background preloader

Conduites addictives chez les adolescents – Une expertise collective de l’Inserm

Conduites addictives chez les adolescents – Une expertise collective de l’Inserm
06.02.2014 - Dossier Santé publique Télécharger la synthèse de l’expertise collective. En France, les niveaux de consommation de certaines substances psychoactives, en particulier l’alcool, le tabac et le cannabis, demeurent élevés chez les adolescents, en dépit des évolutions de la réglementation visant à limiter l’accès des mineurs à ces produits et des campagnes de prévention répétées. ©Fotolia Pour répondre à cette demande, l’Inserm a réuni un groupe pluridisciplinaire d’experts en épidémiologie, santé publique, sciences humaines et sociales, addictologie, neurosciences et communication. Les experts ont notamment constaté une modification des usages et des modes de consommation de certaines substances psychoactives, comme par exemple l’alcoolisation ponctuelle importante qui tend à se développer chez les adolescents. L’adolescence, période de vulnérabilité Le cerveau de l’adolescent est plus vulnérable aux substances psychoactives que le cerveau de l’adulte. Alcool Tabac Dommages associés

http://presse-inserm.fr/conduites-addictives-chez-les-adolescents-une-expertise-collective-de-linserm/11035/

Related:  Addiction au numériquecabre_groupe2_psy

Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ? 1. Les addictions numériques : Internet et les jeux vidéo La formule de M. Guy Almes selon laquelle il y a trois formes de mort : « la mort cardiaque, la mort cérébrale et la déconnexion du réseau »52(*) est particulièrement vérifiée chez les adolescents. Pour un certain nombre d'entre eux, la navigation sur Internet ou les jeux (notamment en ligne) sont devenus une drogue dont ils ne peuvent plus se passer. Si selon les psychanalystes, aucune technologie ne porte en elle-même d'effet addictogène, l'addiction ne pouvant être générée que par une pratique particulière de l'objet en cause, liée à d'autres facteurs complexes (situation du sujet, environnement familial, contexte social...), la cyberdépendance semble prendre de l'importance. 6 à 8 % des internautes seraient ainsi dans l'usage excessif ou dépendant du réseau informatique.

Addiction à Internet - Il a vécu 6 mois sans le net Un jour, Thierry Crouzet a coupé Internet. Victime d’un burn-out, d’une overdose numérique. Blogueur influent, geek connecté jour et nuit sur les réseaux sociaux, expert des nouvelles technologies, il a quitté la toile pendant six mois, pour se sevrer. Aujourd’hui, l’ancien addict est devenu un internaute modéré.

Psychanalyse et addictions par Gilbert Lagrue - SPS n° 293, hors-série Psychanalyse, décembre 2010 La publication du Livre noir de la psychanalyse a suscité de nombreux débats dans notre pays, un des derniers bastions de cette forme de psychiatrie. Le chapitre « Les victimes de la psychanalyse » est particulièrement éloquent. En Suisse, Jean-Jacques Deglon1, qui avait une formation de psychanalyste, décrit en détail les faits qui l’ont conduit à abandonner cette pratique dans les addictions.

Catalogue SUDOC Le jeu vidéo est une activité de loisir particulièrement répandue auprès des adolescents. Néanmoins, pour certains, une conduite addictive peut se mettre en place, remplissant une fonction précise et nécessaire à l'équilibre du sujet. L'objectif de ce travail de thèse est d'amorcer la construction d'un modèle explicatif de ce processus addictif. L'opérationnalisation de cette recherche repose sur une méthodologie quantitative permettant de mesurer le poids et l'implication de variables psychopathologiques, cognitivo-émotionnelles et de personnalité dans la mise en place de cette conduite addictive. Le monde virtuel et l'avatar sont les deux constituants majeurs de tout jeu vidéo. Ils permettent au sujet de mettre en scène et médiatiser son Soi Emotionnel.

Addiction au jeu, comment arrêter ? Hello j'ai eu le meme probleme d'addiction , j'avais quand meme osa 199 tyrexcorse sur pouchecot eni 189 taplusmal meme serveur nunu 177 et sacri 175 meme serveur J'étais meneur de guilde, avec maison et enclos, 30 membres sérieux dans la guilde. je suis adulte donc pas un ado accro, mais les grands joueurs sont souvent adultes dans Dofus. Beaucoup me reconnaitront si ils ont joué sur ce serveur.... je les salue d'ailleurs Moi j'ai arrêté car j'en avais marre de toujours me jeter sur mon ordi, le petit déjeuner, je l'allumais et je jouais en mangeant ( je dis bien je mangeais pas en jouant, non je jouais en mangeant, le jeu en premier), pendant mon boulot, je pensais qu'à ca. Je rentrais chez moi pour me jeter sur le jeu, à la fin je mangeais meme devant, oui j'étais un "NOLIFE" mais j'ai arrêté, j'ai réussi tout seul, pourtant, au lvl 199 (41%).

GREA - Groupement Romand d'Etudes des Addictions De quoi parle-t-on ? L'essor des mondes numériques modifie notre comportement. Nous leur consacrons plus de temps et sommes quasi en permanence face à un écran, connectés à internet : smartphone, tablette, ordinateur, console, tv, etc. Vous en doutez ? La guerre aux drogues : une guerre raciale ? Tribune parue dans Libération du 15 décembre 2013 de Louis-Georges Tin, Président du Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN) et Fabrice Olivet Secrétaire Général de l’Association Française pour la Réduction des risques (AFR) et directeur d’ASUD. « La plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est un fait. » déclarait Eric Zemmour le 6 mars 2010. Dès lors, si vraiment « c’est un fait », de deux choses l’une, soit les Noirs et les Arabes sont prédisposés à la délinquance, soit il y a un biais racial dans le système qui organise la « guerre aux drogues ». Aujourd’hui, trente ans après la fameuse « Marche pour l’égalité », la génération des marcheurs a subi une véritable hécatombe. Nombreux sont ceux qui sont morts à cause de « la drogue » dit-on dans les quartiers. Ne serait-ce pas plutôt à cause de la manière dont est menée cette croisade?

Accro au jeu vidéo ? Le jeu vidéo est aujourd’hui un loisir qui concerne toutes les tranches de la population. Une enquête montre que 53 % des Français1 jouent régulièrement et 68 % occasionnellement. Qui joue le plus ? A quel type de jeu ? Pourquoi certaines personnes deviennent-elles addictes ? Internet et cyberdépendance - Développement personnel - Psychologie Aujourd'hui environ 27 millions de Français se connectent à Internet. Le web a fait naître des addictions d'un nouveau genre, de plus en plus fréquentes. Comment prévenir ces dépendances numériques ?

Réseau de prévention des addictions - Parution du guide concernant l'usage de substances psychoactives durant la grossesse Le RESPADD a le plaisir d'annoncer la parution du Guide concernant l’usage de substances psychoactives durant la grossesse, un ouvrage réalisé avec le soutien financier de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT), la Direction Générale de la santé (DGS), la Fédération Addiction et la Mutuelle Nationale des Hospitaliers. Ce guide est issu de la traduction française du livre « Guide to Problem Substance Use During Pregnancy » d’Anne Whittaker paru en 2011 et publié par l’association britannique Drugscope. Il a été enrichi de contributions d’experts francophones en addictologie et en périnatalité, et a bénéficié du soutien du groupe de travail « Femmes et addictions » de la Fédération addiction et de celui du Gega – Groupe d’études grossesse et addictions –.

Addiction au numérique : peut-on vivre déconnecté ? Il est parfois difficile de se détacher de la spirale infernale du numérique. En 2014, 28 millions de Français possédaient un smartphone et neuf millions avaient une tablette tactile. De plus, les réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter comptaient jusqu'à 32 millions d'inscrits. L'addiction au numérique frappe alors de nombreuses personnes. Celles-ci peuvent consulter leur smartphone 100 fois par jour et se précipiter à la moindre alerte ou notification. Le documentaire Digital Detox s'est inspiré de cette dépendance.

En Une, Libération invite ses lecteurs à "se droguer avec modération" MÉDIAS - Actuellement dans une mauvaise passe, le journal Libération a trouvé un moyen de faire du bruit lundi 14 avril en faisant sa Une sur un sujet polémique: la libéralisation de la drogue. En choisissant pour gros titre "Droguez-vous avec modération", le journal explique s'être associé à une étude internationale qui promeut une connaissance plus approfondie des drogues, légales ou non, et "leur usage raisonné". "La prohibition a échoué" Dans son éditorial, le directeur adjoint de la rédaction de Libération avance notamment que le climat répressif qui tourne autour des drogues "empêche tout débat, toute discussion, toute information auprès des usagers (...). Notamment des plus jeunes et des plus vulnérables". "Preuve s'il en est que la prohibition a échoué", "la consommation de masse, addictive" est en pleine croissance, assure-t-il par ailleurs.

Interventions validées ou prometteuses en prévention de la consommation d'alcool chez les jeunes : synthèse de la littérature Dans le tableau II figurent les interventions universelles, validées et prometteuses, pour les jeunes de 10 à 15 ans. A l’exception d’une catégorie d’interventions s’adressant exclusivement aux familles (le Strengthening Families Program – SFP et le programme SODAS City, réalisé par ordinateur), toutes s’appuient sur le milieu scolaire (à l’image du Life Skills Training - LST), parfois complétées par d’autres composantes : implication des parents (comme dans les programmes prometteurs Healthy School and Drugs Project et Stars for families), de la communauté (Project Northland, Midwestern Prevention Project – MPP) ou des médias (Keepin’ It REAL). Pour cette même tranche d’âge, les interventions validées et prometteuses ciblant des publics spécifiques sont présentées dans le tableau III. Certains s’adressent à des minorités ethniques (Curriculum for Native American Students, Strong African American Families etc.), d’autres à des enfants de parents divorcés (New Beginning Program).

Toxicomanie : un programme de réduction des risques prometteur Paris, le jeudi 24 juillet 2014 – De très importants progrès ont été réalisés ces vingt dernières années concernant la réduction des risques liés à l’injection de drogues. Les plus spectaculaires concernent la très importante diminution du nombre d’overdoses et une transmission du VIH en très forte baisse. Les traitements de substitution aux opiacés et les programmes d’échanges de seringue ont contribué à ces résultats. Les toxicomanes continuent cependant de souffrir de nombreux troubles qui pourraient être prévenus.

Merci pour cet article de l'Inserm très instructif . Les adolescents étant une population très à risque dans les problèmes d'addiction en général, il est très intéressant de s'y référer. by storme_groupe2_psy Mar 25

« Créé en 1964, l'Institut national de la santé et de la recherche médicale est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la double tutelle du ministère de la Santé et du ministère de la Recherche ». Ce dossier de presse [en ligne] datant de février 2014, écrit par des experts [consulté le 19/03/2014], est très intéressant dans la mesure où il traite des pratiques des jeux vidéo, sur internet, jeux de hasard et jeux d’argent chez les adolescents. De plus l’étude porte également des dommages associés en cas d’usage excessif. by caze_groupe2_psy Mar 21

Related: