background preloader

Fondation Piaget notions

Fondation Piaget notions
Les définitions de notions présentées dans ce glossaire sont conçues comme provisoires et pouvant être modifiées, clarifiées ou complétées. Tout feed-back à leur sujet est le bienvenu. Il peut être adressé directement à J.-J. Ducret, ou en déposant un message sur le Forum du site. abstraction empirique Processus par lequel une information (la couleur, le poids, la force, etc.) est extraite d’un objet extérieur, des propriétés matérielles de l’action propre, voire même de propriétés des processus psychologiques, au moyen d’un cadre notionnel apriori ou d’un schème d’assimilation (rappelons que l’objet extérieur est lui-même le produit d’une construction de schèmes interagissant entre eux et avec leur milieu). Définition élargie "Nous nommons abstraction empirique celle qui porte sur les objets physiques ou sur les aspects matériels de l'action propre tels que des mouvements, poussées, etc." - Recherche dans "Présentation de l'oeuvre de Piaget" abstraction logique Définition élargie animisme Related:  Piagetrecherche et histoireNeurosciences - A Classer

note sur la notion de stade Note sur la notion de stade […] les acquisitions propres à un stade donné n'abolissent nullement de façon immédiate les manifestations caractéristiques des stades précédents. On peut concevoir, en effet, de deux manières le déroulement des stades du développement d'une notion telle que la causalité. On peut admettre, en premier lieu, que chaque stade introduit une transformation complète, et dont les manifestations sont à peu près simultanées, de l'esprit de l'enfant. Dans cette hypothèse il suffirait, par exemple, que l'enfant devienne capable d'objectivation et de spatialisation de la causalité pour qu'il renonce par là même à toute « efficace » et à tout phénoménisme : la découverte de la nouvelle forme de causalité, tout en se produisant à propos d'un problème précis posé à l'enfant et d'un phénomène particulier et bien délimité, donnerait ainsi lieu à une généralisation immédiate, telle que les formes antérieures en seraient refoulées. J.

De Piaget à Vygotski La psychologie de Vygotski s’appuie sur l’idée que les facultés rationnelles dépendent du contrôle et de la régulation des processus cognitifs au niveau conscient, grâce à l’utilisation d’« outils » cognitifs médiateurs de la pensée. C’est pourquoi elle subordonne le développement cognitif de l’enfant à son appropriation progressive de construits culturels, et notamment de construits organisés tels que le langage et les systèmes conceptuels. L’idée suivant laquelle l’apprentissage interagit avec le développement confère un rôle clé à l’éducation formelle et, à cet égard, à l’asymétrie de la relation adulte-enfant dans le processus d’apprentissage. Cette dynamique du développement intellectuel s’oppose à la dynamique piagétienne pour laquelle le moteur du développement est un processus d’auto-équilibration d’origine interne. Dès lors on entrevoit le point d’achoppement des théories de Vygotski et de Piaget. Nathalie Bulle.

Vygotski - Idées maîtresses Idées maîtresses Les capacités d’acquisition sont fortement déterminées par l’hérédité mais cette acquisition dépend également des interactions avec l’environnement social. Vygotski rejoint les conceptions constructivistes (Piaget) de l’apprentissage considérant celui-ci comme une construction active de connaissances, construction qui s’élabore dans le milieu physique mais plus encore peut-être, et ceci le distingue de Piaget, dans le milieu social de l’individu Étude de l’appropriation des outils culturels. Analyse des documents Les extraits notés (1) sont issus du premier document de référence (Unesco- intitulé « Vygotsky 1 ») Ceux notés (2) sont issus du document qui reprend des extraits de différentes sources et intitulé « Vygotsky 2 » Les propos de Vygotski lui-même sont en italique Inné & Acquis ►Langage, hérédité et apprentissage social « … la capacité d’acquisition du langage chez l’enfant est fortement déterminée par l’hérédité. Interactions sociales Les outils culturels

Psychologie générale: Les grands courants de la psychologie Les grands courants de la psychologie : Courant gestalthéoricien : Théorie psychologique et philosophique de Köhler qui refuse d'isoler les phénomènes les uns des autres pour les expliquer et qui les considère comme des ensembles indissociables structurés. Le gestaltisme a dominé la psychologie expérimentale jusqu'à la seconde guerre mondiale. Son influence a été profonde dans l'étude du comportement animal. Deux branches : Expérimentale (Wundt), Phénoménologie (Brentano et Husserl) Courant Phénoménologique :Ce courant a été étudié par Husserl, par le biais de la primauté à l’intentionnalité.La phénoménologie, science de l’apparaître, est l’étude descriptive des phénomènes dans le temps et dans l’espace, sans référence aux lois explicatives du phénomène en lui-même.Il existe une interaction permanente et réciproque entre la conscience du sujet et le monde. Trois branches : Philosophiques (Husserl), Psychologique (Brentano), Existentialiste (Heidegger)

réactions circulaires primaires réaction circulaire primaire Par réaction circulaire primaire, Piaget entend le processus par lequel naissent les premiers comportements acquis chez le nourrisson. Lorsqu'un mouvement tel que celui de déplacer la main aboutit à alimenter un schème réflexe héréditaire (par exemple le schème de succion), et donc à apporter une sensation agréable au nourrisson, ce mouvement tend spontanément à se répéter. Cette répétition ou réaction circulaire entraîne la création d'un schème différencié, pour l'enfant lui-même, du schème de départ: dans l'exemple, celui de succion du pouce, qui n'est plus, contrairement au schème réflexe héréditaire, génétiquement prédéterminé, mais est une habitude élémentaire ou un réflexe acquis.

Conflits et apprentissage. Régulation des conflits sociocognitifs et apprentissage Almasi J. F. (1995). « The nature of fourth graders’ sociocognitive conflicts in peer-led and teacher-led discussion of literature». Reading Research Quarterly, vol. Ames G. Baron R. Baudrit A. (2005a). « Apprentissage coopératif et entraide à l’école ». Baudrit A. (2005b). Bearison D. Beaudichon J., Verba M. & Winnykamen F. (1988). « Interactions sociales et acquisition de connaissances chez l’enfant : une approche pluridimensionnelle ». Blaye A. (2001). « Mécanismes générateurs de progrès lors de la résolution à deux d’un produit de deux ensembles par des enfants de 5-6 ans ». Buchs C. (2007a). « Partage de l’information et apprentissage entre étudiants ». Buchs C. (2007b). « Travail en duo sur des textes à l’école primaire : le rôle de la distribution des informations ». Buchs C. (2008). « La distribution des informations dans les dispositifs d’apprentissage entre pairs ». Buchs C. & Butera F. (2004). « Socio-cognitive conflict and the role of student interaction in learning ».

C’est officiel : nous sommes de plus en plus con – CONSCIOUSNEWS La situation mondiale qui se détériore chaque jour un peu plus nous apporte la confirmation que nos neurones ne doivent pas travailler de la façon la plus efficiente qui soit. On se doute, au vu de la liste presque infinie des choses qui peuvent endommager notre cerveau et qui font parties des merveilleux progrès amenés par nos sociétés modernes, que cela n’est pas prêt de s’arranger. Ce ne sont donc pas des améliorations ou des arrangements ou des corrections qu’il faut apporter au Système. Si celui-ci nous a mené exactement où nous en sommes, c’est à dire au bord de l’extinction, qu’y a t-il encore à attendre de lui ? Une chose, peut-être, d’une grande utilité : une aide à la prise de conscience que la folie infecte et se répand, qu’elle dirige le monde, et qu’il n’ y a rien de naturel ni de normal à ça. Alors que le Q.I. augmentait exponentiellement depuis des siècles, il est en baisse depuis quelques années. Quatre points ! Source : fr.sott.net / rtl.fr / lepoint.fr J'aime :

Le positivisme scientifique JUIGNET Patrick Parmi les différentes manières de concevoir la science, il en est une qui a dominé le XIXe et le début du XXe siècle, c'est le positivisme. Le positivisme scientifique est à la fois une conception du monde et un ensemble de propositions épistémologiques. Pour citer cet article : JUIGNET, Patrick. Plan de l'article : Situer le positivismeDéterminisme et rationalitéL'expérience et la méthode expérimentaleCausalité ou légalité ? Texte intégral : 1. Le terme "positif", en ce qui concerne la connaissance, a été employé dès le XVIIe siècle pour désigner l’appui sur des faits avérés, l’existence d’un fondement solide sur lequel on pourrait s'appuyer par opposition à flou, incertain, chimérique. Auguste Comte, dans son Cours de philosophie positive, a voulu donner une assise à la science positive. Du coup, nous devons préciser l'emploi du terme de "positivisme scientifique". 2. Pour le positivisme, tout ce qui est dans la nature peut être connu rationnellement. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9.

Comment l'intelligence vient aux enfants ? Piaget Un documentaire sur la théorie de Piaget Jean Piaget a consacré sa vie à étudier la naissance de la pensée chez l’enfant. L'éclairage qu'il apporte sur l'« intelligence », comprise comme une forme spécifique de l'adaptation du vivant à son milieu, sur les stades d'évolution de celle-ci chez l'enfant et sa théorie de l'apprentissage exerceront une influence notable sur la pédagogie et les méthodes éducatives. A travers ce documentaire, Jean Piaget retrace sa théorie avec beaucoup de vignettes cliniques, qui nous fait comprendre très facilement tout l'héritage piagétien! Le documentaire : Piaget on Piaget

LE CONSTRUCTIVISME Le constructivisme a pris son essor en réaction au behaviorisme qui limitait trop l'apprentissage à l'association stimulus-réponse. L'approche constructiviste de l'apprentissage met l'accent sur l'activité du sujet pour appréhender les phénomènes. La compréhension s'élabore à partir des représentations que le sujet a déjà. Aussi, dans cette perspective, les auteurs parlent de restructuration des informations en regard des réseaux de concepts particuliers à chaque personne. Voir Lasnier (2000) : p.9 Piaget (1896-1980), en réaction aux associationnistes, a développé une théorie du développement de l'intelligence où il a placé le sujet au coeur du processus; il en a fait l'acteur principal. En outre, Piaget (1974) suppose différents niveaux de prise de conscience de la démarche cognitive que le sujet-apprenant mène ou a menée. Piaget a également parlé d'abstraction réfléchissante. Voir Dubé (1990) pp.203-210, Goupil et Lusignan : pp.50-52 Voir Goupil et Lusignan (1993) pp.52-54 Minier (2000)

La vie après la mort : une enquête vient bouleverser les certitudes 79.6K 49Share63 37 79.8K On connaît tous des cas de deuil où surgit l’impression de « présence » du défunt. Pour beaucoup, consulter un médium est un moyen de nouer un contact intelligible avec le disparu. Les exemples sont si nombreux que le journaliste Stéphane Allix a cherché à en savoir plus. La vie après la mort : une enquête vient bouleverser les certitudes Isabelle Léouffre a rencontré l’auteur Stéphane Allix pour Paris Match, ils ont évoqué différents aspects troublants de son livre lors de cet entretien : Paris Match : Avec votre “Test”, vous nous entraînez aux frontières du réel. Stéphane Allix : La mort de mon frère, en 2001, dans un accident de voiture en Afghanistan, a bouleversé ma famille et imposé le sujet de la mort au cœur de notre existence. Pour entrer en contact avec votre frère ? Pour comprendre. Qu’est-ce qu’une EMI ? Des milliers de gens racontent avoir vécu un état de conscience éveillé alors qu’ils étaient en état de mort cérébrale. Avez-vous eu des réponses ? Oui.

» Comment s’élabore le savoir scientifique? - PhiloLog « L'idée la plus simple que l'on puisse se faire de la naissance d'une science expérimentale est celle qui repose sur la méthode inductive Des faits isolés sont choisis et regroupés de manière à faire ressortir les régularités qui les relient. Et regroupant ensuite ces régularités, on en fait apparaître de nouvelles plus générales, jusqu'à obtenir un système plus ou moins unitaire capable de rendre compte de l'ensemble des faits donnés, de telle manière que, par une démarche inverse, purement intellectuelle, l'esprit puisse, à partir des dernières généralisations effectuées, retrouver à nouveau les faits isolés. Les progrès véritablement importants réalisés dans notre connaissance de la nature sont nés d'une démarche presque diamétralement opposée a la démarche inductive Une compréhension intuitive de ce qui est essentiel dans un ensemble complexe de faits amène le chercheur à poser une ou plusieurs lois fondamentales à titre d'hypothèses. Albert Einstein. Einstein et Infeld. Partager :

Related: