background preloader

Habiter une métropole d'Asie : Mumbai

Habiter une métropole d'Asie : Mumbai
Related:  Asie du Sud et de l'Est

Au cœur de Bombay : le bidonville de Dharavi Le bidonville de Dharavi situé en plein cœur du Grand Bombay, et le gigantesque projet de re-développement visant à le métamorphoser en quartier huppé de classes moyennes aisées, sont une illustration parfaite de l’orientation néolibérale de la classe politique indienne dans son ensemble, qui reste obstinément sourde et aveugle aux besoins des pauvres, représentant pourtant plus de 60% de la population urbaine de la mégapole indienne. Démonstration. I - Dharavi, un bidonville hors du commun Les bidonvilles (1) s’étalant au ras du sol font partie de l’image d’Epinal de Bombay (rebaptisée Mumbai), au même titre que les gratte-ciels de la capitale financière et commerciale de l’Inde. Une des voies d’entrée dans Dharavi, depuis la station de train de Mahim Parmi cette multitude de bidonvilles, celui de Dharavi est réputé pour être l’un des plus grands d’Asie mais c’est surtout l’un des plus anciens. Aujourd’hui, Dharavi occupe une superficie de plus de 200 hectares. « 90 Feet Road »

Site Histoire-Géographie Académie de la Guyane Une proposition d’étude de cas en géographie en terminale ES/L relative au thème 3 : "les dynamiques des grandes aires continentales", Question 3 : "L’Asie du Sud et de l’Est : les enjeux de la croissance". Le programme invite à aborder la question à partir d’une étude de cas « Mumbai : modernité, inégalités ». En quoi le cas de Mumbai est-il révélateur à la fois du dynamisme économique de l’Asie du Sud et de l’Est et des profondes inégalités qui affectent cet espace ? Mumbai y est envisagée comme un cas emblématique du dynamisme économique de l’Asie du Sud et de l’Est et des inégalités qui persistent pourtant sur ce continent, voire même sont amplifiées par cet essor. Dans cette optique, l’étude peut être articulée autour de trois volets principaux : Mumbai est la première ville indienne et le principal point d’ancrage de l’Inde à la mondialisation. Les acquis de cette étude seront synthétisés sous la forme d’un croquis. Séquence : Mumbai, entre modernité et inégalités.

Portraits d'un Nouveau Monde Mumbai, la plus grande ville du monde En 2031, Mumbai, autrefois appelée Bombay, deviendra la ville la plus peuplée du monde, avec 34 millions d'habitants - l'équivalent de la moitié de la France regroupée dans une seule ville. Les défis que cela pose à ses dirigeants et ses habitants sont probablement sans aucune mesure dans l'histoire humaine. Mais il y circule une énergie et un enthousiasme enivrants, et on serait tenté d'imaginer un avenir souriant à Mumbai : elle pourrait tenir une place centrale sur l'échiquier mondial, à l'image de New York au 20ème siècle. Sa population augmente de 400 000 habitants par an Mais la route est encore longue. À l'heure actuelle, la moitié des Mumbaikars - 10 millions de personnes - vivent dans des slums, des bidonvilles. Shabbir, héros de « Un rickshaw dans la ville », fait partie de ces ruraux migrants aujourd'hui installés avec sa famille dans un bidonville à Mumbai. La ville la plus embouteillée de la planète Crédits France Télévisions Aurélie Taguet

Chine-Japon: concurrences régionales, ambitions mondiales Chine-Japon: concurrences régionales, ambitions mondiales. Longtemps conflictuelles, les relations entre la Chine et le Japon sont relancées par la nouvelle donne économique et géopolitique internationale. Les deux pays, aux niveaux de développement respectifs encore très inégaux, rentrent aujourd'hui en concurrence au sein de leur aire d'influence commune (l'Asie) mais aussi à l'échelle de la planète. Les cartes de la puissance sont redistribuées et chaque pays cherchent à renforcer son rayonnement international et sa centralité régionale. Les bouleversements économiques récents sont ainsi accompagnés de bouleversements géopolitiques. => Quels sont les atouts et les limites à la puissance respective du Japon et de la Chine ? => Dans quelle mesure la confrontation entre les deux entraînent-elle des rivalités et des tensions ? => En quoi l'évolution des relations sino-japonaises témoigne-t-elle des profonds bouleversements économiques et géopolitiques du monde contemporain ? 1. a. b. c. 2.

Bombay, misère et démesure Bombay, envoyé spécial. Dès l'atterrissage, la réalité sociale de la capitale financière indienne saute aux yeux. Agglutinés au mur d'enceinte de l'aéroport, les bidonvilles ont envahi le moindre espace. «Spéculation». Jusqu'au milieu des années 90, le prix du terrain était aussi cher qu'à Tokyo ou Hongkong. Si le Bombay Stock Exchange flambe, l'activité industrielle, elle, décline. «Cette ville est dominée par l'argent, et ceux qui n'en ont pas n'ont rien à y gagner», lance un homme d'affaires. Kamikazes. Pierre Prakash

Asie : IDH – Indice de développement humain - 2016 Carte Caractéristiques Sujet de la carte : - Asie - IDH – Indice de développement humain Source de la carte : - UNDP Création : - Actualitix – Tous droits réservés La carte présente l’indicateur : IDH – Indice de développement humain. Source des données : UNDP. Couleur de la carte pour l’indicateur : IDH – Indice de développement humain. Couleur des pays ayant les données les plus faibles : orange clair. Autres informations présentent pour cet indicateur : IDH – Indice de développement humain. Vous trouverez par la suite un classement des meilleurs et des plus faibles enregistrements de pays souverain. Définition (source Wikipédia): L’indice de développement humain (IDH) est un indice statistique composite, créé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en 1990 pour évaluer le niveau de développement humain des pays du monde. Autres sources d’information Wikipédia Asie : Classement des statistiques - IDH – Indice de développement humain

BOMBAY, MUMBAI VILLE-MONDES Escale 1 Escale 1 : « Bombay, Mumbai est une foule »Production Michel Pomarède - Réalisation Gilles Mardirossian - Prise de son Ivan Charbit - Mixage Alain Joubert Oui bien sûr, on devrait dire "Mumbai" car c’est son nom officiel depuis 1995 mais pour beaucoup de ses quelques 13 millions d’habitants, la capitale de l’état du Maharashtra c’est toujours Bombay. Etymologiquement, Bombay c’est "la bonne baie", annexée par les portugais en 1534 avant de passer sous contrôle anglais en 1661, le port de la côte ouest de l'Inde commence alors son essor. Avec : les écrivains Jerry Pinto, Adil Jussawala, et Jeet Thayil, auteur de Narcopolis , publié chez l’Olivier, la musicienne Françoise Roditi, le cinéaste Rajat Kapoor, Sooni Taraporevala, scénariste du film de Mira Nair « Salaam Bombay » Remerciements à l'Institut Français en Inde Textes lus par : Priscille Cuche, Felix Pruvost, Stéphane Ronchewsky et Eric Forterre Bibliographie: Maximum City , par Seketu Mehta , éditions Buchet Chastel En anglais :

Atlas de l’Asie du Sud-est : les ... - La Cliothèque La question de l’Asie du sud-est se trouve au programme de terminale ainsi que celle sur les espaces maritimes dans le cadre des dynamiques de la mondialisation. Le livre est structuré en quatre parties. L’introduction insiste sur le poids de l’histoire, la difficulté à définir la zone étudiée et rappelle le développement économique de cet espace. Il s’agit d’un ensemble de 600 millions d’habitants que l’auteur compare souvent à l’Union européenne. L’émergence d’une région L’auteur précise qu’aucune culture dominante n’a jamais rassemblé la région. Une mosaïque de situations Comment embrasser une telle diversité ? Croissance ou développement La zone ayant été cernée, puis qualifiée globalement de zone émergente économiquement, il faut encore s’interroger sur l’évolution : croissance ou développement comme l’indique le titre de la partie. Les enjeux maritimes Le livre évoque le cas de la mer de Chine. © Jean-Pierre Costille, Clionautes.

Inde : l'effondrement d'un pont à Calcutta fait 25 morts L’effondrement d’un autopont à Calcutta dans l’est de l’Inde a tué 25 personnes, selon un nouveau bilan vendredi, et les sauveteurs n’ont guère d’espoirs de retrouver des survivants après une nuit de recherche dans l’amas de béton et de poutrelles. Près de 100 personnes ont été extraites, blessées, de cet enchevêtrement de débris depuis que cette portion de voie urbaine surélevée en construction s’est effondrée jeudi midi dans un quartier peuplé de la ville, écrasant voitures et piétons. «Les opérations de secours ne cesseront pas tant que tous les blocs de béton et les poutres métalliques n’auront pas été retirés, a dit un haut responsable de la police de Calcutta, Akhilesh Chaturvedi. Près de 300 sauveteurs, dont des militaires et du personnel de l’unité de gestion des catastrophes, travaillent en permanence pour déblayer les débris.» Les causes de cette catastrophe sont toujours inconnues mais la police a ouvert une enquête contre l’entreprise responsable du chantier. K.P.

Related: