background preloader

30 références pour démystifier 10 idées reçues sur le numérique #pdlt

30 références pour démystifier 10 idées reçues sur le numérique #pdlt
si vous êtes des habitués de ce blog ou si vous arrivez ici après avoir écouté l’émission Place de la Toile « 10 idées reçues sur la Toile » (France Culture, 1 mars 2014), ce petit billet présente une liste non exhaustive de références liées au sujet de l’émission. Aiguillonnés par Xavier de la Porte et Thibault Henneton, je me suis penché avec Amaëlle Guiton sur des exemples de « sagesse conventionnelle » (conventional wisdom) communément associés au numérique – pour les complexifier, les décortiquer, parfois les démentir. Personnellement, c’est un exercice auquel je m’adonne assez souvent (par ex. ici, ici ou ici)… 1. Internet, c’est le virtuel– Casilli, Antonio A. (2009) « Culture numérique : L’adieu au corps n’a jamais eu lieu ». Esprit, n° 353, p. 151-153. – Jurgenson, Nathan (2011) « Digital Dualism versus Augmented Reality ».

http://www.bodyspacesociety.eu/2014/03/01/30-references-pour-demystifier-10-idees-recues-sur-le-numerique/

Related:  Enjeux InternetBiblio spécial web

Dominique Cardon – quelles fractures numériques Quelles fractures numériques ? Dominique Cardon, vous êtes sociologue, vous êtes chercheur au laboratoire des usages de France Télécom et membre associé au Centre d’études des mouvements sociaux de l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Vous avez aussi enseigné à la Sorbonne de 2003 à 2013. Vos recherches portent sur les transformations contemporaines de l’espace public. Vous vous penchez notamment sur les infrastructures médiatiques qui nous sont offertes par les nouvelles technologies. Vous allez aujourd’hui nous aider à débroussailler la question de la fracture numérique, ou plutôt des fractures numériques.

Cours en accès libre sur le Web social, TELUQ Avec la montée en puissance des réseaux sociaux et de tous les outils qui ont transformé les manières de faire sur le web, savoir les utiliser n'est plus un luxe. Dans un tel contexte, la TÉLUQ - plus particulièrement le professeur Sébastien Paquet - a créé un cours intitulé "Le web social". Une particularité : ce cours est en libre accès pour tous.

Ma vie disséquée à travers mes données personnelles Plusieurs centaines de fois par jour, nous générons des données qui disent où nous allons, ce que nous faisons, avec qui nous mangeons et ce que nous avons pris comme dessert. La NSA. Google. Dominique Cardon, la démocratie Internet - visions Le 5 juillet 2012 est apparue sur une multitude de sites de la Toile une «Déclaration of Internet freedom». Portée notamment par Reporters sans frontières et Amnesty International, cette déclaration pour un Internet libre et ouvert, se voulant d’envergure mondiale, a très vite été signée par une ribambelle de sites, militants ou non. D’une certaine façon, ce texte court et consensuel pourrait être le symbole du modèle démocratique inédit qu’incarne désormais Internet. Il affirme en effet cinq principes que n’auraient pas renié les grands penseurs de la démocratie américaine : avant toute chose la liberté d’expression (donc le refus de la censure) ; l’accès universel au réseau ; la transparence et l’ouverture sans exclusive pour tous types d’activités et de créations ; la liberté d’innovation ; et le respect de la vie privée de chacun. L’émancipation de la société civile

La NSA et la surveillance sur Internet pour les nuls « Ces révélations ont changé notre Internet à jamais. La vie privée a-t-elle seulement un avenir ? » L’excellent journal The Guardian, très actif dans l’affaire Snowden, a récemment mis en ligne une vidéo simple et percutante sur la NSA et la problématique de la surveillance en ligne. Nous vous en proposons sa transcription traduite ainsi que le fichier .SRT de sous-titrage en français disponible ci-dessous (merci Cartido)

Patrice Flichy. Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Seuil, 2010, 97 pages, 11,50 € 1« Les quidams ont conquis internet ». Phrase d’introduction de son ouvrage Le sacre de l’amateur, Patrice Flichy a choisi de prendre le contre‑pied d’Andrew Keen et de ses réflexions sur l’univers sauvage du web 2.0, pour nous présenter au travers de trois chapitres, un internet de masse dans lequel l’amateur s’impose comme la figure emblématique d’une nouvelle forme d’expertise. À mi-chemin entre l’ignorant et le professionnel, l’amateur du web contemporain s’appuie aujourd’hui sur sa compétence, acquise notamment par l’expérience, pour rivaliser avec les experts. Selon Flichy, c’est dans son quotidien que l’amateur puise une source considérable de connaissances et acquiert de nouveaux savoirs et savoir-faire.

La face sombre du numérique Dossiers › La face sombre du numérique Vingt-quatre jeunes journalistes, ultra connectés comme tous ceux de leur génération, maîtrisant les outils numériques du fait des nécessités de leur travail, ont choisi de s’interroger sur la dépendance grandissante de notre société aux nouvelles technologies. Pendant six mois, ils ont enquêté sur la « face sombre » des révolutions informatiques.

Parution de « Cultures du numérique » (Ed. du Seuil Le voilà entre mes main : le premier exemplaire de « Cultures du numérique » que j’ai dirigé et dont j’ai le plaisir de vous annoncer la parution aux Editions du Seuil. Il s’agit du numéro 88 de la revue Communications, un numéro spécial qui marque le cinquante ans de cette glorieuse publication fondée en 1961 par Roland Barthes et Edgar Morin. Nous en sommes tous très fiers, et à juste titre.

Sur le hoax de la France comme « victime de la surveillance des USA » - Révolte Numérique Alors que plusieurs mois se sont écoulés depuis les révélations d’Edward Snowden sur la surveillance mondiale de la NSA, le silence médiatique sur le rôle de la France dans cette affaire, et la stratégie similaire qu’elle déploie de son côté, installe un malaise renforcé par le contraste observé entre ce mutisme et la gravité de la situation. Surfer sur un certain anti-américanisme français Que l’on ne me fasse pas dire ce qui n’a pas été prononcé, je ne prétends pas qu’il n’y ait pas une influence non négligeable et consentie des États-Unis sur la France à tous les niveaux, et qu’il n’y ait pas également une certaine admiration de ce qu’ils représentent ici.

L’avènement de la république des réseaux «Avant on allait sur Internet. Maintenant nous sommes dedans», tels des avatars humains plongés dans un océan d’information… Et si ce monde parallèle peuplé de deux milliards d’individus connectés prenait le pas sur notre réalité ? Et si la révolution numérique était la mutation la plus importante dans l’histoire de l’humanité ? Et si le réseau qui a tissé sa toile jusqu’aux moindres recoins de la planète et de nos vies était devenu le vrai lieu du pouvoir politique et économique ? Logiciels à l’ère libre Les chemins de la liberté, certains logiciels les arpentent depuis le milieu des années 80. Petit à petit, discrètement, ils se sont imposés dans la plupart des rouages de l’informatique moderne. Pour apprendre à les connaître, rien de plus simple : ouvrez un navigateur Web (Firefox de préférence, pour les besoins de l’exercice), utilisez votre moteur de recherche favori, tapez «logiciel libre», puis cliquez sur le premier lien qui apparaît. En quatre étapes, vous êtes sur le point d’en savoir plus sur le sujet et, surtout, vous êtes maintenant un utilisateur aguerri de logiciels libres (lire ci-contre). Rien que pour ces manipulations, des dizaines d’entre eux sont entrés en action. Servir la collectivité

Médias sociaux — Presses de l'Université du Québec S’informer, se divertir, créer, échanger, commenter, partager : aujourd’hui, ces gestes s’effectuent avec les médias sociaux. Facebook, Twitter, LinkedIn, Wikipedia, YouTube, Instagram… tous ces dispositifs (et bien d’autres encore !) permettent aux usagers d’intervenir directement dans la production et la diffusion de contenus médiatiques, à titre professionnel ou personnel. Mais quel est le poids réel des médias sociaux dans le tissu relationnel et, plus largement, dans l’ensemble de la dynamique sociale ?

Related: