background preloader

Que reste-t-il de notre vie privée sur Internet ?

Que reste-t-il de notre vie privée sur Internet ?
Photos, données personnelles, géolocalisation… Au fil des ans, notre vie intime est devenue de moins en moins privée. Et on y est un peu pour quelque chose. Aurions-nous renoncé ? Quand Edward Snowden révèle, en juin 2013, que les citoyens du monde entier sont surveillés par les services de renseignement américains, l'opinion publique fronce à peine les sourcils. « On le savait déjà », lit-on dans les médias ; « Je m'en fiche, je n'ai rien à ­cacher », entend-on dans les couloirs. Fatalisme ? Inconscience ? Au fil du temps, nous avons accep­té d'être regardés d'un peu plus près, par un nombre d'acteurs toujours plus grand, nous avons semé davantage de traces informatiques, comme autant de petits cailloux. “Un enfant né aujourd’hui grandira sans aucune conception de la vie privée.” En 1974, le projet Safari – un numéro unique permettant d'interconnecter les différents fichiers administratifs – avait choqué les Français. Le numérique nous installe dans un petit bonheur confortable.

internet-vie-privee1 Sur le Web, le "paradoxe de la vie privée" Les internautes s'exposent de plus en plus dangereusement, tout en s'inquiétant de la surveillance de leurs données personnelles. Les internautes surfent sur les paradoxes aussi aisément que sur le Web. Alors que les récentes révélations ont démontré que les agences de renseignement américaine et française surveillaient Internet et les réseaux sociaux, ils s'exposent de plus en plus sur la Toile. Les chiffres sont vertigineux. L'explosion de ces pratiques pose, en toile de fond, une série d'interrogations sur la protection de la vie privée et des données des utilisateurs, qui ont ressurgi ces dernières semaines avec les scandales liés à la surveillance d'Internet et des réseaux sociaux. Lire : "Prism, Snowden, surveillance de la NSA : six questions pour tout comprendre" Des réactions qui sont à replacer dans ce que les sciences sociales ont largement étudié, et nomment le "paradoxe de la vie privée". Les internautes "se rendent compte que leurs données sont exploitées.

Si vous voulez vous rappeler pourquoi Internet est une bonne chose Pour le journaliste américain Clive Thompson, Internet a profondément changé notre façon de parler et de nous faire entendre. C’est cet impact social qui constitue le plus grand atout du réseau. Ceci est une réponse. Une réponse aussi à nos riverains, dont certains manifestent régulièrement leur mécontentement de nous voir nous focaliser sur un objet – la technologie et ses effets sur nos vies – qu’ils trouvent peu important, peu intéressant. Cette réponse, elle a surgi dans les réseaux. D’infinies raisons Ce qui l’intéresse, ce sont les effets de la technologie sur la vie quotidienne, ça tombe bien. Le petit texte qui suit est très simple. « Quand il n’y a pas d’argent à se faire... » Nous reproduisons donc ci-dessous ledit entretien, traduit en français, avec l’aimable autorisation des deux parties : « Quand je parle de technologie, je pense aux moyens de communication de ces 10-15 dernières années.

Les 10 sites de réseaux sociaux qu'il faut connaître RESEAUX SOCIAUX – Alors que le nombre de sites de réseaux sociaux augmente tous les jours, quels sont réseaux où il faut être, et ceux qu'il faut abandonner ? Les incontournables Facebook Le principe: Avec plus de 350 millions d'utilisateurs, Facebook est le réseau social leader dans le monde. Twitter Le principe: Twitter est un outil de microblogging qui permet d'envoyer des messages de 140 signes (ou "tweets") aux internautes qui suivent chaque compte: les "followers" ou abonnés. Les spécialisés Coopol Le principe: Le réseau du parti socialiste de "toutes celles et de tous ceux qui veulent débattre et agir à gauche!" LinkedIn Le principe : Ce réseau social professionnel permet de publier et de partager votre CV avec vos amis, et vos collègues. Viadeo Le principe : Viadeo est un réseau social professionnel qui permet de publier son CV. Myspace Le principe: Myspace a été l'un des premiers et des plus importants réseau social. Les nouveaux >>Et vous, quel réseau social utilisez-vous?

Vie privée et internet, deux mondes incompatibles? Données personnelles sur Facebook: attention au canular! Un message circule actuellement sur le réseau social à vitesse grand V: il stipule qu'en le copiant-collant, l'utilisateur se protège de toute exploitation commerciale de ses données publiées sur le site. C'est faux, voici pourquoi. La Cnil passe aux sanctions contre Google Invoquant une non-mise en conformité sur la confidentialité des données des usagers, la Commission nationale informatique et libertés annonce ce vendredi engager une procédure de sanction à l'encontre Google. Confidentialité: La France lance une action répressive contre Google Malgré les mises en garde successives, "aucun changement n'a été mis en oeuvre" par Google dans ses règles de confidentialité, qui posent problèmes aux autorités européennes de protection des données personnelles. Les Google Glass, un vrai danger pour la vie privée? Dernier avatar de la société de surveillance?

Internet et vie privée : attention aux mauvaises surprises ! - Thématiques La NSA n’a qu’à bien se tenir, elle a un concurrent de taille en matière d’espionnage de la vie privée : Internet. Et plus particulièrement les réseaux sociaux. Véritables mines d’informations vous concernant, ils sont aujourd’hui de plus en plus consultés par les recruteurs mais aussi par les pirates informatiques. Atteinte à votre réputation, à votre vie privée ou encore usurpation d’identité sont autant de mésaventures qui peuvent vous arriver si vous ne contrôlez pas ce que vous diffusez sur le Net. Souriez, vous êtes surveillés La plupart des internautes n’ont pas forcément conscience de leur implication sur les réseaux sociaux. Protégés, vraiment ? Facebook n’a de cesse de rassurer ses membres quant à la confidentialité de leurs informations. Peut-on disparaître d’Internet ? Mais attention, cela peut vous coûter cher. Benjamin Helfer @benhelf

Le contrôle d’Internet par le secteur privé est un problème Les révélations de Snowden au sujet des programmes de surveillance des Etats-Unis et du Royaume-Uni ont mis en évidence la participation des géants américains du Web. Si depuis ces derniers s’efforcent de prendre leurs distances, la place que ceux-ci occupent sur Internet à l’échelon mondial continue malgré tout de poser problème. C’est du moins un des constats dressés par le commissaire européen aux droits de l’Homme, Nils Muižnieks, dans un rapport publié cette semaine. « L’infrastructure Internet est en grande partie sous le contrôle de sociétés privées, qui ne sont pas directement soumises à la législation internationale sur les droits de l’homme » souligne le commissaire. En revanche, ces entreprises restent soumises à la législation de leur pays d’origine.

Quelques dangers d'Internet Les jeunes forment la population la plus exposée et la plus ciblée par les prédateurs de toutes sortes sur le Net. C'est en effet un media de référence : en 2003 plus de 87% des 12/17 ans se sont connectés à Internet et le phénomène s'amplifie avec le développement de l'Internet mobile. La toile est un espace de tentation, un espace ludique mais aussi un espace à risques dans lequel ils pénètrent d'un simple clic ! Voyons les dangers qui les guettent : Des dangers variés (*) Invasion de la vie privée. La capacité d'interagir et de communiquer avec les autres est un des grands attraits qu'Internet exerce sur les jeunes. Ils aiment discuter dans les messageries instantanées, jouer en ligne et remplir des formulaires pour participer à des concours et sondages. Pornographie L'accès facile qu'Internet donne à la pornographie figure parmi les principales inquiétudes des parents de jeunes internautes. Cyberintimidation Prédateurs sur Internet Spam ou pourriels Désinformation Jeux de hasard

Comment l’obsession sécuritaire fait muter la démocratie La formule « pour raisons de sécurité » (« for security reasons », « per ragioni di sicurezza ») fonctionne comme un argument d’autorité qui, coupant court à toute discussion, permet d’imposer des perspectives et des mesures que l’on n’accepterait pas sans cela. Il faut lui opposer l’analyse d’un concept d’apparence anodine, mais qui semble avoir supplanté toute autre notion politique : la sécurité. On pourrait penser que le but des politiques de sécurité est simplement de prévenir des dangers, des troubles, voire des catastrophes. Une certaine généalogie fait en effet remonter l’origine du concept au dicton romain Salus publica suprema lex (« Le salut du peuple est la loi suprême »), et l’inscrit ainsi dans le paradigme de l’état d’exception. Quoique correcte, cette généalogie ne permet pas de comprendre les dispositifs de sécurité contemporains. Prévenir les troubles ou les canaliser ? Prenons deux exemples pour illustrer cette apparente contradiction.

Piratage sur Internet : la fin de la vie privée ? FIGAROVOX/ENTRETIEN - L'affaire Snowden et le piratage récent de 1,2 milliard d'identifiants sur Internet par des hackers russes ont révélé les failles des systèmes de sécurité sur Internet. Pour Fabrice Epelboin, la vie privée est en train de devenir un luxe. Fabrice Epelboin est spécialiste des médias et du Web social. FigaroVox. - Selon le New York Times, un groupe de pirates informatiques de nationalité russe se serait emparé d'environ 1,2 milliard de mots de passe sur Internet de sociétés américaines et étrangères à travers le monde. Fabrice EPELBOIN. - Pour ce que l'on peut appeler une “organisation non gouvernementale”, oui, la quantité de données dérobées est stupéfiante. À en croire le New York Times - généralement assez sérieux sur ces sujets - il s'agit de cybercriminalité, les hackers n'étant pas liés aux services de renseignement russes comme cela arrive souvent là-bas. Cette intrusion aurait été menée par un petit groupe de pirates basé en Russie.

Le Web 4.0 sera celui du génome, et y’a de quoi flipper Une scientifique recueille de l’ADN, dans un laboratoire marseillais, le 3 février 2015 (Anne-Christine Poujoulat/AFP) 1998-2006. Documents. Web 1.0 Il aura fallu huit ans à Google pour parvenir à indexer tous les documents disponibles. Alors disons qu’il lui aura fallu huit ans pour parvenir à indexer suffisamment de documents pour s’assurer d’éliminer la concurrence, de stabiliser des parts de marché le plaçant en situation de quasi-monopole, et, dans les usages autant que dans notre inconscient collectif, pour fonctionner comme une métonymie du web : la partie prise pour le tout. 2004-2014. Il aura fallu dix ans à Facebook pour indexer tous les profils disponibles. Oui, je sais. 2014-2030. Making of Encore une fois, le blog d’Olivier Ertzscheid, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, est une mine de réflexion. Le Web 3.0 ne fut finalement pas celui annoncé du Web sémantique (quoique). Que sera alors vraiment le Web 3.0 ? 2030-20 ? DoProThings.

DYSLEXIE: Les tablettes permettent de lire plus vite DYSLEXIE: Les tablettes permettent de lire plus vite Actualité publiée le 20-09-2013 PLoS ONE Modifier la taille des caractères et le nombre de mots par ligne, présente des avantages pour les dyslexiques. Des avantages possibles avec les tablettes, pas avec le papier. C’est ce que suggèrent les résultats de cette étude d’Harvard, menée auprès de 100 étudiants dyslexiques et publiée dans la revue PLoS ONE. La dyslexie est liée à une réduction de l’activité et un fonctionnement différent de certaines zones du cerveau, l'aire de Broca, qui joue un rôle clé dans le traitement du langage et la production de mots écrits, la zone pariéto-temporale impliquée dans l'analyse des mots écrits et la région occipito-temporale, impliquée dans l'identification des mots écrits. Donc, pour ce test, l'iPod Touch avait été formaté pour n'afficher que quelques mots par ligne (Times New Roman -42). Le test comprenait 12 textes à lire qui augmentaient en longueur et en complexité. Neuro

Kawasaki KX 250 F 2015

Related: