background preloader

Pédagogie

Pédagogie
La pédagogie (du grec παιδαγωγία, direction ou éducation des enfants[1]) désigne l'art d'enseigner. Le terme rassemble les méthodes et pratiques d'enseignement requises pour transmettre un savoir (connaissances), un savoir-faire (capacités) ou un savoir-être (attitudes). Plus généralement, l'expression « Faire preuve de pédagogie » signifie l'aptitude à enseigner et à transmettre à un individu ou un groupe d'individus — de tous âges et de toutes conditions — un savoir ou une expérience par l'usage des méthodes les plus adaptées à l'audience concernée. La pédagogie implique l'ensemble des comportements de l'enseignant envers les élèves. Définitions[modifier | modifier le code] Le mot « pédagogie » dérive du grec παιδαγωγία, de παιδός (/'paɪdɔr/), « l'enfant », et ἄγω (/'a.gɔ/), « conduire, mener, accompagner, élever ». Franc Morandi considère que la pédagogie signifie « étude et mise en œuvre des conditions d'apprendre »[4]. Quelles différences entre pédagogie et didactique ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9dagogie

Related:  `test 1017MEMOIRE

Comment faire un commentaire de texte ? Vous avez contextualisé et analysé le texte, puis, au brouillon, vous avez structuré votre commentaire en 2 à 4 parties en fonction de votre problématique, comportant chacune 2 à 4 sous-parties. Pour une épreuve de 4h, il vous reste normalement 2h30 pour rédiger, directement sur votre copie (sauf introduction et conclusion), à partir du plan détaillé. Vous pouvez faire 5 minutes de pause à ce moment-là, manger un morceau, histoire de reprendre votre souffle.Pour une épreuve plus courte, comme l’examen d’entrée à Sciences Po, consultez la fiche Organiser son travail lors d’une épreuve limitée dans le temps. Les règles de rédaction

Sur la différenciation pédagogique (diaporama, Ac de Dijon) La différenciation « La lutte contre les difficultés scolaires passe par la classe » S.Boimare Pour entrer dans la différenciation il faut accepter des pratiques qui favorisent les buts de maîtrises. Des pratiques qui favorisent des buts de maîtrise :

Evaluer positivement dans la classe : La méthode PIPADI Et si on pratiquait l'évaluation positive pour les enseignants ? C'est une des questions posées à Pierre Cieutat, professeur des écoles à Montpellier, qui pratique l'évaluation positive avec la méthode PIPADI (Parcours Individualisé et Différencié des Apprentissages et Pédagogie Institutionnelle) (1). Un système d'évaluation complexe mais qui socialise les élèves. Comment définissez-vous en quelques mots l’évaluation positive ? PIDAPI (Parcours Individualisé et Différencié des Apprentissages et Pédagogie Institutionnelle). C’est la possibilité de donner de la valeur à un travail en indiquant ce qui est juste ou non et en ne retenant - ne notant dans le sens d’écrire - que ce qui est réussi.

Pédagogie ouverte et triangle de Houssaye J’ai cherché à voir quels liens on pouvait trouver entre la pédagogie ouverte et le triangle de Houssaye. Il me semble que l’on peut placer les sommet de l’un entre les lobes de l’autre. L’enseignant se retrouve ainsi entre transparence et la participation, l’étudiant entre la participation et la coopération et le savoir entre la coopération et la transparence. Voyons ce que cela implique sur les différents processus définis par Housaye.

« Apprendre sans réfléchir est vain. Réfléchir sans apprendre est dangereux » - Le blog de lenuki Confucius, ici, expose de manière succincte la relation entre apprendre et réfléchir. Au fond, si le but de l’éducation est la formation d’un être accompli, aussi bien physiquement que moralement, voire spirituellement, n’est-il pas nécessaire qu’elle mette en jeu une relation étroite entre apprendre et réfléchir, apprendre et comprendre ? Comment ne pas songer ici à l’opposition que fait Montaigne entre une « tête bien pleine » et une « tête bien faite » ? Qu’est-ce que savoir authentiquement, c’est-à-dire en vérité ? Serait-ce seulement emmagasiner, en les empilant, des informations pour pouvoir les « réciter » le moment venu, ou, au contraire, avoir une « intelligence des choses » que procure la présence à soi de la conscience (réflexion) dans l’apprentissage ? Mais Confucius, dans les deux rapports qu’il expose entre apprendre et réfléchir, n’établit pas une symétrie.

Éducation nouvelle L'éducation nouvelle est un courant pédagogique qui défend le principe d'une participation active des individus à leur propre formation. Elle déclare que l'apprentissage, avant d'être une accumulation de connaissances, doit être un facteur de progrès global de la personne. Pour cela, il faut partir de ses centres d'intérêt et s'efforcer de susciter l'esprit d'exploration et de coopération : c'est le principe des méthodes actives. Elle prône une éducation globale, accordant une importance égale aux différents domaines éducatifs : intellectuels et artistiques, mais également physiques, manuels et sociaux. L'apprentissage de la vie sociale est considéré comme essentiel.

Encyclopédie Larousse en ligne - Michel Eyquem de Montaigne Écrivain français (château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-id. 1592). Né dans un siècle politiquement troublé, Michel de Montaigne consacra la plus grande partie de sa vie à la rédaction de ses Essais, sans cesse remaniés, dans lesquels, tout en se peignant lui-même, il s'attacha à démontrer la faiblesse de la raison humaine et à fonder l”art de vivre sur une sagesse prudente, faite de bon sens et de tolérance. Ni stoïcien, ni épicurien, ni même sceptique pur, Montaigne ne se réfère aux grandes doctrines de l'Antiquité que pour jouer en définitive des unes contre les autres en une forme ouverte et dialogique, qui rend possible l'émergence d'une libre parole d'auteur. Sa touchante amitié avec Etienne de La Boétie est restée légendaire. Naissance

Comprendre la pédagogie coopérative Pour prendre sa place dans le monde, Il est nécessaire d’apprendre à travailler ensemble ; ce n’est pas inné ; cela suppose des compétences particulières qui mettent en œuvre des habiletés fondées sur les valeurs du vivre ensemble. « Dans les années 1970, les premiers modèles organisés de pédagogie coopérative connaissent un départ prometteur sous l’impulsion de chercheurs comme Roger et David Johnson, Robert Slavin, Spencer Kagan, Elisabeth Cohen et autres. Cette émergence plafonne rapidement jusqu’à ce que les différentes réformes pédagogiques viennent donner un souffle nouveau à la pédagogie coopérative. […] La simple transmission des savoirs ne suffit plus. Il faut désormais guider et soutenir la construction des connaissances… »* L’originalité de Jim Howden1 est « de définir une approche pédagogique complexe poursuivant la double visée d’apprendre à coopérer et coopérer pour apprendre, en se basant sur des valeurs qui lui sont propres »2.

La bienveillance au service du tuteur à distance Un article repris du blog de Jacques Rodet, un blog sous licence cc by nc nd Introduction Bien des personnes sont bienveillantes envers autrui mais ne le sont que modérément dans certaines situations. Entassé dans un wagon de métro, il est plus difficile de faire preuve de bienveillance envers ceux qui vous écrasent ;-) Ceci nous renseigne sur le fait que la bienveillance n’est pas hors sol mais se manifeste toujours dans une situation donnée et que cette dernière éprouve notre capacité à la manifester.

Une nouvelle génération de formateurs fait son entrée - We Are Learning Pendant que toute une partie des enseignants, des formateurs, des éducateurs et du grand public, s'accroche à la vieille idée, dite de bon sens, que : "sans relations humaines directes, il ne peut pas y avoir de pédagogie valable et performante" ; pendant que toute une partie du monde de l'éducation ricane à l'évocation des e-learning, du blended learning, des MOOC, des serious games, de la gamification, des LMS "avancés"... et attend que cette "mode" se passe ("tout cela finira au placard, comme tant d'innovations techniques") ; pendant tout ce temps là, les formateurs nouvelle génération se forment, se perfectionnent, expérimentent et renouvellent en profondeur la formation professionnelle. Quels sont ces "formateurs nouvelle génération", ces révolutionnaires, nouveaux hussards de la République, qui sont disqualifiés par la masse des bien- pensants ? Ils gèrent à la fois des connaissances, des expériences et de l'intelligence relationnelle Conclusion À propos de

Interaction "Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique Interaction sociale Définition d'interaction Etymologie : mot composé du préfixe latin inter-, entre, et de action, du latin actio, faculté d'agir, activité, action, acte, fait, accomplissement, dérivé du verbe agere, agir, faire. L'interaction est l'action ou l'influence réciproque qui peut s'exercer entre deux ou plusieurs objets, corps, phénomènes ou systèmes physiques. Apprendre avec les pédagogies coopératives. Démarches et outils pour Quel est son propos ? Il s’agit de mettre en mains de tout enseignant débutant ou expérimenté la possibilité de s’insérer progressivement dans une révolution pédagogique qui va faire de l’élève, ou plus exactement des élèves, j’y reviendrai, les acteurs principaux de l’apprentissage. Le temps serait-il revenu pour les enseignants de marquer une indifférence aux acquis en termes de connaissances et de compétences ? De s’adonner aux errances de l’autonomie utilisée comme un moyen et non comme un but à atteindre ?

Interaction Action réciproque dans le sens commun, souvent utilisée en sociologie comme simple synonyme de relation sociale, l’interaction est, en tant que concept, une séquence dynamique d’actions sociales (ou conjointes) entre des individus ou groupes d’individus qui modifient leurs actions et réactions en fonction des actions anticipées et effectives d’autrui. Le développement de la notion d’interaction est lié à l’évolution de la philosophie, de la sociologie, de la linguistique et de la communication dans le contexte des États-Unis de la fin du xixe siècle aux années 1930, puis des années 1960. La notion connaît aujourd’hui une certaine fortune dans les sciences sociales qui dépasse largement les cadres théoriques ayant présidé à sa conceptualisation et à son opérationnalisation dans des programmes de recherche spécifiques. Dans leur tentative pour comprendre comment les êtres humains donnent un sens à leur environnement, les pragmatistes critiquent la psychologie causale. Pour E. C.

INTERACTION, sciences humaines « INTERACTION, sciences humaines » est également traité dans : Écrit par Éric LETONTURIER • 1 471 mots Dans le chapitre « Les approches psychosociologiques » : […] Le jeu de l'influence et du charisme, les mécanismes de contagion mentale et le rôle des croyances, des attentes et des frustrations ont été les premiers facteurs évoqués pour expliquer les raisons incitant les individus à adhérer et participer à des entreprises collectives.

Related: