background preloader

S'abonner à une plateforme de livres numériques en bibliothèque : les questions à se poser.

S'abonner à une plateforme de livres numériques en bibliothèque : les questions à se poser.
Le réseau de bibliothèques pour lequel je travaille, propose à ses lecteurs depuis fin 2012 d'emprunter des liseuses sur lesquelles sont préchargés des livres numériques précieusement sélectionnés par l'équipe de bibliothécaires. (Les livres sont achetés via la librairie Le Divan). Cette année, pris dans un élan de folie, pour répondre aux attentes de nos lecteurs connectés et équipés, pour compléter nos fonds et notre première offre de liseuses (et un tas de raisons que je développerai prochainement dans un billet consacré aux limites de l'offre d'achat de titres numériques/liseuses pour une collectivité) nous avons décidés de souscrire à un (voir des !) abonnement(s) de téléchargement / lecture en ligne de livres numériques. Oui mais lequel(s) ? Un petit point sur les questions à se poser avant de franchir le pas. 1. Ça coule de source, mais ne jamais perdre de vue que notre objectif est de répondre aux attentes (et voir anticiper !) 2. Petite liste (non exhaustive) de l'existant : 3. Related:  ebook adultePrêt numérique en bib PNBInfoDoc

Le point sur PNB Mise à jour 2 octobre 2013 PNB est un projet interprofessionnel piloté par Dilicom et soutenu par le CNL (Centre national du Livre). PNB n'est pas une offre de livres numériques. PNB n'est pas un logiciel permettant de gérer le prêt ou la consultation en bibliothèque. PNB est un dispositif d'échange d'informations (données commerciales, métadonnées descriptives, juridiques et techniques, données de gestion : état des droits de consultation, statistiques…) entre éditeurs, libraires et bibliothèques, dont le but est de faciliter le développement d'offres de livres numériques pour les bibliothèques. Quel est le rôle de Dilicom ? Les distributeurs proposent-ils une offre commune aux bibliothèques ? Nombre d'utilisateurs simultanésDurée de mise à disposition de l'offreNombre d'emprunts autorisésDurée maximale d'empruntAccès in situ ou ex situStreaming ou téléchargement Comment la bibliothèque met-elle en œuvre PNB ? Les offres Le calendrier

Du nouveau sur PNB Le projet PNB de Dilicom avance de plus en plus. Les établissements bêta-testeurs vont bientôt pouvoir mettre en place auprès de leurs publics ou une partie d’entre eux la mise à disposition de livres numériques. C’est bien de cela dont il s’agit : de la mise à disposition et en aucun cas du prêt. En effet, on ne peut prêter que ce que l’on possède (sauf les banques). Or avec ce type de dispositif (mais c’est valable pour Numilog et consorts), la bibliothèque n’est pas propriétaire des livres numériques qu’elle a acheté. Les établissements payent des licences d’accès au fichier inscrit dans une temporalité généralement fixée par l’éditeur. Cette semaine Feedbooks a annoncé l’ouverture du site collectivités.feedbooks qui fait état des œuvres disponibles pour le PNB. Une offre qui se révèle sous sa véritable facette Le site Collectivités de Feedbooks propose des recherches par facettes Vous avez la possibilité d’affiner votre requête en utilisant certaines facettes :

Créer des flux RSS depuis Twitter : trois outils au banc d'essai Les professionnels de l'information sont aujourd'hui conscients de l'intérêt de Twitter pour la veille. Nombre d'entre eux surveillent la twittosphère par le biais de fils RSS intégrés à leur agrégateur préféré. Mais si l'oiseau bleu a permis un moment de créer aisément des flux pour surveiller les nouveaux tweets d'une requête mot-clé, d'un hashtag, d'un twitteur ou d'une liste, la nouvelle version de son API a rendu inopérants, en juin 2013, les flux déjà créés et a complexifié notablement la création de nouveaux flux. Fort heureusement, des développeurs n'ont pas tardé à proposer sur le Web des applications et services permettant de créer simplement un flux RSS depuis Twitter. TwitRSS.me Développé par Charlie Harvey suite au changement d'API de Twitter, TwitRSS.me est un service simplissime qui donne dans certains cas de bons résultats. L'outil permet uniquement de suivre les tweets publiés par un twitteur donné. RSS Bridge Queryfeed

Première approche de PNB pour les bibliothécaires français Le Syndicat national de l'édition (SNE) et le ministère de la Culture se font fort de le rappeler et de le souligner : la France n'est pas en retard sur le prêt de livres numériques en bibliothèque. Le programme-pilote de PNB (Prêt Numérique en Bibliothèque), lui, est assurément en retard : prévu de février à juin 2014, il vient « seulement de commencer », nous expliquent les bibliothécaires responsables du service. Fiche du livre Les Lisières, par Olivier Adam, dans le catalogue des bibliothèques d'Aulnay-sous-Bois Le service PNB à destination des établissements de prêt à la particularité d'inclure la librairie locale, qui vend les exemplaires des livres numériques aux bibliothèques. Pour Grenoble, il s'agit de la librairie Feedbooks (comme le précise Hadrien Gardeur, cofondateur, en commentaire), pour Montpellier de Sauramps, et pour Aulnay-sous-Bois de la librairie Le Divan (avec ePagine en prestataire numérique). Moderniser la bibliothèque avec un fonctionnement désuet ?

Le prêt numérique "pour sortir les bibliothèques de la crise" L'ultime journée au Salon du livre fut l'occasion de soulever une question complexe : celle de l'introduction des ebooks dans les bibliothèques. Le Centre National du livre a organisé une table ronde réunissant trois femmes ayant fait le pari du prêt numérique sur demande (PNB). Témoignage. L'idée n'est pas jeune. Les intervenants ont rappelé qu'elle date ddu projet Gutenberg lancé à l'initiative de Michael Hart en 1971 pour combattre « l'illettrisme et l'ignorance ». Gratuit pour les inscrits, le service rend en effet un précieux service à la ville qui compte sur 300 000 habitants pas moins de 80 0000 étudiants. Fiona Marriott, responsable de la stratégie et du développement culture à Luton au Royaume-Uni a également tenu à souligner le rôle social de l' « e-bibliothèqe ». « Notre ville est très petite et très pauvre. Une longue quête s'est alors amorcée auprès des éditeurs. « Nous avons décidé de nous adresser directement aux éditeurs. Pour approfondir

Les revues Elsevier – quelques faits Le texte ci-dessous est la traduction d’un extraordinaire billet de Tim Gowers, initiateur du Cost of Knowledge. En dépit de son immense intérêt, la longueur de l’article m’a semblé pouvoir être un frein même aux anglophones — et parmi eux, les nombreux plus expérimentés que moi seront certainement en mesure de critiquer cette traduction. Je l’ai voulue pragmatique : l’objectif était de rendre ce texte accessible aux bibliothécaires francophones, pas d’élaborer une traduction parfaite. Donc dans certains cas j’ai retenu une expression à peu près exacte, juste parce qu’elle me paraissait suffisamment proche de l’origine pour n’être pas une trahison, et parce qu’une alternative plus juste ne me venait pas. Dans d’autres cas, j’ai même laissé l’expression anglaise, ne trouvant pas d’équivalent français (qui existe sans doute !) et jugeant que ça se comprenait très bien quand même ainsi. Il y a un peu plus de deux ans, The Cost of Knowledge initiait un boycott sur les revues d’Elsevier.

Comparison of e-book readers An e-book reader is a portable electronic device that is designed primarily for the purpose of reading e-books and periodicals. E-book readers are similar in form to a tablet computer, and usually refer to readers that use electronic paper, which means better readability of their screens especially in bright sunlight, and longer battery life. When disconnected from the web, an e-book reader's battery will last from weeks to months. Any device that can display text on a screen can act as an e-book reader, but without the advantages of the e-paper technology. Commercially available devices sold by maker or designer[edit] Notes: Library DRM compatible – Can be used to borrow e-books from public libraries, i.e. the EPUB and/or PDF formats with digital-rights-management (DRM) are supported." Electronic-paper displays[edit] Different kinds of screens[edit] All electronic paper types offer lower power consumption and much better sunlight contrast than LCDs. Private label hardware[edit] Changes[edit]

L'IFLA publie ses recommandations pour le prêt de livres numériques La Fédération internationale des associations de bibliothèques a récemment publié ses doléances en ce qui concerne le prêt d’e-books. Parmi les principes énoncés dans cette déclaration : les conditions d’achat des livres numériques par les bibliothèques doivent être modulables (nombre d’utilisateurs simultanés, durée du prêt, possibilité d’achat à la demande, etc.). Certaines fonctions doivent être garanties (possibilité de copier une partie de l’œuvre, de la reformater à des fins de conservation si elle a été acquise pour un accès permanent, possibilité de fournir une copie pour le prêt entre bibliothèques, de reformater l’impression d’une œuvre pour la rendre accessible aux personnes malvoyantes). Les livres doivent être lisibles sur tous les appareils de lecture numérique couramment disponibles. Lire la suite : En finir avec les limitations imposées au prêt de livres numériques. Holbeach e-book marker. Pour aller plus loin :

La bibliothèque au coeur de l’activité bibliométrique des universités : bonne ou mauvaise idée ? Durant les années 2000, les bibliothèques suédoises ont ressenti le besoin de redéfinir leurs missions et leurs rôles par rapport à la communauté qu’elles desservaient, c’est ce que nous apprend l’article How implementation of bibliometric practice affects the role of academic libraries de Fredrick Aström (Lund University Libraries) et Joacim Hansson (Linnaeus University) parue dans Journal of Librianship and Information sciences mais disponible en Open Access sur l’archive de l’Université de Lund. Le constat était simple : baisse d’activité sur les missions dites traditionnelles (recherche et organisation de l’information) et importance accrue de la documentation en ligne, émergence de nouvelles pratiques de publication des résultats de la recherche, développement des outils de recherche poussant au développement de nouveaux services pour les chercheurs, augmentation de la diffusion de la recherche en Open Access. Mais s’immiscer dans la question bibliométrique n’est pas sans risque.

BiblioBox.net Prêt numérique en bibliothèques : le modèle suédois - épisode 1 Nous inaugurons une série de billets portant sur l'étude comparée des modèles de prêt numérique en bibliothèques en France et dans le monde. Ces analyses sont issues des travaux de recherche menés par Hans Dillaerts sur l'intégration du livre numérique dans l'offre de services des bibliothèques, dans le cadre de son postdoctorat au sein du Département Recherche de l'enssib. Sensibiliser les usagers au livre numérique : une nouvelle mission pour les bibliothèques publiques suédoises Le prêt numérique : un nouveau service bien intégré dans les missions des bibliothèques En 2012, 95% des bibliothèques offrent un service de prêt de livre numérique. La distribution de livres numériques dans les bibliothèques publiques en Suède a commencé à se développer dès 2002. Il est intéressant de remarquer que cette compréhension militante des nouvelles missions des bibliothèques publiques ne fait pas forcément l’unanimité auprès de l’ensemble des professionnels de l’information. Atingo : un nouvel acteur

Faire du data mining avec Google : comment tromper big brother ? | Sciences communes Après Elsevier et Gallica, voici un nouvel épisode de ma série sur le data mining. Cette fois-ci je m’attaque à L’industrie majeure du web, celle qui fait figure de métaphore de l’internet tout entier : Google. Ou, plus exactement, son service d’indexation bibliométrique des articles scientifiques, Google Scholar (même si les problématiques abordées ici sont largement applicables à l’ensemble de l’écosystème Google). Les techniques de data mining (ou extraction automatique des données en bon français) s’apparentent à autant de sympathiques secrétaires, prompts à assister le chercheur dans la moindre de ses tâches. Ils peuvent être employées dans des projets d’analyse classique portant sur un corpus proprement délimité (c’était l’objectif de ma petite application d’extraction des textes journalistiques hébergés sur Gallica, Pyllica). Modéliser un champ de recherche avec Google Scholar La page d’accueil de Google Scholar. Pourquoi Google Scholar n’a pas d’API ? Mes précautions sont vaines.

Le Fil du BBF Pensée depuis plus de 20 ans, la nouvelle bibliothèque centrale d’Helsinki (capitale de la Finlande) et nouvelle tête du réseau des 36 bibliothèques municipales, vient d’ouvrir ses portes. « Oodi », située face au parlement finlandais, suscite en France l’intérêt de nombreux médias tels France Culture, Livres Hebdo, Culture Box, Archimag, Le Nouvel Obs, Le Figaro ou encore La Croix. Destinée à « promouvoir la connaissance, l’apprentissage et l’égalité », Tommi Laitio (responsable de la culture et des loisirs à la mairie d’Helsinki) déclare qu’Oodi dégage « l’idée moderne de ce que signifie être une bibliothèque » : une maison de la littérature mais aussi une maison de la technologie, de la musique, du cinéma, et une maison de l’Union européenne. France Culture n’hésite pas à parler de bibliothèque du futur. Des studios de musique, des salles de montage de film, un cinéma et des imprimantes 3D sont mis à disposition des utilisateurs.

La bibliothèque municipale de Grenoble, pilote pour le prêt numérique Présentée pour la première fois il y a près d'un an, l'offre Prêt Numérique en Bibliothèques, ou PNB, par Dilicom sera très prochainement expérimentée dans plusieurs établissements. Parmi ces derniers, la bibliothèque municipale de Grenoble, où Annie Brigant, directrice adjointe et chargée du numérique et des services aux publics, nous a détaillé la mise en place du service. La bibliothèque municipale de Grenoble (Milky, CC BY-SA 3.0) « Si l'expérimentation n'a pas encore démarré, c'est parce que la mise en oeuvre de PNB a pris un peu de retard : chaque bibliothèque doit être à même d'afficher les livres numériques, ainsi que les droits d'utilisation relatifs, sur son interface », nous explique Annie Brigant. Pour les établissements, deux solutions se présentent : C'est cette dernière solution que la bibliothèque municipale de Grenoble a choisie, « pour pouvoir bénéficier d'un véritable corner du livre numérique, avec l'affichage de recommandations et de mises en avant ». Pour approfondir

Related: