background preloader

Pdmqdc_album.pdf

Pdmqdc_album.pdf
Related:  Plus de maîtrespréparation crpe

Les postures enseignantes Une posture est une structure pré-construite (schème) du « penser-dire-faire », qu’un sujet convoque en réponse à une situation ou à une tâche scolaire donnée. Les sujets peuvent changer de posture au cours de la tâche selon le sens nouveau qu’ils lui attribuent. La posture est donc à la fois du côté du sujet dans un contexte donné, mais aussi de l’objet et de la situation, ce qui rend la saisie difficile et interdit tout étiquetage des sujets. Les « postures d’étayage » permettent de rendre compte de la diversité des conduites de l’activité des élèves par les maîtres pendant la classe : Une posture de contrôle : elle vise à mettre en place un certain cadrage de la situation : par un pilotage serré de l’avancée des tâches, l’enseignant cherche à faire avancer tout le groupe en synchronie.

La lecture, une histoire de méthodes Avez-vous englouti Hegel d’un trait alors qu’il vous fallut, enfant, marmonner à l’infini les mots «lune» et «hibou» de votre méthode Boscher ? Avez-vous dévoré Darwin après en avoir bavé avec le manuel Au Jardin des images et son épique Dominique qu’une «petite puce, pique, pique, et pique» ? Ou bien avez-vous péniblement ânonné Koko et Rikiki ou cent fois remâché les aventures de Rémi et Colette ? S’il est bien un livre dont nombre d’adultes se souviennent, c’est de leur premier manuel de lecture. Et «longtemps, comme le souligne Philippe Simon, journaliste à Ouest-France. Charlemagne. Outre les tentatives moyenâgeuses à coup de psautiers, les encouragements de Charlemagne (qui ne savait pas lire) à former des lettrés ou les efforts de Luther pour que chaque fidèle puisse accéder lui-même aux textes religieux, l’enseignement de la lecture fait ses premiers pas au XVIIe. Colette et Rémi. 1923, nouvelles instructions officielles : l’élève doit pouvoir construire son savoir.

Pierrot ou les secrets de la nuit Fiche pédagogique Descriptif physique, axe de travail et propositions d'activités autour de Pierrot ou les secrets de la nuit Fiche pédagogique Découpage et analyse de l'oeuvre en 5 parties Fiche pédagogique Fiche proposée par l'éditeur Gallimard Fiche pédagogique Série d'exercices sur les sentiments à partir de Pierrrot ou les secrets de la nuit

Le co-enseignement et si vous vous laissiez tenter?LeWebPédagogique Bonjour à tous, Aujourd »hui nous allons parler de co-enseignement. La pratique se développe certes,mais reste sporadique dans bien des académies. Pourtant ses bénéfices pour les élèves comme pour les enseignants sont multiples. Or le plus souvent on n »ose pas ou peu, on se freine par les contraintes qu »une telle pratique impose. Éclairage sur tout-ceci. 1. Il s »agit d »intervenir au sein d »une même classe à deux enseignants. Il s »agit en effet de tout mutualiser qu »il s »agisse des élèves, des moyens, des locaux, du matériel. Co-enseigner signifie que deux adultes ayant une mission d »enseignement interviennent dans un même espace, un même temps, en direction des mêmes élèves. 2. Ils sont multiples. Tout d »abord le co-enseignement permet d »individualiser et différencier les apprentissages beaucoup plus efficacement. Lors de moments de décrochage on peut rebondir plus vite auprès d »un élève, réexpliquer, conseiller au niveau méthodologique. 3. Il en existe aussi.

La dict e en classe au cycle 2 Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use only and may not be sold or licensed nor shared on other sites. SlideServe reserves the right to change this policy at anytime. While downloading, If for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server. 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 17. 18. 19. 20. 21. 22. 23. 24. 25. 26. 27. 28. 29. 30. 31. 32. 33. 34. 35. 36. 37. 38. 39. 40. 41. 42. 43. 44. 45. 46. 47. 48. 49. 50. 51. 52. 53. 54. 59. 60. 61. 62. 63. 64. 65. 66. 67. 68. 69. 70. 71. 72. 73. 74. 75. 76. 77. 78. 79.

Université d'automne du Snuipp : Quel effet du plus de maître que de classe ? En quoi l'arrivée des plus de maitres que de classes (PDM) incite-t-elle les équipes d’écoles à penser autrement leurs pratiques habituelles ? Le 19 octobre, dans l'université d'automne du Snuipp, Marie Toullec-Théry, maîtresse de conférence en Sciences de l’Education à l’université de Nantes et Patrick Picard, directeur du centre Alain Savary, apportent leur analyse. Passer du je au nous : les différents acteurs doivent co-agir Les préoccupations des enseignants face à ce nouveau dispositif sont multiples. Les conférenciers ont dégagé en les catégorisant celles revenant le plus souvent dans la bouche des enseignants : 1. 2. 3. 4. Les différents acteurs sont donc dans la nécessité de co-agir. Un maître en plus mais pour quoi faire ? Très souvent c’est la remédiation en direction d’un groupe d’élèves hors la classe qui est utilisée. L’enseignant (sous peine de devoir ré-enseigner ce qui a été vu en atelier) a également un rôle de connecteur à jouer. Et la co-intervention ? Morgan Vincent

Typologie des erreurs d'après la classification de Nina Catach - Le blog de lemaster2meefetlecrpedekro.over-blog.com 25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 15:57 Graphème : la ou les lettres qui permettraient de transcrire un son (un phonème). Nina Catach propose les définitions suivantes : - le phonème : c'est la plus petite unité phonique d'une langue. - le morphème : c'est la plus petite unité de sens d'une langue. - le graphème : c'est un signe graphique (lettre ou ensemble de lettres) pouvant aussi bien correspondre à un phonème qu'à un morphème. - les logogrammes : ce sont des graphèmes de fonction distinctive, c'est à dire qu'ils permettent de différencier les homophones. Classement des erreurs : - erreurs à dominante phonogrammique : 1) altérant la valeur phonique du mot 2) n'altérant pas la valeur phonique du mot - erreurs à dominante morphogrammique : 1) morphèmes grammaticaux 2) morphèmes sémantiques - erreurs à dominante logogrammique : 1) logogrammes grammaticaux 2) logogrammes lexicaux - erreurs concernant les signes typographiques Partager cet article

Faire des mathématiques en co-enseignement : une aide pour penser les mathématiques gagarine9 Le bilan post-séance (qui permet d'entrer dans la préparation de la séance suivante) est l’occasion de revenir sur le cas d’élèves rencontrant des difficultés portant sur l’utilisation du vocabulaire institutionnel et d’orienter les futures tâches du rituel sur cet aspect : «J’ai vu qu’I. était bien perdu, de ce que cela voulait dire, et A., A. s’en est tiré finalement sur la fin mais pour I. c’était compliqué. Je sais pas, c’est quelque chose qu’on doit revoir, ça fait, comment, trois fois, non?» (MS). «Alors, je pense qu’on va continuer à donner des exercices en rituel» (MC). «Par contre, je trouve que, pareil, sur le vocabulaire, c’est encore difficile, quel mot utiliser ? C’est aussi l’occasion de faire un bilan global positif dans les objectifs de rituel que s’étaient assignés les enseignantes. «J’ai trouvé, en dehors de ces quelques élèves, j’ai trouvé qu’ils s’en sortaient pas trop mal, parce qu’il cherchaient tout de suite un croisement» (MC). • ce qu’a en tête l’enseignant,

Lettres : Apprentissage de la langue : principes et conseils La maîtrise de la langue est une compétence que le socle actuel et futur affirme comme essentielle. Le collège des inspecteurs de l’académie de Besançon a publié un document qui éclaire certains principes et livre quelques conseils susceptibles de favoriser cet apprentissage, dont un rapport récent de la DEPP déplorait les limites et les ratés dans l’enseignement en France. Plus encore que scolaire, l’enjeu est psychologique et politique, tant la maîtrise de la langue « conditionne la construction de soi et la représentation positive du vivre ensemble » : « quelle citoyenneté possible pour qui n’aime ni lire, ni écrire, ni converser ? Il est ainsi souligné qu’ « il est essentiel de ne pas faire de la maîtrise du français écrit un préalable bloquant aux apprentissages » : « trop d’élèves échouent parce qu’on fait plus ou moins consciemment de la maîtrise de la langue française un préalable aux apprentissages, et non une finalité parmi d’autres des apprentissages ». Jean-Michel Le Baut

Actualités - « Plus de maîtres que de classes » Comité national de suivi "plus de maîtres que de classes" Présidé par madame Marie-Danièle Campion, rectrice de l'académie de Clermont-Ferrand, le comité national de suivi est constitué d'enseignants exerçant dans le premier degré, de formateurs (conseillers pédagogiques et maîtres formateurs), de représentants des organisations syndicales, de chercheurs, de cadres de l'éducation nationale. L'Inspection générale de l'éducation nationale et la Direction de l'évaluation, de la performance et de la prospective (DEPP) apportent également leur expertise aux travaux du comité qui a pour mission d'accompagner la mise en oeuvre de ce dispositif. Consulter leRapport du comité national de suivi du dispositif "plus de maitres que de classes" remis le 29 septembre 2015 à la ministre. Prévenir la difficulté scolaire Prévoir les formes d'organisation les plus efficaces Des modalités d'intervention variées Mieux répondre aux besoins des élèves Organiser la mise en œuvre du dispositif Les écoles concernées

Cycle III Français Ci-dessus, le cahier d'une de mes élèves à l'occasion du jogging d'écriture d'hier (:D Corruption de fonctionnaire). Jogging d'écriture ? Oui, cette année, tous les matins, mes élèves de CM2 écrivent quelques mots ou phrases dans leur cahier du jour. J'utilise des consignes très variées, appelant des textes plus ou moins longs, que j'ai glanées sur les blogs des copains de la CPB, pour la plupart. Je vous ai mis ma sitographie en fin d'article. Comment ça marche ? C'est la première chose qu'ils font en s'installant à leur place, après l'atelier du matin. Je corrige toutes les rédactions le soir mais ils ne font pas de deuxième jet, sauf quand je vois qu'un difficulté générale s'est présentée (par exemple quand j'ai travaillé le passé simple, j'ai donné des débuts de contes à poursuivre en alternant imparfait et passé simple, et là ils ont repris le mardi leur texte du lundi, pour le corriger ou l'améliorer). Le fait de travailler en un seul jet leur semble moins fastidieux. Décris... 2.

M. Develay : Plus de maîtres que de classes On dit que le diable, celui qui divise et qui détruit les harmonies, est dans les détails. Cela conduirait-il symétriquement à penser que la lumière qui apporte la vie et facilite la connaissance, cause d’harmonie, est dans l’essentiel ? Dans ce cas, que peut-on trouver comme puissance mythique dans le « plus de maîtres que de classes » ? Un détail ou l’essentiel pour refonder l’école ? Le diable ou la lumière ? 1. La circulaire du 15 janvier 2013 précise entre autres : « Les écoles prioritairement concernées par l'attribution de ce moyen supplémentaire sont celles de l'éducation prioritaire, mais aussi des écoles repérées localement comme relevant de besoins similaires… Diverses formes d'interventions pédagogiques peuvent être choisies dont la co-intervention dans la classe avec le maître titulaire ou la prise en charge de groupes d'élèves en fonction de leurs besoins. La mission du maître supplémentaire vient en appui de ses collègues dans la classe. 2. 3. Un détail, ou l’essentiel ?

Maitres surnuméraires : à quelles conditions ? La publication de la circulaire sur les "maîtres surnuméraires" dans les écoles donne chair à une question importante pour la refondation de l'Education prioritaire : comment faire de cette proposition un levier pour le travail collectif, au service de la réussite de tous ? On en parle beaucoup, mais ce n’est pas si nouveau : il y a presque dix ans, un intéressant rapport de la DEPP tentait d’évaluer l’impact des maîtres surnuméraires (MS) dans les écoles, mis en place dans le cadre de la déclinaison des politiques d’éducation prioritaires sur les territoires. L’étude concluait notamment qu’on attendait beaucoup de lui, par son effet d’entrainement, « rassembleur, expérimenté, volontaire, voire formateur », référent, sécurisant. Au passage, notons que ces qualités sont souvent celles qu’on cite pour les directeurs efficaces, nous y reviendrons. L’expérience du Centre Alain-Savary - Comment ne pas « saupoudrer », noyer le MS sous une foule de priorités ? Articuler les métiers

Related: