background preloader

Le clip de Kate Upton en apesanteur : une apologie de la femme objet

Le clip de Kate Upton en apesanteur : une apologie de la femme objet
Pour fêter ses 50 ans, le magazine Sports Illustrated a proposé de mettre une des plus belles femmes du monde dans un des avions qui permettent de simuler l'apesanteur. Le but : suggérer la liberté des formes, miraculeusement affranchies de la gravité terrestre. Et voilà le résultat. Une poupée légère Voir ce corps de poupée tourner en tous sens, sans poids, sans résistance, montrant toutes ses faces comme si l'on pouvait en disposer à volonté... Nous voilà au coeur du concept de femme objet, récurrent dans la problématique du désir sexuel et de l'objectification du corps féminin. La femme privée du statut de sujet Cette vidéo reflète la façon dont le cerveau de certains hommes fonctionne. Les zones bleutées sont éteintes chez des hommes sexistes voyant des femmes en bikini. Le désir de manipulation Cette tendance a-t-elle toujours existé, ou prend-elle aujourd'hui des proportions inédites?

Ado et porno : des liaisons vraiment dangereuses ? © Jupiter Regarder un film pornographique est devenu, pour beaucoup de jeunes, le premier rite de passage vers la sexualité. Quel impact peut avoir sur l’ado cette représentation des rapports sexuels ? Capucine Junguenet Internet a mis le porno à la portée de tous « J’avais 15 ans lorsque j’ai vu mon premier film porno, chez une copine qui avait piqué une cassette vidéo à son père, raconte Eléonore, 22 ans. Jusqu’en 2002, l’âge moyen de visionnage du premier film X se situait autour de 13 ans, indique la philosophe et sociologue Michela Marzano. Passer à l’âge adulte A lire Alice au pays du porno de Michela Marzano et Claude Rozier. Les Bienfaits des images de Serge Tisseron. Défi à la pudeur de Gérard Bonnet. Pour le psychiatre et psychanalyste Serge Tisseron, ce visionnage de films porno est une nouvelle forme de rite du passage à l’âge adulte. Mais ce rituel de l’image pornographique par lequel passe une grande majorité des jeunes d’aujourd’hui comporte en réalité deux niveaux.

Adolescents et pornographie sur le net - Université de Bordeaux - SAM Adolescents et pornographie sur le net Le laboratoire « Psychologie, Santé et Qualité de Vie » a profité de la rencontre à Bordeaux de plusieurs chercheurs spécialistes de l’adolescence pour présenter aux chercheurs, professionnels et étudiants, l’état de l’avancement de nos connaissances sur le développement des adolescents en tenant compte de ses multiples facettes et des multiples situations rencontrées par les adolescents qu’ils soient normaux, dans des filières d’excellence ou qu’ils soient susceptibles de s’engager dans des comportements à risque du fait d’une mauvaise régulation neuropsychologique des émotions et de l’activité ou de facteurs sociétaux. Adolescents et pornographie sur le net Nous aborderons la question de l'accès à la pornographie sur Internet par les adolescents.

Le porno chez les ados : ça se passe sur smartphones Le porno chez les ados : ça se passe sur smartphones © Comstock Une étude menée par l'association Calysto révèle que 4 ados sur 5 (82%) ont déjà consommé images ou vidéos pornographiques. Une pratique à risques facilitée par le boom des smartphones. A la découverte de nos ados 82% des ados âgés de 11 à 13 ans ont déjà été confrontés à des images ou vidéos pornographiques. D’où la nécessité, pour les parents, de fixer avec leurs ados des règles d’usage de ces smartphones. « Comme ils le feraient pour l’achat d’un scooter », ajoute Thomas Rohmer, président de l’association. « Les adolescents passent énormément de temps sur Internet et l’accès à la pornographie est facile », souligne Florian Fouchard, membre de Calysto. « Une fois qu’un ado a téléchargé un film ou accédé à un site pour adultes, il va recevoir en permanence des pop-up pour l’inciter à y retourner ». Plus inquiétant, le début d’une circulation de vidéos pornos en primaire : « J’ai également des intervenants au primaire.

Internet: «Tout nu devant ta webcam», attention arnaque! - High-Tech Internet De nouveaux escrocs harponnent leurs proies sur la toile, les poussant à des jeux érotiques avant de les faire chanter: l'arnaque à la webcam explose et laisse des victimes «dévastées» par la honte, selon la police et des associations. Image: DR Signaler une erreur Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer. Veuillez SVP entrez une adresse e-mail valide Partager & Commenter Votre email a été envoyé. C'était il y a 8 mois sur un site de chat et Franck, 26 ans, y repense tous les jours. Mais la conversation coquine avec «la jolie fille aux dessous sexy» a tourné court. Pour étouffer la menace, ce Francilien, salarié dans le social, a versé 25 euros, «une somme dérisoire pour le traumatisme subi». Certains déboursent 200, 400 euros pour tarir le flot de menaces. Franck est tombé dans le piège d'un «brouteur», surnom que se sont donné ces nouveaux maîtres-chanteurs qui harponnent le «mugu» (pigeon) européen depuis l'Afrique de l'Ouest, notamment en Côte d'Ivoire.

Snapchat, l'appli de partage de photos qui te garantit (presque) le droit à l'oubli - L'actu Médias / Net Très prisé par les ados, Snapchat permet d'envoyer des photos qui s'autodétruisent après quelques secondes. De quoi résoudre les problèmes de vie privée ? Là, sur votre smartphone, une notification. Vous ouvrez l’application dédiée, un blob multicolore et souriant vous accueille. Vous pressez fébrilement l’écran, une photo s’affiche. Sans enregistrement, plus de crainte, et les 13-25 ans, le cœur de cible de l’application, n’hésitent plus à se montrer sous toutes les coutures. Le droit à l'oubli existe-t-il vraiment ? Il y a quelques mois, le New Yorker allait même plus loin : dans un environnement où votre trace numérique vous suit à chaque étape de votre vie, l’effacement ou la suppression pourraient bien être ce qui se rapproche le plus de la notion de vie privée. Reste une question, aussi épineuse que cruciale : au-delà de toute appréciation cognitive, le droit à l’oubli promis par Snapchat existe-t-il vraiment ?

Sexe : nouvelles technologies, nouvelles addictions... Le Tag Pafait (capt. d'écran) © Radio France François Kraus est chef de groupe au département Opinion de l'Ifop. En juin dernier, il a réalisé une étude un peu effrayante. On y apprend qu'un jeune sur cinq a déjà visionné un live-show sexuel et un sur quatre a déjà échangé une photo ou une vidéo à caractère sexuel avec une personne dénudée : " Et cela n'existait pas avant l'ère de la 3D ." Cam4 revendique près de neuf millions de visiteurs. Les nouvelles technologies ont donc amené de nouvelles formes de sexualité virtuelles. Le Tag Parfait est l'un des sites de la "Culture Porn".

Related: