background preloader

Conversation avec Françoise Héritier: «L'égalité homme/femme n'est pas l'indifférenciation»

Conversation avec Françoise Héritier: «L'égalité homme/femme n'est pas l'indifférenciation»
Related:  GenreGenre

5 fausses idées sur les personnes intersexes Souvent discriminées, les personnes intersexes sont victimes d’idée reçues. Voici 5 fausses idées à dissiper avant la Journée de Solidarité Intersexe, le 8 novembre. 1- « Tout le monde naît garçon ou fille » Beaucoup de gens pensent que le monde est divisé en deux catégories bien distinctes de personnes, les hommes et les femmes. Pourtant, ce n'est pas toujours le cas. Le terme intersexuation est un terme générique utilisé pour désigner un large éventail de variations naturelles qui affectent les organes génitaux, les gonades, les hormones, les chromosomes ou les organes reproducteurs. 2 - « L’intersexuation est très rare » Selon les spécialistes, environ 1,7 % de la population naît avec des caractéristiques intersexes, ce qui est comparable au nombre d’enfants qui naissent avec des cheveux roux. Pourtant, le terme intersexe reste très mal compris et les personnes intersexes sont extrêmement sous-représentées. 3 - « L’intersexuation est une anomalie qu’il faut corriger »

Personnes âgées: un projet de loi favorisant le maintien à domicile "C'est un projet global de société, qui mobilise tous les aspects de la vie de la Nation. Et cela seul justifie pleinement le choix d'une loi d'orientation et de programmation", a fait valoir le Premier ministre à Angers. Les mesures dévoilées mercredi figureront ainsi dans un premier projet de loi présenté le 9 avril en Conseil des ministres, après avis du Conseil économique, social et environnemental (Cese). L'objectif "c'est l'action, c'est la mise en oeuvre des premières mesures les plus ambitieuses dès le début de l'année 2015", a précisé M. Un des volets réside dans "l'accompagnement des personnes âgées en perte d'autonomie avec la priorité donnée au maintien à domicile", a expliqué M. "Près de 1,2 million de personnes bénéficient de l'APA (allocation personnalisée d'autonomie), dont 60% vivent à leur domicile", a-t-il rappelé. Les plafonds d'aide mensuels de l'APA vont ainsi être revalorisés de montants entre 100 et 400 euros. M. Par

Les hommes et les femmes sont-ils égaux face aux mathématiques ? Si vous avez vu le documentaire Comment j'ai détesté les maths, d'Olivier Peyon, cela vous a peut-être frappé même si ce n'est pas le sujet du film : sur les 17 chercheurs et professeurs de mathématiques qui apparaissent dans le film, 15 sont des hommes et deux seulement sont des femmes. Le reflet de la réalité. Les mathématiques sont-elles réellement plus compliquées pour les filles que pour les garçons ? © Wikimedia Commons - Wallpoper Si l'on regarde les lauréats de la médaille Fields (en anglais) - considérée comme l'équivalent du prix Nobel de mathématiques - depuis la création du prix en 1936, sur les 52 médailles décernées, pas une seule n'a été attribuée à une femme. En France, le CNRS compte dans ses rangs 16 % de mathématiciennes pour 84 % de mathématiciens. Le test Des chercheurs de l'Université de Provence ont fait passer un test à des écoliers et des écolières. Cette expérience a été réalisée sur deux groupes comprenant des filles et des garçons. Pour que cela change

19 personnes trans avant/après leur transition transgenre à couper le souffle Si les habitudes ont parfois la vie dure, et que les trans ne sont pas encore vus comme des personnes à part entière lorsqu’il s’agit de leur genre, de gros progrès sont faits chaque année grâce à la lutte contre la transphobie, grâce à l’ouverture d’esprit grandissante des populations, et grâce à la médiatisation du problème. Si tout n’est clairement pas joué, on tend vers une démocratisation du respect envers les trans, et quand on pense qu’on vit en 2017, il serait peut-être temps ! Au-delà des préjugés et des difficultés liés au fait d’être trans, un bon point est à noter : la chirurgie et la médecine font des miracles de nos jours, et il est beaucoup plus facile aujourd’hui d’effectuer une transition (du point de vue apparence, on entend) que ça a pu être le cas au cours de ces dernières décennies. Publié par Odilon Duval Robert le 06 Sep 2017 Publié par Odilon Duval Robert le 06 Sep 2017

Une stratégie simple pour simplifier C’est la préoccupation des possessions, plus que toute autre chose, qui nous empêche de vivre librement et noblement. - Bertrand Russell Note : cet article est une traduction de l’article A Simple Strategy for Simplifying de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article ! Que faites-vous quand vous n’arrivez pas à vous débarrasser d’une chose que vous possédez ? Comment gérer le syndrome du « juste au cas où », ou du « ça a une signification » ? Il n’y a pas de réponse facile permettant de se débarrasser des attaches émotionnelles qui nous lient à ces objets, pas plus que de se débarrasser de cette peur vis-à-vis ce dont nous pourrions avoir besoin à l’avenir. La propriété, pour moi, est plus flexible, moins concrète. Nous ne possédons pas une chose à vie ─ ce serait du gaspillage, étant donné que nous n’en avons pas le besoin ou l’utilité pendant la majeure partie de notre vie. 1. Si vous avez besoin de quelque chose, vous pouvez le chercher à nouveau. 2. 3.

Les stéréotypes de genre sont dangereux pour la santé Le 16 janvier 2014, rediffusé dans le cadre d’un partenariat avec le Centre Hubertine Auclert (notre Manifeste) Les stéréotypes de genre, #OnEnParle ! madmoiZelle est la fière partenaire de la campagne #OnEnParle, pour déconstruire les stéréotypes de genre. Aux côtés du Centre Hubertine Auclert, qui lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes en Île de France, nous nous engageons pour un avenir sans injonctions à la masculinité ni à la féminité. Si tu veux en savoir plus, rends-toi sur le minisite du Centre Hubertine Auclert ou participe au quizz sur l’Instagram de Rose Carpet. Et en attendant, découvre cet article qui témoigne des débats autour des stéréotypes de genre en 2014, et surtout de pourquoi ils sont mauvais pour la santé… Littéralement. En 2018, les stéréotypes de genre sont (encore) dangereux pour la santé Lutter contre les stéréotypes filles — garçons est un enjeu d’égalité et de mixité, selon le rapport du Commissariat général à la stratégie et à la prospective.

Océan, une transition sur grand écran BB : Ma première question, elle est toute simple : est-ce que ça va, Océan ? Océan : (rires) Est-ce que ça va ? Écoute, oui ça va. Ça va bien. BB : Je te pose la question parce qu’en voyant le documentaire, on se demande ‘Comment il fait pour ne pas être exténué ?’. Déjà, il ne faut pas oublier que je suis blanc, que j’ai de l’argent, que je suis valide et que ce sont des privilèges. Je me heurte aussi à la violence médiatique, parfois, je réponds à des journalistes qui souvent ne sont pas du tout au fait des questions trans et posent donc des questions gênantes. BB : D’où le « ça va bien » ? Oui ! BB : L’idée, c’était d’en faire une sorte de moyen de protection ? Océan : Non… Tout mon travail artistique, c’est travailler sur l’intime, travailler sur le personnel pour produire du collectif, pour aussi nourrir le patrimoine LGBTQ+ et que d’autres puissent voir ça et prendre de la force. A Paris, il y a un bouche-à-oreille qui fonctionne… mais ce n’est pas le cas partout BB : Par exemple ?

24 heures de la vie d’un homme Making of Inspiré par les débats actuels sur les relations hommes-femmes et les polémiques sur la « drague de rue », cette fiction a été écrite « pour mieux appréhender ce que peut être le vécu d’une femme, avec ce cumul de petits riens qui forment le sexisme ordinaire ». Dans une vie parallèle, son auteur écrit pour la jeunesse. Mathieu Deslandes 7h00. 7h20. 7h55. 8h30. « Il va falloir bouger vos petites fesses » 9h10. « Ah vous n’êtes pas son assistant ? 12h10. « Oh petite veinarde, bien placée là hein entre deux beaux petits lots ! Elle apporte la commande, pose la bière et le steak devant Marine, le Perrier et la salade devant moi, et enfin les lasagnes devant Greg, avec un petit clin d’œil pour le petit gourmand. Je reprends mon steak et ma bière et rends à Marine son Perrier salade. 13h00. « Perdre son petit ventre avant l’été » ; « Psycho : êtes-vous un bon coup au pieu ? « Quand t’auras fini de te recoiffer » 13h22. J’ai un bac +5, putain. Rires gras des filles. 15h10. 15h45. 16h50

La fabrique des garçons : sanctions et genre au collège J'ai reçu en cadeau le livre La fabrique des garçons. Sanctions et genre au collège dont je vais vous proposer le résumé. Sylvie Ayral a étudié le nombre de sanctions dans 5 collèges très différents et a constaté que 75.7% à 84.2% des élèves punis ou sanctionnés étaient des garçons. 84.2% à 97.6% des élèves punis pour violences sur autrui étaient des garçons. Plein d'éléments ont déjà été étudiés afin d'estimer pourquoi des élèves sont punis et sanctionnés mais la sanction ne l'a jamais été par le prisme du genre. Dans une première partie, l'auteure explique ce qu'est le système de punitions et de sanctions. L'effet pervers de la sanction est que pour arrêter la violence, on fait soi même preuve de violence. Daniel Welzer-Lang dit que la virilité est "apprise et imposée aux garçons par le groupe des hommes au cours de leur socialisation pour qu'ils se distinguent hiérarchiquement des femmes. Dans les collèges, le principe de proportionnalité est souvent non respecté.

Hillary and Chelsea Clinton disagree on transgender identity There’s at least one topic Hillary and Chelsea Clinton don’t see eye to eye on — transgender identity. In an interview with the the Sunday Times of London, the mother-daughter duo were asked if someone with a beard and penis can ever be a woman. “Ye-esss. Yes,” Chelsea replied. Her mom, meanwhile, looked “uneasy,” journalist Decca Aitkenhead wrote. “Errr. And while Chelsea, 39, said she supports children being able to play on sports teams that match their gender identity, Hillary, 71, appeared conflicted. “I think you’ve got to be sensitive to how difficult this is,” Hillary said. During the discussion, the reporter pointed out that many women of Hillary’s generation are uncomfortable with biological males sharing their bathrooms. “I would say that, absolutely,” the former secretary of state said, nodding firmly. That’s when Chelsea shot a “furious stare” at Aitkenhead, who called out the glare. “I’m a terrible actor,” the former first daughter laughed.

Related: