background preloader

L’avenir selon Google : si vous n’êtes pas connecté, vous êtes suspect

L’avenir selon Google : si vous n’êtes pas connecté, vous êtes suspect
Cyberguerre, fin de la vie privée : dans un livre, deux pontes de Google promettent une apocalypse dont seuls les géants de la technologie pourront nous sauver. C’est un livre de technophiles, et pas des moindres puisque l’un d’eux est patron de Google ; et pourtant, il nous annonce un avenir à faire frémir. Le livre qui vient de sortir aux Etats-Unis, « The New Digital Age » (« Le Nouvel Age numérique », pas encore traduit en français), a deux auteurs de poids : Eric Schmidt, 56 ans, pendant dix ans le PDG de Google et depuis deux ans son président exécutif ; Jared Cohen, de 25 ans son cadet, un jeune premier intellectuel passé de la diplomatie auprès de Hillary Clinton à la tête de Google Ideas, le think tank du géant américain. Eric Schmidt au siège de Google à New York, le 13 avril 2013 (Christopher Lane/The Guar/SIPA) « The New Digital Age » d’Eric Schmidt et Jared Cohen Assange et Kissinger Jared Cohen à New York, le 23 avril 2013 (Evan Agostini/AP/SIPA) Qu’on en juge.

2013 : comment l'Europe se prépare à espionner ses citoyens - Libertés publiques Ils portent des noms étranges : Tiramisu, Pandora, Lotus, Emphasis, Fidelity, Virtuoso… En apparence, ce sont d’inoffensifs acronymes. En réalité, ils cachent 195 projets européens de recherche dans le domaine de la sécurité et de la surveillance. Des projets relativement inquiétants pour nos libertés. Et financés par l’Europe dans le cadre de partenariats public-privé. Exemple le plus emblématique : le projet Indect (« Système d’information intelligent soutenant l’observation, la recherche et la détection pour la sécurité des citoyens en milieu urbain »), lancé il y a quatre ans, dénoncé fin octobre par des manifestations dans toute l’Europe. Détecter les comportements « anormaux » Parmi les instituts de recherche qui participent au projet, aux côtés de plusieurs polices et entreprises [1], celui de l’université de Wuppertal en Allemagne est spécialisé en sécurité des transports et en protection civile contre les catastrophes. Police et entreprises dans le comité d’éthique Rachel Knaebel

Google m'a tuer Vous vous réveillez un matin et constatez la disparition de la totalité de votre vie numérique ! Plus de mails, plus de contacts, plus de photos, plus de vidéos, plus de documents, plus de calendrier, plus de blog, plus de favoris, plus de flux RSS… tout, absolument tout, s’est évanoui ! De la science-fiction ? Non, un simple compte Google désactivé unilatéralement et sans préavis par la société. En l’occurrence le compte de Dylan M. Et ce sont donc ici 7 années digitales qui partent en fumée d’un simple clic. Cette triste ou effroyable histoire vraie est malheureusement riche d’enseignements. Et il va sans dire que Facebook, Twitter ou Apple ont toutes le droit d’en faire autant. Exaspéré et désespéré, Dylan M. a conté sa mésaventure dans une longue lettre ouverte à Google, que vous trouverez traduite ci-dessous. De quoi faire réfléchir non seulement sur les pratiques du géant Google mais également sur le monde dans lequel nous avons choisi de vivre… Cher Google… Dear Google… Cher Google,

« Je ne supporte plus quand Google nous vend l’immortalité sur plan » Avec la technologie de nano-diagnostic, Google vient de dévoiler un nouveau tentacule de son projet global. Après les voitures sans conducteur, les Google Glass et les ballons pour permettre la connexion à Internet dans des lieux non couverts par les réseaux, le groupe américain s’immisce dans le monde de la e-santé. L’idée : faire ingérer un comprimé contenant des particules intelligentes qui se diffuseront dans le sang. Une fois dans les veines, elles analyseraient en permanence sa composition et détecteraient les signaux annonciateurs d’une maladie ou d’un trouble cardio-vasculaire. De nouveaux désirs De plus en plus d’entreprises purement technologiques s’aventurent dans la science et la médecine. « Pari fou », « révolution », « rupture », chaque semaine les mots se répètent pour qualifier une nouveauté proposée par un grand groupe, en général américain. Le temps de réfléchir Patrick Gaudray (DR) Avec ces technologies, on parle d’améliorer la santé. C’est-à-dire ? En quoi ?

"Entrer dans la troisième époque du Web" L'État compte investir plusieurs milliards pour développer le très haut débit, l'économie des objets connectés, le cloud computing ou encore les big data… Comment cela aidera-t-il à dessiner la France de demain?Le numérique provoque une métamorphose de la société bien plus importante que ne le fit en son temps l'imprimé. D'ici dix ou quinze ans, les emplois manufacturiers seront robotisés, ce qui est déjà bien engagé chez Mercedes. Il n'y aura plus de caissières, plus de manutentionnaires ni de conducteurs de métro, voire de chauffeurs de camion. La corporéité sera bouleversée par les interfaces brain-computer ("cerveau-ordinateur") et par les capteurs et les prothèses qui entreront dans le corps humain. Tous les savoirs formels, les savoir-faire et les savoir-vivre évolueront. Et toute l'activité économique sera conditionnée par le numérique…Oui. Comment faire autrement? N'est-il pas trop tard? Comment le numérique va-t-il modifier nos façons de travailler?

Ces dangers qui menacent nos identités numériques : dossier pratique Google prédit un sombre avenir pour la vie privée Vie privée érodée, droit à l'oubli inexistant, insécurité online : tel est l'avenir prédit par Eric Schmidt et Jared Cohen, de Google. Pour eux, la lutte pour nos données sera l'un des plus grands défis des décennies à venir... Chez Google, on ne se contente pas de créer sans cesse de nouveaux outils, d'améliorer le moteur de recherche symbole de la firme, et de collecter des données tous azimuts. On prédit aussi l'avenir. Dans leur ouvrage intitulé "Le nouvel âge numérique" ('The new digital age'), Eric Schmidt, directeur exécutif de Google, et Jared Cohen, directeur de Google Ideas (le think tank de la firme), prédisent le monde de demain, un monde entièrement connecté, où nous vivront au milieu des robots, de la cyberguerre et de tout un tas de gadgets futuristes. Pas de bouton "supprimer" Mais il y a quelque chose de pourri au royaume du "nouvel âge numérique". D'où le risque découlant de cette existence à travers le réseau : celui de la cybercriminalité. Finie la vie privée ?

André Comte-Sponville : « J’aime trop la jeunesse pour rêver de vivre mille ans » - 26/11/2014 Pour le philosophe, membre du Comité consultatif national d’éthique, vivre trop longtemps nécessiterait, entre autres, d’arrêter de faire des enfants. Propos recueillis par Julien Solonel | 26 nov. 2014, 15h20 | MAJ : 27 nov. 2014, 17h04 Mon activité Vos amis peuvent maintenant voir cette activité Supprimer X Lutte contre le vieillissement, intelligence artificielle… La volonté de Google d’améliorer l’homme doit-elle nous réjouir ? Accédez à l’intégralité des contenus sur web, mobile et tablette à partir de 1€

Ce que votre Fournisseur d’Accès à Internet ne vous montre pas... ou pas bien Des vidéos sur Youtube qui se téléchargent à la vitesse d’un escargot... Free, le fournisseur d’accès à Internet, a déclenché un tsunami de protestations en expliquant sa raison de brider ainsi Google - auquel Youtube appartient : «Mieux vaut une petite crise des débits maintenant que des prix élevés demain.» La déclaration est de Xavier Niel, le fondateur de Free, mais les vraies raisons se trouvent peut-être chez l’opérateur lui-même, dont le réseau serait sous-dimensionné. Le même Free a récidivé en début d’année en bloquant, par défaut, l’affichage des pubs sur sa Freebox Revolution. Certains clients ont immédiatement résilié leur abonnement. Certes, on est loin de la censure dont les utilisateurs d’Internet sont victimes dans certains pays comme la Chine ou la Syrie... mais la question fait débat. photo : Sharp View par svenwerk (CC BY-NC-ND 2.0)

Comment Google Chrome laisse n’importe qui voir vos mots de passe ne des caractéristiques les plus populaire de Google Chrome est sa capacité de stocker les mots-de-passe. De cette manière, ils surgissent automatiquement lorsque vous allez sur une fonction telle la messagerie électronique ou Facebook. Elliot Kember, un développeur de logiciels, a découvert que n’importe qui cliquant sur le lien de changement de fonctions (settings) de Chrome, peut voir tous les mots-de passe existant sur cet ordinateur particulier s’il ou elle passe par la fonction “advanced settings” et mots de passe et forme des sections. Les mots-de-passe sont noircis, mais en cliquant à côté d’eux, cela les fait apparaître en texte normal. Ce qui est plus qu’inquiétant est que le patron du développement de Chrome à Google, Justin Schuh, a dit au quotidien The Guardian de Londres qu’il est au courant de cette mauvaise fonction. [pull_quote_center].. On peut se demander pourquoi cette malfonction n’a pas été fixée. Originalement publié sur Story Leak.

Google+ : bienvenue dans la Matrice La lecture de la semaine est un post du blog techno publié sur le site du Guardian, par Charles Arthur (@charlesarthur), journaliste. Son titre : « Google+ n’est pas un réseau social, c’est Matrix ». « Presque tout le monde (moi inclus, dit Charles Arthur) a mal compris ce qu’était Google+. A cause de ressemblances superficielles avec des réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter – on peut devenir « ami » avec des gens comme Facebook, on peut « suivre » des gens qui ne vous suivent pas, comme dans Twitter -, on a pensé que Google+ était un réseau social, et on l’a jugé sur ses bases, en concluant qu’il ne fonctionnait pas vraiment : un faible engagement et peu d’impact sur le monde extérieur. Si Google+ était un réseau social, force serait de constater qu’avec ses 500 millions de membres – soit près de la moitié de Facebook ce qui est colossal – ce serait un échec : on entend rarement parler de ce qui se passe sur Google+, et on reçoit peu de lien nous invitant à aller y voir.

Ils font valoir que 52% des habitants de cette planète ont moins de 30 ans et, dans leur grande majorité, vivent dans des zones où les opportunités économiques sont faibles. Ils sont les premiers candidats à la radicalisation que suscitera, selon eux, l’accès au monde connecté dans les prochaines années. by ryslainemly May 8

Related: