background preloader

Prix des aliments et des matières premières : les banques inventent l’hyper-spéculation

Prix des aliments et des matières premières : les banques inventent l’hyper-spéculation
Via leurs activités de trading, les banques sont les principaux spéculateurs sur les marchés de matières premières et de produits agricoles, car elles disposent de moyens financiers nettement plus élevés que les autres protagonistes en jeu. Une petite visite sur le site du Commodity business awards permet de découvrir une liste de banques et de courtiers qui jouent un rôle de premier plan sur le marché des commodities (marché des matières premières) [1], ou sur celui des produits dérivés basés sur ces commodities. Parmi ces banques, on retrouve le plus souvent BNP Paribas, Morgan Stanley, Crédit Suisse, Deutsche Bank et Société Générale. Certaines banques vont d’ailleurs plus loin et se dotent d’instruments pour influer directement sur des stocks de matières premières. Quand les banques investissent dans les entrepôts de stockage Comment en est-on arrivé là ? Goldman Sachs fait grimper le prix de l’aluminium C’est ce qui s’est passé concrètement sur le marché de l’aluminium depuis 2008. Related:  Dictature financièreFinance

Le graphique qui fait resurgir le spectre du krach de 1929 de Wall Street Certains intervenants ont récemment souligné des analogies troublantes entre le parcours du Dow Jones depuis deux ans et celui de la période 1928-1929, l'année du fameux krach, qui avait vu le marché d'actions américain plonger de plus de 40% en seulement quelques mois. Nous avons reproduit ce phénomène dans le graphique ci-dessous. Si la corrélation entre les deux périodes devait se poursuivre, l'indice phare américain devrait connaître des turbulences au cours des prochaines semaines et en mars. Le rally des actions américaines de 1928-1929 (quasi-doublement du Dow Jones en deux ans) était beaucoup plus marqué que celui constaté depuis 2012 (près de 40% de progression), mais l'horizon de temps (environ 24 mois) est comparable. L'analyse, réalisée par Tom Demark (un célèbre analyste technique, connu pour ses indicateurs éponymes), a été largement diffusée par le gérant de fonds spéculatif Doug Kass, de Seabreeze Partners.

Une histoire en or: duperie, tromperie, manipulations, falsifications de comptes Une histoire en or: duperie, tromperie, manipulations, falsifications de comptes Le cours de l'or subit d'invraisemblables baisses depuis quelques semaines. Du jamais vu ! Paradoxalement, le Hong Kong Mercantile Exchange vient de fermer ses portes pour pénurie: il n'est plus en mesure de livrer l'or physique correspondant aux commandes des clients asiatiques. En Avril dernier, ABN AMRO a fait défaut (1) sur les livraisons d'or physique à ses clients. Que s'est-il vraiment passé ? La FED aide les fonds de pension à manipuler les cours de l'or. L’ex sous-secrétaire du Trésor américain assure que les récentes interventions sur le marché de l’or réalisées par la Réserve Fédérale (Fed) sont un signal clair que quelque chose de grave est en train de se passer « derrière les coulisses ». Il assure que la Fed essaye de maintenir le contrôle pour ne pas que le schéma financier complet n’explose. « Cette orchestration contre l’or ne peut avoir de succès. Pension Funds Seen Selling ETFs (6)

Banques VS régulation financière La crise de 1929 avait conduit, aux États-Unis, à la mise en place de mesures fortes de régulation financière. La plus emblématique étant sans doute la séparation des banques de dépôt et des banques d’affaires, le Glass-Steagall Act, dont la mise en place avait été facilitée par des révélations sur les pratiques frauduleuses des financiers (manipulation de marchés, corruption, titrisation d’emprunts toxiques [1]...). La crise de 2008 a montré que ces pratiques n’étaient pas révolues. En effet les réformes en demi-teinte, prises en Europe et aux États-Unis, ne remettent pas en question, ou alors très partiellement, le principe de régulation du marché par le marché au cœur de la dérégulation financière : elles se contentent de tenter d’encadrer les « mauvaises pratiques » et d’améliorer la transparence pour une meilleure « efficacité » de la finance. Des réformes en demi-teinte « Séparation » bancaire Autre exemple : la séparation bancaire. Omniprésence des lobbies financiers Frédéric Lemaire

Après le FMI et la Bundesbank, l'UE veut 'mobiliser' votre épargne Il ne faut surtout pas cesser de dénoncer ni de rappeler qu’un braquage immense se prépare sur vos compte bancaires mais également sur tous vos avoir, dont vos plans retraite, votre épargne, et le reste du lait de la vache à lait! Chypre ne fut qu’un essai, la population n’a pas trop réagit, l’Europe sera la suivante! Les banques manquent de liquidité, les effets-levier sont catastrophiques, la France doit trouver 50 milliards d’euros et les pays doivent maintenant compter sur l’argent de la prostitution et du trafic de drogue pour avoir des bilans positifs. Il n’y a plus d’argent, à part dans votre poche soit-disant… Après le FMI Icône de liens externes et la Bundesbank des économies des 500 millions de citoyens. « La crise financière et économique a sapé la capacité du secteur financier à transférer des fonds vers l’économie réelle, en particulier l’investissement de long terme », indique-t-il. Source(s) : Express

WikiStrike.com Privatisation : 200 000 Danois livrent bataille contre Goldman Sachs Faire des affaires avec la banque Goldman Sachs peut provoquer des crises politiques. C’est l’expérience que vient de vivre le Danemark. Le gouvernement a annoncé l’entrée de la banque états-unienne dans le capital de l’entreprise publique de l’énergie Dong Energy (l’équivalent de GDF avant sa privatisation). Dong Energy est une entreprise stratégique, productrice de pétrole, de gaz naturel et d’électricité, avec un chiffre d’affaires de 9 milliards d’euros. Les critiques portent également sur le fait que Goldman Sachs a prévu de procéder à cet investissement via une société située au Luxembourg, en partie détenue par des actionnaires basés aux îles Caïmans et dans l’État du Delaware aux États-Unis, rapporte le Financial Times.

Un banquier illuminati dévoile leur méthode de contrôle Traduction par JLG Dans un moment de franchise après la 1ère guerre mondiale, Otto Khan, partenaire de la banque Kuhn Loeb, explique que les banquiers cabalistes "refont" le monde en créant des conflits artificiels et en en déterminant le résultat. Il s’agit notamment de deux guerres mondiales, de la guerre froide, et de la "guerre contre le terrorisme" sans parler de la fracture bidon "gauche-droite" qui maintient l’Amérique [ou la France] dans l’impasse. Otto Kahn (1869-1934) était un partenaire de Jacob Schiff et de Paul Warburg chez Kuhn Loeb, la banque d’investissement la plus influente des Etats-Unis. Il est ainsi intéressant de rappeler ce qu’il a dit à propos de la stratégie juive illuminati. Dans son livre "Genève versus la paix" (1937), le comte de Saint-Aulaire, qui était l’ambassadeur français à Londres, a rappelé une conversation avec Otto Kahn lors d’un dîner qui a eu lieu peu de temps après la Première Guerre mondiale. "Quel est le but ? NOTE (Dan). Like this:

Meet Jordan Belfort, the Real Wolf of Wall Street The courts at the tennis club in Manhattan Beach are full, and the pool is overflowing with bikinis. It’s a brilliant summer afternoon, and over at the juice bar, drenched in sweat after hitting for an hour or so, Jordan Belfort and I are parked on stools and talking about his Big Problem. It’s plagued him since he was a child. Even in prison, he couldn’t make it stop. “I can’t sleep,” he tells me as the waitress arrives to take our order. “Oh my God!” Belfort looks confused. “Actually,” the waitress goes on, “we just looked you up on the Internet. Then the gushing starts. “Can I get a picture?” The spotting is incredible for many reasons. Belfort’s background in finance was limited. It was a truly epic scam, in which he used his powers of persuasion to screw investors and then train a small army to do the screwing for him. It was in prison that Belfort discovered his talents were transferable. And, now as then, people cannot get enough of Jordan Belfort.

Related: