement du besoin précédent. Besoin de s’épanouir : Ce besoin se retrouve au sommet des aspirations humaines. Nous devons tenir compte, en tant qu’enseignant, de ces besoins. Voilà donc la pyramide vue sous un regard ayant une vision pédagogique: N’est ce pas l’objectif premier d’un enseignant? WordPress:

Classes Inversées : Marcel Lebrun La Section Belge de l’Association Internationale de Pédagogie Universitaire (AIPU) que je préside a lancé il y a quelque temps un nouveau type d’activité : le 10 > 20 > Trente ! Le premier portait sur les Flipped Classrooms, les classes inversées. Vidéo initiale d’introduction et débat en salle. [...] Dans ce billet, je souhaite avancer quelque peu dans cette réflexion dans le sens d’une hybridation (souhaitable selon moi) entre la présence (ce qui se fait ou devra se faire sur le Campus du XXIème siècle) et la distance (l’externalisation des savoirs, les MOOC, les compétences exercées dans les communautés d’apprentissage ou de pratiques en ligne). [...] D’espace « privé » en lieu et temps, l’école devient plus que jamais espace d’écolage pour la société complexe, espace mobile pour un apprentissage toute le vie durant.

La classe inversée, un véritable bouleversement pédagogique ? #1 Est-ce si nouveau ? Depuis plusieurs mois, les classes inversées s'immiscent dans pratiquement toutes les conversations. Schématiquement, il s'agit de faire travailler les étudiants en amont du cours, pour consacrer le temps où ils sont présents avec le professeur à d'autres activités : approfondissement de certaines notions, réponse aux questions des étudiants, mais aussi mise en commun des productions, échanges et débats. Présentée de la sorte, cette pédagogie n'est pas franchement nouvelle : professeur à l'université catholique de Louvain, Marcel Lebrun, notamment, raconte avoir lui-même eu un enseignant qui pratiquait cette méthode lorsqu'il était étudiant. Comment expliquer un tel engouement ? #2 Est-ce forcément numérique ? Si les enseignants n'ont pas attendu le web, les podcasts et les réseaux sociaux pour expérimenter la classe inversée, les outils numériques en facilitent largement la mise en pratique. #3 Faut-il inverser tous les cours ? "Il faut alterner !

Essai de modélisation et de systémisation du concept de Classes inversées Dans ce Blog, j’ai plusieurs fois documenté la « méthode » des Classes inversées. On y trouvera aussi un essai sur le rapport entre le Tsunami des MOOCs et les « renversements » proposés par les Classes inversées . Dans ce nouvel essai, j’essaierai de répondre à celles et ceux qui nous disent régulièrement « Mais, les classes inversées, ça existe depuis longtemps … ». Ma réponse est : Oui, sans aucun doute. Mais, est-ce bien cela, n’est-ce que cela, une Classe inversée … prendre connaissance (le mot est intéressant) de la matière avant « le cours » et faire des applications ensuite ! Dans la première phrase de ce billet, j’ai mis volontairement le mot « méthodes » entre guillemets pour signifier que l’approche des Classes inversées est surtout un changement de paradigme, de mentalités dans les rapports que nous construisons avec les termes « Savoirs », « Apprendre » et « Enseigner ». 1. (2) Le « flip » va agir en reconsidérant les espaces-temps de l’enseigner-apprendre. 2. 3. 4. 5.

Les outils qui rendent possible la classe inversée La notion de classe inversée tourne beaucoup autour de la vidéo. Mais pourquoi? Selon Caroline Hétu et David Chartrand, enseignants, elle constitue un outil pédagogique très puissant, permettant « d’expliquer des notions, substituer une partie du cours et donner des instructions claires, autant en classe qu’à la maison ou à l’étranger ». 1. Quiconque a déjà travaillé avec la vidéo sait à quel point ce média est « lourd » côté informatique. Le fait de déposer un fichier (dans ce cas-ci, un fichier vidéo) sur un service en ligne pour y avoir accès de partout s’appelle l’infonuagique, ou l’informatique en nuage. Il existe d’autres applications de l’infonuagique. 2. Pour la création de capsules vidéo originales, il y a différentes façons de procéder. La méthode « enregistreur d’écran » La première façon d’envisager la fabrication de vidéo est d’enregistrer ce qu’on voit à l’écran, tout simplement. Dernière étape : Rendre la vidéo disponible sur YouTube 3. Khan Academy Sophia 4. 22 mars 2012

La classe inversée, un modèle à suivre pour l’école numérique ? Pas certain… Les microcosmes éducatifs ne bruissent que de ça… Après les MOOC et les tablettes, la classe inversée est, semble-t-il, au cœur de la réflexion de tous ceux qui veulent bien se préoccuper de faire avancer la pédagogie et de la mettre en adéquation avec son temps. Écrivez un article avec, dans le titre, l’expression « classe inversée » ou, mieux, « flipped classroom » qui fait tout de suite plus branché et vous verrez votre notoriété en ligne atteindre des sommets. Pour tout vous dire en secret, ce billet n’a d’autre but que celui-là… L’état de l’art Faisons le point. Sitôt « débarquée » de la DNE, l’été dernier, Catherine Becchetti-Bizot s’est vue confier une mission d’étude « des pratiques mobilisant des pédagogies actives liées à l’utilisation des outils et ressources numériques » à laquelle elle travaille d’arrache-pied, parcourant la France pour y rencontrer les collègues qui pratiquent la classe inversée. Les interrogations, les doutes Redécouverte des pédagogies actives ?

Michel Serres : "On n’a jamais eu autant besoin des enseignants !" Dans son dernier livre "Pantopie : de Hermès à Petite Poucette", le philosophe et académicien Michel Serres, 84 ans, revient sur les personnages et les concepts clés de son œuvre. Rencontre. Michel Serres at his Parisian residence on May 5th, 2012. Picture by Manuel Cohen Pourquoi ce livre « Pantopie : de Hermès à Petite Poucette » , rédigé sous la forme d’entretiens ? Tout est parti d’une rencontre avec Martin Legros et Sven Ortoli, deux journalistes de Philosophie Magazine qui m’ont proposé de faire le point sur l’ensemble de mon œuvre sous la forme de questions-réponses. Pour quelle raison dites-vous que la séparation entre les lettres et les sciences dans l’éducation est « très dommageable pour l’innovation » ? L’Ecole normale supérieure, où j’ai obtenu l’agrégation de philosophie, a cette particularité qu’elle mélange depuis deux siècles des littéraires et des scientifiques. Au contraire, c’est une chance ! On n’a jamais eu autant besoin des enseignants ! Ce n’est pas la question.

Related: