background preloader

Observatoire de la qualité de l'air intérieur

Observatoire de la qualité de l'air intérieur
Boîte à outils pour la mise en œuvre d’actions locales de sensibilisation au radon Dans le cadre du 3ème plan national pour la gestion du risque lié au radon, la Direction générale de la Santé publie le guide pratique « RADON – Boîte à outils pour la mise en œuvre d’actions locales de sensibilisation ». Cette boîte à outils vise à encourager et optimiser la mise en œuvre d’actions locales de sensibilisation au risque radon dans l’habitat. Elle est le fruit d’une collaboration entre la DGS et le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), avec la participation active de nombreux acteurs impliqués au niveau local (ARS, IRSN, CEREMA, associations). Guide complet etFiches pratiques individuelles Emissions des bougies et encens dans les environnements intérieurs Publication du guide HQE-Alliance sur la QAI Related:  rhabeauPollution des villesPollution

Connaître le potentiel radon de ma commune Pourquoi une cartographie du potentiel radon ? Le radon est présent en tout point du territoire et sa concentration dans les bâtiments est très variable : de quelques becquerels par mètre-cube (Bq.m-3) à plusieurs milliers becquerels par mètre-cube. Parmi les facteurs influençant les niveaux de concentrations mesurées dans les bâtiments, la teneur en uranium des terrains sous-jacents est l’un des plus déterminants. Elle détermine le potentiel radon des formations géologiques : sur une zone géographique donnée, plus le potentiel est important, plus la probabilité de présence de radon à des niveaux élevés dans les bâtiments est forte. La connaissance des caractéristiques des formations géologiques sur le territoire, et en particulier de leur concentration en uranium, rend ainsi possible l’établissement d’une cartographie des zones sur lesquelles la présence de radon à des concentrations élevées dans les bâtiments est la plus probable. Connaître le potentiel radon de sa commune

Pollution atmosphérique La pollution atmosphérique est un sujet qui touche de près à la qualité de vie de la population. En fait, il n'existe pas une pollution, mais des pollutions atmosphériques. Chaque activité humaine génère dans l'air ambiant, des polluants en plus ou moins grandes quantités et ces polluants sont différents selon la source d'émission. Ainsi, une activité industrielle émettra en majorité certains polluants spécifiques, qui seront différents de ceux dégagés par le trafic routier. Qu'est-ce que l'air ? L’air n’est jamais totalement pur. Les polluants sont libérés dans l’air par : des sources naturelles : volcans, océans, végétation, animaux…des sources liées aux activités humaines : industrie, transport, chauffage... Il existe 2 catégories de polluants : Ceux qui sont émis directement par une source, comme le dioxyde de soufre SO2 ou le monoxyde d’azote NO ; ce sont des polluants dits primaires. L'influence de la météorologie La température Le vent La pression atmosphérique et vents synoptiques

Pollution lumineuse ou photopollution - notre-planete.info Pollution lumineuse : définition On parle de pollution lumineuse ou de photopollution lorsque les éclairages artificiels sont si nombreux et omniprésents qu'ils nuisent à l'obscurité normale et souhaitable de la nuit. Ainsi, à la tombée de la nuit, d'innombrables sources de lumières artificielles (éclairage urbain, enseignes publicitaires, vitrines de magasins, bureaux allumés en permanence...) prennent le relais du soleil dans les centres urbains jusqu'au plus petit village. René Kobler, architecte, ingénieur en environnement définit la pollution lumineuse comme "le rayonnement lumineux infrarouge, UV et visible émis à l’extérieur ou vers l’extérieur, et qui par sa direction, intensité ou qualité, peut avoir un effet nuisible ou incommodant sur l’homme, sur le paysage ou les écosystèmes." Publicité ▴ C'est pourquoi : Lorsque l'on sait : ...Nous mesurons davantage l'impact de cette pollution. Identifier la pollution lumineuse Image satellite de la Terre nocturne en 1970© NASA GSFC Les insectes

Lutter contre la pollution de l'air intérieur - AIRAQ La santé et la sécurité des occupants et utilisateurs des bâtiments sont une préoccupation majeure des pouvoirs publics. Le dossier de l’amiante en particulier a servi de révélateur il y a quelques années. La politique de prévention des risques sanitaires passe notamment par des bâtiments à faibles impacts saniraires. Elle s’appuie sur une attente sociétale forte, dont le premier plan national santé-environnement (PNSE 1) s’est fait l’écho en 2004, relayé en 2007 par le Grenelle Environnement et, en 2009, par le second plan nationalsanté-environnement. Il est aujourd’hui avéré que les techniques et matériaux de construction peuvent, dans certains cas, présenter un risque pour la santé.

La ville en 2030 : Présentation de la ville durable du futur La ville de 2030 par Eiffage L’entreprise de construction Eiffage a dévoilé en avril 2013 sa vision innovante de la ville du futur, qui devra faire face aux évolutions démographique, technologique et environnementale de la société. Depuis 2007, Eiffage réfléchit à l’avenir de la ville dans son propre laboratoire de recherche et de prospective, appelé « Phosphore ». Associé au leader mondial des logiciels Dassault Systèmes et au spécialiste du transport par câbles Poma, l’entreprise Eiffage, n°4 BTP en Europe, a présenté le fruit de ses recherches, dessinant ainsi une vision de la ville durable en 2030. Les équipes d’Eiffage ont mené leurs recherches sur trois territoires confrontés à des problématiques géographiques et climatiques très différentes : Marseille (Bouches-du-Rhône), Strasbourg (Bas-Rhin) puis la communauté d’agglomération grenobloise (Isère). Crédits images : Eiffage 3 thèmes sont abordés à travers cette nouvelle vision urbaine Energie Éco-mobilités douces et rapides

Qualité de l’eau potable Résultats du contrôle sanitaire de la qualité de l’eau potable en ligne, commune par commune Cliquez sur votre région pour accéder aux résultats de qualité de l’eau potable de votre commune. La qualité microbiologique de l’eau du robinet La présence de micro-organismes (bactéries, virus et parasites) dans les eaux de consommation est le plus souvent due à une dégradation de la qualité de la ressource en eau, à une mauvaise protection ou un manque d’entretien des ouvrages de captages, à une défaillance du traitement de désinfection ou à une contamination de l’eau lors de son transport ou stockage dans le réseau. La présence de micro-organismes dans l’eau de consommation peut engendrer un risque à court terme pour le consommateur, le tableau clinique des pathologies engendrées est le plus souvent bénin pour la population générale (troubles gastro-intestinaux, diarrhées,…). Les nitrates dans l’eau du robinet La présence des nitrates dans les eaux est due : Les pesticides dans l’eau du robinet

Pollution air : définition, pollution atmosphérique De quoi est composé l'air que l'on respire chaque jour ? Pour vivre, un être humain a besoin d'environ entre 10 000 et 15 000 litres d'air chaque jour. Cela représente entre 12 et 18 kg d'air ! Qu'est-ce que la pollution de l'air ? Quand cet air est modifié par des éléments qui sont nuisibles à notre santé et à notre environnement (les polluants), on dit que l'air est pollué. La loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie (LAURE) de 1996 définit la pollution atmosphérique comme étant "l'introduction par l'homme, directement ou indirectement, dans l'atmosphère et les espaces clos, de substances ayant des conséquences préjudiciables de nature à mettre en danger la santé humaine, à nuire aux ressources biologiques et aux écosystèmes, à influer sur les changements climatiques, à détériorer les biens matériels, à provoquer des nuisances olfactives excessives". Aussi, il est indispensable de limiter la pollution à la source, là où les polluants sont émis. Qu'est-ce qui pollue l'air ?

La pollution atmosphérique touche un tiers de la France Un bon tiers nord de la France souffre depuis quelques jours d'un pic de pollution atmosphérique qui se poursuit encore aujourd'hui et pourrait décliner à partir de demain. Quelques consignes et précautions s'imposent. Une vague de ciel bleu et de températures anormalement douce sévit en France depuis une semaine. Une sensation agréable qui nous rappelle que le printemps approche et qui tranche nettement avec les épisodes pluvieux et tempétueux qui ont durement frappé le nord-ouest de la France durant l'hiver. Mais cette météo souriante n'est pas exempte d'effets indésirables. Car depuis mardi, un nuage de pollution aux particules fines (PM10) se répand dans un bon tiers nord de l'Hexagone. Ce vendredi, le seuil d'alerte de 80 µg/m3 est dépassé dans une bonne trentaine de départements, en Bretagne, en Haute et Basse-Normandie, en Poitou-Charentes, dans la région Centre, l'Île-de-France, le Nord-Pas-de-Calais, en Picardie, dans le Rhône-Alpes, dans la Marne ou encore dans le Vaucluse.

Pollution de l'air: des effets sur la santé La pollution nuit à la santé : des preuves La communauté scientifique est aujourd'hui à peu près unanime : la pollution de l'air a des impacts négatifs importants sur notre santé. Elle est, entre autres, à l'origine de nombreux décès prématurés, de séjours à l'hôpital, de l'apparition de plusieurs maladies respiratoires et cardiovasculaires, et de cancers. Le lien entre la pollution de l'air et la santé est un sujet scruté à la loupe depuis de nombreuses années. En 2002, une étude approfondie, publiée dans la prestigieuse revue The Lancet, a systématiquement passé en revue les recherches sur le sujet publiées sur une période de 20 ans1. Jusqu'en 2002, on dénombrait plus de 500 études par année à ce sujet sur le site PubMed qui répertorie les recherches publiées dans les revues médicales scientifiques à l'échelle planétaire. Plus de pollution, plus de maladies? Le risque individuel est donc plus faible que celui associé à d'autres facteurs, comme le tabagisme, par exemple.

Efficycle | Scruteur d'informations durables

Related:  QAI: Politiques gouvernementales ou des collectivités locales