background preloader

Thème 2.3 : Quel rôle pour les associations ?

Thème 2.3 : Quel rôle pour les associations ?
Related:  MANAGEMENT STMGassociation

Le poids économique et social des associations Les ressources humaines On dénombre actuellement : 16 millions de bénévoles dont 12,7 dans les associations ; 23 millions de personnes âgées de plus de 14 ans sont membres d’une association. Cet engagement peut être variable allant du simple don d’argent à plusieurs heures de dévouement par semaine ; 1,8 million emplois, soit 1,5 millions d’ETP [1] ; Le secteur sanitaire et social est le principal « employeur » avec 920 000 salariés, le secteur culturel regroupe 60 000 salariés, le secteur sportif totalise 81 000 salariés, 70 % des emplois associatifs sont occupés par des femmes ; le salariat et le bénévolat représentent chacun 1 million d’ETP. L’engagement reste différencié selon les sexes : 51% des hommes de plus de 15 ans font partie d’au moins une association contre 40 % de femmes, mais ce déséquilibre est moins grand que dans d’autres sphères d’activités économiques et sociales et évolue plutôt positivement. Le financement des associations Des Budgets variables Publié le : 6 janvier 2005

Les stratégies globales – spécialisation, diversification Introduction : Les options stratégiques retenues par les entreprises peuvent être très variées. L’entreprise peut suivre une stratégie de spécialisation — celle-ci a pour objectif d’utiliser des compétences acquises dans un domaine. L’entreprise peut également suivre une stratégie de diversification qui consistera, quant à elle, à s’orienter vers des secteurs ou des métiers nouveaux. Dans tous les cas on peut se demander s’il existe des axes privilégiés de développement pour les firmes et quels sont les critères de choix des différents axes stratégiques ? Il est certain que les modèles retenus ne peuvent s’appliquer à toutes les entreprises. La stratégie de développement d’Auchan envoyé par isc-ald2007 I — La stratégie de spécialisation A — les conditions de mise en oeuvre de la spécialisation Le principe stratégique est ici celui de la concentration des forces. La stratégie de spécialisation se caractérise : d’une part par une extension géographique de ces activités.

Fagor-Brandt, les leçons d’une fusion impossible Les groupes espagnol et français voulaient créer un fleuronde l’électroménager. Leurs ambitions ont rétréci au lavage. On peut l’affirmer : notre intégration dans le groupe Fagor est une réussite. La preuve : nous existons toujours !» Abonnez vous à l'édition digitale

Association Une association est un regroupement volontaire, et idéalement affinitaire, de personnes se proposant de poursuivre, pendant un temps déterminé ou indéterminé, un but commun, par des procédés dont elles délibéreront ensemble, en mobilisant des ressources propres et en faisant appel, le cas échéant, à des concours extérieurs. Pour qu’on puisse parler d’association, il faut, par conséquent, qu’il y ait place pour le choix d’un but et de partenaires lors de l’initiative fondatrice. Il faut aussi qu’il y ait ultérieurement le choix d’adhérer ou de ne pas adhérer, selon qu’on fait ou non sien le but, et qu’on souscrit ou non au compagnonnage. Ensuite, une association s’inscrit nécessairement dans la durée, une durée qui peut être brève. Mais un regroupement volontaire qui ne manifeste pas un minimum de souci de persévérer dans l’être n’est pas une association. Jean-Michel Belorgey, conseiller d’Etat Alternatives Economiques Poche n° 022 - janvier 2006

Être bénévole dans une association en Seine-Maritime, cela s'apprend société On compte plus de 10.000 associations en Seine-Maritime qui fonctionnent souvent sur la bonne volonté des bénévoles. Le conseil général leur propose des formations. Par Carole Belingard Publié le 16/03/2013 | 18:43, mis à jour le 17/03/2013 | 10:56 © France 3 Haute-Normandie Le conseil général de Seine-Maritime propose des formations pour bénévoles des associations du département. Qu'il s'agisse des domaines sportifs, culturels ou bien de l'aide à la personne, on trouve des associations partout. Voir le reportage ci-dessous de Eric Pina-Proença et Bérangère Dunglas Voir la vidéo Des formations pour les bénévoles au conseil général > Toutes les informations pratiques sur ces formations sur le site Internet du conseil général de Seine-Maritime

Thème 2.2 : Quelles finalités pour les organisations publiques ? Thème 2.2 Quelles finalités pour les organisations publiques ? 0. Courtes vidéos sur la région, le département, la commune et l'intercommunalité1.Dans la peau d’un maire (vidéo 7 m) et comment financer les projets ? (Vidéo) 2.Définition d’une administration publique 3.Secteur non marchand et marchand, et les besoins non marchands satisfaits 4.Qu’est-ce que qu’un service d’intérêt général, un service public,service d’intérêt économique universel et un service universel 5.Les différentes types d’organisation publique : Administration centrale, ODAC, Collectivités locales et ODAL. Dessine moi la Région : la région qui, quoi, comment ? Liens pour le TD : 1.Cyber budget et Budget Flash 2.Pourquoi payer des impôts ? Liens pour le DP : 1.Qu’est-ce que le domaine public (ou biens publics) ?

Favi, l’usine qui tourne sans chefs Posée comme un ovni au milieu des champs, à Hallencourt, commune coincée entre Amiens et la baie de Somme, l’usine Favi – Fonderie et ateliers du Vimeu – tourne sans discontinuer au rythme des trois huit. Il est 13 heures pile : le moment précis où l’équipe de l’après-midi doit, comme chaque jour, prendre le relais. En fait, dans le grand hangar éclairé aux néons, tous les opérateurs sont déjà en place, installés devant leurs machines depuis cinq bonnes minutes. «Ça a commencé avec le retrait des pointeuses, explique l’un d’eux. “L’homme est bon.” Embauché en 1984 comme dessinateur industriel, ce fidèle poursuit l’œuvre de son prédécesseur et mentor, Jean-François Zobrist. La philosophie Favi s’applique évidemment au-delà de ces symboles. Leaders cooptés. Ces chefs-qui-n’en-sont-pas-vraiment ont-ils l’autorité suffisante ? “Faire du fric.” Et du fric, Favi en a économisé beaucoup en donnant des responsabilités aux salariés. Solidarité interne. Idées à 1 000 euros. Près du client.

La loi de 1901 : une avancée républicaine La loi de 1901 sur la liberté d'association marque la volonté des dirigeants de la IIIe République de renforcer l'unité de la nation et de démocratiser la société. Un siècle après, on compte quelque 700000 associations actives en France. Le 1er juillet 1901, la République reconnaît enfin la liberté d'association. Accès réservé Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :> Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant : > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

L'association -structure L'association est une structure juridique très utilisée dans certains domaines (sportif, religieux, culturel, philanthropique).Elle convient aux personnes qui désirent se regrouper dans un but autre que le partage de bénéfices (ex. : réalisation d'une économie). Objet Civil en principe, mais rien n'interdit à l'association d'accomplir des actes lucratifs ou de commerce. But désintéressé : la réalisation de bénéfices est possible mais ne doit pas être le but premier de l'association. Il est également interdit de partager ses bénéfices entre ses membres. Membres Toute personne peut faire partie d'une association, sauf disposition contraire des statuts. L'association doit compter au moins 2 membres. Il est possible de prévoir différentes catégories de membres (ex. : membres actifs pleinement associés à la vie du groupement / membres honoraires se contentant de payer la cotisation). Capacité juridique Association non déclarée : absence de personnalité morale. Engagement financier Responsabilité

Questions de Management - Le blog d'Eric Delavallée - Le manager idéal n'existe pas! Cela ne doit pas vous empêcher de devenir un manager ESS : les associations à la peine Les associations n'ont d'autre choix que d'augmenter leurs ressources privées. Comment les y aider sans remettre en cause leur non-lucrativité ? 52 % des ressources associatives proviennent désormais de fonds privés, selon une estimation du Haut conseil à la vie associative (HCVA), contre 49 % en 2005-2006. Cette progression n'est pas liée à la générosité accrue du public mais est au contraire la traduction d'une érosion inquiétante des financements publics. L'emploi associatif, qui n'avait fait que croître depuis 1901, avait d'ailleurs reculé fin 2010, sous l'effet de la réduction des dépenses publiques [1]. Les ressources privées des associations proviennent pour plus d'un tiers de la vente de leurs services à des usagers privés ou publics, le reste (12 à 13 %) émane des cotisations de leurs membres mais aussi (5 %) de dons privés, legs et mécénat. Ne court-on pas le risque de voir les associations augmenter le prix de leurs prestations, quitte à exclure certains publics fragiles ?

Quelles sont les ressources des associations ?  - Participer à une association Découverte des institutions <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> Les associations sont définies par leur but non lucratif, ce qui signifie que leur objectif n’est pas l’enrichissement de leurs membres ou la réalisation d’activités commerciales générant des bénéfices. La question de leurs ressources fait, par conséquent, l’objet d’une réglementation précise. Les associations peuvent bénéficier de ressources en nature : par exemple, mise à disposition d’un local de réunion, ou d’immeubles nécessaires à l’accomplissement des buts poursuivis. En matière de financement, des excès ont été commis (détournement des fonds à des fins privées).

Related: