background preloader

CE que les médias ne vous diront jamais sur l’immigration ( à partager autour de vous )

CE que les médias ne vous diront jamais sur l’immigration ( à partager autour de vous )
Le débat sur l’immigration est un débat sensible dans ce pays. Très sensible. De ce que j’ai pu observer, certains partisans comme les opposants (militants, citoyens comme hommes politiques) font parfois preuve d’ignorance sur le sujet. il est concevable qu’on puisse être opposé à l’immigration pour des raisons idéologiques, mais point n’est besoin de fantasmer ou d’user de contre-vérités sur le sujet. Ayant eu à faire du bénévolat dans deux associations et au gré de mes lectures et rencontres, j’ai quelques connaissances (modestes ) sur le sujet mais pour mieux développer le sujet, j’ai effectué quelques recherches supplémentaires. Tout d’abord, il serait plus que temps de ne plus croire en ce mythe moderne. Dans un pays, mise à part des pays totalitaires (et encore…), Il y a des gens qui viennent et d’autres qui partent. Ensuite, l’immigration n’est pas une. Quand les politiques parlent d’entrée, ils omettent parfois de citer les ressortissants de type européen mais bon… Bref J'aime :

Immigration : les fantasmes à l'épreuve des faits La recrudescence récente de l'immigration clandestine relance le débat sur l'immigration. Pour beaucoup, il y aurait de plus en plus d'immigrés et ils seraient de moins en moins bien intégrés. Des idées reçues qui ne correspondent pas à la réalité. Petite mise au point. Les Français sont de plus en plus intolérants. 1. On entend en effet souvent dire que la France subirait une immigration massive. L'Hexagone délivre en effet chaque année environ 200 000 titres de séjour de plus d'un an, un niveau stable depuis le début des années 2000. Est-ce beaucoup ? Il s'agit là des nouveaux arrivants. Mais qu'en est-il du "stock", c'est-à-dire du nombre d'immigrés présents sur le territoire ? Bref, la France n'est plus aujourd'hui un grand pays d'immigration. D'où vient alors ce fantasme d'une immigration massive ? 2. Sur ce sujet, il règne une assez grande confusion, car l'intégration continue en réalité à mieux fonctionner qu'on ne le croit généralement. Notes auteur Commentaires

Racisme : définition politique Je pensais avoir suffisamment exprimé ce qu’était le racisme, tel que je le considère. Au vu de certaines questions qui m’ont été posées, et de certaines interpellations, je vois qu’il n’en est rien. Il est vrai que j’en ai donné un aperçu ici et ici, mais je pense qu’il faut essayer d’expliquer pourquoi il est pertinent de décorreler ce que j’appelle racisme et ce que le commun – étant souvent des dominants – appelle racisme. La définition du mot racisme fait toujours débat. Rappelons d’abord les trois définitions les plus courantes pour le mot racisme : Idéologie de hiérarchisation des races Discrimination sur le critère de la race (sous-entendue injuste)Attitude d’hostilité systématique envers certaines catégories On peut voir alors que parler de racisme, comme ça, hors de tout contexte, ça ne veut rien dire en fait. Mais essayons de justifier pourquoi les autres sont insuffisantes, voire permettent juste de se détourner des problèmes des minorités. Pour aller plus loin : J'aime :

Jeune Citoyen : Comment clouer le bec à un ami raciste ? Ce sont les pays du sud qui accueillent le plus d’immigrés et de réfugiés. L’immigration massive, si tant est qu’on puisse y accoler le qualificatif "massive", c’est d’abord et en majorité en direction des pays du sud. Dans un pays, mise à part des pays totalitaires (et encore…), Il y a des gens qui viennent et d’autres qui partent. Il y a des étrangers et Français venant en France, et des étrangers et français quittant la France. L’immigration n’est pas une. Loin s’en faut. J’avais lu, il y a pas si longtemps, que d’après L’INSEE, concernant la composition de la population immigrée, 40% venaient d’Europe, 45% d’Afrique(35% Maghreb, et 11% Afrique subsaharienne) et 15% d’Asie et d’Amérique. Quand les politiques parlent d’entrée, ils omettent parfois de citer les ressortissants de type européen mais bon… Concernant l’immigration, beaucoup confondent l’immigration légale, illégale (estimée à 200 000 ou 400 000 ) et les français d’origine étrangère. Bref Quelques chiffres :

Birmanie : violences et apartheid contre les Rohingyas En partenariat avec Alternatives Internationales Les Rohingyas sont aujourd’hui victime d’exactions qui reflètent les préjugés xénophobes de la majorité de la population à l’égard de cette minorité musulmane. Et, plus profondément, la persistance d’une conception raciale de la nation en Birmanie Les récentes violences contre la minorité musulmane des Rohingyas en Birmanie et les manifestations de bonzes réclamant leur expulsion du pays confondent les observateurs étrangers. D’abord parce que le discours dominant en Birmanie identifie la minorité rohingya à des étrangers – des Bengalis – n’appartenant pas au socle identitaire « birman ». Il est fort probable que dès la fin du 19e siècle, des communautés sunnites venues de la région de Chittagong, profitant de la colonisation britannique, se soient définitivement fixées au sud de la rivière Naaf, dans les districts de Maungdaw et Buthidaung. Par delà le rejet racial et communautaire, s’ajoutent de profondes rancœurs historiques.

The Migrants Files - Detective.io Les générations J'ai envie de parler un peu du concept de générations appliquées à l'immigration. Pour rappel : 1ère génération : tu débarques en France2ème génération : tes enfants naissent en France et ont la nationalité française.3ème génération : tes petits enfants naissent en France et ont la nationalité française puisque tes enfants sont français. J'ai récemment fait l'inventaire en remontant mon arbre généalogique. - Je suis née en France, ainsi que deux de mes soeurs, de parents algériens. - Mon frère et deux de mes soeurs sont nés en Algérie mais sont arrivés en France à 7 ans pour l'un, 6 ans pour l'autre, et 2 mois pour la dernière. Alors là ça se complique. - Ma mère est née en Algérie et a débarqué en France à 28 ans. - Mon père est né en Algérie et a fait des allers retours pendant plusieurs années entre la France et l'Algérie, avant de s'y installer définitivement à 29 ans. Ce qui ferait de moi une 3ème génération par mon père, mais une 2ème génération par ma mère.

« Ces gens-là sont morts, ce ne sont plus des migrants », par Jean-Marc Manach Le 3 octobre 2013, un chalutier transportant cinq cent réfugiés venant pour majorité de l’Erythrée et de la Somalie tombait en panne à deux kilomètres de l’île italienne de Lampedusa. Espérant alerter les secours, un passager mit le feu à une couverture. Le bateau s’embrasa, certains passagers sautèrent dans l’eau, d’autres se ruèrent sur l’un des côtés du navire, qui se retourna. Cette tragédie, qui fit plus de trois cent soixante morts, fut largement relayée dans les médias. Jamais on n’avait autant parlé des risques pris – et des drame vécus – par tous ces réfugiés qui cherchent à gagner l’Europe au péril de leur vie. Une équipe de journalistes européens révèle aujourd’hui que plus de vingt-trois mille hommes, femmes et enfants sont « morts aux frontières » de l’Europe, depuis l’an 2000, soit plus de 50 % de plus que les estimations dont on disposait jusqu’alors.

Incendie mortel dans une usine squattée par des Roms à Lyon LE MONDE | • Mis à jour le | Shahzad Abdul et Richard Schittly ((à Lyon)) Trois personnes, deux femmes et un enfant, sont mortes lundi 13 mai dans l'incendie d'une usine désaffectée qui était squattée par environ 150 à 300 Roms à Lyon, selon un bilan provisoire établi par les pompiers et la Préfecture. L'incendie, qui s'est déclaré vers minuit, a totalement embrasé le bâtiment d'environ 150 m² situé dans le 8e arrondissement de Lyon. Le sinistre pourrait avoir fait six ou sept morts au total, selon les pompiers. Les rescapés ont été évacués dans le gymnase d'une école. "L'incendie a été très violent, un bâtiment entier était embrasé à notre arrivée", indique le commandant Christophe Serre, officier au service départemental d'incendie et de secours du Rhône, qui affirme que les conditions d'intervention sont périlleuses : "Des planchers menacent de s'effondrer, on cherche à progresser mais l'accès est très difficile."

Les idées fausses, ça suffit ! ATD Quart Monde vous offre un an d’abonnement à Feuille de Route, le mensuel d’actualités contre la misère. Pour bénéficier de cet abonnement d’un an, cliquez ici Commandez le livre "En finir avec les idées reçues sur les pauvres et la pauvreté" Nous vous invitons à déconstruire des préjugés et des stéréotypes répandus sur la pauvreté et les pauvres, afin que ceux-ci cessent d’être les boucs émissaires des maux de nos sociétés et qu’ils deviennent au contraire des partenaires à part entière dans la construction d’un monde plus juste. Voici quelques-unes de ces idées reçues. Travail réalisé par ATD Quart Monde et la MRIE, Mission Régionale d’Information sur l’Exclusion en Rhône-Alpes. 1) Sur la pauvreté en général « Les pauvres coûtent cher à la société » Oui, et plus que l’on ne pense (et ils rapportent aussi !). 2) Sur les minima sociaux « La France distribue des minima sociaux élevés. » Faux. « Il n’y a pas assez d’argent dans les caisses pour augmenter les minima sociaux » Faux. Faux. Faux.

Related: