background preloader

Venise et sa lagune, riche iconographie

Venise et sa lagune, riche iconographie
Valeur universelle exceptionnelle Brève synthèse Le bien du patrimoine mondial comprend la ville de Venise et sa lagune, situées dans la région du Veneto au Nord-Est de l’Italie. Dans cette lagune qui s’étend sur 50.000 km², nature et histoire sont indissociables depuis le Ve siècle, lorsque les populations vénètes, se réfugièrent sur les îlots sablonneux de Torcello, Jesolo et Malamocco pour échapper aux incursions barbares. Dans cette mer intérieure sans cesse menacée, un minuscule archipel vit s’élever au ras des flots l’un des plus extraordinaires espaces bâtis du Moyen Age. Venise et son paysage de lagune est le résultat d'un processus dynamique qui illustre l'interaction entre l’homme et son environnement naturel au fil du temps. Venise et sa lagune forment un tout indissociable dont la ville de Venise est le cœur historique et une réalisation artistique unique. Critère (i) : Venise est une réalisation artistique unique. Intégrité Authenticité Description longue Related:  Villes

Ville au Moyen Âge La ville, phénomène spatial et social organisé, n'est pas une invention du Moyen Âge. Souvent prolongement ou réactivation d’une ville antique préexistante, les villes au Moyen Âge ont connu un essor important et des formes et des modes de développement originaux. Le concept de ville médiévale dans l’Occident a notamment été défini par comparaison avec celui de ville du monde arabe, peut-être avec exagération. La ville médiévale en Occident[modifier | modifier le code] La ville au tournant de l'Antiquité et du Moyen Âge[modifier | modifier le code] L'essor urbain (vers 1000 – vers 1350)[modifier | modifier le code] Plan reconstitué en 1705 représentant Paris en 1223. À partir de l'an mille, la croissance démographique et rurale et l'essor du commerce provoquent la renaissance des villes et leur extension. La ville à la fin du Moyen Âge[modifier | modifier le code] Une rue d'aspect médiéval à Honfleur en Normandie Maison de la rue Saint-Romain, Rouen Pollution et hygiène...

Histoire de la république de Venise Introduction Origines de Venise Naissance du duché et conquête de l'indépendance La grande expansion Le déclin Commerce et mer adriatique Au bas moyen âge, Venise devient extrêmement riche, grâce au contrôle du commerce avec l'est, elle commence à s'étendre en Mer Adriatique et au-delà. Cette phase d'expansion débute en l'an 1000, lorsque la flotte guidée par le doge Pietro II Orseolo pour combattre les pirates qui opprimaient de leurs incursions les côtes vénitiennes, reçut la soumission des villes côtières d'Istrie et de Dalmatie. L'empereur byzantin reconnut ensuite les titres vénitiens sur les duchés d'Istrie et de Dalmatie. En 1495 Venise réussit à expulser Charles VIII de l'Italie grâce à la bataille de Fornovo, en repoussant le premier d'une série d'assauts français.

Villes et sociétés urbaines en Occident (XI-XIVe siècle) Auteur : BelisaireVisualisations : 34142Modifié : 13/01/2013 à 16h23 Durant le haut Moyen Âge, les villes ont été plongées dans une certaine léthargie. Les cités antiques se rétractaient à l'intérieur de leurs murailles tandis qu'avait lieu un phénomène de ruralisation marqué. Le XIe siècle est celui du réveil des villes : les anciennes cités antiques s'étendent et voient leur population croître tandis qu'apparaissent de nouveaux centres de peuplement. L'expansion des villes Le renouveau urbain Le renouveau des villes en Occident au XIe siècle a longtemps été mis en relation avec l'essor du grand commerce oriental (recul de la piraterie musulmane, comptoirs italiens du Levant). Ce renouveau urbain se manifeste par l'extension du bâti qui oblige à agrandir les enceintes. L'essor des échanges Deux grands pôles se distinguent en Europe : la Méditerranée et l'espace nordique. Les caractères des villes La ville médiévale se caractérise par des bâtiments remarquables spécifiques.

Bref historique Autel de la Basilique Saint-MarcCe retable en orfèvrerie, serti d’émaux et de pierres précieuses a été fabriqué à Byzance au Xème siècle et est considéré comme un des joyaux de l’art byzantin. Photo Jean-Marc Kiener Une histoire mythique faite de paradoxes Venise a dès ses origines alimenté une histoire mythique faite de paradoxes. Cependant, au début du XVe siècle, Venise abandonne l'économie maritime pour s'orienter vers une politique de conquêtes en Italie, où le patriciat investit ses gains dans l'acquisition de terres. La conquête lombarde Les Venises apparaissent avec la conquête lombarde, qui, à la fin du VIe siècle, chasse les populations de l'Italie du Nord-Est vers le refuge des lagunes, à Malamocco sur le Lido, où est établie la capitale, et à Torcello, qui devient un emporium du commerce byzantin.

Les communes Émergence des communes Suite à l’essor urbain et commercial, les habitants des villes ont commencé à vouloir défendre leurs propres intérêts et à gouverner leur cité par eux-mêmes. Alors qu’ils étaient assujettis au pouvoir seigneurial, les citadins étaient considérés comme des sujets du seigneur, au même titre que les paysans et les vassaux. Toutefois, les habitants des villes, de plus en plus riches, ne voulaient pas se soumettre aux mêmes règles que les paysans, puisqu’ils ne vivaient pas de la même manière. Selon eux, les règles et le fonctionnement de la ville devaient se décider par ses habitants. La grande charte (la Magna Carta) en 1215 a pour effet de limiter le pouvoir du roi (cliquer pour agrandir)Source Plusieurs villes ont alors commencé à réclamer des droits au seigneur ou au roi, dont le droit de gouverner de manière autonome. Les premières communes Les habitants des villes se sont donc associés entre eux afin de gérer les affaires de la ville, indépendamment du seigneur.

LA VILLE DANS LA CHRETIENTE MEDIEVALE (XI - XIIIème siècles) : étude de Paris Objectif : Proposer un cheminement dans le thème 3 qui intègre la question des sociétés et cultures urbaines dans la présentation de la chrétienté médiévale. Ce travail s’appuie sur l’étude de Paris. Le travail sera réinvesti dans une seconde ville issue d’une aire culturelle différente (Tolède ou Sienne, Palerme…). Manuel de référence : édition Belin seconde 2010 (dont de nombreux documents présentés sont extraits). Travail entre 8 et 9 heures Notions à aborder dans ce thème 3 : féodalité, société d’ordres, clergé séculier, clergé régulier, dissociation clergé / laïcs, ordres mendiants, sacrements, salut, dîme, trêve de Dieu, paix de Dieu, hérésies, christianisation, croisades, inquisition, guerre sainte, paganisme, ville, corporations, exode rural, les « libertés », bourgeois. Bibliographie : Cf. fiche bibliographique en annexe. - M. - Jérôme Baschet, La chrétienté médiévale, représentations et pratiques sociales, DOC PHOT N° 8047, 2005 Objectifs méthodologiques : Introduction du cours:

La ville et les marchands au Moyen-âge. Accueil --> Liste des articles d'histoire --> La ville et les marchands au Moyen-âge. Théorie Le Moyen Âge est l'époque où les villes connaissent un important essor. Au milieu du XIVe siècle, on estime que le cinquième de la population européenne vit en milieu urbain. Aspects de la ville Protégée par des remparts, la ville médiévale ne constitue pas un tissu continu et homogène. Figure 1 Les incendies représentent un perpétuel danger, en raison de la densité de l'habitat dans les zones bâties, de l'utilisation fréquente de matériaux inflammables comme le bois et le chaume et d'un manque de moyens de lutte contre le feu. Maison urbaine avec commerce au rez-de-chaussée. Gouvernement et commune Comme les campagnes, les villes sont placées sous l'autorité d'un seigneur qui opère divers prélèvements et soumet les habitants à certaines obligations (péage pour emprunter les ponts ou franchir les portes de la cité, taxe sur les marchés, service militaire...). Métiers, corporations et confréries «1.

Pourquoi Paris puait-il autant au Moyen-Âge ? Vous vous en doutez certainement, cela ne sentait pas la rose à Paris au Moyen-Âge. Pas mal de facteurs expliquent la puanteur qui y régnait. On vous laisse les découvrir… Les cochons vivaient en liberté dans la capitale car chaque famille avait son propre porc. Historiquement, le Parisien ne s’est mis à se laver régulièrement que lors de la première moitié du 19ème siècle. Concernant les toilettes, ceux qui avaient la chance d’avoir des habitations privées faisaient leurs besoins dans des pots de chambre, qu’ils vidaient par les fenêtres tranquillement dans la rue. Côté égout c’était pas mal la cata. Vous l’aurez compris, pour un Parisien d’aujourd’hui, l’odeur de l’époque devait être insoutenable !

MOYEN AGE Ville « Il regarde la ville entière, peuplée de gens nombreux et beaux, et les tables des changeurs d’or et d’argent, toutes couvertes de monnaies. Il voit les places et les rues qui sont toutes pleines d’ouvriers faisant tous les métiers possibles (…). Les uns font des draps et les autres les tissent (…), d’autres fondent l’or et l’argent. (La ville) regorge de richesses, de cire, de poivre et d’épices et de fourrures et de toutes marchandises. » Chrétien de Troyes, Perceval, vers 1180. In Bordas, Terres d’Histoire. La puanteur des rues de Paris « Il advint que les charrettes que l’on conduisait parmi les rues soulevèrent et remuèrent tant la boue et l’ordure dont elles étaient pleines qu’une puanteur si forte que nul ne pouvait la supporter monter jusqu’à la fenêtre où était le roi. » Chroniques de Saint-Denis, XIIIè siècle. In Bordas, Terres d’Histoire. Le métier de tisserand de laine « Nul ne peut être tisserand de laine s’il n’achète le métier du roi. Charte de la ville de Rue (Somme) (1210)

Hygiène et pollution au Moyen-Age Les représentations urbaines du Moyen Âge, iconographies, œuvres de maître, gravures, tapisseries et sculptures nous montrent des rues aux pavés luisants de propreté bordées de maisons bien alignées. La réalité de l'époque est très différente. Si le mot pollution existait peu dans le vocabulaire médiéval aussi surprenant que cela paraisse il eût été approprié ! Les archives abondent en ordonnances, procès, délibérations, enquêtes sur un constat peu reluisant. Que dire de la rue Creuse, de l'Alevasse, Bougerue, du Pipi, rue des Aysances, de ? Les nuisances de la rue Sont également mentionnés les nuisances provoquées par les chantiers, les ateliers débordants sur la chaussées, les ouvroirs des particuliers, les gravois, terreaux immondices, fiens, tassons mares et bouillons générés par les eaux de pluie. Hommes et animaux libèrent quotidiennement sur la chaussée des matières organiques : excréments, sang des nombreuses saignées, tripes et viscères près des abattoirs ou poissonneries.

Paris à la fin du Moyen-Age en image de synthèse Il n’existe pas de plan de Paris datant du Moyen Age. Ces vidéos des Productions Grez proposent 30 minutes de reconstitution minutieuse, se basant sur une importante iconographie historique. Vous allez vous promener dans un Paris reconstitué comme vous ne l'avez encore jamais vu. Une visite guidée par un commentaire original qui vous fera découvrir les plus beaux lieux historiques du Paris du Moyen Age en 1550 sous Henri II. La Seine, les ponts, le marché de l'Orberie, L' Hôtel Dieu, le Petit Châtelet, L'Evêché, le Terrain, le port de la Bûcherie, Notre-Dame et sa rue Neuve, La Sainte-Chapelle et le trésor des Chartes, Le Palais de la Cité, la Conciergerie, Le verger du Roi, le moulin de la monnaie, Le Grand Chatelet,Le gibet de Montfaucon, la place de grève, Saint-Jacques de la boucherie. En bonus, la même visite en 3D avec les lunettes, les endroits hier et aujourd'hui ainsi que les 20 églises de l'ile de la cité, disparues de nos jours. Note : DVD 17€ - www.grezprod.com

Nourrir Paris au Moyen-Âge. par Philippe Testard-Vaillant Du pain, du vin, des poissons, des viandes... Cinquante mille bouches à nourrir en 1200, deux cent mille et plus deux siècles plus tard, il est logique que l'approvisionnement alimentaire de la capitale ait favorisé l'essor d'une organisation lourde. Vers 1200, Paris n'est plus un gros bourg, mais la plus grande cité d'Europe. Philippe Auguste, en militaire avisé, l'a ceinturée. À tout seigneur tout honneur: le pain est l'élément de base de la nourriture médiévale. Le marché local écoule 50000 bœufs, 30000 porcs... Autre produit vedette : le vin - l'eau s'avérant souvent insalubre et la bière ne dévalant guère alors les gosiers parisiens. En 1192, Philippe Auguste leur concéda qu'aucun de ceux qui menaient par voie d'eau du vin jusqu'à Paris ne puisse le décharger dans cette ville, sauf s'il était marchand résidant à Paris et connu comme tel selon le témoignage de "loyaux hommes" de la capitale. Organiser les importations Un lieu d'abondance

Related: