background preloader

CHIFFRES-BD : l’enquête sur la lecture de bandes dessinées en france

CHIFFRES-BD : l’enquête sur la lecture de bandes dessinées en france
Related:  Le français qui lit (aujourd'hui et demain)

Les pratiques culturelles demeurent inégalitaires 22 juillet 2011 - Les pratiques culturelles des Français restent marquées par de profondes disparités liées à l’âge et au statut social. Une analyse de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait du magazine Alternatives Economiques. En 2008, les pratiques culturelles les plus courantes confirment les tendances observées dix ans plus tôt (voir « pour en savoir plus »). Les sorties ne connaissent pas la crise. La pratique de la lecture et la crainte de son déclin constituent un éternel débat en France. La stabilité des comportements ou la confirmation de tendances passées ne signifient pas que rien ne change. Des inégalités qui persistent Les moyennes nationales masquent des écarts importants. Les innovations se diffusent de deux façons. Au-delà de l’âge, la situation géographique joue un rôle sensible. Les écarts entre hommes et femmes demeurent relativement mineurs. Louis Maurin En savoir plus Les pratiques culturelles à l’ère numérique.

Les festivals de bande dessinée, manifestations artistiques, culturelles, sociales et économiques. Les festivals de bande dessinée : manifestations artistiques, culturelles, sociales et économiques Retours sur le colloque Les festivals de bande dessinée, du 26 novembre 2013, Lyon. Compte-rendu proposé par Aymeric Landot. Les Entretiens Jacques Cartier ont réuni ici différents acteurs permettant de cerner au mieux l’objet festival : des organisateur, des auteurs, des libraires, des éditeurs, des bibliothécaires et des enseignants. Historique et diversité des formes de festivals En présence de Francis Groux, co-fondateur du Festival d’Angoulême ; de Pierre-Alain Rodrigue, trésorier du Festival BD de Montréal ; de Sylvain Lemay, fondateur du Festival en Pays Outaouais ; de Roger Lipani, président du Festival BD de Rive-de-Gier et de Philippe Brocard, président du Lyon BD Festival. - Question : Quelles sont les origines et les principes des festivals ? FG : à mon époque, il n’était pas bien vu de lire de la BD. FG : Très rapidement, l’association fut mise en place à Angoulême.

Les figures du Mal dans la bande dessinée Jhen 1 L’Or de la Mort, p. 9. 1Bande dessinée belge à sujet médiéval, sur un scénario de Jacques Martin illustré par Jean Pleyers, la série Jhen se situe dans la première moitié du XVesiècle. Lorsque les deux premiers albums parurent en feuilleton dans le journal Tintin, puis aux éditions du Lombard, son héros se nommait Xan Larc. Situé immédiatement après la mort de Jeanne d’Arc, le premier titre, L’Or de la Mort, s’ouvrait sur la ville de Rouen et la tentative avortée du héros de sauver la jeune fille. Dès la dixième page du même album, Xan rencontre « un très grand et puissant seigneur, mystérieux et fascinant… celui qui, seul au monde, avait tenté de délivrer Jeanne »1, Gilles de Rais, qu’il accompagnera désormais dans ses campagnes, qu’il rejoindra dans ses châteaux de Tiffauges, Machecoul ou Champtocé, et qui est, en fait, le second héros de ces histoires. 2 Alix est un partisan de César et son principal adversaire est du parti pompéien. 5 L’Or de la Mort, p. 42. 61. 7 J. 82. 8 J. 10 J.

Où Babelio présente une étude sur les grands lecteurs et la BD au Centre National du Livre Le 20 juin dernier, le Centre National du Livre accueillait Babelio et des professionnels du livre lors d’une conférence sur la bande dessinée. Celle-ci était organisée pour rendre compte des résultats et analyses d’une enquête menée en mai 2013 auprès des lecteurs de la communauté Babelio, interrogés sur leurs pratiques de lecture de bande dessinée. Compte-rendu. Antoine Cassan, du CNL, introduit la séance en rappelant l’implication du CNL dans les démarches éditoriales relatives à la bande dessinée, et en soulignant que l’institution consacre chaque année 900 000 euros au soutien du 9ème art en France. Les intervenants, Guillaume Teisseire, co-fondateur de Babelio, Christophe Evans, coauteur d’une étude nationale menée en 2012 sur le lectorat de la bande dessinée et Eglantine Gabarre, responsable marketing des Editions Delcourt, sont alors invités à intervenir successivement, dans un débat animé par Pierre Krause. Il faut ouvrir à nouveau le débat sur la diffusion de la BD à l’école

Portrait d'un lecteur de bande dessinée en 2013 : étude Babelio En s'appuyant sur les volontaires de leur base d'utilisateurs, le réseau social Babelio peut proposer à intervalles réguliers des études sur différents secteurs de l'édition. Cette fois, le site s'est tourné vers les phylactères et la bande dessinée, afin d'en tirer quelques vues sur l'un des secteurs les plus dynamiques de l'industrie du livre. De gauche à droite : Guillaume Teisseire (Babelio), Christophe Evans (BPI), Églantine Gabarre (Delcourt), Pierre Krause (a.k.a. Bibalice, Babelio) Grâce à quelque 2400 grands lecteurs inscrits sur le réseau social du livre, Babelio a pu proposer sa propre étude sur la bande dessinée, « en réponse » à celle du ministère de la Culture, datant de 2012. En effet, l'étude de Babelio s'applique surtout aux grands lecteurs, ou plutôt grandes lectrices (80 % des 2403 interrogés, 18-44 ans pour les tranches d'âge, moyenne 3 livres/mois), qui constituent l'essentiel du public du réseau social. Une diversité à défendre, des libraires à préserver

Qu'est-ce qu'Internet change dans notre rapport à la culture Internet a-t-il bousculé le rapport que les Français entretiennent avec la culture ? C’est ce qu’a cherché à analyser le ministère de la Culture et de la Communication en réalisant, entre 2007 et 2008, une vaste enquête de terrain pour mieux appréhender les comportements des Français dans les domaines de la culture et des médias. Dirigée par le sociologue Olivier Donnat et intitulée Enquête sur les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique , elle souligne le tournant fondamental opéré par l’essor de la culture numérique et d’Internet. En moins de dix ans, notre accès et notre rapport à la culture ont été profondément bouleversés par le développement du numérique et des nouvelles technologies. Faisant suite à la dernière enquête nationale de 1997 , 5004 personnes âgées de plus de quinze ans et vivant en France métropolitaine ont ainsi été interrogées de novembre 2007 à février 2008 en face-à-face pendant près de cinquante minutes. L’avènement de la "culture de l’écran"

Colloque : les Festivals BD - news - Lyon BD Festival Dans le cadre des entretiens Jacques Cartier, Lyon BD a organisé le 26 novembre à l'Hôtel de Ville de Lyon un colloque intitulé : "Les Festivals BD : manifestations artistiques, culturelles, sociales et économiques". Notre objectif dans ce colloque a été de voir comment, au-delà de l’aspect festif d’un festival de bande dessinée, sont libérées des énergies créatrices au service du développement culturel et économique de notre société... Table ronde #1 : Historique et diversité des formes de festivals Francis Groux, Co-fondateur du Festival d’Angoulême Pierre-alain Rodrigue, Trésorier du Festival BD de Montréal Sylvain Lemay, Fondateur du Festival en Pays Outaouais Roger Lipani, Président du Festival BD de Rives de Gier Philippe Brocard, Président du Lyon BD Festival Table ronde #2 : L'influence des festivals sur la création artistique Jérôme Jouvray, auteur Guy Delisle, auteur Julie Rocheleau, auteure Jocelyn Flipo, créateur de concepts de spectacles d'impro Claude Amauger, Editions Tanibis, France

De la bête au super-héros. Valorisations de l'animalité dans la BD - cairn.info Le monde de la BD s’ouvre de plus en plus à des publics différents ; il dépasse les préjugés qui n’y voyaient qu’un passe-temps pour enfants ou adultes infantiles, et engendre des formes confusionnelles qu’on a du mal à classer, comme le roman graphique qui, avec Pratt, Miller et Gaiman, est arrivé au statut d’objet de culte, capable de coloniser l’univers du cinéma. On peut bien lire dans cet épanouissement un aspect de la transition de la suprématie du régime diurne, qui a caractérisé la modernité, à une ambiance nouvelle où les intimations nocturnes retrouvent leur place et retournent à irriguer à bon droit l’imaginaire sociétal. La BD est éminemment un lieu de confusion : la parole s’y lie à l’image en perdant les privilèges hiérarchiques que la Raison lui a attribués ; le champ qui en dérive est difficile à définir et cette difficulté est mise au jour par les récentes techniques qui brisent les cases dans lesquelles la planche était divisée au début.

La bande dessinée et la finance une histoire de passion ou de spéculation ? Avec le vin, la bande dessinée est souvent l’occasion de discussions informelles dans le milieu de la finance. sur ce sujet lire l’article « Investir dans le vin » d’Alexandre Ribera sur Culture Banque Abordez ce sujet à la cafétéria ou entre deux réunions et vous serez surpris par le nombre d’amateurs du 9eme art. Généralement, la plupart des interlocuteurs ignorent la face cachée de ce marché et la collectionnite aigue qu’il peut entraîner. Comme pour le vin, la BD a ses grands crus ou tirages de têtes.Comme pour le vin, la BD a ses millésimes ou éditions originales.Comme pour le vin, la BD a son marché spéculatif sur ebay ou en salle des ventes. Certes, certains se sont spécialisés dans la revente de dédicaces pour se générer des revenus supplémentaires (en déclenchant au passage un tollé chez les auteurs et les vrais amateurs), mais plus globalement le marché de la BD est plus un marché de passion que de réelle solution pour se générer une rente financière. Les albums Les originaux

Les Français et la culture : révolution chez les 15-24 ans Recul de la télé et de la radio, nouvelles frontières entre art et divertissement... La révolution numérique n'a pas fini de chambouler nos pratiques culturelles. En avant-première, les conclusions d'une vaste enquête menée sous l'égide du ministère de la Culture. C'est une sorte de vaste check-up. La dernière prise de température remontait à 1997. Et alors, dira-t-on ? Tout change pourtant si l'on se concentre sur les comportements des jeunes générations. Sans le contrepoids des baby-boomers, dont la réactivité culturelle est supérieure à celle des générations précédentes au même âge (ils ont aujourd'hui entre 50 et 65 ans), c'est donc bien un bouleversement des pratiques culturelles que révèlent ces nouvelles courbes de température. La première de ces générations, née avant la Seconde Guerre mondiale, a 70 ans et plus. La génération des baby-boomers a été la première à profiter de l'ouverture du système scolaire et du développement des industries culturelles. Plus rien à partager ?

enseignement (1) : enseigner avec la bande dessinée [janvier 2013] L’histoire des liens entre bande dessinée et éducation s’est exprimée successivement dans les termes d’une hostilité farouche, d’une intégration résignée, puis d’une récupération intéressée et d’une légitimation affichée. Petit historique de l’intégration scolaire de la bande dessinée Le rejet des éducateurs catholiques et laïcs s’exprime dès 1907, lorsque la bande dessinée devient presque exclusivement un matériau des publications de presse destinées à la jeunesse. Dans le courant des années 1980, les études en sociologie de la lecture montrent que, face à l’évolution et aux mutations du public scolaire, il est nécessaire de repartir des pratiques réelles des élèves et de leurs intérêts, afin d’éviter les effets d’exclusion à l’égard de la culture écrite. Une intégration en trompe-l’œil Officiellement, donc, la bande dessinée est étudiée en classe. Enseigner l’Histoire avec la bande dessinée Enseigner les lettres avec la bande dessinée Nicolas Rouvière Bibliographie Corrélats

Splendeurs et misères de quelques homos, hétéros et autres animaux : Comme des lapins de Ralf König ou la comédie de mœurs façon BD 1 Ralf König : Wie die Karnickel, Reinbek, Rowohlt, 2003, p. 18. Sauf mention contraire, toutes les c (...) « Goethe war auch ne Sau1. » 2 Éric Polet : « Tous BD », in : Libération, 23.06.2007. 3 Cf. «Ich kann diese Schwuchtelei nicht mehr sehen». Interview mit Ralf König, in : Spiegel online, (...) 1En près de trente ans de carrière, « le (presque) unique bédéraste allemand connu2 » aura tracé son chemin pour devenir sinon un vétéran, qualificatif que Ralf König récuse vertement3, du moins un incontournable, voire un classique de la bande dessinée allemande, dont on signalera au passage qu’il est traduit dans quinze langues et lu dans dix-sept pays. 4 Cf. 2Celui qui n’a jamais fait mystère de son homosexualité, sans pour autant se définir comme un militant de la cause gay4, a entre-temps élargi son horizon. 5 Sven Unterwaldt : Wie die Karnickel, Munich, Contantin Film, 2002. 6 Ralf König : Wie die Karnickel, Kiel, Achterbahn, 2002 (abréviation pour toutes les références à ce (...) 7 Cf.

Related:  liens utiles