background preloader

L’innovation monétaire (2/5) : Comment se crée la monnaie

L’innovation monétaire (2/5) : Comment se crée la monnaie
Jean-Michel Cornu, directeur scientifique de la Fing continue d’explorer pour nous l’innovation monétaire (voir la première partie). Dans De l’innovation monétaire aux monnaies de l’innovation qui vient de paraître chez Fyp éditions, il revient, notamment, avec sa clarté pédagogique légendaire, sur les processus de création de la monnaie. D’où vient la monnaie ? Cette question qui peut sembler simple est en fait révélatrice de la méconnaissance et des idées préconçues sur l’argent. 1. La première façon de créer une monnaie a été d’utiliser un objet ou une matière première existant : de l’or, de l’argent, des coquillages [1] ou même des objets usuels dans les universités brésiliennes (voir plus loin). Cette forme de monnaie permet d’éviter le troc direct en utilisant un “objet intermédiaire”. La situation a considérablement évolué. Image : la proposition de Dowling Duncan, vainqueur de la compétition créative de reconception du dollar (Redesigning Dollar). 2. 3. 4.

La coopération dans le blanc des yeux L'oeil humain a une particularité : le blanc des yeux (le Sclera) est visible même lorsqu'il regarde devant lui et est bien plus grand et brillant que celui des autres singes (voir les photos sur Live Science). Cette particularité semble lui permettre d'indiquer aux autres humains où diriger leur attention. Les chercheurs de l'Institut Max Planck pour l'Anthropology Evolutionnaire à Leipzig en Allemagne ont fait une expérience pour comparer la réaction de Chimpanzés, de Gorilles et de Bonobos avec celles d'enfants humains de 18 mois : Un expérimentateur adulte capte le regard de l'enfant ou de l'animal et ensuite regardé le plafond. Il a fait cela en ne bougeant que les yeux, en bougeant la tête et les yeux, en ne bougeant la tête les yeux fermés et enfin en se tournant pour ne bouger que la tête de dos. Cela semble montrer que les hommes cherchent avant tout à attirer l'attention en donnant des informations et que la sociabilité joue un rôle important pour les humains.

Crisalide, concours Eco-activités 2010-2011 ouvert jusqu’au 14 février Publication : 29-11-2010 Labellisé par le cluster breton Eco-Origin, Crisalide Eco-activités, est soutenu chaque année par plus de 30 partenaires qui s‘engagent pour le développement des éco-activités sur le Grand Ouest. Animée par Créativ, structure d’appui aux PME, Crisalide offre éclairages et accompagnement aux entrepreneurs éco-actifs pour consolider leurs projets et accélérer leur mise en œuvre. Ce concours s’adresse à toute personne ayant un projet de création ou de développement d’entreprise, répondant aux 4 critères suivants : -Apporter des solutions innovantes dans le domaine des éco-activités -Développer une activité industrielle ou de service aux entreprises -Créer ou maintenir des emplois - Etre implanté dans le Grand Ouest en Bretagne, Pays de la Loire ou dans la Manche _ Dossiers à retirer dès maintenant et jusqu’au 14 février 2011 sur Autres Actualités UI Cap Ouest entre au capital de la scierie De Challans En savoir plus En savoir plus

#pdlt : L’effondrement des modèles économiques complexes Xavier de la Porte, producteur de l’émission Place de la Toile sur France Culture, réalise chaque semaine une intéressante lecture d’un article de l’actualité dans le cadre de son émission. Désormais, vous la retrouverez toutes les semaines aussi sur InternetActu.net. Clay Shirky est américain. Shirky raconte avoir donné il y a un an une conférence devant un parterre de décideurs de la télévision. Selon Shirky, il est très compliqué de répondre à cette question. Ces prémisses sont doubles. Et Shirky va s’employer à nous montrer pourquoi. En 1988, nous apprend Clay Shirky, Joseph Tainter a écrit un livre qui s’intitulait The Collapse of Complexe Societies (L’effondrement des sociétés complexes), livre dans lequel Tainter s’intéressait à plusieurs civilisations qui avaient atteint un haut degré de sophistication avant de s’effondrer brutalement : les Romains et les Mayas notamment. Selon Shirky, elle est bien là la réponse à donner aux dirigeants des chaînes de télé. Xavier de la Porte

L’innovation monétaire (1/5) : Monnaie, vous avez dit monnaie A l’occasion de la publication prochaine de De l’innovation monétaire aux monnaies de l’innovation dans la collection Fabrique des possibles chez Fyp éditions, Jean-Michel Cornu, responsable scientifique de la Fondation internet nouvelle génération (Fing), nous propose d’entamer avec lui un vaste tour d’horizon pour comprendre le rôle de l’innovation monétaire. Dans cette première partie, il revient sur le rôle que joue la monnaie dans nos sociétés. L’innovation est devenue le moteur de notre société, mais de quelle innovation parlons-nous ? Il y a bien sûr l’innovation technologique qui comprend sa petite sœur moins connue : l’innovation architecturale (ainsi, c’est l’architecture de l’internet qui en apporte avant tout sa valeur). Cette première génération d’innovation a toujours cours, mais elle a été complétée par une deuxième génération : l’innovation de service qui voit son explosion avec le web puis le web 2. Image : Money par Nick Ares. 1. 2. 3. Jean-Michel Cornu ___________ 1.

L’innovation monétaire (3/5) : Différentes monnaies pour différents objectifs Jean-Michel Cornu, directeur scientifique de la Fing continue d’explorer pour nous l’innovation monétaire (voir la première et la seconde partie). Dans De l’innovation monétaire aux monnaies de l’innovation qui vient de paraître chez Fyp éditions, il entre dans le corps du sujet et explique la nécessité qu’il y a d’avoir différentes monnaies pour remplir différents objectifs. Nos monnaies nationales n’ont qu’un objectif unique, alors qu’on pourrait imaginer autant de monnaies que de but assignés à leur utilité. 1. Jusqu’à présent, nous n’avons parlé que d’un monde où in fine il n’existe qu’une seule forme de monnaie permettant de tout acheter. Pourtant, à y regarder de plus près, nous pourrions nous poser la question de monnaies plus spécialisées. Un pilote d’un cargo qui fait la navette entre l’Europe et l’Afrique témoigne (1) : « J’ai fait deux vols d’Europe vers l’Angola avec des grandes machines comme des chars. Imaginons une monnaie qui permette d’acheter seulement du raisin. 2.

Le groupe Intelligence Collective de la Fing Service in the Industry is not a Product Feature but a Business Model Une nouvelle étude révèle que les étudiants n’obtiennent pas les compétences requises pour affronter le marché du travail et la vie LONDRES, January 10, 2011 /PRNewswire/ – - Une étude novatrice sur l’enseignement et l’apprentissage prend de l’ampleur afin d’inclure de nouveaux pays, et Microsoft Partners in Learning propose un nouvel outil pour permettre à toute école de mesurer sa réussite quant à l’enseignement des compétences requises pour le 21e siècle. Microsoft Corp. a annoncé aujourd’hui les résultats préliminaires de son étude intitulée Innovative Teaching and Learning (ITL), qui démontre que les étudiants peuvent obtenir les compétences requises pour affronter le marché du travail et la vie au 21e siècle par le biais de l’école, mais que dans les faits, c’est rarement leur cas. Bien que les leaders de l’éducation exigent constamment des changements, les politiques et les systèmes d’éducation de la plupart des pays n’ont toujours pas fourni de définitions claires des compétences requises au 21e siècle, ou une manière de guider les professeurs dans la façon d’enseigner et d’aborder ces compétences.

L’innovation monétaire (4/5) : Mettre en place une monnaie complémentaire aujourd’hui Jean-Michel Cornu, directeur scientifique de la Fing continue d’explorer pour nous l’innovation monétaire (voir la première, la seconde et la troisième partie). Dans De l’innovation monétaire aux monnaies de l’innovation qui vient de paraître chez Fyp éditions, il nous explique, concrètement, comment créer et mettre en place une monnaie complémentaire, avec les outils d’aujourd’hui. 1. Des monnaies plus faciles à créer Quel système utiliser pour échanger de la monnaie ? Lorsque la comptabilité est effectuée dans un système déporté comme le sont les banques, il est également possible de n’emporter avec soi qu’un moyen d’identification et d’authentification qui pourra se connecter à la banque. Mais la mise en place d’un ensemble de monnaies ou bien de cartes et de terminaux d’identification peut s’avérer compliquée et chère. Il existe maintenant des plateformes généralistes pour créer des monnaies complémentaires. 2. Vous souhaitez utiliser une monnaie complémentaire pour un but précis.

The Role of Interest in Future Monetary Systems - Spiral Out In my recent reading I have frequently come across the related notions that currencies can be “designed” and that certain currency designs would eliminate the role of interest. In order to examine the validity of these claims it is important to first distinguish money or currency itself from that which is monetized. Money commonly serves three functions: Medium of ExchangeUnit of AccountStore of Value In modern currency regimes the “store of value” function has largely been usurped by other assets. Interest is a fee paid on borrowed assets. Interest is the price paid for the use of borrowed money. Scarce resourcesVarying temporal preferences for consumption Critically, these preconditions refer not only to the monetary system but to the constituents of the economy itself – its productive capabilities and the psychology of its participants. One possible system without interest would be a gift economy. What does this mean for interest in future monetary systems? photo courtesy of paalia

Comment se construire de fausses croyances ? Mots-clés : sciencescognitives, décision, croyances Assez souvent, lorsque nous devons prendre une décision, nous n'avons pas la possibilité ou pas le temps de vérifier si les informations qui nous servent de support sont vraies. Nous nous appuyons alors sur nos croyances, c'est à dire sur des représentations que nous tenons pour vraies. Il existe trois façons fabriquer de nouvelles croyances : Lors de la perception d'une nouvelle information par nos sens Lors de l'obtention une nouvelle conclusion dans un raisonnement Lors la réception d'une information par quelqu'un d'autre Il existe donc également trois types de fausses croyances... Fausses croyances lors de la perception d'une nouvelle information Nous pouvons fabriquer une croyance en étant berné par nos sens. Image dont l'interprétation dépend de la cultureAinsi, si on regarde l'image si contre, nous y verrons certainement une famille assise dans une maison. Fausses croyances par une conclusion éronnée lors d'un raisonnement

L’intelligence collective à petite échelle Qu’entend-on généralement par « intelligence collective » ? Pour le monde du web, la messe est dite : c’est le produit émergent de l’interaction entre plusieurs milliers, voire millions d’individus, certains ne partageant avec les autres qu’une quantité minimale de leur réflexion (c’est la théorie du surplus cognitif chère à Clay Shirky, comme il l’a développe dans on livre éponyme ou chez TED). Et bien entendu, c’est le web lui-même qui est le média de choix de cette intelligence collective. Cette définition repose sur certains postulats, pas toujours explicites : Plus on est de fous, plus on rit. Pourtant, il existe une autre approche de l’intelligence collective, bien plus ancienne que le net ou le web : la « fusion » entre quelques esprits, le plus souvent seulement deux, pouvant aboutir à une explosion inattendue de créativité. La dynamique d’un couple créatif La nature du leadership au sein de ces couples est également difficile à déterminer.

"Comment redistribuer la nouvelle richesse ?" Dans un entretien accordé au Bilan du monde (en vente en kiosques depuis le 17 janvier), l'économiste Kemal Dervis explique que le rattrapage de l'Occident par les pays émergents est un fait acquis. Mais ce basculement de l'histoire laisse entier le problème des inégalités entre les nations, comme en leur sein. Les économistes se disputent pour savoir si la bonne santé économique des pays du Sud est encore liée à celle des pays du Nord, ou s’ils ont acquis une dynamique propre qui signifierait, à terme, le déclin de la domination économique occidentale au profit des nouvelles nations émergentes. Quelle est votre opinion ? Kemal Dervis : En termes de produit intérieur brut (PIB), il y a bien une convergence entre pays avancés et émergents depuis la fin des années 1980 : ces derniers croissent plus vite que les premiers. Mais cela ne devient globalement le cas, en PIB par tête, qu’à partir de 1999, une fois passée la crise asiatique de 1997. Comment expliquez-vous cette convergence ?

Related: