background preloader

L’intelligence collective à petite échelle

L’intelligence collective à petite échelle
Qu’entend-on généralement par « intelligence collective » ? Pour le monde du web, la messe est dite : c’est le produit émergent de l’interaction entre plusieurs milliers, voire millions d’individus, certains ne partageant avec les autres qu’une quantité minimale de leur réflexion (c’est la théorie du surplus cognitif chère à Clay Shirky, comme il l’a développe dans on livre éponyme ou chez TED). Et bien entendu, c’est le web lui-même qui est le média de choix de cette intelligence collective. Cette définition repose sur certains postulats, pas toujours explicites : Plus on est de fous, plus on rit. Pourtant, il existe une autre approche de l’intelligence collective, bien plus ancienne que le net ou le web : la « fusion » entre quelques esprits, le plus souvent seulement deux, pouvant aboutir à une explosion inattendue de créativité. La dynamique d’un couple créatif La nature du leadership au sein de ces couples est également difficile à déterminer.

MOUVEMENT DES VILLES EN TRANSITION Le mythe de l'intelligence collective - JEAN-FRANÇOIS DORTIER, article Organisations L'idée de l'intelligence collective (IC) est simple et séduisante. Elle semble s'appliquer aussi bien aux fourmis, aux neurones, aux organisations humaines et à l'Internet. Mais les choses se compliquent quand on veut dévoiler ses lois. Et le mythe de l'IC se désagrège alors en une myriade de modèles différents dont l'unité n'est pas assurée. Howard Rheingold ne passe pas inaperçu. Son livre Smart Mobs (Foules intelligentes, M2 Editions, 2002) a connu un grand succès aux Etats-Unis.

Le dilemme du prisonnier Imaginez. Vous êtes un homme libre, avec un autre homme libre vous êtes en lutte contre les mysticocapitalistes et ils vous emprisonnent, vous enfermant chacun dans des cellules isolées. Ils commencent alors à vous interroger afin d’établir votre culpabilité. Si aucun de vous deux ne dénonce l’autre, le dossier ne peut être bouclé, chacun écope d’une peine clémente de 3 ans. Cette célèbre situation dite dilemme du prisonnier se produit sans cesse dans la vie quotidienne. Par exemple, si un commerçant baisse le prix de ses produits (forme de trahison de la concurrence), il gagne. Tit for tat Ces formes schématiques de coopération/trahison peuvent se jouer dans deux cadres très différents. Les adversaires ont peu de chance de se retrouver face-à-face. Au début des années 1980, Robert Axelrod étudia cette seconde situation et rassembla ses travaux dans The evolution of Cooperation en 1986. Immédiatement, on voit que si un joueur coopère, son adversaire coopère lors de la partie suivante.

Pour l'intelligence collective, par Pierre Lévy FACE à l’irruption des nouvelles technologies de la communication et de l’information, certains penseurs mettent en garde contre les dérives et les dangers que cela suppose pour la démocratie. D’autres, comme l’auteur de l’article ci-dessous, y voient, au contraire, l’occasion d’un nouvel élan pour la participation civique des citoyens. Sa thèse, en particulier, de « l’intelligence collective » est séduisante qui annonce, grâce aux performances du multimédia, une nouvelle étape du projet républicain garantissant « l’accès de tous au savoir ». par Pierre Lévy, octobre 1995 Aperçu L’intelligence collective est le projet d’une intelligence variée, partout distribuée, toujours valorisée et mise en synergie en temps réel. Savez-vous combien de temps les agents de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) consacrent à recueillir des informations sur les compétences des personnes qui viennent s’y inscrire pour la première fois ? L’intelligence collective est fondée, (...) Vous êtes abonné(e) ?

Vers La richesse des réseaux | InternetActu.net Les Presses universitaires de Lyon viennent de faire paraître la traduction française de La Richesse des réseaux de Yochaï Benkler, ce spécialiste des sciences politiques, professeur à la Harvard University, codirecteur du Centre Berkman pour l’internet et la société. Nous vous proposons à cette occasion de découvrir cet ouvrage, qui fait déjà figure de classique, en publiant sa longue introduction qui à l’avantage de donner un réel aperçu des modalités de l’argumentation de Yochaï Benkler… Pour lui, l’enjeu de la société de l’information repose tout entier sur la transformation du mode de production de l’information, de la communication et de la connaissance. L’émergence de l’économie de l’information en réseau nous permet de faire davantage “pour et par nous-mêmes”. Elle réorganise en profondeur l’espace public et vient contrarier l’hégémonie de la production marchande et propriétaire que nous connaissions dans la sphère de la production du savoir, de l’information et de la culture.

Make It Up, un festival pour déjouer l’obsolescence programmée Dans le même esprit que l'Open Bidouille Camp qui s'est déroulé à la fin de septembre à Paris, n'hésitez pas à faire un tour à Make It Up ce week-end, au marché Malassis, aux puces de Saint-Ouen. Cet événement a pour ambition d'interpeller sur la question de l'obsolescence programmée de nos objets quotidiens et d'imaginer ceux que nous utiliserons demain. Ou comment faire du neuf avec du vieux... et un bon sens plus poussé qu'ici ? Un dispositif en deux temps Mathilde Berchon, spécialiste du mouvement des "makers" (ces "bricoleurs du XXIe siècle") s'occupe de la communication du festival. Leur envie ? Aussi l'événement a-t-il débuté le week-end dernier avec la réunion de six équipes pluridisciplinaires (designeurs, développeurs, ingénieurs mécaniques, électroniciens, scénographes, marketeurs) qui avaient pour objectif de créer des prototypes d'objets communicants et durables à partir de matériel de récupération. Découverte des objets obsolètes Résultat des courses de créativité ?

Intelligence Collective Qu’est-ce que l'intelligence collective ? L’intelligence collective est une forme de conscience collective qui émerge lorsque des individus se rencontrent au-delà de l’ego. Cette émergence a été constatée à de très nombreuses reprises (y compris avec les clients d'Integral Vision) et a même été scientifiquement démontrée (cf. Global Consciousness Project de l'université de Princeton). L'une des caractéristiques majeures de cette émergence est le champ de conscience résultant qui révèle un potentiel d'intelligence, d'innovation et de capacité à appréhender la complexité d'une situation bien supérieur à la somme des intelligences individuelles qui l'ont généré. On assiste, surpris mais pleinement conscient, à une forme de saut quantique aussi mystérieux que l'émergence de la vie à partir de matière moléculaire ou de la conscience à partir de matière cellulaire. Comment émerge l'intelligence collective ? Les conditions de cette émergence s'avèrent à la fois simples et subtiles.

Pouvons-nous devenir plus intelligents, individuellement comme collectivement Par Hubert Guillaud le 16/07/10 | 2 commentaires | 3,505 lectures | Impression A l’occasion de la seconde édition de Lift France qui se tenait la semaine dernière à Marseille, retour sur l’intelligence collective et individuelle. Pouvons-nous devenir plus intelligents, individuellement comme collectivement ? Pouvons nous apprendre mieux et plus vite ? Mieux se souvenir ? Elaborer de nouveaux systèmes d’intelligence collective Anders Sandberg travaille à l’Institut pour le futur de l’humanité d’Oxford, un lieu “à la limite de la philosophie” ou l’on s’efforce d’être bizarre, affirme-t-il (voir notre récente interview). La plupart des grands problèmes auxquels nous faisons face aujourd’hui n’auraient même pas été compris il y a quelques années, estime Sandberg. Pour cela il existe une grande gamme de méthodes. On peut aussi envisager de connecter directement les cerveaux et les ordinateurs. Enfin, il y a la connexion des cerveaux entre eux, l’intelligence collective.

Main Page - Handbook of Collective Intelligence La transparence a-t-elle des limites ? | InternetActu.net Dans une très intéressante tribune publiée par The New Republic, l’éminent professeur de droit, Lawrence Lessig, fondateur du Centre pour l’internet et la société à l’école de droit de Stanford, revient sur cette « nouvelle objectivité que constitue la transparence des données », comme la définissait David Weinberger. Une transparence revivifiée par ce mouvement pour la libération des données publiques dont les projets de la Sunlight Foundation , de data.gov ou de Apps for Democracy sont les nouveaux emblèmes. Mais qu’est-ce que la transparence implique ? Est-elle aussi légitime que semblent nous le dire ses partisans ? Ne risquons-nous pas d’entrer dans une nouvelle ère où la transparence risque plus de devenir une tyrannie qu’une vertu ? « Incontestablement, la transparence est devenue une valeur commune à tous les partis. Peut-on être contre la transparence ? « Comment pourrait-on être contre la transparence ? Tyrannie de la transparence ou tyrannie de la vertu ?

Elinor Ostrom ou la revanche de la coopération sur la concurrence, par Jacques Weber Ceci est un billet invité. Jacques Weber, économiste et anthropologue, a bien connu Elinor Ostrom. Lui-même et son équipe ont collaboré étroitement avec elle et ses proches depuis 1986. Il faisait partie de ses amis. Il a bien voulu réserver à ce blog un billet d’hommage très personnel, plus une photo qu’il a prise chez lui, à Montpellier, en juin 2011. Voici son texte : Elinor Ostrom ou la revanche de la propriété commune et de la coopération sur la propriété privée et la compétition marchande Toute sa vie Elinor Ostrom a été une chercheuse de terrain autant qu’une théoricienne des institutions, qu’elle définissait comme “jeux de règles en usage”, et des formes d’appropriation. Comment des individus ou groupes se coordonnent-ils dans la mise en œuvre de services publics, comme dans l’exploitation de ressources en propriété commune ? L’influence des travaux de Elinor Ostrom a été considérable à travers le monde.

Qu'est-ce que l'intelligence collective ? Le thème de l’intelligence collective a fait l’objet de nombreux travaux durant les quarante dernières années. Même si les appellations diffèrent, un objet commun semble se dégager : noosphère de Teilhard de Chardin, écologie de l’esprit de Gregory Bateson, écologie des représentations de Dan Sperber, sujet collectif de Michel Serres, cybionte de Joël de Rosnay, hive mind de Kevin Kelly, intelligence connective de Derrick de Kerckhove, super-brain de Francis Heylighen, Global Brain de H. Bloom, intelligence émergente de Steven Johnson, etc. Stricto sensu, l’intelligence collective est un concept régulateur qui peut être défini comme une intelligence variée, partout distribuée, sans cesse valorisée, coordonnée en temps réel, qui aboutit à une mobilisation effective des compétences [1]. L’intelligence collective constitue également un champ de recherche dont l’objet est l’étude de la coopération intellectuelle entre humains dans un environnement techniquement augmenté.

L'intelligence collective On trouvera ici une versionPowerpoint™ de cet exposé. L’Internet n’est pas une technologie comme les autres, il a une valeur et un potentiel anthropologiques. C’est sur ce principe que Pierre Lévy, sociologue réputé, fonde le concept d’intelligence collective dans son ouvrage L’Intelligence collective : pour une anthropologie du cyberspace paru initialement en 1994. La juxtaposition des deux termes n’est pas choisie au hasard : ici, " intelligence " doit être compris comme dans le sens de " travailler en bonne intelligence " par exemple. L’expression finale se rapporte finalement à deux choses : Le concept à valeur politique au sens large, celui se référant à toutes les activités humaines en société organisée. I ? De par sa formation, Pierre Lévy a les compétences requises pour comprendre et analyser les problématiques liées à l’impact des nouvelles technologies sur les systèmes de signes et l’évolution culturelle en général. " Qu’est-ce que l’intelligence collective ? II ?

Related:  r.aviSIC