background preloader

Canal U

Canal U
En s'appuyant sur les Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Education (TICE), la fondation UVED a pour ambition d'être un acteur significatif de la formation à l'environnement et au développement durable (EDD). La fondation a ainsi pour objet de susciter, coordonner, financer, mutualiser, diffuser et promouvoir des ressources pédagogiques et des objets de formation numériques et audiovisuels, dont le contenu et la forme sont labellisés du point de vue scientifique, pédagogique et technique. Ces ressources sont destinées aux étudiants de l'enseignement supérieur et à la formation des formateurs, dans le domaine de l'EDD, en formation initiale et continue. La fondation entend répondre aux besoins de formation, en étant à l'écoute des besoins de la société civile. Dans le même temps, la fondation a vocation à favoriser et expérimenter les démarches pédagogiques innovantes. Accéder au site de l'UVED Related:  Développement durable

Climat, énergie & Développement Infomer et aider les enseignants à comprendre les enjeux énergétiques liés au développement durableFournir des ressources scientifiques et pédagogiques pour une éducation à l'environnement et au développement "Ce site sur le changement climatique développé par l'INRP est d'une très grande richesse et nous en recommandons la visite régulière. On appréciera [...] la revue de presse régulière. Voir les statistiques de fréquentation du site EEDD Climat L'équipe EEDD Climat, Energie et Développement, formée de huit enseignants des académies de Lyon et de Grenoble, et rassemblant plusieurs disciplines (SVT, SES, SPC, HG et philosophie), propose dans ce site des séquences pédagogiques disciplinaires et interdisciplinaires à mettre en oeuvre dans le cadre de démarches de projet à l'échelle de l'établissement. Les 5 thèmes traités sont : ENERGIE et DEVELOPPEMENT Earth at Night, 27 November 2000Credit: C. Cette image montre ce à quoi ressemblerait la Terre en pleine nuit ! Quelles solutions ?

Mon défi COP21 #5 : je réduis mes déchets en 3 étapes Un Français produit en moyenne 590 kilos d’ordures ménagères par an. Au niveau européen, tenez-vous bien, ce sont plus de 2,5 milliards de tonnes de déchets qui sont produits chaque année !(1) Ces volumes ont fortement augmenté dans le temps. Étape 1 : j’évite d’abord de créer des déchets Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas ! Choisir des produits non jetables : bannissez lingettes et essuie-tout de vos placards pour privilégier éponges, torchons et chiffons ; fini les gobelets en plastique, remplacez-les par des verres et tasses réutilisables, etc ;Éviter la consommation de papier inutile en écrivant « pas de pub » sur votre boîte à lettres, en évitant les impressions inutiles au bureau, en privilégiant toujours l’impression recto-verso, etc. Étape 2 : je répare avant de jeter Ayant choisi des objets non jetables, pensez aussi à acheter des objets qui se réparent.Et puis, si vous n’êtes pas bricoleur, faites-vous aider ! Étape 3 : j’évite de jeter et je valorise mes déchets

Chimie 2.0 - Environnement Accueil du site > Menu Respecter l'environnement Comment diminuer la pollution ? Une approche biomimétique pour oxyder plus proprement Pour réaliser une oxydation à partir de l’oxygène de l’air seul, les chercheurs ont associé à un complexe bi-nucléaire de fer, analogue de la méthane mono-oxygénase, un complexe de ruthénium(II) photosensible. 28/02/2013 par Christophe Cartier dit Moulin / pollution, biomimétisme, matériau Comment prédire le climat ? Le double rôle des bactéries dans la chimie des nuages Des chercheurs viennent pour la première fois de montrer que la composante biologique devra dorénavant être prise en compte dans les modèles de chimie atmosphérique. 11/02/2013 par Christophe Cartier dit Moulin / atmosphère, climat, bactérie Comment détecter, analyser et combattre les polluants ? Des poussières minérales atmosphériques qui produisent des particules d’acide sulfurique 10/01/2013 par Christophe Cartier dit Moulin / suie, pollution, atmosphère, analyse

Union nationale des CPIE La prime à la casse écologique La prime à la casse : c’était la mesure écolo de l’hiver dernier. Sauf que, d’après nos calculs, elle casse surtout l’environnement… On aimerait bien savoir, d’ailleurs, si d’après les vôtres aussi. « Votre voiture n’est plus toute jeune ? L’Etat vous offre une prime à la casse de 1000 € si elle a plus de dix ans. Sauf que.Sauf qu’une question nous trottait dans la tête : dans ce raisonnement, personne n’inclut le coût écologique pour la fabrication d’une voiture. La voiture « propre » plus sale… Une fois ces éléments rassemblés, on peut sortir nos calculettes. Donc : pour qu’il soit rentable, écologiquement, d’acheter une nouvelle voiture plutôt que de rouler avec l’ancienne, il faut rouler plus de 416 666 kilomètres ! Le méchant plus gentil… Ça nous a surpris, ce résultat.D’autant que ce calcul n’est effectué nulle part. Soit : 6500 (pour la fabrication) + 16 * 12650 * 0.138 (pour son utilisation) + 1000 (pour sa destruction). Et vous ? (article publié dans Fakir N°43, novembre 2009)

5e congrès mondial d'éducation relative à l'environnement Emissions de CO2 par les recherches sur Google Les émissions de CO2 recherches sur Google ? Un chercheur de Harvard, M. Wissner-Gross, a calculé qu'une requête sur le moteur de recherche Google produit, chacune, 7 grammes de C02 du fait de l'immense quantité d'énergie consommée par les quelque 500 000 serveurs du moteur de recherche américain. Pourtant, selon les propres calculs de Google, le fait d'effectuer une recherche sur son moteur de recherche émet 0,2 grammes de C02 tandis qu'il faut consommer 0.0003 kWh d'énergie pour faire une requête soit 1 kilojoule. Cela représente à peu près autant d'énergie que ce qu'un corps humain adulte brûle en 10 minutes. Selon l'Ademe, la recherche d'information via un moteur de recherche représente au final 9,9 kg équivalent CO2 par an et par internaute. Google, autant que le Laos en C02 ! Selon Google, l'utilisation moyenne d'un internaute du moteur de recherche Google pendant une année entière dégage autant de C02 que le fait de mettre une machine de linge à laver. Google fait-il du greenwashing ?

Fondation pour l'éducation à l'environnement A quoi ressemblerait la France si negaWatt était écoutée ? La loi de transition énergétique pour la croissance verte a été promulguée en ce mois d’août 2015 avec l’objectif de « contribuer plus efficacement à la lutte contre le dérèglement climatique » et de renforcer l’indépendance énergétique de la France en s’appuyant tout particulièrement sur les économies d’énergies et le développement des énergies renouvelables. Fruit de plusieurs mois d’auditions, de différents passages à l’Assemblée Nationale et au Sénat, elle doit permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre dues à la consommation énergétique. Si cette loi affiche des objectifs forts, tout particulièrement dans le bâtiment avec 500.000 logements rénover par an, le recyclage de 55 % des déchets non dangereux et la valorisation de 70 % des déchets du bâtiment, elle est moins ambitieuse que le scénario negaWatt qui l’a en partie inspirée. Alors à quoi ressemblerait la France si negaWatt était vraiment écoutée ? L’association negaWatt

MOBI'dule - écomobilité scolaire Le jeu sérieux sur la délicate protection des écosystèmes L'environnement est un sujet délicat. D'un côté, nous sommes tous pour la vertu écologique et de l'autre côté, nos besoins immédiats, régulièrement menés par des désirs économiques, vont souvent à l'encontre de la préservation des écosystèmes. Pourtant, il est tout à fait possible de jongler avec ces éléments. CAP Sciences, avec le partenariat de la région de l'Aquitaine, a développé un jeu sérieux qui demande aux joueurs de « gérer » des biomes en prenant compte de 3 facteurs : la biodiversité, le développement économique et le bien-être de la population. Choisir ! Dans Ecosysgame, le joueur effectuera 4 types de missions dans des parties plus ou moins longues (les courtes se jouent sur 5 missions, les moyennes 10 et les longues 20). Dans « Que faire? Enfin, les défis « Qui mange qui? Ce jeu, sous ses graphismes chatoyants et naïfs, se revèle être un véritable défi adressé aux lycéens, ainsi qu'une banque de connaissances touffue sur l'écologie. Niveau : Secondaire

Graine Midi-Pyrénées

Related: