background preloader

CRID 14-18 - Accueil

CRID 14-18 - Accueil

RepertoireConcepts Par André Loez avec la collaboration de Nicolas Offenstadt, décembre 2005. Version imprimable au format .pdf Brutalisation – Consentement – Culture de guerre – Discours dominant – Faisceau de facteurs – Groupes primaires – Habitus national – Horizon d’attente – Live and let live – Mémoire – Mobilisation/démobilisation – Moral/Morale – Soldat-citoyen – Stratégies d’évitement – Témoignage – Ténacité – Topographie du front « Brutalisation » Le terme de « brutalisation » a connu une fortune historiographique et médiatique inversement proportionnelle à sa pertinence scientifique. Le premier à employer le mot de « brutalization » en anglais est l’historien George L. Par la suite, la « brutalisation », qui est chez G. Mais de nombreux travaux empiriques montrent combien le terme de « brutalisation » est simplificateur, voire trompeur, s’agissant de la violence du premier conflit mondial. D’abord, les processus concrets (accoutumance à la violence ? « Consentement » « Culture de guerre »

Archives numérisées - Paris.fr Les tables des états signalétiques et des services militaires sont tenues sous forme de listes alphabétiques par classe d'âge pour les 5 bureaux de recrutement de l'ancien département de la Seine. Chaque conscrit recruté est répertorié par ses nom et prénoms ainsi que son numéro matricule. L’âge normal du recrutement étant fixé à 20 ans, l'année de recrutement équivaut donc à l'année de naissance + 20. Une recherche par un accès cartographique permet la sélection du bureau de recrutement souhaité. Les conscrits recrutés lors de l'appel de leur classe, sont à chercher dans la liste principale. Le numéro matricule du conscrit permet ensuite de consulter son état signalétique et des services militaires en salle de lecture, sous forme d’original (sous-série D4R1, registres matricules militaires). Les détails relatifs aux listes complémentaires et au recrutement extérieur se trouvent dans la FAQ.

Pages14-18 Archives départementales du Calvados Les collections de presse conservées aux Archives départementales du Calvados forment un fonds d'une grande richesse. Plus de 500 titres édités dans le Calvados de la fin du 18e siècle à nos jours constituent pour les lecteurs un vivier d'information de premier ordre. Les collections anciennes ont fait l'objet depuis plus de vingt ans d'un microfilmage systématique. Nous proposons aujourd'hui à tous, grâce à la collaboration des éditeurs concernés, une consultation unique de plus de 16 titres de journaux normands couvrant la période 1837-1944. Le respect du droit d'auteur n'a pas permis la mise en ligne de certains titres, ou de la presse postérieure à 1944 : ces numéros peuvent être consultés en salle de lecture, également sous version numérique. La généalogie de certains titres de presse pouvant être très complexe sur la période 1850-1930, l'internaute ou le lecteur voudra bien nous excuser des éventuelles erreurs, actuellement en cours de correction.

Liste des déportés. Fondation pour la Mémoire de la Déportation Annoncé , retardé, différé mais enfin en ligne la liste des déportés partis de France par mesure de répression est en ligne : Le projet Le projet du Livre-Mémorial a été lancé par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation à la suite du constat, lors des célébrations du 50ème anniversaire de la Libération des camps en 1995, de l’absence de données numériques fiables concernant le nombre de déportés partis de France, arrêtés par mesure de répression. Dès septembre 1996, une équipe de jeunes chercheurs, étudiants en Histoire à l’université de Caen Basse-Normandie pour la plupart, est installée, avec l’accord du Secrétariat d’Etat aux Anciens Combattants, dans les locaux du Bureau des archives du monde combattant à Caen. Au terme de huit années d’un travail novateur, souvent long et difficile, les noms de plus de 86000 personnes sont présentés dans Le Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression publié par les Editions Tirésias en juin 2004. La base de données

Mémorial des victimes civiles 1944 en Basse-Normandie La Bataille de Normandie a provoqué la mort de 13 632 civils dans les trois départements bas-normands 8 000 dans le Calvados, un peu moins de 4 000 dans la Manche, un peu plus de 2 000 dans l'Orne. A titre de comparaison, les Alliés ont perdu 37 000 hommes au cours de la Bataille de Normandie et les Allemands environ 80 000. En valeur absolue, c'est la ville de Caen qui a le plus souffert, avec 2 000 tués, soit 3,5 % de sa population. Compte tenu du nombre d'habitants, d'autres communes ont subi des pertes proportionnellement plus élevées : 4 % de la population à Coutances (270 morts) et à Valognes (200 morts) ; 5 % à Lisieux (800 morts), à Condé-sur-Noireau (250 morts) ou à Périers (107 morts) ; 6 % à Vire (350 morts) ; 7 % à Vimoutiers (200 morts) ; 9 % à Aunay-sur-Odon (200 morts). La distribution du nombre de victimes par jour fait apparaître que le 6 juin, le "jour le plus long" fut aussi le plus tragique pour les Bas-Normands avec 2 200 morts.

L'Ouest-Eclair - 285 résultats sur Gallica Extrait 1 : Si on tient compte de renseignements publiés par le journal régional L' Ouest-Eclair, la même intensité 4 aurait été observée à Tours, Le Mans, Laval, Rennes, Mayenne, Alençon, Pontorson, Caen, Bayeux tandis que dans la région de Flers, Tinchebray, Condé, Falaise, l'ébranlement aurait atteint le degré 5Au contraire à l'Ouest Segré, Chateaubriant, Saint-Méen, la secousse fut plus faible, degré 3 Nantes, Redon, 2 Extrait 2 : Des carrières elles-mêmes, il ne reste rien, l'excavation a été comblée et mise en culture cependant à l'Ouest et au Sud, le champ qui en occupe l'emplacement est borné par un talus atteignant jusqu'à 2 mètres de hauteur, couvert de ronces, reste des anciennes paroisCes schistes, surtout au N. Extrait 3 : Dans la description je commencerai cette fois à l'Ouest parce que c'est là que se trouvent les gisements les plus typiques

Lady Denman Maritime Museum Jervis Bay Femme tondue, la tondue de Chartres - Le blog de Diedrich C'est maintenant le troisième article que je rédige sur le même sujet. Est-ce une obsession ? Peut-être ? Je n'arrive toujours pas à saisir cette violence gratuite .... Je ne reviendrai pas ici sur les conditions de cette tonte et les interprétations données par Fabrice Virgili. Alors pourquoi un autre article ? Enfin, l'historien tente d'utiliser la puissance d'internet pour un appel à témoin et ainsi trouver celui qui a pu dénoncer les voisins de Simone Touseau en 1943. Voici un extrait du début de l'article de Gérard Leray "La photographie dite de « la Tondue de Chartres » a beau être mondialement connue et figurer dans de nombreux manuels scolaires, personne ne connaît vraiment l’histoire extraordinaire de ses acteurs et témoins. Elle est l’une des photographies les plus remarquables de la Libération en France, l’une des plus dramatiques aussi. L’épuration a commencé depuis le matin. (...) Lire la suite sur le blog la tondue de Chartres JC Diedrich Tag(s) : #Seconde GM en France

La Tondue de Chartres - Avis de recherche The German Armed Forces 1919-1945

Related: