background preloader

L'intériorité citoyenne: Thomas d'Ansembourg at TEDxLouvainLaNeuve 2013

L'intériorité citoyenne: Thomas d'Ansembourg at TEDxLouvainLaNeuve 2013

http://www.youtube.com/watch?v=54s64PB0PC4

Related:  CNV communication non violenteCNV - Communication non violanteChangement dans les organisations

Communication non-violente Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La girafe est une métaphore de la Communication NonViolente La Communication NonViolente[1] (CNV) est la traduction d'une marque déposée. Mieux communiquer grâce à la Communication Non Violente Les origines de la communication non violente, aussi appelée CNV La Communication Non Violente aussi appelée : CNV, a été créée par Marshall Rosenberg, psychiatre et psychothérapeute américain. La communication non violente a aussi trouvée un porte parole en la personne de Thomas d’Assembourg, ancien avocat, devenu maintenant écrivain. Marshall est le créateur le penseur de la CNV. Thomas d’Assembourg a quand à lui, une approche plus commerciale. La Communication non violente part de ce constat simple : la violence verbale a de plus fortes chances de survenir, quand nous avons appris à penser en termes de ce qui ne va pas chez les autres, au lieu de ce qui se passe en nous.

Organisation : la faillite du système pyramidal On lui a prêté tant de vertu qu’aujourd’hui certains ont encore du mal à en voir les limites. En fait, il n’y a qu’un domaine dans lequel la hiérarchie a montré une certaine efficacité : l’organisation militaire ! Et ce n’est pas un hasard, le système pyramidal est construit sur un rapport de force dont les ressorts ont été tantôt le pouvoir, tantôt l’argent, tantôt l’opportunisme et souvent le tout à la fois. La hiérarchie, telle qu’on la connaît, est essentiellement concentrée sur le contrôle des subordonnées et la « répression » des tentatives d’autonomie. Elle ne supporte pas les écarts quand bien même ils seraient pertinents ; elle a pour objet sa propre permanence au détriment du reste.

Apprendre à observer sans juger en CNV Marshall estime que la faculté d’observer sans juger est fondamentale et constitutive de la communication non violente. Si nous pensons avec des images bon/ mauvais, approprié/ inapproprié, trop ceci/ trop cela, alors nous ne voyons plus le réel mais seulement des images d’ennemi. L’observation consiste à attirer l’attention sur des faits, à cite directement les propos de l’interlocuteur sans jugement, supposition ni diagnostic Les 4 clés de la communication non violente (CNV) Selon son instigateur et créateur, Marshall Rosenberg, « La Communication Non Violente, c’est la combinaison d’un langage, d’une façon de penser, d’un savoir-faire en communication et de moyens d’influence qui servent mon désir de faire trois choses : me libérer du conditionnement culturel qui est en discordance avec la manière dont je veux vivre ma vie ;acquérir le pouvoir de me mettre en lien avec moi-même et autrui d’une façon qui me permette de donner naturellement à partir de mon cœur ;acquérir le pouvoir de créer des structures qui soutiennent cette façon de donner. » (via) Retrouvez la suite de cette vidéo ici (merci à Cedric Eulliot pour son excellent travail de traduction). Marshall Rosenberg a construit la communication non violente (CNV) sur 4 bases :

Site Web de l'association Moderniser Sans Exclure Sud - Les fondements Exclusions, précarités, dysfonctionnements dans l'entreprise et dans la société : ces questions suscitent des débats auxquels presque tout le monde participe. Tout le monde... sauf les premiers et principaux intéressés. Et pourtant, ne sont-ils pas les mieux placés pour en parler ? À l’aide de la vidéo Moderniser Sans Exclure donne à entendre ceux qui n’ont pas la parole. Pourquoi cette démarche ? Pour Bertrand Schwartz, fondateur de l'association Moderniser Sans Exclure, cela ne fait aucun doute : les personnes de faible niveau de qualification, les habitants des quartiers sensibles, les exclus de la richesse nationale..."

De la blessure non écoutée au symptôme Dans son livre « Je t’en veux, je t’aime« , Isabelle Filliozat propose de comprendre comment nos propres blessures émotionnelles remontant à l’enfance peuvent avoir des répercussions sur nos vies d’adultes, et en particulier sur nos relations avec nos enfants. Les humains sont équipés d’outils de guérison face aux épreuves de la vie : les émotions et l’élaboration mentale. Ce ne sont pas les frustrations, les difficultés qui marquent les enfants dans leur chair mais l’impossibilité de s’en réparer quand le recours à ces outils est empêché. Isabelle Filliozat décrit le processus en 7 étapes menant de la blessure (frustration, paroles blessantes, coups, humiliation…) au symptôme : 1. Blessures, frustrations, injustices engendrent rages, peurs, terreurs, souffrances, dégoûts, douleurs…

à propos des parents aux comportements toxiques, qui sont-ils ? Faut-il rester soumis à ceux qui ne nous respectent pas ? Quel avantage y a-t-il à être attentif à la toxicité de ses parents ? « Plus le niveau spirituel de l’éducateur est pauvre, plus sa morale est incolore, plus grand sera le nombre des injonctions et interdictions qu’il imposera aux enfants, non pas par souci de leur bien, mais pour sa propre tranquillité et son propre confort. » Janus Korczak(1) « C’est notre propre exemple qui apprend à l’enfant à mépriser tout ce qui est faible. » 1200 salariés, pas de patron et aucune hiérarchie : les secrets de la coopérative Cecosesola au Venezuela Des supermarchés, un hôpital, des productions agricoles, des services d’épargne… La coopérative vénézuelienne Cecosesola propose ses services à des dizaines de milliers de personnes et des prix très abordables. L’entreprise fonctionne sans hiérarchie ni patron. Son secret : l’autogestion intégrale et un fonctionnement horizontal permanent. Une initiative présentée dans un webdocumentaire, « Poder sin poder, l’autogestion au quotidien », qui nous emmène à la rencontre de douze projets radicalement démocratiques, en Espagne, en Argentine et au Venezuela. Cecocesola est un groupement de coopératives qui propose à la communauté de la ville de Barquisimeto – un bon million d’habitants – plusieurs services à des prix très accessibles.

Peut-on éviter à nos enfants des traumatismes émotionnels ? On ne peut pas éviter toutes les blessures mais on peut être des parents conscients, attentifs et à l’écoute. A partir du moment où nous sommes capables de nous connecter à ce qui touche l’enfant, à ce qui l’anime, à son élan vital, certaines blessures pourront être atténuées, voire évitées car l’enfant pourra parler des chocs qu’il a connus. C’est quand personne ne mesure ce qui se passe pour l’enfant que la blessure s’ancre en lui.

Parents : Pourquoi faut-il reconnaître sa toxicité à l'oeuvre dans sa relation à l'enfant ? (et comment aider les parents à sortir de leur toxicité ?) « C’est en vivant avec des adultes épanouis que les enfants deviennent à leur tour des adultes épanouis, pas en se faisant bourrer leur petite tête de principes moraux par des hypocrites bien intentionnés mais inconscients. » Lee Lozowick. L’avenir du travail par Albert Jacquart ! Home › collective intelligence › L’avenir du travail par Albert Jacquart ! L’avenir du travail par Albert Jacquart ! Posted on May 30, 2013 by openatlas admin

Related: