background preloader

Jeux olympiques d'hiver, un scandale écologique ?

Jeux olympiques d'hiver, un scandale écologique ?
Le 4 juillet 2007, le président du CIO, Jacques Rogge, annonçait Sotchi comme ville hôte des 22èmes Jeux Olympiques d’hiver, dotés d’un budget record de 36 milliards d’euros (un record !), un village olympique et des pistes de ski sont sortis de terre à Sotchi, paisible ville balnéaire. Quel coût pour l’environnement ? Le bilan fait déjà polémique. Des jeux Olympiques Verts ? en façade…. Est-il possible d’envisager une compétition sportive internationale, comme les Jeux Olympiques d’hiver, comme un événement écologiquement vertueux ? Si on s’en tient au programme « Jeux en harmonie avec la nature » du Comité olympique que l’on peut consulter sur le site officiel de Sotchi 2014, on a envie d’y croire. Le JO, organisme privé sans aucun contrôle, comme la FiFA, est de plus en plus contesté : soupçons de corruption, choix contestables, affairisme, primat de l’argent sur l’esprit sportif, népotisme.. Le programme « Jeux en Harmonie avec la Nature » se veut très exigeant. Comme l’indiquait D.

A qui profitent vraiment les Jeux olympiques de Londres? David Cameron a récemment estimé que les retombées économiques des JO s'élèveraient à 13 milliards de livres sur quatre ans. Mais les études sur le sujet sont loin d'être concluantes. Même pour ceux des Londoniens que le sport indiffère totalement, impossible d’échapper en ce moment aux derniers préparatifs pour les Jeux olympiques. Partout dans la ville les trottoirs sont sans dessus dessous et dans le métro, les messages sur les perturbations à prévoir dans les transports publics pendant les épreuves fleurissent dans les couloirs. Bref, dans une ambiance marquée par la crise économique que traverse le pays –le produit intérieur brut (PIB) est attendu en hausse d’à peine 0,8% cette année par les économistes du Fonds monétaire international (FMI) et le taux de chômage est toujours à 8,2% au mois de mai– les Britanniques entrent dans la dernière ligne droite des préparatifs d’un évènement dont le coût a explosé au fur à mesure qu’il approchait. Valse des chiffres sur les retombées

Londres 2012 procure des bienfaits économiques qui durent En juillet, le gouvernement britannique a annoncé que l’économie du Royaume-Uni avait déjà bénéficié d’un surcroît d’investissements et de contrats commerciaux de GBP 9,9 milliards depuis la tenue des Jeux, après seulement un an du programme quadriennal d’activités et de manifestations mis en œuvre pour continuer à profiter du succès des Jeux Olympiques dans la capitale. À l’approche de ces Jeux, des projets ont aidé à générer des emplois dans le pays au cours de la récession la plus brutale depuis plus de 60 ans et les économistes prédisent que les retombées économiques de la tenue des Jeux vont se poursuivre. Une étude économique d’Oxford estime qu’en 2017, les Jeux auront insufflé GBP 16,5 milliards dans l’économie britannique, compte tenu des constructions pré-Jeux et autres activités d’ordre commercial liées aux Jeux qui les ont précédés. L’un des secteurs de l’économie qui a le plus bénéficié des Jeux est celui de la construction.

Accueillir les JO favorise la relance de l'économie LE MONDE | • Mis à jour le | Par Kevin Daly, économiste spécialiste du Royaume-Uni chez Goldman Sachs L'Histoire montre que l'organisation des Jeux olympiques a une rentabilité financière mitigée : les Jeux olympiques de Munich (1972) et ceux de Montréal (1976) ont engendré de lourdes pertes, tandis que ceux de Los Angeles (1984), de Barcelone (1992) et d'Atlanta (1996) ont tous généré des profits. Les recettes ont dépassé les frais d'opérations. Cependant, en totalisant l'ensemble des frais qui sont engagés dans l'organisation des Jeux - notamment les coûts de constructions, d'installations et d'infrastructures, les dépenses de sécurité et autres frais annexes -, on peut se demander si des Jeux olympiques ont déjà dégagé le moindre bénéfice financier au sens strict du terme. On s'attend à ce que les Jeux olympiques de Londres de 2012 dégagent des bénéfices. Il est difficile d'estimer quel sera l'effet net des effets indirects et compensatoires.

Des jeux au bilan économique incertain Il y a bien longtemps que les enjeux olympiques ne sont plus seulement sportifs. L'économie s'est mêlée à la partie, comme en témoigne l'engagement du premier ministre britannique, David Cameron, de suivre l'exemple du roi Midas, en transformant les Jeux de Londres, qui se sont achevés dimanche 12 août, "en or pour le Royaume-Uni". Mais la partie est loin d'être gagnée. Même si seule une analyse a posteriori des JO de Londres permettra d'établir les vraies retombées, l'impact économique apparaît pour le moment incertain. Treize milliards de livres (16,6 milliards d'euros) sur quatre ans : tel était l'objectif que s'était fixé l'hôte du 10 Downing Street en termes de retombées économiques des Jeux olympiques. A long terme, les Jeux de Londres constituent une vitrine extraordinaire. Les exemples d'incidence des Jeux sur les affaires sont légion. Sponsor officiel, l'allemand Adidas a fait état de ventes en hausse de 24 % au Royaume-Uni.

III. Economie Il faut savoir que les Jeux Olympiques sont les deuxièmes évènements sportifs les plus regardés sur la planète après les Coupes du Monde de Football. Mais d’un point de vue économique ce sont les plus importants. Nous allons donc traiter dans cette partie l’impact des Jeux Olympiques sur l’économie des pays organisateurs et des acteurs économiques étrangers en parlant de l’avant et de l’après JO, des conséquences positives qu'ont les JO sur les acteurs économiques intérieurs et extérieurs aux pays organisateurs ainsi que les résultats inégaux selon les jeux. A. L'avant et l'après JO - Avant Les pays organisateurs dépensent des sommes astronomiques pour accueillir les jeux : Pour Londres ce sont 13 milliards d’euros qui sont dépensés par le budget public: 7,8 milliards pour les transports,1,2 milliards pour le stade olympique, 675 millions pour le village olympique, 670 millions pour la sécurité, 98 millions pour les cérémonies (ouverture et clôture). - Après B. C. - Athènes - Pékin - Londres

Jeux Olympiques de l’Antiquité, Histoire, Mythologie, Athlète, Sports Faits de sang, de passion et d’exploits athlétiques hors du commun, les Jeux Olympiques ont été l’événement sportif, social et culturel le plus important du calendrier de la Grèce antique pendant près de douze siècles. « On ne soulignera jamais assez le rôle essentiel tenu par les Jeux à cette époque », explique Paul Christesen, professeur d’histoire de la Grèce antique au Darmouth College (États-Unis). « Le meilleur exemple remonte à l’été 480 [av. J.-C.]. En temps de paix comme en temps de guerre, les Jeux ont eu lieu tous les quatre ans, de 776 av. Les Jeux étaient avant tout un festival religieux et de nombreux Grecs issus de tout le bassin méditerranéen prenaient prétexte de cet événement pour se rassembler autour d’un bon barbecue. Durant les 250 premières années, les compétitions ont eu lieu dans le sanctuaire d’Olympie, dans le nord-ouest du Péloponnèse. Au cinquième siècle av.

23 juin 1894 - Renaissance des Jeux Olympiques Le 23 juin 1894, à la Sorbonne (Paris), les délégués de neuf pays fondent le Comité International Olympique (CIO). De ce jour date la renaissance des Jeux Olympiques. L'idée en revient à un jeune homme de bonne famille, le baron Pierre de Coubertin. Pédagogue et sportif, comme de bien entendu, il découvre en Angleterre la place du sport dans les études et la formation des élites. Il en est émerveillé. Pierre de Coubertin avance dès 1892 l'idée de recréer les Jeux Olympiques et d'«internationaliser le sport». Deux ans plus tard est fondé le CIO et quatre ans plus tard se déroulent les premiers jeux. Mais le jeune baron va imposer peu à peu sa conception du sport comme moyen d'épanouissement individuel et instrument de cohésion sociale, jusqu'à être dépassé par son succès.

Les Jeux olympiques en valent-ils la chandelle? | Débat du jour Publié le 27 juillet 2012 à 15h41 | Mis à jour le 10 août 2012 à 15h43 | Commentaires (6) Même si leur tenue a coûté 14,5 milliards de dollars aux Britanniques, qui sont embourbés dans une autre récession, les Jeux olympiques en valent-ils la chandelle malgré tout? Comptez-vous suivre les compétitions? Jean Gouin Directeur général de la Fédération des médecins résidents du Québec. La devise olympique proposée par le baron de Coubertin n'a jamais été aussi vraie, notamment en ce qui concerne les coûts astronomiques que les jeux d'été de Londres auront coûté à terme, 14,5 milliards de dollars. Denis Boucher Associé au sein d'un cabinet de relations publiques. Les Jeux olympiques sont aujourd'hui bien loin des idéaux de Pierre de Coubertin. Mélanie Dugré Avocate. En constatant le gouffre financier que représente l'aventure des Jeux olympiques pour les villes qui se lancent dans la course, on peut légitimement se questionner sur la nature profonde de la motivation qui anime les villes hôtesses.

Introduction Les premiers Jeux Olympiques se sont déroulés pendant près de 1 200 ans, de 776 avant JC à 393 après JC, dans la ville grecque qui leur a donné son nom : Olympie. Les Jeux Olympiques modernes ont réapparu en 1896 à Athènes grâce à Pierre de Coubertin.Cet événement qui était dans l'antiquité connu au niveau de l'ensemble du monde Grec marquait une trêve religieuse et sportive dans les conflits du moment. Dans le monde moderne, il s'est étendu à l'ensemble de la planète. S'il n'a plus de signification religieuse, il garde son aspect mythique qui fait que les athlètes le considèrent comme " l'ultime compétition."La démarche de Pierre de Coubertin a été résumée dans la charte Olympique (extraits) : "Une philosophie de vie, exaltant et combinant en un ensemble équilibré les qualités du corps, de la volonté et de l’esprit.

Related: