background preloader

Comment lutter contre le viol

Comment lutter contre le viol
[descriptions explicites de scènes de viol] On demande souvent aux féministes comment diminuer le nombre de viols, quelles mesures elles préconisent (sachant que la méthode la plus rapide est l'extinction du genre masculin mais vous allez pinailler). Si tout le monde s'accorde à être contre le viol, ce même monde devient d'un coup beaucoup moins prolixe quand il s'agit de définir le viol. Pour la majorité d'entre nous, un viol est commis par un type très moche sur une jolie fille qui garait sa voiture dans un parking. Là on est tous d'accord que c'est un viol et qu'il faut le punir. Avant donc de penser à diminuer le nombre de viols peut-être convient-il de comprendre ce qu'est un viol. - un mec couche avec une fille. Ces quatre scènes constituent des viols, mais, pour beaucoup d'entre nous ce seront des dérapages, des filles chiantes, des filles indécises, une baise ratée, une tentative. On en revient toujours à la même chose ; les stéréotypes de genre. Related:  Agir contre les violencesSocialisation et construction

Un guide pour les hommes qui ne veulent pas violer : comment s’assurer qu’elle est consentante et désirante Au hasard d’une promenade sur le web, je suis tombée sur un petit guide en suédois : Så blir du säker på att tjejen vill ligga med dig (« Comment être sûr qu’une femme veut coucher avec vous ?« ) Je l’ai trouvé pas trop mal fait. Vous pourrez le trouver sous la forme d’une page web. Remarque : ce graphique n’a pas vocation à être imprimé et utilisé scrupuleusement lors des relations sexuelles (incroyable n’est-ce pas ? Ce guide s’adresse à tout le monde. Je pense que ce guide n’est pas exhaustif : on peut encore se poser d’autres questions pour être bien certain que la femme qu’on a en face de soi désire ce rapport sexuel. Étymologiquement, « responsable« , ça veut dire quoi ? A l’inverse, l’agresseur est complètement déresponsabilisé : on ne lui demande rien. Pour reprendre un exemple récent qui avait choqué beaucoup de personnes : vous souvenez de l’article puant de la Dépêche ? Je demande donc aux personnes qui blâment les victimes : Pourquoi les détestez-vous tant ? Mise à jour

Le consentement masculin La question du consentement des hommes au sexe se pose assez peu puisqu'il est admis par tous et toutes qu'un homme est toujours partant pour du sexe. Et si par hasard, il ne l'était pas, il aurait un sacré problème. Si l'on comprend à peu près - sans vraiment le respecter d'ailleurs - qu'il faut avoir le consentement d'une femme dans un acte sexuel, la question ne se pose pas pour un homme. Aucune fille ou femme n'aura jamais entendu "mais assure toi qu'il veut bien et ne va pas insister" parce qu'il est bien clair qu'il veut toujours. La question de la sexualité masculine est souvent naturalisée, ramenée à une basse histoire d'hormones : l'homme est tout entier mu par la testostérone qui le pousserait à avoir des besoins vitaux en matière de sexe. Un homme qui ne serait pas très intéressé par le sexe, ou aurait une baisse, passagère ou non, d'envie sexuelle, serait perçu avec méfiance.

Découvrez les principales mesures du plan de lutte contre les violences faites aux femmes Le Ministère des Droits des Femmes Accueil » À la une » Découvrez les principales mesures du plan de lutte contre les violences faites aux femmes Découvrez les principales mesures du plan de lutte contre les violences faites aux femmes Télécharger les principales mesures du plan de lutte contre les violences faites aux femmes 22 novembre 2013 Comments are closed. En vidéo Toutes les vidéos Pied de page © 2013 Ministère des Droits des Femmes

Les luttes féministes peuvent-elles se passer des hommes ? Il va falloir se mettre en tête - que je me mette en tête - que le féminisme ne se passera pas des hommes. Je peux bien écrire 500 textes expliquant ce qu'est le viol, tant que le groupe "hommes" ne sera pas bien convaincu qu'il ne faut pas violer, on n'arrivera à rien. Tant qu'il n'y aura pas une prise en compte nette qu'il y a un léger problème dans la construction du masculin, qui entraîne le viol (et rien que de déjà poser cela est une sorte de révolution totale qui me vaut la glorieuse réputation de haïr les hommes, on ne se demande jamais si les hommes haïssent les femmes pour autant leur faire du mal. Enfin on arrive à démontrer qu'un type qui éclate la tête d'une femme contre un radiateur commet un crime passionnel alors bon...). Les choses sont simples. Néanmoins, comme l'a démontré Gaëlle-Marie, on continue à emmerder les femmes. Le féminisme a connu différentes phases ; à l'heure actuelle on cherche à faire évoluer les mentalités et à repenser les rôles sociaux de genre.

Pourquoi une plateforme de témoignage sur les violences A partir du 1er février 2014, France Télévisions se mobilise pour lutter contre les violences conjugales. Tout comme le combat mené en 2012 contre le viol, cette mobilisation exceptionnelle répond à un véritable enjeu de société. En France 1 femme sur 10 est victime de violences conjugales. Malgré ces chiffres alarmants, le silence et le tabou entourent encore ces drames quotidiens. Au-delà de l’implication des journaux d’information et des magazines, la première étape de ce dispositif aura lieu le 5 février sur France 2 avec une soirée spéciale consacrée aux violences conjugales. Mais la volonté de France Télévisions est également de mettre en place un dispositif numérique pérenne, qui puisse permettre aux victimes de témoigner anonymement, de trouver des informations, des numéros de téléphone, des éclairages sur les lois et les recours dont elles peuvent bénéficier. Briser le tabou, donner la parole, informer et aider sont les objectifs de cette plateforme interactive.

Ilana Löwy, L’emprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité 1Le livre d’Ilana Löwy cherche à comprendre comment les sociétés occidentales, tout en proclamant l’égalité entre hommes et femmes, ne cessent de reproduire ce que Françoise Héritier a appelé la « valence différentielle des sexes ». 2Consciente de ce que toute connaissance, toute entreprise intellectuelle est historiquement, géographiquement, socialement située, Ilana Löwy expose dans le prologue de L’emprise du genre le parallèle qui a inspiré sa démarche. Elle rappelle ce que signifie avoir commencé à grandir dans la Pologne d’après-guerre comme petite fille juive, dont l’apparence extérieure - teint mat, cheveux noirs, yeux d’Orient - la désigne sans équivoque à un antisémitisme implicite, évident, violent, mais - c’est là toute la question - dont le discours officiel prétend qu’il appartient désormais au passé. 3Dans les démocraties occidentales d’aujourd’hui, les femmes ont acquis un niveau de liberté sans précédent. Hommes et femmes sont entièrement égaux devant la loi.

Où sont les femmes qui vont élever la voix pour toutes celles qui se font violer, frapper et attaquer parce qu'elles sont des femmes? | Skin J'en ai assez. J'en ai assez d'entendre parler de femmes au Royaume-Uni qui sont attaquées et maltraitées seulement parce qu'elles sont des femmes. Je n'en peux plus d'entendre qu'en 2014, non seulement les violences conjugales sont toujours un problème pour beaucoup de femmes, mais qu'elles sont en hausse. J'en ai marre qu'on me dise qu'une femme britannique sur cinq connaîtra dans sa vie l'horrible expérience de la violence sexuelle, ou que chaque année, environ 85 000 femmes sont violées en Angleterre et au Pays de Galles. J'en ai assez de lire des faits divers où les femmes sont victimes d'agressions, ou de voir des photos d'elles battues et couvertes de bleues. Plus que tout, j'en ai assez d'entendre que l'on ne peut rien faire pour changer cela. Parce que, parmi les faits que je viens de lister, c'est celui-là qui n'est pas exact. Lire aussi: Mais la réalité, c'est que la violence envers les femmes touche toutes les femmes - non, oubliez ça, cela touche tout le monde.

Résumé de La fabrique des garçons de Sylvie Ayral J'ai reçu en cadeau le livre La fabrique des garçons. Sanctions et genre au collège dont je vais vous proposer le résumé. Sylvie Ayral a étudié le nombre de sanctions dans 5 collèges très différents et a constaté que 75.7% à 84.2% des élèves punis ou sanctionnés étaient des garçons. 84.2% à 97.6% des élèves punis pour violences sur autrui étaient des garçons. Dans une première partie, l'auteure explique ce qu'est le système de punitions et de sanctions. L'effet pervers de la sanction est que pour arrêter la violence, on fait soi même preuve de violence. Depuis 2005, a été créée la note de vie scolaire qui récompense l'assiduité et la ponctualité, le respect des dispositions du règlement intérieur, la participation à la vie de l'établissement, l'obtention de l'attestation de sécurité routière et de l'attestation de formation aux premiers secours. Dans les collèges, le principe de proportionnalité est souvent non respecté. Voici les résultats par collège des punitions selon le genre.

agathe et la fessée dans le cadre des vendredis intellos , un livre pour enfants : aujourd'hui je souhaite aborder l'un des nouvel ouvrage d'une petite collection de livres pour enfants que je trouve magnifique ! novateurs , ces albums présentent aux enfants des alternatives de vie et d'éducation , abordant par exemple les apprentissages informels, le bonheur , la croyance au père noel ou comme ici , la violence éducative ordinaire . il s'agit donc d'Agathe et la fessée de Catherine Dumonteil-Kremer . impossible d'abord de passer à coté des illustrations , superbes , douces, colorées , enfantines mais sans faire "gnan-gnan " .elles sont de marie-pierre Emorine . "elle s'est approchée de la dame et lui a dit :"est-ce que vous avez besoin d'aide ? "maman m'a expliqué : " tu sais , lorsque les adultes donnent des fessées à leurs enfants, c'est très souvent qu'ils en ont reçu de leurs parents quand ils étaient petits "Et toi maman?

Lâcher prise Nous réagissons avec fureur à l'application initiée par le Ministère des droits des femmes, nous nous énervons en lisant " "il faut sourire un peu, être avenante, mais pas trop, pour ne pas envoyer le signal qu'on peut être une proie facile". Je réagis avec colère en admettant que j'ai intégré une partie de ces règles, en admettant que si je ne m'y conforme pas, je serais en effet une cible. J'ai cru naïvement au début de ma vie professionnelle, qu'on pouvait se comportement exactement pareil qu'on soit un homme ou une femme. J'ai cru qu'on pouvait rire aux blagues de cul. J'ai cru que c'était pareil un homme et une femme. Je ne souris jamais aux hommes inconnus dans l'espace public ; du moins pas de sourire franc, joyeux. J'en ai parlé à une femme qui m'a dit, d'un air d'évidence "ah mais tu lui as souri". Le hashtag #safedanslarue s'il a permis de montrer les peurs des femmes a aussi permis selon moi de montrer le contrôle exercé sur le corps de femmes.

Violences conjugales: Le téléphone d’alerte, un dispositif qui a fait ses preuves bientôt généralisé en France Sonia* a vu sa vie basculer il y a deux ans. «Ca faisait 35 ans que je vivais avec un homme, avec qui j’ai eu deux enfants», raconte cette femme, la voix douce et ferme. Mais «monsieur est devenu alcoolique, il pouvait boire jusqu’à deux bouteilles de whisky par jour. Il est devenu violent». L’homme a été condamné à de la prison ferme pour menaces de mort sur sa compagne et pour avoir tenté d’étrangler sa fille. De son côté, Sonia, effrayée, a été prise en charge par une association. La police «arrive en moyenne dans les 10 minutes» Ce téléphone, jusqu’ici expérimenté dans 14 départements, devrait être progressivement étendu à l’ensemble du territoire. Dans le Bas-Rhin, où le système est en place depuis 2010, la police «arrive en moyenne dans les 10 minutes», constate le magistrat Patrick Poirret, un des initiateurs du dispositif en France, aujourd’hui procureur général près la cour d’appel de Nancy. Une tentative d’assassinat déjouée *Le prénom a été modifié

Les yeux grand ouverts Je vous propose de relire le résumé des femmes de droite avant de lire cet article-ci. J'ai été assez étonnée au cours de cet été, du nombre de réactions au tumblr "women against feminism". Ce n'étaient que protestations outrées à peu près partout, et ce micro évènement a pris une importance démesurée. Cette année il y aura eu, comme chaque année me direz-vous, 50 000 viols en France. Des féministes françaises qui avaient souhaité dénoncer le harcèlement de rue se sont vus harcelées et moquées ; là encore sur des sites parfaitement visibles et consultables par tout le monde où des dizaines de topics et messages ont mis en doute la véracité de leurs propos, les ont moquées et tournées en ridicule. Le viol, la violence conjugale, le harcèlement de rue, les violences sexuelles sont des actes clairs, concrets, commis par des hommes et qui sont des actes anti féministes. Et voilà que des gens s'étonnent que des femmes ne soient pas féministes ? Je le regrette parfois.

Related: