background preloader

Qu'est-ce qu'une "Classe inversée" ? A quoi cela peut servir ?

Qu'est-ce qu'une "Classe inversée" ? A quoi cela peut servir ?
Aujourd'hui nous parlons de la "classe inversée", une innovation pédagogique qui rencontre un succès sans précédent. Nous allons vous expliquer de quoi il s’agit et essayer de comprendre la raison de cet engouement soudain, avec deux invités dans notre studio et le 3ème qui est en "Insert téléphonique" depuis Saint-Brieuc. - Héloïse Dufour, Universitaire de formation scientifique (Biologiste), explique ce nouveau concept d'enseignement, dans lequel les rôles traditionnels d'apprentissages sont "inversés". - Vincent Faillet, Professeur agrégé de SVT au Lycée Dorian (75011 Paris). - Pascal Bihouée, Professeur de Sciences physiques au Collège Sainte-Marie de Saint-Brieuc (22), (en insert téléphonique) - Tous les deux ont une expérience de plusieurs années des "Classes inversées" dans leurs Lycée et Collège. Héloïse Dufour et Vincent Faillet dans le studio G. Nos invités autour de la table du studio G. Ci-dessous, le lien avec le site "Inversons la classe" : Related:  PEDAGOGIE ET JEUX

Classe Inversée / Flipped Class Welcome to YouTube! The location filter shows you popular videos from the selected country or region on lists like Most Viewed and in search results.To change your location filter, please use the links in the footer at the bottom of the page. Click "OK" to accept this setting, or click "Cancel" to set your location filter to "Worldwide". The location filter shows you popular videos from the selected country or region on lists like Most Viewed and in search results. To change your country filter, please use the links in the footer at the bottom of the page. Loading... by MrProfdeChimie1 1,015 views by pocketlodge 86,025 views by ColloqueTICE 1,077 views by ChannelTechSmith 9,072 views by ChannelTechSmith 18,889 views by GOODMagazine 18,532 views by Alliance4ExcEd 34,925 views Quelques vidéos sur le thème de la pédagogie inversée, une approche s'alliant parfaitement avec des méthodes d'apprentissage actif. About Zone CPTIC 1,705 views

Pédagogie inversée ou semi-inversée ? « Secouez le Cours La pédagogie inversée fait en ce moment le buzz. J’ai trouvé de nombreuses explications, définitions, très diverses mais surtout une excellente synthèse réalisée par Annick Arsenault Carter. Schématisons très rapidement la démarche : A savoir, présenter un certain nombre de documents, de ressources avant le cours et baser ce dernier sur des activités, des questionnements, issus ou générés par les ressources. Les notions sont donc abordées hors classe et développées et utilisées en cours. Cette façon de fonctionner m’intéresse beaucoup mais pose un certain nombre de questions. Si je vois bien son utilisation dans le cadre d’un cours plutôt technique avec des étudiants, j’ai encore du mal à l’appréhender pour un cours concernant des généralités sur un sujet. La solution réside peut-être dans le fait d’intégrer le travail d’examen, le plus souvent un dossier ou un exposé, dans le cadre du cours. Posons cependant quelques règles. Reste à trouver les fameuses ressources. J'aime :

Augmenter la réalité d'un cours Offrir des ressources en ligne pour enrichir le contenu permet aux apprenants de continuer à se former au-delà de la salle de classe. Mais on le sait, les ressources complémentaires, même d'excellente qualité, ne sont pas nécessairement consultées par les élèves et étudiants qui, gavés de temps d'étude, estiment avoir bien mieux à faire de leur temps libre. Comment dès lors encourager ces derniers à consulter ces fameuses ressources ? La solution réalité augmentée Voici quelques années, le professeur avait tenté de lier des codes QR disposés dans certains ouvrages de la bibliothèque du lycée avec des ressources numériques. Jourde a alors pensé à la réalité augmentée. Il n'est certainement pas pionnier en la matière. Mais l'expérience de Jourde – toujours en cours de développement – ajoute une dimension nouvelle. François Jourde détaille dans cette vidéo le principe de fonctionnement de l'application Aurasma sur les manuels : Illustration : henribergius via photopin cc Références : Aurasma.

Les outils qui rendent possible la classe inversée La notion de classe inversée tourne beaucoup autour de la vidéo. Mais pourquoi? Selon Caroline Hétu et David Chartrand, enseignants, elle constitue un outil pédagogique très puissant, permettant « d’expliquer des notions, substituer une partie du cours et donner des instructions claires, autant en classe qu’à la maison ou à l’étranger ». De plus, elle favorise l’autonomie des jeunes en leur permettant d’apprendre à leur rythme, laissant par le fait même plus de temps à l’enseignant pour aider les autres. 1. Introduction à l’infonuagique Quiconque a déjà travaillé avec la vidéo sait à quel point ce média est « lourd » côté informatique. Le fait de déposer un fichier (dans ce cas-ci, un fichier vidéo) sur un service en ligne pour y avoir accès de partout s’appelle l’infonuagique, ou l’informatique en nuage. Il existe d’autres applications de l’infonuagique. 2. Pour la création de capsules vidéo originales, il y a différentes façons de procéder. 3. Khan Academy Sophia D’autres à considérer 4.

La classe inversée « permet une pédagogie vraiment active » Pédagogie circulaire, élèves actifs : la classe inversée n'est pas simple à mettre en place, mais elle possède beaucoup d'avantages. Témoignage d'Olivier Quinet, prof de collège. Les 4e d’Olivier Quinet pendant une tâche complexe. Renvoyer les cours à la maison pour faire du temps de classe un temps de travail durant lequel les élèves sont actifs : tel était le projet d’Olivier Quinet, quand il s’est lancé en 2012 dans la pédagogie inversée. Professeur d’histoire-géographie au collège Jean Rostand, à Montpon-Ménéstérol (Dordogne), son objectif était de rendre ses élèves (4e et 3e) davantage autonomes, en les faisant construire eux-mêmes leurs connaissances et leur savoir-faire. « Au milieu, et plus devant » Olivier Quinet passe l’été 2012 à concevoir des capsules de cours. “Les élèves arrivent en ayant vu une capsule vidéo postée sur mon site. Le cours sur la Première Guerre mondiale d’Olivier Quinet : une capsule à visionner à la maison, avec un quizz et des documents. Fabien Soyez

La pédagogie façon tarte Tatin Et si on faisait les cours à la maison et les devoirs à l’école ? C’est ce que propose la pédagogie inversée qui semble avoir des défenseurs outre-Atlantique. Il s’agit d’une philosophie popularisée par la Khan Academy, association à but non lucratif fondée en 2006 par Salman Khan (article Wikipedia). Il semblerait que ce concept ait vu le jour dès 2004 avec des enseignants de chimie du Colorado qui constatant un fort absentéisme chez leurs élèves organisent des sessions de rattrapage. Ce n’est qu’en 2007, avec des solutions technologiques adaptées (production et partage de ressources), que ces ressources sont facilement disponibles sur le web . the flipped classroom has allowed me to create a supportive, positive, calm environment where learning can truly thrive D’après le site Infobourg, il semble que les résultats se soient améliorés en ce qui concerne le Colhoun Community College qui a adopté cette approche. Le sujet est donc à suivre… Imprimer ce billet

L'apprentissage inversé : avancée ou régression ? Si vous fréquentez les sites américains de pédagogie, vous aurez sans doute été surpris de constater l'engouement des enseignants pour le « flipped learning », que l'on traduit par "apprentissage inversé". La tendance est lourde et les articles sur le sujet attirent de nombreuses visites et presque autant de commentaires. C'est la Khan Academy, un site qui offre des milliers de leçons gratuitement en vidéo, qui a déclenché le mouvement. Nous-mêmes avons parlé de l'apprentissage inversé depuis plus d'un an, et encore tout récemment. L'expression "flipped learning" est due à deux professeurs de sciences, Jonathan Bergmann et Aaron Sams, qui ont utilisé cette méthode d'enseignement dès 2006. Rappelons les grandes lignes de ce principe d'apprentissage : L'arrivée en fanfare de l'apprentissage inversé a fait l'effet d'une bombe dans une Amérique qui cherche désespérément à renouveler ses modèles pédagogiques. Les enseignants aiment l'apprentissage inversé. Une méthode vraiment nouvelle ?

Expliquer l’info: un métier d’avenir? Les nouveaux termes apparaissent presque plus vite que les usages. Alors que les "curators" commencent à se faire connaître voici les "explainers". Littéralement ceux qui expliquent l'information, la contextualise, la rende lisible. “Explainer”, un nouveau mot pour un métier d’avenir du journalisme. L’école de journaliste de New York University (NYU) et le site d’investigations Pro-Publica ont signé un partenariat en ce sens. Le projet, explainer.net, a pour objectif de traiter l’information par le contexte plutôt que par le flux. À côté du nouveau métier de “curator” qui consiste à trier, vérifier et mettre en scène l’info disponible online (qui a fait l’objet de nombreux posts sur ce blog), celui d’”explainer” revient à expliquer l’information et la rendre la plus intelligible pour le plus grand nombre. 1/ qui se concentre vraiment sur cette mission aujourd’hui dans les médias ? Un véritable art. Crédits photos cc FlickR : Oberazzi, x-ray delta one

3 bons outils de Mind Mapping collaboratif Les outils de mind mapping qui permettent de créer des cartes heuristiques et d’organiser projets et idées ont le vent en poupe. Un succès mérité. Veritables outils d’aide à la pensée et de brainstorming, le mind mapping est un système de créativité et d’organisation formidable. Ces outils en ligne sont parfois enrichis de fonctions de travail collaboratif. Une bonne idée. Ils permettent de visualiser et de donner du sens à ce qu’une équipe entière pense. Realtime Board est un outil dont on a déjà parlé ici. Popplet est un bon service pour s’initier au mind mapping collaboratif. C’est du mind mapping simple et on peut le faire à plusieurs. Spider Scribe est un bon outil également pour créer des cartes heuristiques ou des mind maps. Vous pouvez ainsi ajouter des images, des cartes, des calendriers, des textes. Un outil riche qui prend toute sa valeur lorsqu’on l’utilise en équipe.

Inversons la Classe ! La classe inversée - du face-à-face au côte à côte La pédagogie inversée La pédagogie inversée : les flipped classrooms : de nouveaux espaces-temps pour enseigner et apprendre à l'ère numérique Conférence de Marcel Lebrun, professeur à la Faculté de Psychologie et des Sciences de l'éducation de l'UCL de Louvain ; Le mercredi 3 Octobre 2012 lors du Forum@tice Document support de la conférenceLe blog de Marcel Lebrun A propos de la pédagogie inversée Qu'est-ce que c'est ? (Cégep Levis-Lauzon : informations et ressources en technopédagogie)Pédagogie inversée (Pearltrees de V. Marcel Lebrun : livres, articles, conférences Des technologies pour enseigner et apprendre (édition De Boeck)Théories et méthodes pédagogiques pour enseigner et apprendre : quelle place pour les TIC dans l'éducation ?

La Classe Inversée | Enseigner avec TNT Pour lire mon rapport sur mes classes inversées, cliquez ICI (pdf, 3 Mo)Une liste d’articles sur la classe inversée, compilée par Pédagogie Universitaire La classe inversée, c’est quoi ? C’est une façon différente d’enseigner et d’apprendre. Comparativement à une classe traditionnelle, la prise de note se fait à l’extérieur de la classe (à la maison, à la bibliothèque, dans le métro, bref, n’importe quel endroit où des capsules vidéo présentant la théorie peuvent être visionnées) et le temps de classe libéré est utilisé pour approfondir, appliquer et assimiler les notions. Cette façon de faire est utilisée aux États-Unis au niveau primaire, secondaire, collégial et universitaire depuis 2007. Les étudiants devaient s’approprier les contenus à la maison au moyen de vidéos sur YouTube et ils devaient utiliser le blogue du cours pour communiquer … C’était beaucoup de travail, mais cela en valait la peine! La classe inversée en image En vidéo La classe inversée, c’est quoi ? Comment ? Liens utiles

Le pouvoir d’agir via les réseaux sociaux Ce billet est grandement inspiré d’un article de Scott McLeod, de l’Iowa. Dans un échange avec lui, il s’est dit heureux de voir que ses écrits inspirent d’autres gens à poursuivre la conversation et être aussi agents de changement. Mise à jour : ce billet est publié presque en même temps que celui-ci de Chris Kennedy, DG de Vancouver SB, et qui traite du même article de McLeod… Kennedy offre ces bons conseils pour le personnel scolaire, en marge d’une meilleure intégration des médias sociaux dans l’école, le district : Se fixer des attentes gérables et atteignablesChoisir un nombre restreint d’outils et bien les exploiterSe réserver du tempsDéterminer ce que cela va remplacerFaire le virage vers la mobilité Sages conseils. (Crédit image : Waag Society, sous licence Creative Commons) Le consensus est en train de se confirmer : l’école aujourd’hui doit être lieu de développement de compétences outillant chaque jeune pour sa vie et sa carrière, dans un monde en grand changement. Et vous ?

Related: