background preloader

La Norvège reconnaît que son saumon peut être dangereux pour la santé

La Norvège reconnaît que son saumon peut être dangereux pour la santé
Femmes enceintes et jeunes, ne mangez pas de saumon plus de deux fois par semaine. Telle est la nouvelle recommandation du gouvernement norvégien, forcé de reconnaître – tardivement – que ce poisson gras est aussi bourré de produits toxiques. Le gouvernement aimerait surtout que la nouvelle ne traverse pas la frontière. Pensez : la Norvège a été en 2012 à l’origine de 60% de la production mondiale de saumon atlantique, le pays a produit près d’1,2 million de tonne de ce poisson. France Un Français consomme environ 2,3 kilos de saumon norvégien en moyenne par an. En 2011, Rue89 vous avait alerté sur ce sujet, et trouvé étonnant que le ministère de la Santé recommande de manger du poisson gras deux à trois fois par semaine au nom de ses nombreuses vertus supposées pour la santé (ils sont bons pour le cœur, la circulation et la lutte contre certaines maladies inflammatoires, voire contre certains cancers). Des polluants organiques persistants dans le saumon Des avis pas écoutés Related:  santé publique

L'aspartame Eviter l'aspartame Dans son dernier ouvrage Toxic planete, le célèbre chimiste André Cicollela consacre une large part à l'aspartame, cet édulcorant artificiel intense et très faible en calories, découvert en 1965. L'aspartame entre dans la composition de milliers de produits : sodas, chewing gums, et même dans les médicaments. L'aspartame est autorisé en Europe, mais il fait l'objet régulièrement de controverses quant à son risque pour la santé. Il serait cancérigène, aggraverait le diabète, et serait dangereux pour les femmes enceintes. L'aspartame réduit peut-être nos apports caloriques, mais des études ont montré que son usage entretiendrait nos besoins en sucre, aiguiserait l'appétit et favoriserait le grignotage. Un groupement d'experts s'en penché en France l'an dernier sur l'aspartame, pour le compte de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail. Sur les étiquettes, la présence d'aspartame doit obligatoirement être signalée.

Retrait des pesticides néonicotinoïdes : une mesure urgente ! - Santé et environnement Le retrait du marché des insecticides « néonicotinoïdes », qui contribuent à la surmortalité des abeilles, risquent de prendre du temps. En attendant, les plantes mutées, contenant un pesticide, gagnent du terrain, et les mesures mises en place par le ministère de l’Agriculture pour soutenir la filière apicole semblent bien maigres. Des membres de la Confédération paysanne critiquent « des pouvoirs plus soucieux des intérêts privés des multinationales de l’agrochimie et des semences que de l’intérêt général ». La proposition de suspension de 3 insecticides néonicotinoïdes présentée par la Commission Européenne arrive dans un contexte de crise importante pour la profession apicole et pour les consommateurs. Aujourd’hui, un tiers de notre nourriture dépend directement de l’abeille. La France, championne d’Europe des pesticides De nombreuses études ont démontré la dangerosité des pesticides. Des alternatives existent Le plan de défense de l’apiculture : une illusion ?

Un poisson frit d’une chaîne américaine couronné «pire plat» des Etats-Unis Une assiette de poisson frit gorgé de l’équivalent d’un régime normal de deux semaines de graisses hydrogénées, servie par une chaîne de restauration américaine, a remporté la palme du plat le plus gras par une association de défense des consommateurs. Avec 33 grammes de graisses hydrogénées, 19 grammes de graisses saturées, le tout saupoudré de 3,7 milligrammes de sel, cette assiette de poisson frit accompagné d’oignons et de boulettes de purée de pomme de terre jetés dans l’huile de soja --appelée dans le menu «La pêche du jour"-- est un cocktail cardiaque explosif, selon le Center for Science in the Public Interest (CSPI). L’institut américain du coeur recommande une prise quotidienne maximale de 2 grammes de graisses hydrogénées et de 1,5 milligramme de sel. «+La pêche du jour+ servie par la chaîne Long John Silver’s mérite d’être enterrée 20000 lieues sous les mers», estime le président de cette association, Michael Jacobson.

Un substitut courant du paraben provoque de l'eczéma Vous choisissiez avec soin des produits "sans paraben" pour être tranquille? Ne vous réjouissez pas trop vite. Un nouveau conservateur utilisé très largement dans les cosmétiques en remplacement des parabens entraîne un nombre croissant d'irritations et d'eczémas, selon la Société Française de dermatologie. Présent dans les produits de toilette tels que les lingettes nettoyantes, les savons, ou les shampoings ainsi que les produits ménagers et dans les produits professionnels, le methylisothiazolinone (ou MIT) a remplacé les parabens, accusés d'être des perturbateurs endocriniens. "Nous constatons des réactions de plus en plus fréquentes à ce nouveau conservateur, en particulier des eczémas de contact", précise mercredi le Dr Brigitte Roy-Geffroy, la directrice exécutive de la SFD en se basant sur des indications fournies par le réseau de vigilance en dermato-allergologie (Revidal). Avec

Catastrophic Oil Spill Threat to Canadian River Basin By Paul Brown, Climate News Network LONDON – The Mackenzie River Basin, a vast globally important area in Canada, is at great risk from climate change and a catastrophic oil spill from the tailing ponds of tar sands mining, according to a panel of nine Canadian, American and British scientists. The warning came just days after the Canadian Oil Producers Association says it expects oil production from tar sands in the region to double by 2030. The Mackenzie River Basin showing how it drains north to the Arctic Ocean. Click image to enlarge. A report produced after a series of hearings last year says effective governance is vital for the river basin, which is five times the size of France. The watershed’s biodiversity and its important role in hemispheric bird migrations, stabilizing climate, and the health of the Arctic Ocean means it needs protection urgently. Methane Release Fear The panel, convened by the U.S. Weak Management Paul Brown is a joint editor at Climate News Network.

Des lasagnes au cheval… et alors ? Tout est bon dans le cheval | Les dessous de l’assiette Bœuf ou cheval, peu importe. La vraie question dans cette affaire de lasagnes n’est pas celle de la nature de la viande. Au pays de Tricatel, parfois, le hasard fait bien les choses. Le 8 février 2013, au moment où débutait le « scandale Findus », la Direction générale de la santé et des consommateurs (« DG Sanco » dans le jargon) de la Commission européenne envoyait un mail confondant de bons sentiments à son réseau de journalistes : « La Commission européenne appelle les consommateurs à plus de vigilance sur l’origine de leur nourriture. » Suivaient quelques lignes attendrissantes, sur le fait, notamment, que la DG Sanco est « toujours soucieuse de sensibiliser les consommateurs sur les liens entre santé humaine et santé animale, le bien-être animal, la traçabilité et la qualité des produits ». Mission accomplie, mais pas par la Commission, dommage : depuis quatre jours, les consommateurs européens sont sensibilisés, ce n’est rien de le dire. Du cheval, et alors ?

Il y a de plus en plus d'enfants myopes. Et on sait pourquoi. Temps de lecture: 4 min La myopie n'est pas une maladie infectieuse. Mais c'est aujourd'hui l'équivalent d'une quasi-épidémie qui touche certaines régions d'Asie. A Taïwan, le pourcentage d'enfants de 7 ans souffrant de myopie a rapidement progressé: 5,8% en 1983 contre 21% en 2000. Plus stupéfiant encore: 81% des Taïwanais de 15 ans sont myopes. Certains pourraient penser que les conséquences de la myopie se limitent au fait de porter des lunettes pour le restant de ses jours –et soyons francs, rien de plus mignon qu'un petit binoclard. Cette explosion de la myopie est désormais un grave problème de santé publique, et le monde médical a bien du mal à identifier ses causes. Allez jouer dehors les enfants Les chercheurs estiment être sur le point de débusquer le principal coupable: le temps passé à l'intérieur, qui serait beaucoup trop important. Les suspects habituels –lecture, écrans électroniques– ne suffisaient pas à expliquer un tel écart. Soyons optimistes Brian Palmer

Nitrates : la France condamnée par l'Union européenne La Cour de justice de l'Union européenne reproche à Paris de ne pas avoir procédé à un recensement complet des zones vulnérables aux nitrates sur son territoire. La ministre de l'Écologie, Delphine Batho, met en cause la «politique écologique de la droite». Alors que le retour de la chaleur vient de provoquer les premières marées vertes sur les côtes bretonnes, la France a été condamnée ce jeudi par la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) pour non-respect de la directive nitrates de 1991. S'il ne se met pas rapidement en conformité, notre pays s'expose à une amende de plusieurs dizaines de millions d'euros et au paiement d'astreintes journalières qui, au final, pourraient atteindre un montant colossal. La Commission européenne, à qui la CJUE vient de donner gain de cause, reproche à la France de ne pas avoir procédé, en 2007, à un recensement complet des zones vulnérables aux nitrates sur son territoire.

Quand l’animal devient un “minerai de viande” Une lectrice de ce blog, Luci (à moins qu’il ne s’agisse d’un lecteur), m’envoie le message suivant : Bonjour, Dans le Parisien de ce dimanche, un journaliste écrivait grosso modo ceci : « dans les plats surgelés, l’ingrédient utilisé est du “minerai de viande”, un mélange de muscle, d’os et de cartilage. » … à gerber.. mais peut-être ai-je mal lu ? Êtes-vous en mesure d’infirmer ou de confirmer/préciser ces dires ? Merci d’avance Et voici ma réponse : Luci, Oui, je confirme : on utilise massivement ce que ces salopards appellent du “minerai de viande”. “Le minerai ou minerai de chair utilisé pour la fabrication des viandes hachées correspond exclusivement à des ensembles de muscles striés et de leurs affranchis, y compris les tissus graisseux y attenant, provenant de viandes fraîches découpées et désossées, réfrigérées, congelées ou surgelées, répondant aux spécifications prévues par le Code des usages.” Que vous dire de plus ?

Des pacemakers hackés transformés en bombe électrique en un clic 01net. le 18/10/12 à 18h15 Jack Barnaby est expert en sécurité. Il vient de rejoindre IO Active, société spécialisée dans le domaine. Son titre : directeur de la sécurité des appareils embarqués. Et pour marquer le coup, Jack Barnaby s’est attaqué au plus embarqué des appareils, le pacemaker. A titre expérimental, uniquement, et à des fins de preuve de concept, Jack Barnaby a effectué un peu de reverse engineering sur le transmetteur d’un pacemaker. « Avec un voltage maxima de 830 volts, ce n’est pas difficile de comprendre pourquoi cela peut être mortel. Fonction secrète et absence de sécurité C’est en tout cas ce que montre une vidéo, que l’expert n’a pas voulu rendre publique pour éviter de dévoiler la marque du pacemaker, apprend-on grâce au magazine australien dédié à la sécurité SC Magazine. Car les pacemakers contiennent selon lui une « fonction secrète » qui peut être utilisée pour activer tous les pacemakers à proximité. Démontrer le pire

IEA Outlook: Time Running Out on Climate Change The world has only about five years to make a dramatic turnaround in policies if it is to avoid severe impacts of climate change, according to the International Energy Agency (IEA). The IEA's annual World Energy Outlook, released today, looks at what would be required to keep global warming below 3.6°F (2°C), a threshold many countries have pledged to stay below. "We're increasingly pessimistic," said Richard Jones, deputy executive director of the IEA and a former U.S. diplomat. "We've been trying to warn our member countries," which includes most of the industrialized world, Jones said. To have a good chance of staying below that amount of warming, the world has only a certain budget of emissions it can use—the equivalent of about 1 trillion tons of carbon dioxide emissions by mid-century. Once built, infrastructure usually stays in place until it wears out—so what we build now will "lock in" emissions for decades to come, the IEA argues. False Economy Room to Maneuver

Related: