background preloader

[PACTE pour les droits et la citoyenneté]

[PACTE pour les droits et la citoyenneté]
Related:  Citoyenneté

[Yonne Lautre] "Regards citoyens" révèle les secrets des administrations, actualité Tech & Net : Le Point Regards citoyens est une association qui publie des données publiques que l'administration voudrait parfois garder pour elle. À son actif, le projet NosDéputés.fr notamment, qui avait suscité la colère du président de l'Assemblée nationale car il mettait en lumière l'absentéisme de certains élus. Vendredi 26 novembre, l'association lance une "chasse aux trésors" pour recenser les données publiques disponibles et lancer de nouveaux projets. Le Point.fr s'est entretenu à Paris avec l'un des fondateurs de Regards citoyens, Tangui Morlier. Le Point.fr : Qu'est-ce que l'OpenData ? Tangui Morlier : L'OpenData, c'est l'accessibilité des données publiques. Pourquoi cette "chasse aux trésors" des données publiques ? Nous voulons recenser les données existantes et ce qu'on a le droit de faire avec. Concrètement, comment faites-vous pour récolter les données ? C'est plus ou moins simple selon les cas. Justement, comment ça marche à l'étranger ? Alors l'OpenData en France, c'est pour bientôt ?

Combats pour les droits de l’homme - Blog LeMonde.fr PlateForme Face à la crise, penser, agir, vivre autrement en démocratie La crise ouvre une nouvelle époque en France, en Europe et dans le monde. C’est une conviction autour de laquelle un collectif d’associations s’est constitué dans un double but : analyser et agir ensemble. Ses réflexions et propositions s’articulent autour des quatre points suivants. 1 - Une crise qui vient de loin et qui ébranle nos certitudes La force et la brutalité de la crise, évidentes pour tous, ne doivent pas nous leurrer : elle vient de loin. Face à cette situation, plusieurs approches sont proposées: • les uns mettent l’accent sur le manque de cohérence entre nos comportements et nos idéaux et sur les changements à opérer dans la manière de produire, consommer, épargner, investir. Cette crise nous conduit à revisiter nos certitudes à travers une triple prise de conscience : Nous sommes en présence non seulement d’une crise de confiance, mais d’une crise de foi dans l’automaticité du progrès.

Ze Rhubarbe Blog | Pour tenter de sortir du périmètre imposé L’opposition publique face au projet de loi sur le renseignement est bien réelle et engage de nombreux représentants du monde des médias, des logiciels libres, des hébergeurs et fournisseurs de services internet ainsi que des association de défense de nos libertés, numériques ou non. C’est tant mieux, même si l’autocrate Valls et son porte-flingue Cazeneuve s’en fichent pas mal et n’anticipent sans doute pas de grande résistance de la part de la majorité des pleutres députés le 5 mai prochain à l’Assemblée. L’un des arguments du pouvoir est que cette loi faciliterait le travail des services secrets – et en particulier de la DGSI – en rendant légales certaines activités de renseignement qui jusqu’à présent ne le sont pas, mais que l’on réalise néanmoins par “nécessité”. L’argument est particulièrement risible et montre bien à quel point l’on nous prend pour des imbéciles car en effet, si les services secrets travaillaient dans la légalité ils n’auraient plus besoin d’être secrets.

Service public : l'heure désobéisseurs «Quand quelque chose est légal mais ne nous paraît pas légitime, il faut savoir désobéir. Comme sous Vichy, dont nous n’avons pas reconnu la légalité, même si vos objectifs sont, bien sûr, autres.» Stéphane Hessel, ancien résistant et ambassadeur de France, était venu conclure samedi, à Paris, le premier Forum des résistances dans les services publics. A l’origine de ce forum, le Réseau des enseignants du primaire en résistance, les premiers désobéisseurs à s’être organisés. Ce nouveau type de contestation - non-violente, civique et éthique - reste très minoritaire. «Lors de mon enquête, j’ai été frappée de voir que les résistants d’un secteur ignoraient ce qui se passait ailleurs, souligne Elisabeth Weissman (1), invitée du forum. (1) La Désobéissance éthique (Stock). Photos Jérôme bonnet Véronique SOULÉ

Les droits de l'homme aujourd'hui  - Citoyenneté et démocratie Découverte des institutions <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> Quelques dates clés 26 août 1789 : La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen est adoptée par l’Assemblée nationale française. 27 octobre 1946 : Le préambule de la Constitution de la IVe République ajoute à la Déclaration de 1789 des droits économiques et sociaux. 10 décembre 1948 : Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies. 1950 : La Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales est adoptée par les membres du Conseil de l’Europe. 1965 : la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discriminationDiscriminationDistinction entre individus ou groupes d’après certains caractères particuliers (sexe, origine...) aboutissant à une inégalité. raciale est adoptée par l’ONU. 7 décembre 2000 : Proclamation, lors du Conseil européen de Nice, de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne.

Service central de prévention de la corruption : rapport pour l'année 2013 au Premier ministre et au Garde des Sceaux, Ministre de la justice Créé il y a 20 ans par la loi n° 93-122 du 29 janvier 1993 relative à la prévention de la corruption et à la transparence de la vie économique et des procédures publiques, le Service central de prévention de la corruption (SCPC) est une autorité anticorruption française au sens des conventions internationales. Son expertise peut être sollicitée par les juridictions et les administrations en matière de détection, d'analyse et de prévention des pratiques corruptrices. Le SCPC engage des actions de formation et de sensibilisation à la lutte contre la corruption au bénéfice des acteurs publics et des entreprises. Par ailleurs, l'action internationale du SCPC s'est développée de manière croissante au cours de ces dernières années. Il intervient à la demande d'autres Etats afinde fournir l'appui de la France à la définition et à la mise en oeuvre de politiques en matière de prévention de la corruption.

Related: