background preloader

Le Mur de Berlin et le Street Art.pdf

Related:  street art

Quand l'œuvre de street art disparaît... Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Pauline Sauthier Sur les réseaux sociaux, il poste des images de portes arrachées, d’une boîte aux lettres de La Poste descellée et emportée, de cabines EDF démontées. Le 9 avril, le street artiste C215 (Christian Guémy) fait un triste état des lieux des peintures qui lui ont été volées dans la rue ces derniers jours. Sur une des portes, il avait peint le portrait de son éboueur à Vitry-sur-Seine : « Il le voyait tous les jours depuis 2009. » Dans leurs commentaires, les internautes ajoutent des photos qu'ils ont prises d’autres endroits laissés vides par le vol des œuvres de C215. Ce n'est pas la première fois que cela lui arrive mais selon C215, le phénomène s’est accentué : une dizaine de ses peintures ont disparu. « Elles ont peut-être été volées en une nuit et découvertes petit à petit », explique l’artiste. Sur sa page Facebook, les commentateurs se divisent en deux camps : ceux qui compatissent et s'émeuvent de voir la disparition des œuvres.

18 détournements street art qui vont vous bluffer ! Le Street Art prend vie dans la rue et les meilleurs artistes savent comment prendre parti de ses aléas pour donner plus de sens à leurs œuvres. Artsper, premier site de vente d'oeuvre d'art contemporain en ligne, vous a préparé une sélection des meilleurs détournements urbains ! Fra.Biancoshock Borondo Banksy David Zinn Oak Oak Decy Graffiti Isaac Cordal John Scaratt Mark Jenkins Samsofy Brad Downey Découvrez plus de street art sur Artsper ! Read the article on News Republic Read the original article

Street Art & Graffiti: Codes, techniques et styles Un Tag (marque, signature) : C’est la base du graffiti, c'est par quoi passe chaque graffeur avant de s’attaquer à des techniques d’expressions plus complexes. Le tag est également utilisé pour signer une oeuvre. Le « Graff' », ou « Fresque », ou « burning » (et en français « brûlure »), ou « Piece » : Voire « Masterpiece » (chef d'œuvre) est le nom souvent donné aux graffitis sophistiqués et exécutés en plusieurs couleurs. Le throw-up ou flop : Le « Throw-up » ou « Flop » est une forme intermédiaire entre le Tag et la fresque : il s'agit de grands dessins de lettres, et non de signatures, pourvus d'un volume et de contours mais qui sont exécutés rapidement et souvent sans soin particulier (pas d'effort de couleur par ex.). Le chrome : (couleur argentée) Réalisé en noir et chrome, il constitue un stade avancé dans le graffiti. graffiti graffity mos vandal - Ma-Tvideo France2 graffiti graffity mos vandal chrome Le fond : Personnages : Les termes généraux : Les termes techniques :

Urban Muse Records | Music & Graffiti Banksy Art - Street art Mouvement artistique e « Street art » est l'art, développé sous une multitude de formes, dans des endroits publiques ou dans la rue. Le terme englobe la pratique du graffiti, du graffiti au pochoir, de la projection vidéo, de la création d'affiche, du pastel sur rues et trottoirs. Le terme « street art » est habituellement utilisé pour distinguer une forme d'art d'un acte de vandalisme réalisé par un individu ou un groupe d'individus qui défendent leur territoire, qui expriment par le billet du graffiti leur appartenance à un groupe ou encore qui désirent passer un message qui n'a aucune valeur artistique. La valeur subversive du « street art » est très puissante et les motivations qui poussent les artistes à afficher leur art dans la rue sont des plus variées. Parfois par activisme, parfois pour signifier un mécontentement face à un fait de société ou tout simplement pour passer un message percutant, le « street art » est un peu la tribune libre des artistes contemporains.

Julian Beever < Accueil Julian Beever L'illusion de la troisième dimension Julian Beever est un artiste britannique vivant en Belgique qui connaît la célébrité par ses œuvres en trompe-l’œil réalisé à la craie sur les trottoirs anglais, français, allemands, américains, australiens et belges. Leur particularité ? Pour comprendre le principe des dessins de Julian Beever voici comment se présente l'image selon l'angle sous lequel on la regarde : Site Officiel : Dossier artezia © M.M. Le graff à Lisbonne : c'est d'la bombe, mémé ! - Sortir Depuis 2012, des graffeurs du troisième âge arpentent les rues de Lisbonne pour repeindre les murs vétustes. Un projet fou mené par l'association “Lata 65” qui vise à sensibiliser les personnes âgées à l'art urbain. n mai dernier, les rues de Lisbonne ont vu défiler un gang d'artistes pour le moins original. Bombes de graff, échelles et pochoirs à la main, un groupe de mamies et des papis « taggeurs » ont investi les ruelles du Bario Alto et de l'Alfama pour repeindre les murs vétustes de la ville. Moyenne d'âge 70 ans, leur nom : les « Lata 65 » (lata signifie bombe de peinture en portugais et 65 pour l'âge minimum de la retraite dans le pays). Sous la houlette de street artistes locaux et sous les yeux ébahis des habitants de la capitale, cette bande de seniors ultra motivés ont fait valser le cliché voulant que l'art urbain intéresse uniquement les moins de 40 ans. Les “mamies graffeuses” ambassadrices du street art portugais En France, rien ou presque pour les seniors Trop vieux ?

SAFARI URBAIN, une expérience de street art inédite dans les rues de Paris Julien Nonnon a une passion singulière. La nuit, il se plait à faire venir les animaux sauvages dans les rues parisiennes. Un gorille en chemise cravate, un guépard affublé d'un bombers ou encore un buffle revêtu d'une veste de costume se partagent les façades des bâtiments de la capitale. Tous ces animaux re-relookés se retrouvent au cœur du projet SAFARI URBAIN. Un savant mélange de street-art et de video-mapping qui se réveille à la tombée du jour. L'artiste pluridisciplinaire se sert de ces créatures pour explorer l'architecture de la ville. La photographie, lui permet de capturer ces projections éphémères et à la fois d'interroger un autre comportement propre au milieu urbain. Le Making-of : La carte des créations : Rejoignez-nous sur Instagram pour découvrir nos nouvelles inspirations et nos images originales en direct : @etapes

Street Art Graffiti : Jace & Gouzou sur tous les fronts - BeYou Jace, le street artiste, était cet été sur tous les fronts. Reconnu internationalement, il a bien voyagé avec Gouzou. Be You vous fait un retour en images de ses plus belles fresques, là où il a laissé une nouvelle fois sa trace, sur les murs du monde. Jace, le célèbre street artiste, s’est envolé à plusieurs reprises avec son Gouzou. Venu deux fois à Paris de la Réunion, l’une pour l’événement de marque où les cadenas de l’amour ont été retirés faisant place aux jolies fresques de Jace, El Sead, instigué par le galeriste reconnu Mehdi Ben Cheikh de la Tour Paris 13 et de Djerbahood, le musée à ciel ouvert en Tunisie. Colombie Marseille 2015 Gouzou Marseille Résidence Tableau-Gouzou Colombie-Barranquilla Gouzou Cartagène Jace Partager sur

JR JR has created "Infiltrating art". During his collage activities, the local communities take part in the act of artistic creation, with no stage separating actors from spectators. The anonymity of JR and the absence of any explanation accompanying his huge portraits leave him with a free space in which issues and actors, performers and passers-by meet, forming the essence of his work. In 2011 he received the Ted Prize, giving him the opportunity to make a vow to change the world. In 2014, working with the New York City Ballet, he used the language of dance to tell his version of the riots in the Clichy-Montfermeil district. At the same time, JR worked in the abandoned hospital of Ellis Island, an important place in the history of immigration – and made the short film ELLIS, with Robert De Niro. In 2016, JR was invited by the Louvre, whose pyramid he made disappear the with the help of an astonishing anamorphosis.

ParisianShoeGals, blog lifestyle parisien : graffiti Lieu de passage plus que lieu de vie, riche de symboles et marquée par une architecture singulière, la Gare du Nord vibre d’une animation de fourmilière qui ne prend fin que tard le soir et débute très tôt le matin. En 2013, un groupe d’amis, usagers réguliers des trains de banlieue, fonde le Collectif Quai 36 en hommage au quai par lequel ces street artists et amoureux de l’art urbain accèdent à Paris. A leur tête, Jonas Ramuz. Il démarche Patrick Ropert, directeur général de SNCF Gares et Connexions, afin de proposer un projet d’ampleur, une résidence d’artistes dans l’enceinte même de la plus grande gare d’Europe. Alors que les murs du métro font partie des supports de prédilection du street art, les rivages anonymes de la Gare du Nord, plutôt sinistres à l’origine, avouons-le, apparaissent rapidement comme une surface idéale pour mener à bien cette initiative tout en dynamisant les lieux.

Related: