background preloader

L'évolution du corps des femmes depuis les années 60

L'évolution du corps des femmes depuis les années 60

http://www.youtube.com/watch?v=EF4QtrWLRcY

Related:  Dictature de l'apparenceImage de soiNocivité des médias

Beauté physique : des traits autres que physiques influencent la perception Ces résultats montrent que les gens perçoivent l'attrait physique différemment lorsqu'ils connaissent quelqu'un. Alors que ces recherches montrent quelles caractéristiques les gens trouvent physiquement attrayantes au premier coup d'oeil, elles ne tiennent pas compte des traits non physiques qui peuvent influencer la perception de la beauté d'une personne avec le temps. Afin de vérifier systématiquement si les gens peuvent voir l'attrait physique d'une personne différemment quand ils connaissent ses qualités, les chercheurs ont mené trois recherches qui permettaient de comparer la perception d'étrangers et de gens familiers.

Sondage: La perception de leur corps par les femmes varie en fonction de leur milieu social Certaines sont fières de leur corps, d’autres aimeraient mieux l’oublier. Révélé ce mercredi, le sondage exclusif* CSA pour 20 minutes et Terrafemina.com, montre que la perception de leur corps chez les femmes varie en fonction de leur milieu social. Ainsi, 74% des femmes cadres et professions libérales estiment que leur corps constitue une part de leur identité, contre seulement 54% des employées et des ouvrières. Un écart de perception s’expliquant par le fait que les femmes de catégorie sociale supérieure sont les plus satisfaites de leur corps (58%), tandis que les ouvrières expriment un rapport plus compliqué à celui-ci (32% en sont mécontentes). «Or, dans une société ou l’impact de l’apparence physique est croissant, le corps ne peut être source d’identification que si on le trouve beau», souligne le sociologue Jean-François Amadieu, notamment spécialiste des déterminants physiques de la sélection sociale.

La face cachée de la mode Si des célébrités respectées font la couverture des magazines dans des poses sexualisées, peut-on s’attendre à ce qu’une mannequin mineure dise qu’elle se sent mal à l’aise d’adopter ce type de poses ? On comprend mieux le phénomène lorsqu’on voit ce qui se passe ces années-ci : les jeunes filles publient des photos d’elles-mêmes (par... If famous and respected celebrities pose on magazine covers in a sexualized manner, can we expect an underage model to say she is not comfortable posing in this way? We can also better understand this phenomenon: young girls publish pictures of themselves (e.g. on social networks like Facebook), publicly imitating the hypersexualized images with which... Il y a quelques jours, une copine m’a envoyé un courriel après avoir été frappée par les couvertures de magazines dans les kiosques ce mois-ci; selon elle, un très grand nombre étaient hypersexualisées.

Les Françaises sont les plus minces d'Europe, mais aussi celles qui veulent le plus maigrir Corps réel et corps désirable sont rarement en adéquation. Mais l’écart entre les deux varie de façon significative selon les pays. C’est ce que révèle une récente enquête internationale conduite auprès de 20.000 personnes dans 13 pays de 4 continents, publiée mercredi. 4 profils types Ainsi, en Corée du Sud, la corpulence moyenne des habitants correspond à l'idéal de minceur très largement dominant (81% pour les femmes et 80% pour les hommes) et la «pression à la minceur» y est extrêmement forte, mais de manière égale sur les hommes et les femmes.

Une adolescente trisomique devient mannequin pour Wet Seal Pondu par PerrineP le 25 septembre 2013 Karrie Brown, une jeune adolescente atteinte du syndrome de Down, a enfin réalisé son rêve en posant pour la marque de prêt-à-porter Wet Seal ! Cette jeune demoiselle de 17 ans s’appelle Karrie Brown. La discrimination à l'encontre des obèses a la dent dure SOCIETE Les personnes obèses souffrent toujours autant, sinon plus, de discrimination... Alexandra Luthereau Publié le Mis à jour le Mots-clés Aucun mot-clé «Stop aux diktats». Cette année, la Journée européenne de l’obésité qui se tient ce vendredi 24 mai est placée sous le signe de la reprise en main de sa santé «tout en prenant de la distance par rapport au regard des autres», explique Anne-Sophie Joly, présidente du Collectif national des associations d’obèses (CNAO) qui coordonne l’événement en France. Les personnes obèses pâtissent de préjugés solidement ancrés dans les esprits.

Comment être belle autrement que Léa Seydoux en couv’ de LUI ? Une prise de poids vous pourrit la journée, une mèche rebelle vous met de mauvais poil, ou vous passez un temps fou à essayer de "le valoir bien" ? Mais ne vous êtes jamais vous dit que l'ensemble des messages cosméto-médiatiques qui valorisent l'apparence physique sont tout aussi vicieux qu'insidieux ? Et à voir depuis quelques jours la belle Léa Seydoux en couv' de LUI placardée sur les bus et autres supports de pub comme autant de rappels - malgré elle - de cette ritournelle d'injonctions esthétiques qui plombent notre quotidien... pourquoi ne pas se dire qu'une autre beauté est possible ?

La sexualisation dans les média nuit à l'image de soi des adolescentes Il a aussi analysé les récentes campagnes de publicité et les méthodes de vente de produits destinées aux jeunes filles. Pour le groupe de travail, il y a sexualisation, "quand la valeur d'une personne vient seulement de son attrait ou de son comportement sexuel, à l'exclusion d'autres caractéristiques, et quand une personne est considérée comme un objet sexuel, comme une chose pour une utilisation sexuelle par un autre." Selon le rapport, le volume d'images sexualisées a augmenté en même temps que l'accessibilité à une plus grande diversité de technologies, ce qui conduit à une plus grande exposition et une plus grande pression sur les jeunes filles.

Les femmes ont tendance à se faire plus belles à l'ovulation Parmi ces choses, explique Martie Haselton chercheure en psychologie et auteure principale de cette recherche, l'ovulation est un événement subtil qui change la biochimie. Et tout de même, ce changement biochimique a tendance à se manifester par une différence observable et frappante dans la façon de se vêtir. L'approche des menstruations n'a pas, selon cette recherche, d'effet observable sur la façon de se vêtir. Cette recherche fait écho à un ensemble de recherches récentes qui montrent des changements subtils et surprenants dans le comportement des femmes à l'approche de leur période d'ovulation, incluant une plus grande tendance à flirter avec d'autres hommes que leurs partenaires.

Partage de photos et nombre d'amis sur Facebook sont influencés par le type d'estime de soi Les femmes qui fondent leur estime de soi sur l'apparence ont tendance à partager plus de photos en ligne et à maintenir de plus grands réseaux sur Facebook, selon une étude publiée dans la revue Cyberpsychology, Behavior and Social Networking. Michael A. Stefanone de l'Université d'État de New York à Buffalo et ses collègues ont étudiés les variables expliquant les comportements en ligne sur les sites de réseaux sociaux. Ils ont mené cette étude avec 311 hommes et femmes, âgés de 23 ans en moyenne, qui ont complété un questionnaire mesurant les déterminants du sentiment de valeur personnelle.

Ce que le look dit de nous Elise Ricadat et Lydia Taïeb ont écouté ces patientes, celles qui ont toujours un besoin quasiment irrépressible d’acheter un vêtement qui leur irait mieux que ceux qu’elles ont déjà, et les autres pour qui s’habiller est source d’angoisse. Sous l’apparente futilité de cette quête du vêtement idéal, c’est une interrogation fiévreuse sur la féminité que les auteures dévoilent dans leur livre “Rien à me mettre” publié aux Editions Albin Michel. Quand le vêtement-plaisir se transforme en vêtement-dépendance, cette petite phrase anodine et si souvent entendue:”je n’ai rien à me mettre” traduit une réelle difficulté identitaire concernant la féminité. C’est pourquoi ces femmes cherchent vainement à se rassurer par l’achat de vêtement. L’ouvrage retrace la longue route que représente la construction de “l’être femme” au travers de cet élément hautement investi par les femmes qu’est le vêtement.

Look : Comment ne plus souffrir de la tyrannie de l’apparence ? Belles, minces, jeunes… Comment ne pas souffrir quand on échoue à ressembler aux icônes de beauté que l’on nous donne en modèle ? Faut-il pour autant renoncer à l’envie de nous « faire belles » ? Pour Sophie Cheval, psychologue clinicienne et psychothérapeute, il est possible, en s’éloignant des injonctions esthétiques actuelles, de retrouver le plaisir de prendre soin de soi. Et de remettre, par la même occasion, la beauté à sa juste place. Pourquoi accordons-nous tant d’importance au physique, le nôtre comme celui des autres ? Pub + image corporelle négative affectent le sentiment de valeur personnelle L'image corporelle est la perception qu'une personne a de son apparence physique. Une personne qui a une image corporelle négative perçoit son corps comme n'étant pas attrayant pour les autres tandis qu'une personne qui a image corporelle positive se voit comme attrayante ou du moins accepte son corps tel qu'il est. L'image corporelle n'est pas nécessairement liée à des mesures objectives ou à l'opinion que les autres peuvent avoir. Une personne qui a une image corporelle négative peut être considérée comme jolie par les autres alors qu'une personne ayant une bonne image corporelle peut être jugée comme n'étant pas attrayante par les autres.

Adolescence : quête d'identité - Patrick Pelège - Université de tous les savoirs au lycée Canal-U Accueil > VidéoUniversité de tous les savoirs au lycée > UTLS au Lycée 2011 > Adolescence : quête d'identité - Patrick Pelège Adolescence : quête d'identité - Patrick Pelège

Related:  Le corpsNocivités des médias