background preloader

Numérique : cette empreinte écologique que les consommateurs ont bien du mal à voir

Numérique : cette empreinte écologique que les consommateurs ont bien du mal à voir
Envoyer un mail, transférer ou répondre à un message... Autant de banals clics qui génèrent pourtant une quantité non négligeable d’émissions de CO2. L’envoi de courrier électronique dans une entreprise de 100 personnes équivaut à quatorze allers-retours Paris – New York (13,6 tonnes de CO2) chaque année. « On estime qu’un data center moyen consomme autour de quatre mégawatts par heure, ce qui équivaut environ à la consommation de 3 000 foyers américains », remarquent les auteurs de La face cachée du numérique [2]. Le poids de la Toile dans la consommation énergétique mondiale pourrait paraître négligeable aux côtés de celui des transports ou du chauffage. « A l’échelle mondiale, les data centers représentent 1,5% de la consommation électrique, soit l’équivalent de la production de 30 centrales nucléaires », rappelle cependant Fabrice Flipo, co-auteur de La face cachée du numérique. Réduire la part des énergies fossiles Des calculs de consommation difficiles Peu de contre-pouvoirs

Kenya : vivre sur les déchets électroniques | euronews, hi-tech Un million de personnes vivent à Kibera un gigantesque bidonville de Nairobi. Leonard Ngatia y habite. Il est devenu un habitué des arrières cours et des poubelles des boutiques de réparation de matériel électronique. C’est là qu’il ramasse ce que l’on ne veut vraiment plus. Les carcasses d’ordinateur, les appareils électroniques qui ne fonctionnent plus. Leonard Ngatia : “Plutôt que de jeter tout ça à la poubelle, nous ramassons le tout et ensuite nous sommes payés pour ça. En 2012, on a ainsi jeté dans le monde près de 50 millions de tonnes d’appareils électroniques. Charles Kuria, directeur HP Afrique de l’Est : “Nous devons éduquer les gens et leur apprendre que ce que l’on appelle des déchets électroniques est en fait une ressource. Les déchets électroniques contiennent de l’or, de l’argent, du palladium, du cuivre.

Tout savoir sur les batteries : mythes, astuces et avenir Les batteries au lithium-ion sont présentes dans la plupart de nos appareils électroniques. Ordinateur portable, smartphone en passant par la tablette, elles sont partout. Cette technologie relativement ancienne est malgré tout mal connue du grand public. Étudions donc avec ce dossier les mythes sur le lithium-ion, des astuces pour préserver au mieux sa batterie et enfin abordons l’avenir de cette technologie. Une technologie pour tous : Lithium-ion Tous les smartphones et tablettes utilisent actuellement la même technologie pour les batteries : le lithium-ion ou li-ion pour les intimes. Ça ne vous dit rien ? Le li-ion a plusieurs avantages par rapport aux anciennes technologies : une meilleure capacité, une décharge moins rapide et la suppression de l’effet mémoire. A lire sur le sujet : 8 smartphones à choisir pour leur autonomie Le fonctionnement du Li-Ion a beaucoup changé par rapport aux anciennes technologies. Quelques rappels sur les batteries Lithium-Ion Les cycles de la batterie

Que faire de ses déchets électroniques ? - 14 mars 2014 PLÉTHORE. Ordinateurs, smartphones, tablettes, mais aussi gros électroménager, sèche-cheveux ou encore réveil-matin... les appareils électroniques qui peuplent nos foyers sont très nombreux. D'après Eco-Systèmes, un organisme à but non lucratif agréé par l'État pour gérer ce type de déchets, chaque foyer français comporterait en moyenne 65 de ces appareils. Des appareils qui, une fois cassés, obsolètes ou devenus inutiles, connaissent des destins divers. DÉTAIL. Selon les estimations de l'ADEME, la collecte de ces déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) par les éco-organismes représente presque 7 kg par an et par habitant, soit entre 30 % et 40 % du volume annuel de ces déchets. Le dépôt sur le trottoir est une fausse bonne idée En effet, ce sont environ 20 kilos de déchets qui sont jetés chaque année par chaque français. "VANDALISME". Au final, 9,5 kilos sont tout de même collectés par les déchetteries les magasins ou l'économie sociale. CRISE. GUIDE.

Déchets d'équipements électriques et électroniques | wikipedia Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Écran d'ordinateur abandonné, contenant des métaux précieux, mais aussi toxiques (verre au plomb, etc.) Le recyclage des déchets électronique se met peu à peu en place, dans des conditions d'hygiène et de sécurité parfois douteuses, dans certains pays pauvres Le recyclage est rendu difficile du fait que les concepteurs et fabricants ne l'avaient pas prévu. Récupération de matériaux sur des tubes cathodiques dont le verre est fortement enrichi en plomb (sa fusion est source de vapeur toxique de plomb, facteur de saturnisme), ici à New-Delhi en Inde En Europe, une directive[1] visant un meilleur recyclage des produits électriques et électroniques limite cette catégorie aux matériels fonctionnant avec des tensions inférieures à 1 000 V en courant alternatif et 1 500 V en courant continu. Enjeux en termes de développement durable[modifier | modifier le code] Alternatives[modifier | modifier le code] Paradoxe[modifier | modifier le code]

85 % des ordinateurs usagés peuvent être reconditionnés Par Frédéric Bordage - 04/12/2013 Au Pérou, 85 % des ordinateurs arrivant de l’étranger pour être recyclés sont reconditionnés puis réutilisés dans le pays. Les Etats-Unis sont le premier fournisseur d’ordinateurs considérés comme en fin de vie. L’analyse du prix de rachat des équipements étasuniens usagés par les entreprises péruviennes montre que leur recyclage n’est pas rentable dans 88 % des cas. Si le Pérou parvient à un tel taux de reconditionnement, les pays européens peuvent aussi y arriver.

Related: