background preloader

Les hommes qui voudraient s'intéresser au féminisme

Les hommes qui voudraient s'intéresser au féminisme
Beaucoup d'hommes, lorsqu'ils en viennent à s'intéresser aux féminisme veulent aider dans les combats pré-existants. Ainsi on le voit militer pour que la rue soit à tous et toutes, militer pour l'égalité salariale ou je ne sais quoi. Mais ces combats là sont déjà pris en charge par les femmes qui n'ont donc nul besoin qu'on leur tienne à la main. En revanche, nous avons besoin qu'on détruise déconstruise la virilité. Les femmes ne sont pas discriminées toutes seules, elles le sont car les hommes ont des avantages. Si les femmes sont payées 20% de moins à compétences et poste égaux, c'est que les hommes sont payés 25% de plus. A ce sujet là donc j'avais lancé sur twitter, à destination de certains hommes aux velléités féministes, quelques conseils. Il convient de ne pas perdre de vue, jamais, quand on est un homme féministe, qu'on exerce aussi l'oppression qu'on le veuille ou non. Je ne cautionne plus le harcèlement sexiste et j'aide une femme qui y est confrontée.

http://www.crepegeorgette.com/2014/02/19/les-hommes-qui-voudraient-sinteresser-au-feminisme/

Related:  Les femmes aiment les hommes nouveauxHommes féministesHommes & féminismes : être un alliéféminisme

Je veux comprendre... le mansplaining Retour sur le mansplaining, un concept très ancien (et très relou) pour un terme relativement récent. Le mansplaining n’a absolument rien de nouveau. C’est un concept tout bête dont nous sommes probablement nombreuses à être témoins au quotidien. Le mansplaining, c’est quand un homme explique à une femme d’un ton condescendant, sur un sujet qui la concerne elle, qu’elle a tort de penser ce qu’elle pense, de dire ce qu’elle dit. Empathie et injustice « De même que les races n’existent pas mais que la réalité politique construite sur l’idée de race existe bel et bien, les sexes n’existent pas bien que la réalité politique construite sur l’idée de sexe existe bel et bien » (Thiers-Vidal, 2010, p. 36) Quand on est du côté des oppresseurs, par sa couleur de peau, son statut social, son sexe, la compréhension de l’oppression, et du vécu de cette oppression par les opprimés, est affaire d’empathie. On a jamais vécu, et on ne vivra jamais, dans son quotidien, dans sa construction psychique, dans son corps, ce que vivent celles et ceux qui subissent l’oppression. On peu théoriser, on peu essayer, on peu critiquer mais, comme le dit Christine Delphy : « Compatir n’est pas pâtir ». Il est des expériences de ma vie qui vont pouvoir me faire apercevoir ce que c’est. Mais de loin, sans que les enjeux soient du même ordre.

Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis? Quelles raisons peuvent mener un homme à se dire proféministe et que peut-il faire pour aider le mouvement féministe? Voilà les deux questions discutées ici. J’entends proposer pour les hommes proféministes de pratiquer le contraire de l’empowerment (ou autonomisation), soit le disempowerment, c’est-à-dire une (auto)réduction du pouvoir individuel et collectif qu’exercent les hommes sur les femmes, et un (auto)positionnement d’auxiliaire par rapport aux féministes. J’entends aussi rappeler que c’est toujours par l’effort déployé par des féministes que des hommes deviennent proféministes.

Une comparaison entre misandrie et misogynie On pourrait croire à première vue que les deux se valent. Que toutes les formes de violence sont équivalentes, injustifiées et injustifiables. Et que la misandrie est tout aussi dommageable que la misogynie. (J’ai bien dit « dommageable » et pas « condamnable. ») Or, comme l’explique simplement ce post trouvé sur tumblr, il n’en est rien : « Ma chère fille, j’espère que tu auras une vie sexuelle épanouie. » En réaction aux « 10 règles à suivre pour sortir avec ma fille », un père a écrit une lettre ouverte à sa fille, intitulée « Ma chère fille, j’espère que tu auras une vie sexuelle épanouie ». Il est temps d'en finir avec l’hypocrisie générationnelle à propos de la sexualité des jeunes femmes. Les 10 règles à suivre pour sortir avec ma fille tournent à plein tube sur les réseaux sociaux. Supposément écrite par le « père inquiet » typique, elles s’adressent aux potentiels prétendants désireux d’entrer en contact intime avec la fille-du-père-inquiet. La dernière mode est de les porter en T-shirt.

Marre de parler aux hommes J’en ai marre de parler de féminisme aux hommes. Je sais que je ne suis pas censée dire ça. Je sais qu’en bonne petite féministe de la troisième vague, je suis censée vous expliquer gentiment à quel point j’aime et j’estime les hommes. Je suis censée faire état du mari avec qui je vis depuis cinq ans, de mon fils, de tous mes amis et parents de sexe masculin, et les exhiber fièrement comme une sorte de médaille du mérite, comme preuve que je ne hais pas les hommes. Je suis censée montrer patte blanche et vous prouver à quel point je suis inoffensive et gentille.

How to … handle a discussion on assault without being a jerk ? J’ai mis une photo de chat blasé parce que j’ai remarqué que sur le net, dans les endroits sympas quand on parle d’un truc pas cool les gens mettent des photos d’animaux trop mignons et je trouve cette tradition trop géniale. Blasé parce que le fait que cet article soit une nécessité me blase. Aujourd’hui je vous propose un article totalement hors-sujet et d’un format plus court en réaction à plusieurs événements auxquels j’ai assisté récemment.

Les avantages à naître et grandir homme en France Lorsqu'on naît en France en 2014, on est, dans l'immense majorité des cas, assigné mâle ou femelle et on sera ensuite éduqué, socialisé en fonction de cette assignation de genre. C'est la fameuse phrase de Beauvoir ; "on ne naît pas femme on le devient" et il en est de même pour les hommes ; on ne naît pas homme, on le devient par des processus de socialisation et d'éducation. On va vous apprendre des comportements, des attitudes, des manières de parler, de jouer, de travailler qui correspondront à ce qu'on attend d'un homme, ou d'une femme au XXIème siècle en France.

"Sois un homme" cette belle connerie - L'homme simple Tout ce qu’on casse avec ces trois mots. Tout ce qu’on dit de faux à nos fils, nos élèves, nos neveux, les petits de nos voisins, avec ces trois putain de mots. Ne pleure pas. Sois courageux. A.Dworkin: Je veux une trêve sans viol labrys, études féministes/ estudos feministas juillet / décembre 2013 -julho / dezembro 2013 Je veux une trêve de vingt-quatre heures durant laquelle il n'y aura pas de viol Andrea Dworkin Note d'Andrea Dworkin : Ce discours a été prononcé à la Midwest Regional Conference de la National Organisation for Changing Men, au cours de l'automne 1983 à St Paul, dans le Minnesota. Un des organisateurs m'a aimablement envoyé une cassette et une retranscription de mon intervention.

Privé-es de sexe, les féministes se repentent Ah. Enfin. Les Hommes, avec une grande majuscule, aussi grande que leur majestueux pénis, ont compris comment faire cesser les élucubrations hystériques des féministes. Finie la lutte pour l’égalité de salaire, pour la liberté d’être dans l’espace public, aux chiottes le choix d’enfanter ou non. Profites tu de privilèges masculins? Profites-tu de privilèges masculins? Bon, si tu es une femme, il est très probable que tu n’en profites pas. Cependant si tu es un homme, il est très probable que tu en bénéficies.

Related: