background preloader

450 euros d'amende pour diffusion de « légumes clandestins » - Biodiversité ?

450 euros d'amende pour diffusion de « légumes clandestins » - Biodiversité ?
Related:  SemencesAgronomie

Agriculture : la réutilisation des semences sera sanctionnée Le Parlement a adopté, lundi 28 novembre, une proposition de loi UMP sur "les certificats d'obtention végétale". Il devrait simplifier l'utilisation de semences de variétés protégées. Une simplification contestée par certains syndicats professionnels, qui estiment qu'elle "bafoue" des pratiques agricoles ancestrales. Le texte du sénateur UMP Christian Demuynck a été adopté par le Sénat en première lecture le 8 juillet et transpose une convention internationale pour la protection des obtentions végétales de 1991. Il conforte les spécificités du "certificat d'obtention végétale", un droit de propriété intellectuelle original créé par la France pour les semences afin d'éviter le recours aux brevets mis en place notamment aux Etats-Unis pour le vivant. Le texte est contesté par des syndicats agricoles et collectifs car les agriculteurs devront désormais payer une indemnité, sous conditions, lorsqu'ils réutilisent leurs semences d'une année sur l'autre. Selon M.

Pesticides : les preuves du danger s'accumulent En dépit des dénégations des industriels, les pesticides causent de nombreuses pathologies, des cancers aux troubles neurologiques, qui touchent particulièrement agriculteurs et femmes enceintes. En dépit des dénégations des industriels du secteur, les pesticides sont bel et bien impliqués dans un grand nombre de pathologies lourdes – cancers, maladies du sang, troubles neurologiques, malformations, etc. – dont l'incidence tend à augmenter dans le monde. C'est l'idée-force d'une impressionnante expertise collective menée sur l'ensemble des connaissances internationales actuelles, et pilotée par l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), qui l'a rendue publique jeudi 13 juin. Cette synthèse rassemble les données épidémiologiques issues de nombreux pays (Etats-Unis, Canada, Australie, Finlande, Danemark, etc.), qui précisent les effets sanitaires des principaux produits phytosanitaires : insecticides, herbicides et fongicides.

Réforme de la PAC : un tournant dans l’avenir de notre modèle agricole La Politique Agricole Commune (PAC) des 7 prochaines années se décide actuellement au sein de l’Union Européenne, dans le cadre de négociations qui doivent aboutir à la fin du mois de juin. Décriée, la PAC soulève de nombreuses problématiques environnementales, socio-économiques et internationales. Retour sur ces enjeux fondamentaux pour l’avenir de notre agriculture. Depuis plusieurs mois, la réforme de la PAC 2014-2020 est devenue un sujet brûlant pour l’Union Européenne. Une agriculture destructrice de son environnement En matière d’enjeux environnementaux, tout d’abord, la PAC n’est pas orientée vers des politiques durables et agroécologiques. Une agriculture injuste et en perte de vitesse Dommageables à l’environnement, les aides de la PAC le sont également à notre système économique et social. Au sein de l’UE, la répartition des aides de la PAC est sujette à de nombreuses critiques, parmi les Etats-membres. Une agriculture inéquitable pour nos partenaires au Sud L’urgence de l’agenda

Open Source Seeds Licence : une licence pour libérer les semences Les principes de l’Open Source s’étaient déjà propagés à des domaines relativement éloignés du logiciel, comme celui de l’Open Hardware ou de l’Open Design. Mais le projet Open Source Seeds propose un modèle de contrat pour placer des graines sous licence libre. Rice grains. A première vue, l’idée peut paraître assez incongrue, car on voit assez mal ce que les semences peuvent avoir en commun avec les logiciels et pourquoi elles auraient besoin des licences libres. Une forme de copyleft « vert » est-il possible pour que les graines demeurent des biens communs ? Lutter contre l’appropriation des semences Face à ces formes d’appropriation du vivant par la propriété intellectuelle, il existe tout un mouvement qui se bat pour que les semences demeurent « libres ». Pour ne s’être pas pliée à cette réglementation, l’association Kokopelli a été poursuivie en justice et lourdement condamnée en 2012. Les semences comme biens communs ? Une licence pour placer les graines sous copyleft J'aime :

Traces de pesticides et anti cancéreux dans les eaux en bouteille Décidément ... la bataille de la qualité irréprochable de l'eau est loin d'être gagnée ! Le magazine 60 Millions de Consommateurs vient de publier une enquête édifiante sur la qualité des eaux du robinet et en bouteille. Selon Thomas Laurenceau, le rédacteur en chef du magazine, l'enquête "ne met absolument pas en cause l'honnêteté des embouteilleurs". L'analyse a porté sur 47 bouteilles d'eau, trois bonbonnes d'eau, et une dizaine d'échantillons d'eau du robinet prélevés dans trois départements. Les teneurs sont infimes, de lors du micron, c'est presque rien. Les autres bouteilles et l'eau du robinet ne sont pas en reste. Cette enquête montre donc qu'il faut revoir complètement les seuils limites et les molécules testées dans les eaux pour qu'elle soient dites potables.

Comment les Etats-Unis ont manipulé le Prix de l'alimentation 2013 pour promouvoir les OGM Le prix mondial de l'alimentation décerné à Monsanto ne cacherait-il pas une opération de propagande plus vaste destinée à séduire les pays du Sud, à commencer par l'Afrique à l'heure où le président Obama visite le continent ? « Lorsqu'on parle d'agriculture, le Prix mondial de l'alimentation est l'équivalent des oscars », c'est par ces mots que le New York Times annonçait les lauréats 2013 récompensant trois pionniers des biotechnologies. En tête, Robert T. Fraley, vice-président de Monsanto, Mary-Dell Chilton fondatrice du centre de recherche de biotechnologie de Syngenta en 1984 et Marc Van Montagu, chercheur belge, fondateur de Plant Genetic Systems Inc en 1982 et actuel président du lobby de la Fédération européenne des biotechnologies (Europa BIO). Depuis 1987, ce prix récompense les scientifiques qui contribuent à « améliorer la qualité, la quantité et la disponibilité » de nourriture dans le monde et s'inscrit dans l'héritage de son fondateur, Norman E.

Presse La filière Semences et Plants se mobilise pour les variétés anciennes 08 février 2013 Depuis quelques années, les consommateurs et les jardiniers amateurs se passionnent de plus en plus pour les variétés anciennes. Dans les premiers temps, ils avaient des difficultés à retrouver ces variétés pour les cultiver, puisqu’elles avaient quasiment disparu des marchés. Encore fallait-il ajuster les conditions de commercialisation et donc d’inscription au catalogue sur le marché français. La France est à l’origine de la moitié de ces variétés de conservation ou sans valeur intrinsèque inscrites dans l’Union européenne, prouvant que le marché français est le plus diversifié et ouvert à tous types de variétés. Les conditions financières restent cependant un obstacle à l’inscription pour certains établissements qui souhaitent commercialiser leurs variétés anciennes en toute légalité. Haut de page

Etude américaine: l'AB surpasse l'agriculture conventionnelle L'institut Rodale de Pennsylvanie a publié une étude comparative sur 30 ans dans la province canadienne du Saskatchewan. Contrairement aux idées reçues, l'agriculture biologique a surpassé l'agriculture conventionnelle dans chaque mesure. d'après un article du Journal Starphoenix, septembre 2011 Au dernier décompte, il ya environ 1500 agriculteurs biologiques au Saskatchewan. Ils évitent les engrais synthétiques et sprays toxiques qui sont le pilier de fermes conventionnelles. La pensée conventionnelle sur l'agriculture - qui répète que nous devons tolérer les produits chimiques toxiques, car l'agriculture biologique ne peut pas nourrir le monde - est erronée. En fait, des études comme les essais de Rodale (disponibles ici) montrent que, après une période de transition de trois ans, les rendements biologiques ont égalé les rendements conventionnels. Plus important que le rendement, du point de vue de l'agriculteur, c'est le sujet du revenu, et en bio il est nettement supérieur.

Pourquoi la Russie a interdit l'usage des fours à micro-ondes ? Cuire au micro-onde est, techniquement, une forme d'irradiation de la nourriture. Je trouve intéressant que les gens qui disent ne jamais manger d'aliments « irradiés » n'ont aucune hésitation à « micro-onder » leurs aliments. C'est la même chose (juste une longueur d'onde différente). Vous exposez votre nourriture à un radar à haute fréquence et elle chauffe. En passant, le micro-onde fonctionne comme annoncé. Le micro-onde est l'appareil du mort vivant. Faites-vous une faveur : jetez votre micro-onde. Voici quelques-unes des découvertes récentes sur les aliments cuits au micro-onde : 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. • Du d-Nitrosodiethanolamine (un agent cancérigène bien connu) • Une déstabilisation des composants biomoléculaires des protéines actives • La création d'un effet reliant à la radioactivité de l'atmosphère • La création d'agents cancérigènes dans les composants protéinés du lait et des grains de céréales. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 17.

Svalbard Global Seed Vault : une véritable « Arche de Noé verte » Selon la Bible, l’Arche de Noé était une grande embarcation construite sur ordre de Dieu pour sauver Noé, sa famille, et l’ensemble des espèces animales du Déluge. C’est ce qui vaut le surnom « d’Arche de Noé Verte » au Svalbard Global Seed Vault : cette chambre forte a pour but de stocker et de protéger la biodiversité végétale (les graines de l’ensemble des cultures vivrières) menacée par le réchauffement climatique, les catastrophes naturelles, ou encore les guerres. Laissez un commentaire : Votre commentaire (min. 40 caractères) Inaugurée en février 2008 sur l’île du Spitzberg (après deux ans de travaux), l’installation très sécurisée totalise un volume de stockage de près de 1 500 m3. Autre avantage : construite à 130 mètres au-dessus du niveau de la mer, la banque de graines ne sera pas submergée en cas de fonte des glaces et de hausse du niveau des océans. Déjà 500 000 variétés de graines mises à l’abri

Pesticides: "Je me bats pour que les agriculteurs cessent de mourir en silence" Depuis quand êtes-vous engagée dans le combat anti-pesticides? Depuis le décès de mon frère Denis, survenu le 12 octobre 2009 des suites d'un cancer des voies biliaires intrahépatiques. Il menait une vie saine mais il était, comme moi, salarié agricole et exploitait deux hectares de vigne, où il pulvérisait des pesticides (herbicides, fongicides, insecticides...). Après le diagnostic, nous avons immédiatement établi un lien entre ces polluants et sa maladie. > Lire aussi: Pesticides: dangers pour les ouvriers viticoles et pour les riverains De quelle façon avez- vous contribué à l'enquête Apache? Un jour, j'ai lu un article intitulé "Pesticides: tous contaminés?" A la recherche de financements, j'ai soumis mon idée à l'association Générations Futures, qui a répondu favorablement puisqu'elle y pensait également depuis un moment. Quels sont les dangers encourus par les professionnels? Un des grands dangers est le non respect du délai d'entrée sur la parcelle après pulvérisation.

L’azote atmosphérique remplacera-t-il les engrais ? Le chercheur Edward Cocking est directeur du Nottingham's Centre for Crop Nitrogen Fixation. Avec son équipe, il a développé une méthode basée sur la symbiose d'une bactérie avec la plante, qui permet au végétal d'exploiter l'azote atmosphérique plutôt que les nitrates. © Université de Nottingham L’azote atmosphérique remplacera-t-il les engrais ? - 2 Photos Des chercheurs de l’université de Nottingham, au Royaume-Uni, affirment avoir développé une méthode de fertilisation des plantes à la fois simple, efficace et complètement naturelle. Selon ces scientifiques, très optimistes, elle pourrait s’appliquer à presque toutes les plantes d'intérêt agricole du monde et permettre, ni plus ni moins, d'oublier l’utilisation d’engrais chimiques. L’azote est un nutriment essentiel dans la croissance des plantes, mais celles-ci ne sont pas capables de le fixer sous forme gazeuse. L’équipe, menée par le chercheur Edward Cocking, a exploité une bactérie capable de se servir de l’azote atmosphérique.

Catherine, la paysanne « rebelle » qui vend ses semences illégales – Les moutons enragés Une véritable « guerre des graines » semble s’être enclenchée en réaction à l’accaparement du patrimoine agricole par des groupes industriels, avec l’aval des autorités. Cette résistance s’observe à travers les cas symboliques d’individus issus de l’agriculture paysanne, de l’agroforesterie ou encore de la permaculture. Rencontre avec Catherine, responsable du groupe Semailles, qui persiste à vendre ses fameuses « graines interdites » !Les semences constituent certainement la richesse la plus essentielle de la culture paysanne. Les abeilles victimes de certains pesticides es apiculteurs, dont l'entrée en guerre contre les géants de l'agrochimie ne date pas d'hier, entrevoient enfin une issue favorable. Mercredi, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a rendu un avis très critique sur les pesticides dits néonicotinoïdes. Réclamé par la Commission européenne, cet avis désigne trois molécules - clothianidine, imidaclopride, thiaméthoxame... es apiculteurs, dont l'entrée en guerre contre les géants de l'agrochimie ne date pas d'hier, entrevoient enfin une issue favorable. Mercredi, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a rendu un avis très critique sur les pesticides dits néonicotinoïdes. Réclamé par la Commission européenne, cet avis désigne trois molécules - clothianidine, imidaclopride, thiaméthoxame - susceptibles de nuire gravement aux abeilles. « Un effet aigu » L'Efsa s'est penchée sur les conséquences d'une exposition des abeilles à ces molécules par le pollen et le nectar. S'abonner à partir de 1€ par mois

Related: