background preloader

L’avenir selon Google : si vous n’êtes pas connecté, vous êtes suspect

L’avenir selon Google : si vous n’êtes pas connecté, vous êtes suspect
Cyberguerre, fin de la vie privée : dans un livre, deux pontes de Google promettent une apocalypse dont seuls les géants de la technologie pourront nous sauver. C’est un livre de technophiles, et pas des moindres puisque l’un d’eux est patron de Google ; et pourtant, il nous annonce un avenir à faire frémir. Le livre qui vient de sortir aux Etats-Unis, « The New Digital Age » (« Le Nouvel Age numérique », pas encore traduit en français), a deux auteurs de poids : Eric Schmidt, 56 ans, pendant dix ans le PDG de Google et depuis deux ans son président exécutif ; Jared Cohen, de 25 ans son cadet, un jeune premier intellectuel passé de la diplomatie auprès de Hillary Clinton à la tête de Google Ideas, le think tank du géant américain. Eric Schmidt au siège de Google à New York, le 13 avril 2013 (Christopher Lane/The Guar/SIPA) « The New Digital Age » d’Eric Schmidt et Jared Cohen Assange et Kissinger Jared Cohen à New York, le 23 avril 2013 (Evan Agostini/AP/SIPA) Qu’on en juge.

2013 : comment l'Europe se prépare à espionner ses citoyens - Libertés publiques Ils portent des noms étranges : Tiramisu, Pandora, Lotus, Emphasis, Fidelity, Virtuoso… En apparence, ce sont d’inoffensifs acronymes. En réalité, ils cachent 195 projets européens de recherche dans le domaine de la sécurité et de la surveillance. Des projets relativement inquiétants pour nos libertés. Et financés par l’Europe dans le cadre de partenariats public-privé. Exemple le plus emblématique : le projet Indect (« Système d’information intelligent soutenant l’observation, la recherche et la détection pour la sécurité des citoyens en milieu urbain »), lancé il y a quatre ans, dénoncé fin octobre par des manifestations dans toute l’Europe. Détecter les comportements « anormaux » Parmi les instituts de recherche qui participent au projet, aux côtés de plusieurs polices et entreprises [1], celui de l’université de Wuppertal en Allemagne est spécialisé en sécurité des transports et en protection civile contre les catastrophes. Police et entreprises dans le comité d’éthique Rachel Knaebel

« Je ne supporte plus quand Google nous vend l’immortalité sur plan » Avec la technologie de nano-diagnostic, Google vient de dévoiler un nouveau tentacule de son projet global. Après les voitures sans conducteur, les Google Glass et les ballons pour permettre la connexion à Internet dans des lieux non couverts par les réseaux, le groupe américain s’immisce dans le monde de la e-santé. L’idée : faire ingérer un comprimé contenant des particules intelligentes qui se diffuseront dans le sang. Une fois dans les veines, elles analyseraient en permanence sa composition et détecteraient les signaux annonciateurs d’une maladie ou d’un trouble cardio-vasculaire. De nouveaux désirs De plus en plus d’entreprises purement technologiques s’aventurent dans la science et la médecine. « Pari fou », « révolution », « rupture », chaque semaine les mots se répètent pour qualifier une nouveauté proposée par un grand groupe, en général américain. Le temps de réfléchir Patrick Gaudray (DR) Avec ces technologies, on parle d’améliorer la santé. C’est-à-dire ? En quoi ?

Google prédit un sombre avenir pour la vie privée Vie privée érodée, droit à l'oubli inexistant, insécurité online : tel est l'avenir prédit par Eric Schmidt et Jared Cohen, de Google. Pour eux, la lutte pour nos données sera l'un des plus grands défis des décennies à venir... Chez Google, on ne se contente pas de créer sans cesse de nouveaux outils, d'améliorer le moteur de recherche symbole de la firme, et de collecter des données tous azimuts. On prédit aussi l'avenir. Dans leur ouvrage intitulé "Le nouvel âge numérique" ('The new digital age'), Eric Schmidt, directeur exécutif de Google, et Jared Cohen, directeur de Google Ideas (le think tank de la firme), prédisent le monde de demain, un monde entièrement connecté, où nous vivront au milieu des robots, de la cyberguerre et de tout un tas de gadgets futuristes. Pas de bouton "supprimer" Mais il y a quelque chose de pourri au royaume du "nouvel âge numérique". D'où le risque découlant de cette existence à travers le réseau : celui de la cybercriminalité. Finie la vie privée ?

Ces dangers qui menacent nos identités numériques : dossier pratique André Comte-Sponville : « J’aime trop la jeunesse pour rêver de vivre mille ans » - 26/11/2014 Pour le philosophe, membre du Comité consultatif national d’éthique, vivre trop longtemps nécessiterait, entre autres, d’arrêter de faire des enfants. Propos recueillis par Julien Solonel | 26 nov. 2014, 15h20 | MAJ : 27 nov. 2014, 17h04 Mon activité Vos amis peuvent maintenant voir cette activité Supprimer X Lutte contre le vieillissement, intelligence artificielle… La volonté de Google d’améliorer l’homme doit-elle nous réjouir ? Accédez à l’intégralité des contenus sur web, mobile et tablette à partir de 1€ 20 outils gratuits pour fouiller le web à la recherche d’informations Une simple recherche Google ne résume pas le journalisme web. Une multitude de services gratuits, souvent très simples d’utilisation, peuvent faciliter et accélérer vos recherches en ligne. Note : Ce billet n’aborde pas la recherche d’infos sur les réseaux sociaux, qui fera l’objet d’un prochain post. ↑» Consulter les traces laissées par un site sur le web Un site que vous vouliez consulter a disparu des radars ? Google enregistre également des archives de la plupart des pages qu’il indexe dans un cache. ↑» Trouver le propriétaire d’un site-web Les bases de données Whois vous permettent de consulter les registres DNS des sites-web, qui comportent généralement le nom et les coordonnées du directeur de la publication du site en question. ↑» Rechercher l’origine d’une image Les services de recherche inversée d’images permettent de fouiller le web pour retrouver d’autres occurrences d’une même image. ↑» Un moteur de recherche plus fort que Google ↑» Rechercher du contenu en creative commons

Comment Google Chrome laisse n’importe qui voir vos mots de passe ne des caractéristiques les plus populaire de Google Chrome est sa capacité de stocker les mots-de-passe. De cette manière, ils surgissent automatiquement lorsque vous allez sur une fonction telle la messagerie électronique ou Facebook. Elliot Kember, un développeur de logiciels, a découvert que n’importe qui cliquant sur le lien de changement de fonctions (settings) de Chrome, peut voir tous les mots-de passe existant sur cet ordinateur particulier s’il ou elle passe par la fonction “advanced settings” et mots de passe et forme des sections. Les mots-de-passe sont noircis, mais en cliquant à côté d’eux, cela les fait apparaître en texte normal. Ce qui est plus qu’inquiétant est que le patron du développement de Chrome à Google, Justin Schuh, a dit au quotidien The Guardian de Londres qu’il est au courant de cette mauvaise fonction. [pull_quote_center].. On peut se demander pourquoi cette malfonction n’a pas été fixée. Originalement publié sur Story Leak.

Mathias Döpfner’s open letter to Eric Schmidt © dpa Mathias Döpfner, CEO of Axel Springer SE, explains to Eric Schmidt, why the fear of Google is qualified Dear Eric Schmidt, In your text “Die Chancen des Wachstums” (English Version: “A Chance for Growth”) in the Frankfurter Allgemeine Zeitung, you reply to an article which this newspaper had published a few days earlier under the title “Angst vor Google” (“Fear of Google”). (Deutsche Fassung: „Warum wir Google fürchten“ - Mathias Döpfners offener Brief an Eric Schmidt) We have known each other for many years, and have, as you state, had lengthy and frequent discussions on the relationship between European publishers and Google. Google doesn’t need us. In your text you refer to the marketing cooperation between Google and Axel Springer. We know of no alternative which could offer even partially comparable technological prerequisites for the automated marketing of advertising. Not only economic, but also political We are afraid of Google. The greatest opportunity in the last few decades

Petit lien Facebook et Google achètent les câbles qui transportent internet Facebook et Google envahissent le monde entier. Mais au fond, ce sont que des sites, donc virtuels ? Mais quand ces sites commencent à acheter d’autres choses, disons, les câbles qui relient les internautes… C’est en fait assez alarmant. C’est en ce moment que cela se passe… Le Wall Street Journal rapporte que les grandes entreprises du web comme Facebook, Google, Amazon et Microsoft ont lentement acheté des parties importantes de l’infrastructure Internet. Nous ne parlons pas d’un câble ça et là… Google détient désormais plus de 160 000 km de fibre optique à travers le monde. Pendant ce temps, les dépenses d’Amazon en infrastructures sont en hausse de 44%, soit 2,6 milliards de dollars. Dans le passé, les grandes entreprises de télécommunications étaient libres de fixer les prix, et alors que les coûts de bande passante sont en baisse constante , il n’y a aucune garantie que cette tendance se poursuive dans ce cas de figure. Source

Ils font valoir que 52% des habitants de cette planète ont moins de 30 ans et, dans leur grande majorité, vivent dans des zones où les opportunités économiques sont faibles. Ils sont les premiers candidats à la radicalisation que suscitera, selon eux, l’accès au monde connecté dans les prochaines années. by ryslainemly May 8

Related: