background preloader

Hussonet portail Michel Husson

Hussonet portail Michel Husson
Related:  divers economie : à classer

Hervé Lambel | CERF : Créateurs d’Emplois et de Richesses de France 22 février, 2011 · Commentaires fermés Pour écouter l’intervention d’Hervé Lambel, c’est ici 17 février, 2011 · Commentaires fermés Pire peut-être, la bonne santé des banques ne les a pas poussées à se montrer plus souple dans l’attribution des prêts. Selon Hervé Lambel, président de l’organisation patronale Le Cerf, « le petit client, le petit commerce ou la petite entreprise a un coût par dossier trop élevé en termes de rendement. Pour lire l’article, cliquez ici Hervé Lambel, président du CERF, et Pierre Bertrand, Président de l’Ain, Isère, Deux Savoies, ont été interviewés par Bruce Crumley pour le TIME US sur la réforme des retraites. Extrait : La mise en garde depuis cette première ruée du changement signifie que Sarkozy a encore du chemin à faire. Pour lire la suite, cliquez ici Hervé Lambel est intervenu sur BFM hier, au sujet des revenus des patrons. Pour écouter son intervention, c’est ici : HL- BFM 141210 8 novembre, 2010 · Commentaires fermés Lire l’article Bourse + Page suivante »

J-M Harribey Le capitalisme de dividendes, lettre à Keynes, et des super-documents sur la dette publique Le graphique qui suit s’inspire d’un graphique de Michel Husson (dont le site est une mine à ciel ouvert : sur les dividendes versés par les sociétés non financières (SNF) en % des salaires. Ici, je prends le % de la valeur ajoutée, mais l’histoire racontée est la même : celle d’un hold-up légal, ou, si l’on préfère, d’un rapport de forces devenu favorable à une infime minorité. (Cliquer sur le graphique pour l’agrandir) (Voir en fin de billet les sources et quelques précisions techniques) Les « sociétés non financières » (toutes les entreprises non financières autres que les entreprises individuelles) pèsent 1000 milliards d’euros en 2011 en termes de valeur ajoutée, soit la moitié de la valeur ajoutée nationale (le PIB). Admettons que nous soyons parfaitement réformistes et que, à l’instar de l’économiste de banque Patrick Artus, notre objectif soit de sauver le capitalisme qui, selon lui, « est en train de s’autodétruire ». Cher John Maynard,

Warrant Marrant ANALYSE - Le risque d'un sommet "antisocial" Les syndicats s'apprêtent à se rendre au sommet social de l'Élysée à reculons. Alors qu'ils attendent surtout des mesures d'urgence de lutte contre le chômage, Nicolas Sarkozy devrait leur imposer des réformes structurelles dont la plupart d'entre eux ne veulent pas, à trois mois de l'élection présidentielle. Alors que la France a été dégradée par l'agence de notation Standard & Poor's, le président semble pourtant plus décidé que jamais à instaurer la TVA sociale ainsi que la possibilité pour les entreprises de signer des accords "compétitivité-emploi" de flexibilisation du travail en fonction de la conjoncture économique. Deux sujets de fond qui ne peuvent être traités dans l'urgence, s'indignent les organisations de défense des salariés. La CGT et FO sont particulièrement remontées. Refus de réformes "à la hussarde" Idem sur les accords compétitivité-emploi, dont François Fillon a prévenu qu'ils nécessiteraient une réforme législative. Contrer la hausse du chômage

Jeremy Rifkin Inégalités - La science-fiction de Stiglitz - Emploi 2017 Inégalités Avant-propos - L’un des livres qui a le plus marqué les intellectuels en 2012 est le texte de Joseph Stiglitz, prix Nobel, sur « le prix de l’inégalité ». Ce texte met sur un piédestal éthique et moral la lutte contre les inégalités. La force du document de Cincinnatus, que nous publions aujourd’hui, est de montrer qu’il s’agit d’un ouvrage de science-fiction, contredit à chaque pas par les faits, et qui n’est là que pour satisfaire les phantasmes - ou les ambitions – d’un économiste se drapant dans son Nobel. Version imprimable Le livre d’un moment Les premiers mots d’un livre s’avèrent parfois immensément révélateurs. Il y a des moments dans l’histoire… C’est effectivement le livre d’un moment. Si ce capitalisme est sujet à des cycles répétitifs, le bas de cycle, ce genou à terre, fournit le signal de l’hallali à ses détracteurs. Faites-moi confiance, je suis prix Nobel L’argumentation de Stiglitz se veut informelle et conviviale. L’évangile selon Joseph Selon Stiglitz : E.

Jean Peyrelevade : "Il faut une période de modération salariale" Jean Peyrelevade, président de Leonardo and Co, ancien directeur de cabinet de Pierre Bérégovoy à Matignon, membre de l'équipe de campagne de François Bayrou et auteur de France, état critique*, livre son diagnostic sur l'état de la France. Le Point.fr : La France ne mérite plus son triple AAA, selon Standard and Poor's. Qui faut-il blâmer, selon vous ? C'est le résultat d'une longue série d'erreurs majeures de politique économique, notamment depuis la fin des années 1990. Cette erreur a été poursuivie par les gouvernements de Jacques Chirac, qui n'ont pas agi sur le modèle économique de la France. C'est le cas de Nicolas Sarkozy ? Il a aggravé les choses, notamment durant son année de prise de pouvoir : il ne fait rien sur la compétitivité, à part le crédit impôt-recherche. Comment relancer la compétitivité française ? C'est un vaste programme, difficile à mener. La France a-t-elle un problème de compétitivité par les coûts ? Oui. Non. Pourquoi êtes-vous opposé à la TVA sociale ?

Frédéric Lordon

Related: