background preloader

Modèle ASPID du processus d'intégration des technologies en éducation

Modèle ASPID du processus d'intégration des technologies en éducation
Le modèle ASPID (adoption, substitution, progrès, innovation… détérioration) a pour objectif de modéliser le processus d’adoption et d’intégration pédagogique des technologies en contexte éducatif. ASPID s’est inspiré à la fois d’enquêtes menées auprès de plus de 50 000 élèves et enseignants au cours des 10 dernières années, de même que de quelque 1500 heures d’observation de classe où sont utilisées diverses technologies : ordinateur portable, iPad, tablette tactile, tableau blanc interactif, téléphone intelligent, etc. Ces observations ont aussi été réalisées dans divers contextes d’enseignement – de la maternelle à l’université – et sur plusieurs continents. La première phase de ce modèle représente la phase d’ADOPTION, où il est normal, au début du moins, que la familiarisation à l’intégration des technologies à son enseignement prenne plus de temps. Il s’agit évidemment de la première version de ce modèle. Le PDF est disponible ici.

Numérique éducatif : intégration du modèle SAMR en EPS Dans l’article ci-dessous les auteurs se proposent d’illustrer en EPS, et à l’aide d’exemples concrets, le modèle SAMR d’intégration des TICE proposé par Ruben PUENTEDURA. Substitution, Augmentation, Modification, Redéfinition : quelle place peut jouer le numérique éducatif au sein de la leçon d’EPS ? Télécharger l’article complet SAMR vs ASPID : le match | Humeurs d'Astringues Mon métier de formateur au numérique dans le premier degré (AKA #Ftice1d) m’amène régulièrement à réfléchir sur les différentes façons d’orienter les pratiques pédagogiques des enseignants afin d’optimiser l’utilisation d’outils numériques dans leurs enseignements et surtout que leurs élèves se les approprient afin d’optimiser les modalités d’apprentissage. Dans cette optique, j’avais été très séduit par la proposition de Ruben Puentedura et de son modèle SAMR, qui m’avait d’ailleurs amené à en proposer une présentation visuelle que j’utilise encore régulièrement dans mes animations pédagogiques : Puis j’ai découvert il y a quelques semaines un autre modèle qui tend vers des objectifs similaires, à savoir l’intégration des technologies numériques dans l’éducation, proposé par Thierry Karsenti et qui porte le doux nom d’ASPID. En voici une représentation : Les objectifs Alors, l’un des modèle est-il plus avantageux que l’autre ? Le parti-pris initial Les étapes

La pédagogie 3.0 expliquée simplement. Le parcours de Stéphane Côté en est un où une certaine effervescence l’entoure concernant la pédagogie. Si vous l’avez déjà rencontré en personne, vous avez tout de suite remarqué son emballement quasi enfantin lorsqu’il parle de l’enseignement. En effet, il cherche, découvre, évalue, mesure l’impact de ses idées qui se tissent autour d’une approche non conventionnelle qu’il décide d’intituler la pédagogie 3.0. En 2012 il quitte son poste de conseiller pédagogique en TIC qu’il occupait depuis plus de quatre ans pour aller lui-même mettre à l’épreuve cette vision de la pédagogie actualisée afin de voir, si oui ou non, il y a matière à partager et à déployer… À son atterrissage dans la réalité d’une classe, il remarque qu’il avait oublié la pression du temps et ses effets néfastes sur la réflexion. Quand on enseigne, il y a toujours une cloche qui viendra terminer la présente période qui est polluée par mille interventions. Définition de la pédagogie 3.0 : Au plaisir, Stéphane Côté

Bruno Devauchelle : Scénarisation pédagogique et numérique Le terme de scénario est habituellement connu par le cinéma et plus largement l'audiovisuel, milieux professionnels dans lesquels il définit même un métier et un objet. Les expressions de "préparation de cours", ou encore de "fiche pédagogique" ou même de "progression", de "séquence pédagogique" sont les termes habituellement employés dans le monde de l'enseignement. Depuis plusieurs années, le développement de logiciels d'enseignement sur ordinateur et de l'enseignement à distance avec des moyens numériques a amené à reconsidérer les termes employés et indirectement à introduire le terme de scénario ou celui de scénarisation dans l'enseignement. Désormais ce terme est devenu apparemment courant, comme on peut le penser en lisant le site de Canope ou encore le site du ministère de l'éducation qui proposent des scénarios pédagogiques de séances et de séquences. Scénario et scénarisation Et pourtant ce terme doit être mis en débat. Revenons à l'activité réelle de l'enseignant. R Bibeau

Quelques modèles d’intégration des TICE Par Eric VEKOUT Professeur des Collèges d’Enseignement Secondaire en Informatique et TechnoPédagogue 1. Introduction La mise en place ou l’intégration des TIC dans le milieu éducatif est un problème complexe relevant de plusieurs facteurs. servir de canevas au processus d’intégration en décrivant les différentes étapes à suivre et les tâches à effectuer pour mener à bien le processus. Il existe plusieurs modèles théoriques dont les plus populaires sont : TPACK, SAMR, PST et le continuum d’approches. 2. 2.1 Le modèle TPACK (Technological Pedagocical Content Knowledge) TPACK est un modèle servant à décrire les différents types de connaissances à acquérir par un enseignant afin d’intégrer les technologies dans ses pratiques éducatives. TPACK ajoute à PCK la « dimension technologique » et de ce fait décrit « l’exploitation optimale de la connaissance technologique dans les pratiques pédagogiques et le contenu disciplinaire ». Figure 1 : Modèle TPACK, source - www.tpack.org 2.2 Le modèle SAMR 3.

Plus-value pédagogique de la mise en oeuvre des démarches de e-education L'utilisation d'un parcours pédagogique scénarisé permet de mettre l'élève dans des situations favorables plus difficiles à réaliser en classe. L'élève qui dépose une production peut recevoir un (ou plusieurs) feed-back(s) de son professeur et corriger sa production numérique pour obtenir un résultat final satisfaisant sans avoir à reprendre tout son travail. C'est un moyen précieux de montrer que les difficultés et les erreurs sont des étapes normales des processus d'apprentissage sur lesquelles on peut travailler pour améliorer sa maîtrise d'une tâche scolaire donnée. Les erreurs peuvent n'être vues que par le professeur et pas par les camarades, ce qui peut ponctuellement beaucoup aider les élèves en difficulté. L'élève peut faire plus de choix (moment où il travaille, ordre dans lequel il va procéder, relecture de consignes, moment où il réalise les questionnaires interactifs...) ce qui augmente sa motivation.

Les TICE, c'est quoi ? De nombreux visiteurs, parents se demandent que veut bien dire le sigle TICE. Donc si vous n'êtes pas un familier de ce sigle voici quelques explications. Les TICE représentent les Technologies de l'Information et de la Communication pour l'Enseignement. Elles recouvrent les outils et produits numériques pouvant être utilisés dans le cadre de l'éducation et de l'enseignement (TICE = TIC + Enseignement). Les TICE regroupent un ensemble d’outils conçus et utilisés pour produire, traiter, entreposer, échanger, classer, retrouver et lire des documents numériques à des fins d'enseignement et d'apprentissage (source Wikipédia). Aujourd'hui ce sigle est remplacé par l'école numérique. En clair, il s'agit de mettre en avant les technologies modernes pour les inclure dans l'enseignement. De nombreux outils ou services tournent autour des TICE, comme par exemple : Pensez-vous qu'il faut enseigner le code informatique à l'école ? Source Wikipédia : Voir ici

Related: