background preloader

Atelier A. - Artistes

Atelier A. - Artistes
Related:  Arts (plastique, cinema, musique...)

Me Myself(ie) and I Description Tout commence par une simple représentation de soi, une photo d’identité prise dans une cabine et puis on cherche un regard décalé sur le réel et on devient son propre modèle. Pour certains artistes, commence une véritable psychanalyse par l’image. Pourquoi l’autoportrait est-il si populaire ? Pourquoi sommes-nous tant attachés à notre propre image ? La célèbre cabine invente la photo sans photographe en 1920, cet objet culte connait aujourd’hui un revival sans précédent avec les cabines vintage argentique, dont s’emparent avec humour des artistes de Berlin, Bruxelles et Paris ! La représentation de soi - version 2.0 : le selfie, ses stars et ses excès… Tout le monde s’y met. Le selfie est-il une nouvelle tyrannie ou une pratique ingénieuse et créative d’une génération ultra-connectée? A lire dans Tracks : • Me, my selfie and I A propos de l'auteur-réalisateur : Stéphane Carrel est auteur-réalisateur de documentaires depuis 15 ans.

Le petit détournement des grands tableaux Description La série documentaire Grâce à l’animation numérique, les chefs-d’œuvre de l’histoire de l’art prennent vie et nous dévoilent la vie des artistes et les soubresauts de leur temps. La collection Les petits secrets des grands tableaux, diffusée tous les dimanches à 12.00, du 1er novembre 2015 au 3 janvier 2016, explore l’histoire de l’art autrement. Les grandes œuvres du passé deviennent ainsi de foisonnants témoignages. Le coffret DVD de la collection est disponible sur ARTE Boutique. BBoys - Une histoire du break Description Depuis son émergence dans les ghettos new-yorkais, le break a connu une ascension fulgurante pour s’imposer aujourd’hui comme LA danse urbaine des jeunesses du monde entier. Quarante ans après son apparition dans les fêtes de quartier du Bronx à New-York, BBoys revient sur la formidable épopée d’une danse en constante évolution qui, d’un pilier du mouvement culturel le plus influent du dernier tiers du XXe siècle, se répand aujourd’hui bien au-delà des frontières du hip-hop. A l’image de la culture hip-hop, l’évolution du break soulève plusieurs enjeux esthétiques et identitaires qui s’exacerbent aujourd’hui à mesure que l’esprit originel de la pratique se transforme avec les compétitions et le show business. Une histoire qui débute avec les gangs des ghettos new-yorkais qui s’affrontaient lors des premières "battles" de danse, puis s'étend aux jeunes noirs et latinos qui revendiquaient leur place dans la société américaine.

Dig it! - Musique électronique Description Internet est devenu le lieu privilégié de la découverte de nouveaux sons. En 2015, 63 millions de morceaux ont été partagés sur Facebook et pour plus de 50% des 15-24 ans, la musique s’écoute et se regarde en ligne, sur YouTube. Grâce aux diggers, qui se sont donnés pour mission de fouiller les bacs à vinyles ou les moindres recoins d’Internet pour dénicher des sons à diffuser ou à sampler, la musique circule plus vite qu’elle ne l’a jamais fait, provoquant des brassages parfois inattendus. De la ghetto bass lisboète à l’électro-chaabi des banlieues du Caire, de la cumbia digitale au baile funk brésilien : tout s’écoute et tout se mélange. Tournée dans le monde entier, la série Dig it! Dig it!

#Code(s)Polar Description Les codes du polar se déclinent sur tous les supports, du jeu vidéo à la bande dessinée, sans parler des innombrables adapations au cinéma. Mais comment sont-ils devenus populaires au point de constituer une langue universelle, compréhensible par tous? Pourquoi le polar, fascine-t-il autant public et artistes, qui trouvent en lui une source inépuisable d'histoires fortes? Pour y répondre, le webzine #Code(s)Polar part à la rencontre des plus grands auteurs de romans policier, revient sur certains faits et méfaits et partage quelques souvenirs en compagnie de réalisateurs, auteurs ou acteurs du genre. Arte Creative présente #Codes(s)Polar à l'occasion de la série de documentaires Code(s) polar diffusée sur ARTE dans le cadre du Printemps du Polar. Sur ARTE : •Code(s) polar (1/3) - Le criminel, la victime et l’enquêteur - Samedi 25 mars à 01h45 •Code(s) polar (2/3)- Les lieux du crime - Samedi 25 mars à 02h40 •Code(s) polar (3/3)- Les histoires - Dimanche 26 mars à 03h00

Photos rebelles Description On the road avec les gangs de bikers américains avides de liberté. Au cœur de l’Angleterre de Margaret Thatcher, en guerre contre les punks et les skinheads. Au sein des crews de writers qui se réapproprient, avec leurs graffitis, l’espace urbain new yorkais dont ils sont exclus. Dans les piscines californiennes où des jeunes skateurs, à l’attitude rebelle et à l’idéal libertaire défient les lois de la gravité au rythme ravageur du punk hardcore… En 13 épisodes, la websérie Photos rebelles met à l’honneur les clichés cultes qui continuent de façonner l’imaginaire de plusieurs générations d’insoumis, à travers le témoignage privilégié de 5 photographes. Rencontre avec Glen E Friedman, Danny Lyon, Janette Beckman, Henry Chalfant et Gavin Watson et découvrez leurs histoires ! Photos rebelles - Une histoire photographique des contre-cultures, écrite et réalisée par Marc-Aurèle Vecchione, produite par Résistance Films et ARTE France. •Bonus : La bande originale de la série par Chaze

Fais-le toi-même ! Description Ils sont artistes, passionnés de data, musiciens ou performers et c’est leur manière de travailler qui les réunit au sein d’un même mouvement. Celui des makers pour qui la bidouille, le Do It Yourself et la volonté de faire et de partager sont les premières valeurs. Ce qu’ils aiment, c’est chercher, comprendre, tester… et si parfois, ils ratent, ils en profiteront pour recommencer. Les makers partagent des ateliers, des fab labs, ou choisissent la rue pour s’exprimer. Adrien Pavillard Réalisateur, à l’opposé de beaucoup de ses illustres ainés, il est devenu documentariste après avoir été pubard.

Ministère de la culture - Direction générale des patrimoines - Service des musées de France - Joconde, portail des collections des musées de France BOUDIN Eugène, Venise, La douane et Notre-Dame-de-la-Salute, huile sur bois, 1895, Reims, musée des beaux-arts © Christian Devleeschauwer1/28 Costume de China Poblana, Mexique, coton, laine, sequin, perle de verre, 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle, Barcelonnette, musée de la Vallée, © BERNARD Jean2/28 MAISON J ROTHSCHILD & Fils et RHEIMS & AUSCHER, Modèle de landau à huit ressorts, crayon graphite sur papier bristol, 4e quart 19e siècle - 20e siècle, Compiègne, musée national de la voiture et du tourisme © Arkhênum ; Compiègne, musée national de la voiture et du tourisme - utilisation soumise à autorisation3/28 Portrait de Tiberius Gemellus ? DE DIETRICH, Saint Georges terrassant le dragon, bas-relief, fonte moulée, entre 1950 et 1960, Reichshoffen, musée historique et industriel, musée du fer © Pommois Etienne28/28

Les collections du Musée national de l'Éducation À la fois catalogue et base d’images d’une grande richesse, dans les domaines de l’histoire de l’éducation et de l’histoire de l’enfance, le site web du Musée national de l’Éducation permet d'explorer ses collections en ligne, en partie numérisées. L’internaute accèdera ici aux informations patrimoniales et documentaires qui accompagnent les objets et documents. Pour approfondir sa visite, il pourra venir consulter les collections au centre de ressources du musée à Rouen où celles-ci sont conservées, ou encore fréquenter son centre d’expositions. Ce qu’il faut savoir pour vos recherches dans nos collections : La Recherche thématique vous permet une première approche, par le moteur de recherche plein-texte. Des facettes (type de document, mots-clés, auteur, date) filtrent, si besoin est, les résultats. Belle visite !

Histoire de la photographie - Musée Photo Maison Nicéphore Niépce Nicéphore Niépce et Daguerre Le premier procédé photographique ou héliographie a été inventé par Nicéphore Niépce vers 1824. Les images étaient obtenues avec du bitume de Judée étendu sur une plaque d’argent, après un temps de pose de plusieurs jours. En 1829, Niépce associa à ses recherches, Louis Jacques Mandé Daguerre. Hippolyte Bayard, 1801-1887 Niépce mort en 1833, Daguerre continua seul les travaux et inventa, en 1838, le daguerréotype, premier procédé comportant une étape de développement. Hippolyte Bayard En juillet 1839, un autre français Hippolyte Bayard découvrit le moyen d’obtenir des images directement positives sur papier. Fox Talbot, 1800-1877 William Henry Fox Talbot Toujours en 1839, l’annonce de l’invention du daguerréotype incita l’anglais William Henry Fox Talbot à reprendre des recherches interrompues, dont les débuts remontaient à 1834. John Herschell John Herschell, 1792-1871 Hippolyte Fizeau Abel Niépce de Saint-Victor,remplace le papier par du verre. Scott Archer

Musée Maison Nicéphore Niépce inventeur de la photographie - Musée Photo Maison Nicéphore Niépce Les premières photographies de l'histoire La première photographie de l’histoire a été prise au mois d’août 1826, en Bourgogne par le Français Nicéphore Niépce (1765-1833). La photographie, intitulée le Point de vue du Gras, est prise depuis la fenêtre de sa maison de Saint-Loup-de-Varennes, près de Chalon-sur-Saône, sur une plaque d’étain grâce au bitume de Judée, poudre dérivée du pétrole. Elle nécessita dix heures de temps de pose. Première photographie d’êtres humains Daguerréotype du Pont neuf et de la statue d’Henri IV à Paris par Louis Daguerre vers 1837. A gauche, deux personnes assises par terre près de la statue. Un matin d’avril 1838, Louis Jacques Mandé Daguerre (1787-1851), ancien associé de Nicéphore Niépce, prend cette photo du boulevard du Temple de la fenêtre de son appartement, où se situe aujourd’hui la caserne de la place de la République. Premier autoportrait de l’Histoire L’un des premiers autoportraits photographiques est celui de Robert Cornelius (1809–1893). Première composition photographique

Petite histoire de la photographie Voici une très rapide histoire de la photographie. Mon document original, sous forme de diaporama powerpoint à montrer aux élèves, s’accompagne de nombreuses illustrations, que je ne peux reproduire ici, pour des questions de droit… Mais les curieux les retrouveront facilement sur Internet, avec les références indiquées. Vous trouverez à la fin une fiche pédagogique... I – L’origine de la photographie 1) Découverte optique : la chambre noire Toute l'histoire de la photographie tourne autour d’un principe d’optique : Quand la lumière pénètre par un petit trou (appelé sténopé) dans un espace fermé et sombre, l’image inversée de ce qui se trouve dehors se forme sur le mur opposé. Ce procédé était déjà connu dans l’Antiquité. Aristote, (Grèce, IVe siècle avant J.C.) fait part à travers ses écrits de l'utilisation de cette technique afin d'observer le ciel et les éclipses solaires. On fabriquait des pièces spéciales pour les peintres. 2) Découverte physique : la lentille II – Evolutions techniques

Related: