background preloader

Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques

Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques
14 février 2014 L’information n’a pas encore reçu beaucoup d’échos en France : et pourtant cela fait plusieurs mois maintenant qu’Elsevier demande régulièrement le retrait d’articles déposés par leurs auteurs sur le réseau social Academia. Si on le regarde sous l’angle de l’open access, cet exemple souligne incontestablement l’« injustice fondamentale de l’actuel écosystème de la communication académique » (John Dupuis). Mais il met également en lumière l’arrivée à maturité des réseaux sociaux académiques : à l’heure où Elsevier peine à se créer une place sur les outils 2.0 (échec de 2collab en 2011, rachat de Mendeley en 2013), il n’est pas étonnant que celui-ci attaque les nouveaux challengers qui se développent auprès des communautés académiques, après avoir laissé faire. Réseaux sociaux académiques ? Ces réseaux se développent progressivement dans le paysage académique français. Parmi tous ces réseaux, trois sortent plus particulièrement du lot : De quelques enjeux de ces réseaux

http://urfistinfo.hypotheses.org/2596

Related:  Les outils de la veilleDiffusion de la science

L’accès libre dans les bibliothèques universitaires belges François Renaville travaille pour les Bibliothèques de l’Université de Liège et la Bibliothèque Interuniversitaire de la Communauté française de Belgique (BICfB). C’est un spécialiste des questions liées aux bibliothèques académiques et l’auteur du blog : bibliothethique.net. Le dossier de Lettres Numérique sur l’open access était l’occasion de lui demander comment l’accès libre se développait dans les bibliothèques belges. Lettres Numériques : Comment marche l’accès libre dans les bibliothèques ? François Renaville : Il y a deux types de diffusion en open access : la Voie d’Or et la Voie Verte. C’est une distinction importante.

Doctorants : être ou ne pas être sur Twitter Voici une sélection de liens sur cet outil de micro-blogging, accompagnée de quelques conseils pour les doctorants. 1. Un outil de veille puissantTwitter est probablement l’un des outils de veille les plus puissants du moment. Non, nos grand-mères ne s'en sortaient pas aussi bien sans tous ces médocs. - Un peu de science pour la route Ce qu'on peut conclure de ce billet : les avancées sanitaires des dernières décennies (y-compris les plus récentes) sont spectaculaires, mais en grande partie invisibles. Penser que "nos grands-mères s'en sortaient très bien sans tous ces trucs", c'est juste oublier qu'elles avaient 7 fois plus de chances de mourir en couche que les mères d'aujourd'hui. Et près de 15 fois plus de chance de perdre leur enfant dans sa première année.

A propos du prêt d’ebooks en bibliothèque gileslane Flickr CC-BY-SA-NC Du partenariat avec le Motif en passant par l’expérimentation locale, le prêt de liseuses et/ou de tablettes se multiplie dans les établissements de lecture publique (ici , ici ou là). Il suffit de faire une recherche sur son moteur de recherche préféré pour se rendre compte de la banalisation de cette opération. L’idée d’offrir ce service aux usagers a trouvé une légitimité. Cette opération s’accompagne toutefois d’un certain nombre de questions et de remarques. Un service au succès assuré S’abonner à un flux RSS « GEOsources Dernière actualisation 26.11.2014 _______________________________________________________________________________________ Le flux (ou fil ou encore canal) RSS – Really Simple Syndication ou Rich Site Summary – est un outil de veille extrêmement utile permettant de surveiller en temps réel les informations mises en ligne sur un site sans avoir à le consulter. On les retrouve plus particulièrement sur les sites d’actualités ou les blogs. La plupart des portails de revues scientifiques disposent également de flux RSS. En vous y abonnant vous serez informés de toute mise en ligne de nouveau contenu (derniers articles mis en ligne pour les portails de revues).

Cédric Villani : “Les scientifiques doivent reprendre la main sur le partage des connaissances” On connait Cédric Villani pour sa médaille Fields et sa passion de la médiation, un peu moins pour son rôle à Wikimédia France. Partage des connaissances, accès libre aux données scientifiques : il s’exprime. On connaît votre passion pour la médiation, on sait peut-être moins que vous êtes membre du conseil scientifique de Wikimedia France, association pour le libre partage de la connaissance. Comment avez-vous rejoint le projet ?

Et si la CJUE avait donné un coup de pouce aux BiblioBox Cette semaine, j’ai consacré un billet à cette décision remarquée de la Cour de Justice de l’Union Européenne, confirmant que les bibliothèques disposent bien de la capacité de numériser les objets contenus dans leur collection, pour les mettre à disposition sur place, par le biais de terminaux dédiés. Cette faculté existe lorsque les États membres de l’Union ont introduit dans leur droit l’exception spécifique prévue dans la directive au bénéfice des bibliothèques. La Cour a également ajouté que les usagers ont de leur côté la possibilité d’effectuer des impressions à partir de ces reproductions et même d’emporter des copies sur clés USB, sur le fondement de l’exception de copie privée. La CJUE a rendu une décision à propos de l’usage des clés USB en bibliothèque, mais si elle avait élargi par ricochet le champ des possibles pour la BiblioBox ? L’enjeu d’une telle question est assez important. Une Bibliobox constitue bien un « terminal spécialisé » au sens où l’entend la directive.

Google Groupes Toutes vos discussions sont centralisées Organisez vos posts à l'aide de favoris et de dossiers, choisissez de suivre les discussions par e-mail et trouvez rapidement les posts non lus. Exprimez-vous Grâce au texte enrichi, personnalisez vos posts en y ajoutant des polices, des couleurs et des images. Les discussions sont animées par les utilisateurs Partagez vos idées avec le monde entier en utilisant des photos, des pseudonymes et la traduction automatique.

Lancement du site BiblioBox.net - J’aime bien la démarche, le concept, les gens! De quoi s’agit-il? BiblioBox.net est une plateforme de mutualisation de compétences, d’expériences (bonnes ou mauvaises), de ressources dédiées à la BiblioBox et ses différentes déclinaisons. Vous pourrez y trouver des tutoriels, des exemples de mise en place en bibliothèque ou ailleurs.

Robin des bois ou rogue open access ? Les réseaux sociaux académiques en 2017 L’offensive des éditeurs contre les réseaux sociaux académiques est lancée ! Elle aura mis du temps, mais la voilà. Alors qu’Academia et ResearchGate semblaient, faute de réaction jusque-là, en position de force, la puissante association STM, qui regroupe notamment Elsevier, Springer Nature, Taylor & Francis ou encore Wiley, vient en effet d’envoyer à ResearchGate le 15 septembre 2017 un courrier pointant directement du doigt ce qu’elle considère comme les lacunes et les abus du réseau. Mais parce qu’il n’y a pas que les éditeurs qui sont concernés, voici une synthèse 2017 pour comprendre les forces en présence d’une guerre du partage plus totalement larvée désormais.

Argumentaire pour la BiblioBox Cela faisait quelques temps que j’y pensais, je vous partage un argumentaire non exhaustif sur la BiblioBox. C’est un argumentaire qui, je l’espère, permettra à certains d’entre vous de parvenir à convaincre vos tutelles. En effet, ce sont souvent les mêmes questions, les mêmes objections, les mêmes critiques, les mêmes arguments qui sont mis en avant pour enterrer ce dispositif.

Talkwalker Alerts, la meilleure alternative gratuite à Google Alerts FAQ Pour Alertes Que font les outils comme Talkwalker Alerts et Google Alerts ? Vous connaissez la définition de base : un système d’alertes qui vous aider à suivre l’actualité de n’importe quel sujet, qu’il s’agisse de votre marque, de vos concurrents ou de votre secteur d’activité, sur le web. Google Alertes est-il encore efficace pour la veille? Depuis plusieurs années déjà, on entend régulièrement parler de la baisse de qualité de Google alertes. Quel est aujourd’hui l’intérêt de ce type d’outil pour la veille ? Google Alertes est-il réellement le meilleur de sa catégorie ? Quelles compétences pour aider la Recherche ? Dans les brèves de l'enssib a récemment été repéré une analyse intéressante sur les compétences à mettre en œuvre en bibliothèque pour soutenir la Recherche (et les chercheurs). Cette étude, parue en janvier 2012 et intitulée Re‐skilling for Research (pdf), se veut la synthèse d'une enquête sur le rôle et les compétences des bibliothécaires en lien avec les chercheurs pour répondre de manière efficace à leurs besoins -mouvants- d'information. Conduite par le consortium Research Libraries in UK (RLUK), l'enquête part du constat que les dernières études s'intéressaient beaucoup à la formation et l'apprentissage, mettant de côté la Recherche. Il s'agissait alors de rééquilibrer les choses, faire le point sur les attendus des chercheurs et les traduire en fonctions et en compétences pour les bibliothécaires en lien avec eux. Comprendre à qui l'on a affaire est ici essentiel (en terme de discipline, mais également de cursus, les besoins pouvant évoluer au fil d'une carrière).

Related: