background preloader

Vivre sans argent en France, pas si difficile que ça

Vivre sans argent en France, pas si difficile que ça
Après avoir passé trois ans sur le continent américain à « vivre sans argent », c’est-à-dire sans salaire, me voici de retour en France. Ce choix de vie fonctionnait plutôt bien outre-Atlantique et j’étais curieux de voir comment la France et les Français réagiraient à ce genre d’initiatives. Making of Depuis que Benjamin Lesage a ouvert son porte-monnaie de voyageur sans argent à Rue89, nous avons gardé contact. Le jeune couple a un projet fou : monter une communauté sans argent, dans le sud de la France. Cet été, ils sont partis sur les routes – toujours sans le sou – pour visiter des éco-lieux et essayer de trouver l'endroit idéal pour démarrer leur projet, Eotopia. Dans Eotopia, éco-lieu végétalien, « tout sera gratuit, dénué d’échanges commerciaux ». J’étais à Belfort lorsque la douleur surgit et je me mis immédiatement en quête d’un dentiste. Elle me fixa un autre rendez-vous pour que nous parlions de ce que je pouvais faire pour elle mais, « a priori, il n’y a pas de problèmes ». Related:  `newdocs

Benjamin, voyageur écolo et utopique avec 0 euro par mois Benjamin voyage sans aucun revenu depuis trois ans. Il échange nourriture ou hébergement contre menus services, et fait confiance à la générosité des gens. « Cela fait maintenant trois ans que je vis sans utiliser d’argent directement. Depuis le 19 janvier 2010, le jeune homme de 28 ans voyage sans un rond sur les routes d’Europe, d’Amérique, en passant par l’Afrique. Le sac de Benjamin, en 2010 Le voyage a débuté à trois, au bord d’une route de La Haye. Le projet de documentaire qu’ils ont sur leur voyage écolo est abandonné assez vite, entre une nuit à la belle étoile et un trajet en voilier (« on avait beaucoup d’égo à l’époque »). Même destination mais nouveau cap : les trois garçons se concentrent tout au long du périple sur l’idée de consommer le moins possible, en limitant leur empreinte écologique. Vivre « abondamment sans argent » Depuis 2000, Daniel Suelo se nourrit de ce qu’il trouve dans les poubelles ou de petits ratons laveurs tués par des voitures sur les routes.

Peut-on vivre sans argent? Cet homme l'a fait INSOLITE - "Je suis sur le point de pénétrer un monde qui m'est quasiment étranger et, pour la première fois, je me sens vulnérable". Et il y a de quoi. Car le monde que l'idéaliste Mark Boyle s'apprête à découvrir ne connait pas l'argent. Au lendemain de la crise des subprimes, cet Irlandais de 29 ans a fait un rêve, vivre les poches vides pendant un an. Une expérience radicale, l'utopie ultime qu'il a raconté dans un essai, L'homme sans argent dont la traduction vient de paraître (ed. Les Arènes). Hasard du calendrier, quelques jours plus tôt sortait un autre récit d'expérience tout aussi radicale. Lire aussi:» Psychologie : comment l'argent influence notre comportement » L'argent qui corrompt : comment la pression des marchés dégrade la morale Cette expérience, il la raconte depuis 14 ans sur son blog qu'il alimente depuis une bibliothèque municipale. Et c'est tout ce qui le différencie de Mark Boyle. Le moyen de cette déconnexion? Débrouille L’ameublement continue. Contactez-nous

vivre sans argent | On peut vivre autrement ! Man Builds Fairy Tale Home for His Family – Total Cost £3,000 Simon Dale is a family man in Wales, the western part of Great Britain. His interest in self-sustainability and an ecological awareness led him to dig out and build his own home—one of the loveliest, warmest, most inviting dwellings you could ever imagine. And it cost him only £3,000, about $4,700 American dollars!Can you imagine a more charming entrance than this? Simon gives two reasons for building the home. The first elegant one, from his website, is: It’s fun. His second reason is a plea for sustainability, in which he states that “our supplies are dwindling and our planet is in ecological catastrophe”. A beautiful view in another home that Simon is helping build for someone else. The home is constructed from wood, stone, straw, and has a sod roof. He was fortunate in obtaining the land for his home. Simon Dale, his wife Jasmine Saville, and their two children in front of their completed home just 4 months after starting it! Sources: gaia-health

L’été des makers: où passer des vacances DiY? Les Camps Commons Camp (Calvanico, Italie), du 29 juin au 10 juillet Encore quelques jours pour aller faire un tour au Commons Camp organisé par le Rural Hub de Calvanico, près de Naples, pour douze jours intensifs autour de projets collaboratifs pour une économie partagée. Trois ateliers sont proposés aux makers, permaculturistes, hackers et biohackers, artistes et chercheurs, administrations locales et innovateurs sociaux. Plus d’infos sur le site de Commons Camp Camp++ 0x7df (Komárom, Hongrie), du 9 au 12 juillet Le hacker camp Camp++ 0x7df fête cet été sa troisième édition. Informations et billetterie sur le site du Camp++ 0x7df Summer Camp Garrotxa (Girone, Espagne), du 10 au 12 juillet Pour hacker en pleine nature, rendez-vous au summer camp Garrotxa, dans la province de Girone en Espagne. Infos et inscription au Summer Camp Garrotxa Summer Session (Druskininkai, Lituanie), du 18 au 25 juillet Pour un été studieux, direction la Lituanie. PIF Camp (Ljubljana, Slovénie), du 3 au 9 août

Ils travaillent moins, gagnent moins, mais s'enrichissent Ils ont choisi de travailler moins... quitte à gagner moins. Pour s’occuper de leurs enfants, planter des fleurs, s’investir dans une association ou, comme Frédéric et Laure, profiter de la vie. Ce jeune couple, qui avait détaillé son porte-monnaie sur Rue89, expliquait avoir fait le « choix de vie » de travailler moins pour avoir plus de temps. Ils répètent d’ailleurs à l’envi le mot « temps ». Laure est salariée à 80% dans la fonction publique et Frédéric, au chômage, ne cherche pas systématiquement des contrats mais s’occupe des enfants, retape la maison et jardine. En France, les salariés bossent en moyenne 39 heures par semaine (Insee, 2012). Ceux qui ont répondu à l’appel à témoins de Rue89 ont un jour décidé de diminuer le nombre d’heures de travail pour faire autre chose. La décision se prend souvent à deux car, comme dans le cas de Sylvain, elle a des conséquences sur le budget d’un couple. Charlie, 28 ans : « Les fins de mois sont délicates » J’ai trouvé un meilleur équilibre.

De quelle façon l'argent a-t-il influencé les moeurs? Céline/Laura - apvvalabreargent Introduction Dans ces pages, nous développerons le sujet de l'argent dans les relations sociales autour de la question suivante : De quelles manières l'argent influence-t-il les mœurs ? L'argent est présent dans toutes les sphères en effet toutes les transactions monétaires ne sont pas marchandes, c'est pour cela que l'argent intervient également dans les relation sociales. L'argent exerce des actions sur les pratiques sociales, les habitudes de vie ou sur les règles codifiés par la morale sociale. C'est pourquoi on verra à travers différents documents que l'argent peut avoir des influences positives ou négatives ou simplement transformer le système de valeurs morales. Dans tous les cas il faut relativiser l'action de l'argent car il n'est pas toujours le seul facteur entrant en jeu. I L'argent et ses influences négatives : Affiche du film « Wall Street » Résumé du film: Son portrait est dans un billet ce qui connote également l'importance et la richesse du personnage. Manon Lescaut Extrait :

15 conseils pour vivre et cesser d’être un esclave « Off-the-grid » (hors réseau) fait référence à des maisons qui sont autonomes, ce qui signifie qu’on ne compte pas sur l’approvisionnement en eau, les égouts, le gaz naturel, le réseau électrique, ou les services publics similaires municipaux. Une vraie maison hors réseau peut fonctionner totalement indépendamment de tous les services publics traditionnels. « Nous devons faire disparaître la notion spécieuse que tout le monde doit gagner sa vie. Il est vrai qu’aujourd’hui une personne sur dix mille peut faire une percée technologique capable de supporter tout le reste. Les jeunes d’aujourd’hui ont tout à fait raison de reconnaître cette absurdité de gagner sa vie. Donc nous avons les inspecteurs des inspecteurs et des gens qui font les instruments pour les inspecteurs pour inspecter les inspecteurs. Voici 15 conseils pour ceux qui envisagent de prendre la décision de vivre « hors réseau » 1. 2. Eloignez-vous de la vie de servitude, et faites ce que vous aimez faire. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

J'ai changé de vie en deux ans, voici mes conseils Quand je prends le temps de me poser quelques instants, en général quand quelqu’un m’interroge sur mon parcours et mon mode de vie, j’ouvre les yeux sur deux années de « petits changements » du quotidien... Mis bout à bout, mes amis en viennent à me voir comme une sorte d’écolo militante, alors que je commence à peine à être plus en accord avec ma conscience, et que je me commence - enfin - à me sentir vivante. Les réactions que j’entends le plus souvent tournent autour de « oh j’aimerais faire comme toi mais je n’y arriverais pas », « quel beau chemin, bravo », « c’est impressionnant, quel courage », « c’est si dur aujourd’hui d’être cohérent sur tous les plans »... Ça me laisse généralement perplexe, puisque moi je vois surtout ce que je voudrais encore changer, mes doutes, mes blocages, mes difficultés... Bref à force d’entendre dire que je devrais partager tout cela, je profite de l’opportunité donnée par Terra eco et vais tenter de résumer les éléments clés de ces changements.

Accueil - Eotopia Comment voyager à moindre frais et en faire son mode de vie ? Pourquoi tout quitter ? Mon copain et moi avions des situations très confortables, des CDI et un appart, mais nous en avions marre de passer nos journées à travailler pour quelque chose qui ne nous intéressait pas. Travailler une année en Chine n’a pas vraiment amélioré le problème : le contexte était peut-être dépaysant, mais nous nous ennuyions toujours. Nous avions déjà testé la vie en France, en Espagne et en Chine donc, mais aucun de ces pays ne nous plaisait assez pour nous y installer définitivement. Nous étions tous les deux convaincus qu’une vie heureuse est une vie riche en expériences, en rencontres, équilibrée et surtout, avec toujours la possibilité de choisir. Alors en septembre, nous avons tout quitté et nous sommes partis à l’aventure! Baby, baby, it’s a wild world L’idée, c’est de voyager et découvrir de nouveaux pays et de nouvelles cultures, mais également de s’y immerger parfois pour plus longtemps et même de carrément s’y arrêter si nous en avons envie. On est parés.

Related: