background preloader

Nuit et Brouillard 1 de 2

Nuit et Brouillard 1 de 2
Nuit et Brouillard est un film documentaire[1] réalisé par Alain Resnais, à l'initiative d'Henri Michel (historien), et sorti en 1956. Il traite de la déportation et des camps de concentration nazis, en application des dispositions dites « Nuit et brouillard » (décret du 7 décembre 1941). Nuit et Brouillard est une commande du Comité d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale[2], un organisme gouvernemental fondé en 1951, dont la fonction était de rassembler de la documentation et de poursuivre des recherches historiques sur la période de l'occupation de la France en 1940-1945, et dont Henri Michel était le secrétaire général[3]. D'une durée de trente-deux minutes, le film est un mélange d'archives en noir et blanc et d'images tournées en couleur. Le texte, écrit par Jean Cayrol, est dit par Michel Bouquet. Le film tire son titre du nom donné aux déportés aux camps de concentration par les nazis, les NN (Nacht und Nebel), qui semblaient ainsi vouloir jeter l'oubli sur leur sort.

http://www.tagtele.com/videos/voir/53810/

Related:  Seconde Guerre mondialemarilou68Shoah & RésistanceSeconde Guerre MondialeHistoire sec.2

Nuit et Brouillard 2 de 2 Nuit et Brouillard est un film documentaire[1] réalisé par Alain Resnais, à l'initiative d'Henri Michel (historien), et sorti en 1956. Il traite de la déportation et des camps de concentration nazis, en application des dispositions dites « Nuit et brouillard » (décret du 7 décembre 1941). Nuit et Brouillard est une commande du Comité d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale[2], un organisme gouvernemental fondé en 1951, dont la fonction était de rassembler de la documentation et de poursuivre des recherches historiques sur la période de l'occupation de la France en 1940-1945, et dont Henri Michel était le secrétaire général[3]. D'une durée de trente-deux minutes, le film est un mélange d'archives en noir et blanc et d'images tournées en couleur. Le texte, écrit par Jean Cayrol, est dit par Michel Bouquet. Le film tire son titre du nom donné aux déportés aux camps de concentration par les nazis, les NN (Nacht und Nebel), qui semblaient ainsi vouloir jeter l'oubli sur leur sort.

Dans les camps de concentration, les docteurs de l'horreur Lui seul pouvait écrire ce livre-là. Michel Cymes n'est pas seulement le présentateur du Magazine de la santé, sur France 5, et le chouchou du Zapping, sur Canal+. Il est aussi médecin et petit-fils de déportés. A ce titre, il portait cet ouvrage en lui depuis des années. Refusant l'idée préconçue que les bourreaux des camps étaient "des ratés, des praticiens pas très malins, influencés par leur environnement et l'idéologie", il s'interroge: "Comment peut-on vouloir épouser un métier dont le but ultime est de sauver des vies, et donner la mort à ceux que l'on ne considère plus comme des êtres humains?"

A quoi ressemblait la Parisienne pendant la Libération ? Entre les infirmières courant sous les tirs de snipers, les femmes au brushing impeccable embrassant leurs libérateurs, et toutes les autres, tondues par des coiffeurs improvisés, ou endeuillées par la perte d’un mari ou d’un fils, il n’y a sans doute pas grand-chose en commun entre toutes ces femmes. A part des émotions extrêmement fortes, expliquant pourquoi tant de femmes ont embrassé de parfaits inconnus pendant les journées d’août 1944. Avec un bonheur non dissimulable. L’embrasseuse a de la classe Le cliché est tenace et les images le confortent : la Parisienne de la Libération aime ses libérateurs et le montre avec autant de joie que de fierté.

Dix choses que vous ne saviez pas sur le château de Versailles 1 / A Versailles, la basse-cour a précédé la cour En 1662, vingt ans tout juste avant l’inauguration du palais, Louis XIV, alors âgé de 24 ans, décide d’installer une ménagerie. Contrairement à l’usage en vigueur dans les autres réserves animalières, il exige que toutes les bêtes, « les féroces comme les paisibles », soient réunies dans un enclos fleuri et arboré. C’est à ce caprice royal que l’on doit le premier zoo des Temps modernes. 2 / C’est une roturière qui, chaque matin, avait le privilège d’assister au vrai lever du roi Malgré une étiquette très rigide, Perette Dufour, l’ancienne nourrice du roi, était effectivement la première personne à entrer, très discrètement, dans la chambre de Louis XIV… pour l’embrasser, avant de s’éclipser rapidement.

Convoi N° 8 : d’Angers à Auschwitz, le chemin vers l’horreur histoire Le 20 juillet 1942, le convoi n°8 quittait la gare d’Angers pour le camp d’extermination d’Auschwitz, en Pologne. À son bord : 827 Juifs, hommes, femmes et enfants. France 3 vous propose trois lectures en vidéos de cette histoire tragique... Par Claude Bouchet Publié le 13/03/2014 | 11:18, mis à jour le 13/03/2014 | 11:18 © Thierry Poirier Le camp d'Auschwitz dans la brume Le témoignage inédit d'un pilote américain sur le massacre d'Oradour-sur-Glane McKay Smith sait garder des secrets. En tant que juriste pour le Département de la Justice, au sein de la Division pour la sécurité nationale, il conseille les agences de renseignement américain sur la légalité de quelques-uns des dossiers les plus confidentiels du pays. En particulier, la division est chargée de superviser des opérations de surveillance électronique et de contre-terrorisme et, quotidiennement, Smith voit passer des données et des documents classifiés qui ne sortiront pas au grand jour, au mieux, avant plusieurs dizaines d'années. Mais en découvrant un bulletin de renseignement, vieux de soixante-dix ans, et rédigé par un jeune lieutenant des Army Air Corps, le sang de Smith n'a fait qu'un tour. Ce jour là, il a décidé de sortir de l'ombre et d'endosser un nouveau rôle, celui d'informateur public.

la collaboration Politique de coopération avec l'Allemagne pratiquée par le gouvernement de Vichy et certains milieux politiques français sous l'Occupation (1940-1944), pendant la Seconde Guerre mondiale. 1. Les conséquences de l'armistice Découlant de l'armistice du 22 juin 1940 (→ armistice de Rethondes), la politique de la collaboration est au départ librement consentie par le gouvernement de Vichy qui espère ainsi pérenniser son régime, adoucir le sort des Français et négocier sa place dans une Europe dominée par l'Allemagne nazie. Les conditions de l'armistice sont drastiques : la « zone libre » – au sud de la ligne de démarcation qui s'étire de Bayonne à la Suisse en passant au nord de Vichy – sur laquelle le gouvernement français aura toute souveraineté est réduite aux deux cinquièmes du territoire. L'article 3 prévoit une « collaboration » des fonctionnaires français avec les autorités allemandes, mais il ne s'agit pas là cependant d'une collaboration entre les gouvernements.

Quand les peintures de la Renaissance prennent vie… dans un garage auto, ça donne ça ! Souhaitant rendre hommage aux plus belles œuvres de la Renaissance, le photographe new yorkais Freddy Fabris s’est imposé un défi plutôt original. En effet, il a réussi à allier le style des plus grands chefs-d’œuvre de la Renaissance en mettant en scène… des mécaniciens ! Cette idée, saugrenue, a donné lieu à une époustouflante série de photos où chacun des mécanos pose à la manière de célèbres tableaux de la Renaissance: " Passer de la photographie à la peinture, en gardant l’état d’esprit des œuvres de l’époque, était un sacré défi ! Il fallait les sortir de leur contexte d’origine tout en gardant leur essence. Puis, je suis tombé sur un magasin de voitures et l’idée m’est venue comme ça." a expliqué le photographe au Huffington Post.

The Fallen : 9000 silhouettes de soldats morts dessinées sur la plage du Débarquement pour la paix dans le monde Afin de célébrer la Journée internationale de la paix, deux artistes ont investi la plage d’Arromanches en Normandie pour y dessiner près de 9000 silhouettes sur le sable, représentant les soldats morts durant le Débarquement de 1944. Une entreprise gigantesque qui ne manque pas de sensibiliser à l’horreur de la guerre. Les artistes britanniques Jamie Wardley, de Sand In Your Eye, et Andy Moss ont eu l’idée d’investir la plage d’Aromanches en Normandie afin de célébrer la Journée internationale de la paix.

Rafle du Vélodrome d'Hiver Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Jardin du souvenir à l'emplacement du Vel' d'Hiv. L’organisation de la rafle[modifier | modifier le code] Les premières rafles de Juifs en France commencent en 1940 en zone libre et en mai 1941[5] en zone occupée, les Juifs étant placés dans des camps d'internements français[7]. Début juin 1942, une planification est décidée : l'opération « Vent Printanier », ou « Vent de printemps »[8], doit organiser une rafle pour les trois pays d’Europe occidentale occupée par l’Allemagne (France, Pays-Bas et Belgique), le RSHA devant déporter de France vers l'Est 110 000 Juifs en 1942[8] (Juifs valides pour le travail et devant avoir entre 16 et 50 ans) au lieu des 5 000 initialement prévus.

Après leur défaite, des nazis ont constitué une armée secrète À partir de 1949, près de 2.000 anciens officiers de la Wehrmacht et de la SS ont travaillé secrètement à la constitution d'une armée anticommuniste capable de mobiliser 40.000 hommes en cas d'invasion soviétique ou de guerre civile, rapporte Der Spiegel cette semaine. L'histoire de cette armée de l'ombre, dont l'existence n'avait jusqu'à présent jamais été rendue publique par les autorités allemandes, dormait depuis plus d'un demi-siècle dans les archives du BND, le service des renseignements allemand. Jusqu'à qu'un historien, Agilof Kesselring, qui menait des recherches sur l'histoire du BND, soit tombé par hasard sur un dossier de 321 pages étiqueté sous un nom trompeur: «Assurances». Der Spiegel a pu avoir accès à son contenu.

Les répressions allemande et vichyste contre la Résistance - Le Mont-Valérien pendant la Seconde Guerre mondiale - Le Mont Valerien, haut lieu de la mémoire nationale Le 1er juin 1942 le général SS Karl Oberg est nommé « Chef suprême de la SS et de la police en France ». Il prend la relève de la politique de répression en France occupée et poursuit la stratégie du MBF jusqu'à l'automne 1942, date à laquelle la politique des otages est abandonnée. La SS développe ensuite ses propres mesures répressives, alors même que les tribunaux militaires continuent à sévir.

Découvrir la première guerre mondiale Mêlant à la fois des images d’articles de journaux un peu jaunis avec le temps et des animations de tablettes, cette app présente les faits historiques de la première guerre mondiale avec la modernité des outils d’aujourd’hui. Pour tout comprendre sur la première guerre mondiale. On nous présente en premier lieu les causes de la guerre avec les éléments principaux : l’impérialisme et les rivalités coloniales, les alliances, la course aux armements et l’assassinat de l’archiduc François Ferdinand. On rentre dans cette première guerre mondiale d’un coup, captivés par les informations ! On apprend des faits historiques, mais aussi des informations concernant les soldats, leurs uniformes, leurs conditions de vie, leur vocabulaire… On apprend que les chiens étaient utilisés comme messagers, ainsi que les pigeons voyageurs.

Lettre de Philippe Pétain à Adolf Hitler : « Sur ces chemins de haute civilisation, le peuple allemand et le peuple français sont assurés de se rencontrer et d’unir leurs efforts Un mois après la déroute de l’armée française face aux troupes allemandes et la signature de l’armistice, le maréchal Pétain reçoit les pleins pouvoirs et devient, le 10 juillet 1940, le chef du gouvernement de Vichy. Contrairement à la France Libre, mouvement de résistance lancé par le Général de Gaulle avec son célèbre appel du 18 juin, Pétain décide de collaborer avec l’Allemagne nazie et rencontre alors Hitler: c’est l’entrevue de Montoire. Un an plus tard, le maréchal adresse cette lettre au Führer, commémorant cette scène honteuse de l’histoire de France, assumant cette terrible « collaboration ». 10 juillet 1941 Monsieur le Chancelier,

Related: