background preloader

Nous sommes partout

Nous sommes partout
L’homosexualité est un sniper silencieux qui colle une balle dans le cœur des enfants des cours de récréation, il vise sans chercher à savoir s’ils sont gosses de bobos, d’agnostiques ou de catholiques intégristes. Sa main ne tremble pas, ni dans les collèges du VIe arrondissement, ni dans les zones d’éducation prioritaires. Il tire avec la même précision dans les rues de Chicago, les villages d’Italie ou les banlieues de Johannesburg. L’homosexualité est un sniper aveugle comme l’amour, éclatant comme un rire et aussi tendre qu’un chien. La transsexualité est un sniper silencieux qui colle une balle dans la poitrine d’enfants plantés devant un miroir ou qui comptent leurs pas sur le chemin de l’école. Pour ceux qui ont le courage de regarder la blessure en face, la balle devient la clé d’un monde dont ils n’avaient jamais rien vu auparavant. D’autres compensent le poids de la balle en faisant de grands gestes de Don Juan ou de princesse. Related:  Homosexualité - HomophobieTFEWhen the technology meet the human mind

Black Gays Make Up Largest Share Of LGBT Community, Survey Shows Contrary to stereotypical images, which peg LGBT people as disproportionately white, male, urban and wealthy, a new survey shows that the LGBT community is actually largely African American. According to the report, released by Gallup earlier this week, 4.6 percent of African Americans responded "yes" when asked if they identify as lesbian, gay, bisexual, or transgender, along with four percent of Hispanics, 4.3 percent of Asians and 3.2 percent of Caucasians. "This data reveals that, relative to the general population, the LGBT population has a larger proportion of non-white people and clearly is not overly wealthy," said study author and demographer Gary Gates, of the UCLA School of Law's Williams Institute. "It helps to counter what I think are some inappropriate stereotypes of the LGBT community," he added in an interview with USA Today. Others say the findings help to debunk stereotypes about blacks and Latinos being overwhelmingly homophobic. Related on HuffPost:

Faire son coming out après avoir pris sa retraite sportive peut changer des vies; le faire avant peut en changer bien davantage - Thomas Hitzlsperger en 2006. REUTERS/Alex Grimm - Le footballer allemand Thomas Hitzlsperger a fait son coming out au cours d’une interview accordée à Die Zeit, el 8 janvier. Si le Suédois Anton Hysén a fait son coming out en mars 2011 et Robbie Rogers en février 2013, Hitzlsperger est le premier joueur de haut niveau bénéficiant d’une visibilité internationale à sortir du placard. publicité Les coming out sont très rares dans le milieu de la compétition sportive, en tout cas chez les hommes. Bien qu’ils aient pris leur retraite, leur impact vient de leur volonté de partager leur expérience de sportifs ayant dissimulé leur homosexualité et de leur volonté de faciliter les coming out. Une sphère privée et personnelle En principe, l’orientation sexuelle des sportifs ne devrait pas être rendue publique. Lorsque Robbie Rogers a révélé son homosexualité l’année dernière, il l’a fait en même temps qu’il annonçait son départ en retraite. Un modèle pour les plus jeunes Marc Naimark

Géographie de l'homosexualité Le questionnement du lien entre l’homosexualité et la ville nous paraît d’autant plus pertinent et fécond en géographie urbaine que celui-ci est très ancien. Les relations homosexuelles sont courantes et acceptées dans les cités de la Grèce antique (Halperin, 1990) comme elles sont répandues (mais déjà moins tolérées) dans les villes italiennes de la Renaissanc (Rocke, 1996) ou la plupart des grandes agglomérations européennes à partir du XVIIe siècle (Higgs, 1999). Aujourd’hui encore, même s’il est difficile de quantifier l’importance de cette population dans les villes, notamment les plus grandes, le nombre et la densité des établissements spécialisés, des associations, etc. ou le succès des manifestations de rues par exemple, tendent à indiquer que gays et lesbiennes sont majoritairement des citadins, en tout cas dans les pays anciennement urbanisés. Ces migrations peuvent être pendulaires.

Un homme enceint pour la deuxième fois Un transexuel américain "enceint" récidive et attend un deuxième bébé. Il s’appelle Thomas Beatie. Il ressemble à un homme. Mais son utérus, parfaitement fonctionnel, lui permet d’avoir des enfants. Le FtoM (Female to male) Thomas Beatie avait déjà donné naissance cet été à une petite fille. Ce transexuel de 34 ans avait donné naissance le 29 juin 2008 à une petite fille, Susan, dans un hôpital de Bend (Oregon, USA). Engagé dans une relation homosexuelle avec Nancy, Thomas Beatie, née Tracy, a changé légalement de sexe en 1998 pour devenir un homme après un traitement hormonal et le retrait de ses seins, avant d'épouser Nancy, 46 ans. Traité de "monstre" et menacé de mort suite à sa première apparition médiatique, Thomas Beatie récidive donc avec un certain courage, mâtiné de naïveté : il se dit “choqué” de voir que la nouvelle de sa grossesse fasse le tour du monde. La question qui se pose est donc la suivante : mais où allons-nous ? Or que se passe-t-il ? Réagissez à l'article

Tendre l’autre joue Municipales 2014 : débat droite/gauche sur la question gay à Rouen — GAYVIKING (article publié le 14 mars 2014) Il est rare de voir autant d’hommes et de femmes politiques de droite comme de gauche débattre des questions gays et lesbiennes avec le public. C’est le pari réussi qu’à fait l’association LGBT Droit de Cité organisatrice de cette réunion publique à quinze jours du premier tour de scrutin des municipales. Toute tendances ou presque… Ce jeudi 13 mars, l’association LGBT Droit de Cité avait invité 7 listes de candidats à la mairie de Rouen. Étaient présents à la table des débats : - Marie Savoye pour les Verts, 12ième sur la liste de Jean-Michel Bérégovoy - Raphäelle Brangier, pour le Front de Gauche, tête de liste - Nicolas Zuili pour l’UMP, 3ième sur la liste de Jean-François Bures - Patrick Chabert pour l’UDI, tête de liste - Catherine Saillard pour le NPA, 2ième sur la liste de Clément Lefebvre - Yvon Robert pour le PS, tête de liste (maire de Rouen en exercice) Le Mariage : oui mais… Liberté de conscience ? Gay Games et Cinéma Gay et Lesbien…

Des mondes privés de choix Photo: © Maurane Di Mateo. Edouard Louis est sans conteste l'une des sensations littéraires de cette année. Lui qui en a fini avec Eddy Bellegueule, est un rescapé de l'homophobie. Discriminer pour mieux exister, vous connaissez sans doute. – Edouard Louis, replaçons le cadre de Pour en finir avec Eddy Bellegueule, car l’on a tout entendu, de quel genre littéraire s’agit-il? «Tout ce que j’écris dans le livre, je l’ai vécu.» Disant «de toute façon c’est un roman. – Ce roman, c’est l’histoire de pas mal de jeunes homosexuels… – Oui, absolument. – Votre livre esquisse le visage d’une France pas très reluisante… – Non, je dirais plutôt que c’est le portrait d’une France dominée et exclue. – Quel est l’intérêt d’une analyse bourdieusienne dans les événements que vous avez vécus? – Mais cette violence, vous la reproduisez vous-même. – Nous la reproduisons tous. – Quelle est la place du libre arbitre si l’on ne juge pas et l’on pardonne tout? – La fuite comme unique choix?

De la greffe du visage au test de l'image «En fait, je veux reprendre une vie normale», dira-t-elle. Mais rien n'était tout à fait normal hier midi à la tribune dressée dans l'enceinte de l'hôpital d'Amiens. Il y avait là des professionnels de la profession médicale. Il y avait des carafes d'eau, des verres, et même des bouquets de fleurs. Mais c'est un bouquet de micros qui attendait la jeune femme derrière un carton où l'on pouvait lire «Isabelle D.». Alors les regards, les caméras, les flashs sont avides, forcément avides, lorsqu'elle s'assoit et fait face à la salle. Sourire esquissé. Derrière un bouquet de fleurs, le Dr Philippe Domy du CHU d'Amiens fait les présentations. Ces derniers aiment les références. Le verre aux lèvres. THIBAUDAT Jean-Pierre

Agression à la Mutinerie: la justice condamne la victime pour s’être défendue Victime de propos et de violences sexistes et lesbophobes, alors qu’elle travaillait au bar parisien queer et féministe La Mutinerie (photo), D. a riposté aux coups de son agresseur, qui a par la suite porté plainte contre elle. Lors de l’audience qui a eu lieu hier, mardi 8 avril, au tribunal de grande instance de Paris, elle a été condamnée à une peine de sursis et à verser des dommages et intérêts. Par la suite, 18 personnes ont été arrêtées et emmenées au commissariat des Halles pour avoir manifesté leur soutien à D. dans la salle d’audience. UNE AGRESSION SEXISTE ET LESBOPHOBE Les faits ont eu lieu dans la nuit du 15 au 16 novembre dernier. «Je passais un coup de balai après la fermeture devant la Mutinerie, où je donne régulièrement un coup de main, raconte D. Un petit groupe de personnes était resté et ne voulait pas partir, prétextant que c’était public. «L’homme a continué: “La petite pute, elle va faire peur à qui? Une manifestation est en cours de préparation.

Fumer pendant la grossesse augmenterait la probabilité que l'enfant soit homosexuel SANTÉ - Fumer pendant la grossesse augmenterait la probabilité que l'enfant... devienne homosexuel à l'âge adulte. Derrière cette affirmation digne du site d'information parodique le Gorafi se dissimule en réalité l'un des plus éminents chercheurs néerlandais, le neurobiologiste Dick Swaab. Selon lui, le mode de vie d'une femme enceinte influencerait le QI mais aussi la sexualité de la progéniture. Lire aussi: » Pollution et grossesse, les nouveau-nés paient en vitamine D » La durée de la grossesse pourrait varier jusqu'à 5 semaines Parmi ces facteurs, la cigarette, le stress, l'usage de drogues ou encore vivre dans un environnement pollué continuerait d'influencer l'enfant plus tard dans sa vie, rapporte le Daily Telegraph. À causes différentes, différents effets. Exposition aux hormones De la même manière, avoir un ou plusieurs grands frères augmenterait également la probabilité que l'enfant devienne homosexuel. Pourquoi? Une influence sur le développement du cerveau

Le coût économique de l’homophobie - Adebisi ALIMI En tant que gay vivant au Nigeria, j'ai dû choisir entre ma sexualité et mon travail. En 2004, je venais de terminer l'université et j'étais au début de ma carrière d'acteur. Je jouais un rôle – celui de Richard, le fils unique d'une famille riche qui avait une liaison avec la bonne – dans Roses and Thorns, un feuilleton populaire diffusé à une heure de grande écoute par Galaxy Television, l'une des chaînes les plus populaires du pays. (Pour mémoire : Homophobie et tyrannie, le commentaire de Nomi Wolf) Cette année, le Nigeria et l'Ouganda mettent en place des lois antigay draconiennes qui suscitent un débat sur les droits humains à l'échelle de la planète. (Lire aussi : Des prisons réservées aux homosexuels bientôt en Turquie?) Pourtant, les dirigeants homophobes d'Afrique négligent un point : la protection juridique n'est pas seulement une question de droits humains, c'est aussi une question économique. Un économiste de l'Université du Massachusetts à Amherst, M.V.

Impression 3D : un plâtre équipé d'un dispositif à ultrasons OSTEOID. Réparer les fractures osseuses près de 40% plus rapidement qu’avec un plâtre classique ? C’est la prétention de l’Osteoid, un plâtre réalisé par impression 3D et imaginé par le designer turc Deniz Karasahin, qui a reçu pour cette invention le premier prix du A’ Design Award dans la catégorie "3D Printed Forms and Products Design". Léger, aéré et résistant à l'eau, l'Osteoid n'empêche pas son porteur de prendre une douche et peut être facilement glissé dans une chemise ou une veste. Un système de consolidation des fractures par ultrasons Surtout, ce plâtre d’un nouveau genre utilise un système à ultrasons qui doit permettre aux os de se ressouder 38% plus rapidement qu'avec un plâtre classique. Ce dispositif LIPUS (Low Intensity Pulsed Ultra Sound) qui équipe l'Osteoid est un système de consolidation des fractures par ultrasons de basse intensité à destination des fractures récentes non consolidées. Un soutien renforcé à l'endroit de la fracture

A Little Theory of Homophobia Heterosexuality in the U.S. is gendered: women are expected to attract, men are supposed to be attracted. Men want, women want to be wanted. Metaphorically, this is a predator/prey type relationship. Accordingly, women know what it feels like to be prey. So what’s homophobia? Of course, all that’s happened is that they’ve been demoted in the food chain.

L'homosexualite et les francais L'homosexualité et les français (vue par un étudiant Chinois en France sur ambiancegay.fr) Auteur du projet: Kaiying Introduction…………………………………………p.3 Les préjugés contre les homosexuels...........................p.4Le mariage homosexuel en France...............................p.5Les homosexuels et l'Internet.......................................p.6La vie homosexuelle à Troyes......................................p.7L'exclusion en France..................................................p.8Conclusion..................................................................p.10 (Association : ambiancegay.fr ) *** Contact Kaiying*** Chacun de nos pays a une attitude différente sur la question de l'homosexualité, soit qu'ils acceptent le mariage des homosexuels, soit dans quelques pays, ils persécutent encore ce groupe minoritaire. Chez moi à Taiwan, j'ai beaucoup d'amis homosexuels. D'ailleurs, en voyageant, j'ai la chance d'observer l'attitude différente envers l'homosexualité.

Related: