background preloader

Groupe > Historique

Groupe > Historique
Related:  ketts

Enseigne de distribution en France Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. C'est vers le milieu du XIXe siècle siècle qu'apparaissent les premières enseignes de distribution en France et en général en Europe. Jusque là, le commerce de distribution est exclusivement indépendant, ne cherche pas à mettre en avant une enseigne, ni à s'organiser en chaînes de magasins. Mais le commerce de proximité n'a pas dit son dernier mot : dans les grandes villes, des épiceries de quartier souvent tenues par un maghrébin ou un asiatique offrent une amplitude de service forte en restant ouverts très tard et le dimanche et les jours fériés. Besoin non pris en compte, en France, par la grande distribution. À la fin du XXe siècle, les enseignes de distributions se mondialisent à l'exemple de Carrefour qui ouvrent des hyper-marchés en nom propre ou en coentreprise, tout comme les chaînes de proximité, comme 7-Eleven, et que l'on retrouve dans de nombreux pays à travers le monde. Actuellement[modifier | modifier le code]

L’hypermarché, un temple du commerce contesté Le couperet va tomber. Mardi 23 janvier, le nouveau patron de Carrefour, Alexandre Bompard devrait annoncer le « plan de transformation » qu’il entend mettre en œuvre dans l’entreprise. Toutes les branches du groupe seront concernées, mais c’est le devenir des hypermarchés qui est au centre de l’attention, tant les difficultés s’accumulent sur ce format phare de la grande distribution. Plus de 2 000 hypermarchés en France Les turbulences de l’ancien numéro un de la distribution française, désormais devancé par Leclerc, symbolisent le déclin du concept d’hypermarché, lancé par Carrefour en 1963 à Sainte-­Geneviève-des-Bois, dans la banlieue parisienne. Le succès aidant, ces temples de la consommation de masse se répandent comme une traînée de poudre. DÉBAT : Faut-il limiter les centres commerciaux ? L’essor des grandes surfaces spécialisées Si quelques hypermarchés ouvrent encore chaque année, l’euphorie n’est plus de mise. Les colosses Il reste 80% de l'article à lire.

GOULET-TURPIN Jusqu'au siècle dernier, il y avait en France un foisonnement de magasins d'alimentation tenus par de petits commerçants établis à leur compte. il faut faire un gros effort d'imagination pour se représenter comment on comprenait à cette époque, le commerce de l'épicerie. On grillait le café devant la porte, on cassait le sucre moulé en pains coniques. Le sel, les cristaux de soude étaient extraits de sacs de 50 ou 100 kilos avec une pelle en bois. Les légumes secs, les graines, les pâtes alimentaires étaient exposés à la poussière dans des casiers en bois, devant les comptoirs, ou les enfants s'amusaient à mélanger les lentilles avec les haricots et l'avoine avec les pois cassés. Le vin, l'huile et le vinaigre étaient tirés au tonneau ou au fût. L'agencement du magasin était souvent rudimentaire et les rayonnages s'élevaient jusqu'au plafond. La formule des grands établissements à succursales multiples est sortie de ce chaos à la fin du siècle dernier. M.

Auchan, Carrefour, Casino… pourquoi ça tangue Auchan, Carrefour et Casino sont tous les trois en mauvaise passe. Tous souffrent d'une évolution des modes de consommation et de la perte d'appétit pour les hypermarchés très grand aux milliers de références. Et cela se ressent douloureusement sur les finances : les enseignes sont obligées de se séparer de magasins et de mettre de côté certaines activités. Auchan, le modèle «hyper» en souffrant Fondée en 1961 par le nordiste Gérard Mulliez, l'enseigne Auchan est en perte de vitesse – elle est passée de 10,5 à 10,2 % de parts de marché en un an. L'enseigne – qui compte plus de 70 000 salariés en France et est le premier employeur privé des Hauts-de-France – se réorganise partout : en mai, elle a décidé de se délester de ses 1 600 points de vente en Italie, mais aussi de mettre en vente 21 sites déficitaires dans l'Hexagone. Carrefour, en pleine mue Carrefour souffre de son modèle basé sur le modèle de l'« hypermarché » qui l'a un temps porté. Newsletter - L'essentiel de l'actu Certes.

Hard-discount Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un magasin hard-discount à Paris Un hard-discount ou maxidiscompte est un magasin libre-service à prédominance alimentaire qui se caractérise par des prix de vente en dessous de la moyenne, une petite surface de vente et un assortiment de produits restreint (en moyenne de 600 m² pour moins de 1 000 produits). Histoire[modifier | modifier le code] Principes[modifier | modifier le code] Le principe du hard-discount repose sur un assortiment limité, de marque propre ou non, une maîtrise des coûts de fonctionnement et une simplification des processus. Ceci implique une mise en scène - présentation, animation - limitée et une plus grande polyvalence professionnelle des travailleurs par rapport aux supermarchés de même taille. La maitrise des coûts vise à fidéliser les clients par le prix de vente en appliquant des taux de marque bas, par rapport aux commerces de proximité et aux magasins de même taille. Le marché[modifier | modifier le code]

Groupe > Actualités > Carrefour lance une consultation participative pour lutter contre le plastique sur la plateforme « Mission zéro plastique » La lutte contre le plastique est devenue un sujet de préoccupation majeur des citoyens et des consommateurs. Ainsi, Carrefour lance ce jour une consultation participative pour inviter les citoyens, consommateurs et parties prenantes, à proposer des solutions, voter et donner leur avis pour réduire les emballages plastiques. Une plateforme pour l’émergence d’initiatives et de bonnes pratiques La plateforme « Mission zéro plastique » a pour objectif de permettre aux consommateurs de voter pour les prochaines initiatives de l’enseigne pour la réduction du plastique. La plateforme a également une vocation pédagogique car, pour chaque thématique, Carrefour y expose le contexte, la raison d'utilisation du plastique sur ses produits, les problématiques et les enjeux liés à ces emballages. Une mobilisation des citoyens pour la mise en place d’actions concrètes L’objectif de cette consultation publique est de faire émerger des solutions déployables en magasin.

Félix Potin Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sous le Second Empire, son fondateur parvient à développer son commerce à Paris grâce à une conception novatrice du métier d'épicier ; commerçant, Potin possède également sa propre usine de transformation des produits bruts qu'il achète. Les héritiers de de la marque poursuivent le développement et la transformation de l'enseigne jusqu'à sa cession après la Seconde Guerre mondiale. À partir des années 1980, confrontés à la concurrence des autres enseignes de la grande distribution, les magasins perdent en rentabilité ; l'enseigne disparaît en 1995. Un épicier novateur (1844-1871)[modifier | modifier le code] Félix Potin a une pratique novatrice du métier d'épicier : aux habitudes parfois malhonnêtes des épiciers de l'époque, il préfère le respect du client ; à de fortes marges sur des produits vendus en faible nombre, il préfère vendre beaucoup à bon marché ; il affiche les prix, qui sont fixes, et la vente se fait au comptant[1].

Drive : la plus forte progression 2018 pour Carrefour (qui grimpe sur le podium) J’adore la routine En tous les cas, celle-là… Tous les ans, c’est ici que vous découvrez en avant-première les chiffres d’affaires drive des enseignes. Donc voici le bilan 2018 (qui sera développé dans la prochaine livraison de VIGIE GRANDE CONSO). Leclerc demeure évidemment l’archi-leader du circuit avec une progression quasi en ligne avec le marché. Sa part de marché reste donc identique : 48 %. PS : et pour ceux qui veulent toutes les datas possibles (et inimaginables) sur le drive, rendez-vous dans l’étude DRIVE INSIGHTS (A3 Distrib / Ed.

Noz Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Noz Noz est la première chaîne de magasins française de déstockage généraliste : alimentaire, textile, univers de la maison, de la personne, loisirs, décoration... Aujourd'hui leader européen du déstockage, il existe en France plus de 230 magasins. A travers ses points de vente, Noz revisite le concept des "bonnes affaires". L'enseigne commercialise des produits, de tous types et de toutes marques, en provenance d'industriels, de fabricants et de distributeurs en majorité français et européens, issus d'invendus, de surstocks, d'annulation de commande, de fins de séries, de liquidations judiciaires ou de sinistres. Historique[modifier | modifier le code] En 1976, Rémy Adrion, actuel dirigeant, achète un lot de vêtements issu de la liquidation judiciaire d'une usine. Le concept trouve son public et Le Soldeur atteint 10 magasins en 1987, principalement situés en Bretagne et dans les Pays de la Loire. Siège social Noz à Saint Berthevin (Mayenne)

« Les difficultés de Carrefour ne datent pas d’hier » Sept mois après son arrivée aux commandes de Carrefour, le nouveau PDG Alexandre Bompard a présenté, mardi 23 janvier, son plan de restructuration à l’horizon 2022. Pour redresser le géant de la grande distribution, en perte de vitesse, il prévoit, notamment, 2 milliards d’euros de réduction des coûts dès 2020 et un plan de 2 400 départs volontaires en France. Delphine : Il y a quelques mois, Georges Plassat, l’ex-patron de Carrefour, était porté aux nues. Aujourd’hui, on dit le groupe en pleine crise. Que s’est-il passé ? Cécile Prudhomme : En réalité, les difficultés du groupe ne datent pas d’hier et l’ancien patron Georges Plassat (qui a cédé sa place à Alexandre Bompard, ancien patron de la Fnac, en juillet 2017) évoquait d’ailleurs les difficultés rencontrées en interne pour transformer l’entreprise, notamment dans le domaine du numérique. Lire aussi Carrefour à la recherche de son identité François : Carrefour perd-il de l’argent ou fait-il toujours des bénéfices ? En effet.

l'évolution dans la distribution alimentaire Le monde de la distribution a connu de nombreux bouleversements depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Ainsi plusieurs nouveaux concepts sont peu à peu apparus jusqu'à devenir incontournables dans le circuit alimentaire. La première innovation est le supermarché, apparu dans les années 30 aux USA, le concept repose sur la vente en libre service du plus grand nombre de produits alimentaires sous un même toit avec un paiement des marchandises en sortie de magasin par des caisses indifférenciées. La surface de vente est supérieure à une supérette classique (entre 400 et 2.500 m2). Le premier supermarché apparaît en France en 1957. Un supermarché réalise les 2/3 de son chiffre d'affaires dans l'alimentaire. La deuxième innovation est l'apparition de l'hypermarché (celui-ci est apparu en France en 1963), il est basé sur la vente de produits alimentaire et non alimentaire sous un même toit. La troisième innovation fut l'apparition du hard discount.

Crise dans la grande distribution : les gagnants et les perdants « Et si on mangeait mieux? » propose Carrefour dans une pub, tandis que Lidl met en vente un robot de cuisine connecté que les clients s'arrachent et que Leclerc propose le carburant à prix coûtant tous les week-ends de juillet et d'août. Ça bouge, ça bouge, dans le monde de la grande distribution où les enseignes rivalisent d'imagination pour attirer les clients. « C'est que cet énorme gâteau de 122 milliards d'euros, non seulement n'augmente presque plus (+ 0,6 % de croissance sur un an en mai 2019), mais est attaqué de toutes parts par les enseignes spécialisées, que ce soit dans le secteur du bio (Biocoop, Naturalia), de la beauté (Kiko, Sephora), du vin (Nicolas, le Repaire de Bacchus), du frais (Grand Frais)… » décrypte Frédéric Valette, le directeur du département Retail de la société d'études Kantar, qui calcule notamment les parts de marché des uns et des autres. Et la compétition est d'autant plus rude que depuis cinq à six ans, l'heure est à la guerre généralisée des prix.

Carrefour confirme la suppression de 2400 postes Le distributeur vient de dévoiler le contenu du plan d'Alexandre Bompard, baptisé «Carrefour 2022». En conséquence, le titre de l'entreprise gagnait 5,47% en Bourse à 11h40. Confirmant nos informations, le distributeur révèle un très ambitieux volet concernant la transformation digitale du groupe et sa stratégie omnicanale. De quoi permettre à l'enseigne de reprendre le «quart d'heure d'avance» qui a longtemps fait sa réputation, avant une série d'erreurs stratégiques. Moins de suppressions d'emplois que prévu Ces investissements, vitaux pour Carrefour au moment où Amazon accélère dans l'alimentaire, seront aussi consacrés à l'analyse des données des clients et porteurs de cartes de fidélité. Afin de les financer, Carrefour n'échappera pas à de sévères mesures d'économies, avec leurs conséquences sociales. Ce chiffre reste très inférieur à ce que craignaient les syndicats du distributeur, certains évoquant 5000, voire 10.000 emplois menacés. 273 ex-magasins Dia sur la sellette

Related: