background preloader

Analyse vidéo: Le Caravage

Analyse vidéo: Le Caravage
Related:  L'oeuvre du CaravageestampeARTISTES

La Mort de la Vierge: Le Caravage Commandé en 1601 pour l'église Santa Maria della Scala in Trastevere de Rome, ce tableau n'a dû être achevé qu'en 1605-1606. Refusé par les moines de l'église qui le trouvaient indigne du lieu, il fut remplacé par une oeuvre de même sujet peinte par Carlo Saraceni. Une vision brutale du thème religieux Marie gît sur une couche, simplement vêtue d'une robe rouge. La tête renversée, le bras gauche pendant, les pieds enflés et écartés, donnent de la dépouille mortelle de la Vierge une vision crue et réaliste. Une oeuvre d'ombres et de lumières La composition s'organise autour de la Vierge, thème central du tableau. Caravage révolutionnaire Lorsqu'il peint La Mort de la Vierge vers 1601-1606, Caravage travaille depuis une quinzaine d'années à Rome. Bibliographie - LOIRE Stéphane, "La Mort de La Vierge".

1 Sainte face : La ligne sans pareille - Mellan - ambiguïté collapse - artifexinopere Claude Mellan, 1649 En apparté : la plus fine ligne Pline raconte que le peintre Apelle rendit visite au peintre Protogène, un jour où celui-ci était absent de son atelier. En signe de son passage, il traça « au travers du tableau une ligne de couleur d’un délié extrême ». A son retour, Protogène « dès qu’il eut contemplé cette finesse, dit que le visiteur était Apelle et que personne d’autre n’était capable de rien faire d’aussi achevé ; puis il traça lui même avec une autre couleur une ligne encore plus fine que la première. »… »Apelle revint et, rougissant de se voir surpassé, il refendit les lignes avec une troisième couleur, ne laissant aucune trace pour un trait plus fin ». Logo de l’imprimeur Valentin Curio, Holbein le Jeune, 1521. Ce tableau existait encore du temps de Pline : Non Alter Nul doute que la gravure de Mellan ne se place dans la lignée de cette concurrence entre artistes, à la recherche de la plus fine ligne. Le truc du buriniste Dans la technique du burin, Un objet-espace

Picasso, Giacometti : ventes record chez Christie’s Le Monde.fr avec AFP et Reuters | • Mis à jour le Double record lundi 11 mai chez Christie’s, à New York. « Les femmes d’Alger (version O) », une œuvre peinte par Pablo Picasso en 1955, a été adjugée à 179,4 millions de dollars (161 millions d’euros), tandis que la statue « L’homme au doigt » d’Alberto Giacometti a été vendue 141,28 millions de dollars (126,83 millions d’euros). Il s’agit respectivement du tableau et de la statue les plus chers jamais vendus aux enchères. La maison de vente avait tablé sur 140 millions de dollars pour la toile de Picasso de 1m14 sur 1m46, qui représente une scène dans un harem. « Chef-d’œuvre à la hauteur de “Guernica” » « C’est un chef-d’œuvre à la hauteur de “Guernica” ou des “Demoiselles d’Avignon” », avait affirmé avant la vente Loïc Gouzer, vice-président de Christie’s. Le bronze longiligne d’Alberto Giacometti, estimé à 130 millions de dollars et dont il n'existe que six moulages au monde, a été adjugé en trois minutes 141,28 millions de dollars.

Le Caravage 1 Analyse: La diseuse de bonne aventure - le Caravage A la toute fin du XVIème siècle, Caravage peint un jeune naïf pris en mains par une belle gitane. Tous les ingrédients qui, dans les années suivantes, feront le succès du thème, sont déjà là, magistralement mis en scène. 1596-1597, Caravage, Louvre, Paris Cliquer pour agrandir Une tranche de vie Au premier degré, le tableau montre une scène banale des rues romaines. Une intention moralisatrice Reste que les contemporains comprenaient fort bien la condamnation implicite du naïf : « L’appel à une figure de magicienne renforçait la condamnation morale d’un jeune fanfaron oisif qui cherche les plaisirs et veut ruser avec Dieu sur la prédiction du temps et son propre destin ». La différence de potentiel Toute l’électricité du thème repose sur des oppositions multiples : fille/garçon, milieu populaire/milieu aisé, habit simple/riches étoffes. Le plumet sensuel Le rapport de force La main gauche fièrement campée sur la hanche, à côté du pommeau de l’épée, clame la force virile du jeune homme.

Les phares Charles BAUDELAIRE (1821-1867) Rubens, fleuve d'oubli, jardin de la paresse,Oreiller de chair fraîche où l'on ne peut aimer,Mais où la vie afflue et s'agite sans cesse,Comme l'air dans le ciel et la mer dans la mer ; Léonard de Vinci, miroir profond et sombre,Où des anges charmants, avec un doux sourisTout chargé de mystère, apparaissent à l'ombreDes glaciers et des pins qui ferment leur pays, Rembrandt, triste hôpital tout rempli de murmures,Et d'un grand crucifix décoré seulement,Où la prière en pleurs s'exhale des ordures,Et d'un rayon d'hiver traversé brusquement ; Michel-Ange, lieu vague où l'on voit des HerculesSe mêler à des Christs, et se lever tout droitsDes fantômes puissants qui dans les crépusculesDéchirent leur suaire en étirant leurs doigts ; Colères de boxeur, impudences de faune,Toi qui sus ramasser la beauté des goujats,Grand coeur gonflé d'orgueil, homme débile et jaune,Puget, mélancolique empereur des forçats,

Des palettes de peintres célèbres Il y a quelques années j’avais fait cet article sur des photos de palettes de peintres connus qui ont été conservées dans des musées et des collections et qui dévoilent le style particulier de leurs propriétaires. Malheureusement les photos étaient d’une qualité moyenne. Le photographe Matthias Schaller a depuis réussi à en photographier plus de 180 dans une superbe qualité, puisqu’il les présente sous forme de tirages en 190x156cm, qui met les détails et les textures des palettes particulièrement en valeur. Vous pouvez aller voir une grosse partie des images sur son site, commander un livre qui les rassemble toutes ou aller les voir en ce moment à Venise. Analyse d’image : L’Humanisme de Dürer à travers « Saint Jérôme dans sa cellule » (1514) Cette analyse d’image est le fruit d’un travail collaboratif avec mes étudiants de Première S. Les élèves ont eu la charge difficile de formuler les hypothèses d’interprétation et de dégager quelques grands axes d’analyse. Merci à toutes et à tous pour les travaux accomplis, souvent de grande qualité. Albrecht Dürer« Saint Jérôme dans sa cellule »(1514) Introduction Très représentatif des ambitions artistiques et spirituelles de l’Humanisme, le Saint Jérôme de Dürer (1471-1528) est l’une des œuvres les plus populaires de l’iconographie religieuse. Cette gravure célèbre s’inscrit donc dans ce qu’on appellera sous la Renaissance la dignitas hominis, c’est-à-dire la recherche d’une vie spirituelle permettant d’accéder à l’unité profonde de l’être par la réflexion tournée vers la constitution d’un savoir, et la quête idéale du divin. « Jérôme à la maison »… De fait, point de représentation édifiante ou excessive de la sainteté dans cette gravure. crucifix. Le monde comme principe d’harmonie 1.

Related: